Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum

Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet.
▲  Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet  ▲

jjnom

Membre
  • Content Count

    2,458
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by jjnom

  1. Extiction roulante est une expresion qu'on utilise plutôt pour un phénomène qu'on observe dans un seul et même cristal. Ce sont souvent les quartz qui le montrent. Ce serait l'expression de déformations lors de contraintes tectoniques. Pour certaines sections avec des cristaux aciculaires disposés en gerbes, on peut obtenir une impression similaire. Chaque cristal a un axe optique légèrement décallé par rapport à son voisin et ça donne l'impression d'une extinction qui progresse d'une extrémité à l'autre de la gerbe. Ca reste juste une ressemblance.
  2. @Jeando80: Si l'essentiel du spécimen était en goethite, tu aurais une densité supérieure à 4 (densité goethite: 4,3). On est toujours dans les oxyhyroxydes de fer (FeOOH) mais la limonite contient de l'eau qui abaisse la densité. Quant à la pellicule brune, ca devrait plutôt être de l'hydroxyde Fe(OH)3.
  3. Ca n'est pas qu' une simple oxydation de surface. Vu les densité, dureté et trait, une pseudomorphose complète de pyrite vers limonite me semble être la réponse la + vraisemblable.
  4. Hum... l'endroit sans la couche d'altération rouille n'a pas une couleur de pyrite. Une densité peut-être?
  5. Le marbre des marbriers (toute roche susceptible d'acquérir un beau poli) n'est pas le marbre des géologues. Mais beaucoup de géologues anciens ont repris les appellations locales encore + anciennes, celles des marbriers...ex: le marbre griotte, le marbre rouge des Flandres...
  6. Bulles dans l'olivine ou bulles au-dessus de l'olivine? That's the question!
  7. C'est vraiment pas évident si on n'est pas connaisseur du coin. Ce qui est troublant, c'est la dispersion des tailles des éléments blancs. Pourrait être lié à des recristallisations métamorphiques. Tous ces éléments ou une bonne partie pourraient être de l'albite. On ne sait rien dire du fond sombre. Je penche pour une roche basique métamorphisée. Métabasite (pour ne pas avoir à choisir entre +sieurs roches possiblement candidates).
  8. Ca fait bien brèche probablement volcanique. Les quelques grains roses font penser aux rhyolites locales. Mais quid de tous ces éléments verts? J'ai eu beau zoomer dans les photos, je n'arrive pas à m'en faire une idée. De la roche basique altérée? Un phréatomagmatisme est envisageable dans le secteur?
  9. C'est fou, le nombre de publis existantes sur pyrite/marcasite. Revenons sur l'oxydation de la pyrite qui induit un pH acide favorable à la marcasite. D'où proviendrait l'oxygène en question dans le cas de la craie? Point de départ possible: les bactéries sulfato réductrices. Ce qui suppose un environnement anoxique. Un consensus semble exister sur la formation de ces sulfures à faible profondeur sous le toit des sédiments. Donc une relation facile avec l'eau de mer. Le niveau marin qui baisse, un courant qui se modifie, la teneur en O augmente. Oui, mais l'eau de mer est
  10. @mr42@jean francois06 Merci d'avoir pris du temps pour chercher des éléments. mr42: tu confirmes cette tendance des auteurs à toujours mettre en avant le pH. Pas certain que ce soit toujours le facteur prépondérant. En contexte sédimentaire, genre la craie, je ne pense pas que la pression soit un facteur important. La tendance est de positionner ces transformations dans l'étape de la diagénèse. JF: entre un contexte de matrice à 90% de silicates et un autre à 95% de carbonates, entre des pyrites détritiques et des pyrites néoformées, je doute qu'il puisse y avoir une trans
  11. Les nodules de pyrite du Crétacé sont très facilement altérables, une fois brisés! Même Geowiki s'est fait piéger. La preuve: "Les sphérolites de marcasite radiée du Crétacé sont bien connus, mais beaucoup moins que ceux de pyrite." L'inverse aurait été + exact. Ce qui est marrant, c'est qu'il est dit dans de nombreux papiers (et idem Geowiki: "C'est un minéral trés abondant formé à basse température à partir de solutions acides") à savoir que la marcasite suppose un pH acide et la pyrite un pH basique. Alors, comment expliquer des marcasites bien mâclées, bien typiques, g
  12. Non! La formule chimique est la même. Voir la définition de dimorphe. Si on veut aller aux analyses, il faut une analyse cristallographique (diffraction de rayons X). L'article cité dit bien: "En l’absence de formes cristallines spécifiques, la distinction entre pyrite et marcassite, impossible à réaliser par des techniques « de terrain », est facilement réalisable grâce à la diffraction des rayons X ou la spectroscopie RAMAN." Tous les nodules fibroradiés ne sont pas forcément des pyrites, mais c'est le cas quand on est dans le Crétacé. La marcasite existe aussi dans le Crétacé mais
  13. Faut une bonne balance et un bon nuancier. Oui: https://journals.openedition.org/archeosciences/3776#xd_co_f=Y2ExODk1MjEtMzExZi00M2NkLTlhNzMtNjQyMDY4NjkxYWFi~ Clairement. ??? L'un comme l'autre vont donner un liquide qui va se teinter en jaune du fait de la mise en suspension de particules de soufre. Tous les nodules de sulfure de fer fibroradiés qu'on nous montre ici et qui poviennent quasi toujours de la craie sont bien des pyrites comme démontré dans l'article cité ci-dessus.
  14. Bonjour. Pour 1: la structure avec plaques rayonnantes: à part la surface d'un article d'encrine... 2: rien de + précis 3: Straparolus qu'on appelait aussi Euomphalus il y a + longtemps 4-5: Colonie de coralliaire 6: Productus, effectivement. 7: trop spécial. On pense gastéro mais le pas de la spire est tellement long... Il faudrait peut-être fouiller dans les publications de De Koninck (sur Gallica) qui avait inventorié en profondeur la faune du calcaire dinantien de Belgique.
  15. La figuration n'est pas extrordinaire mais l'espèce peut être vue ici: https://www.persee.fr/doc/mhnly_1627-3516_2007_num_14_1_1380 Et encore ici: https://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.619.2457&rep=rep1&type=pdf
  16. Bonsoir. Pour le brachiopode, je propose Cymatorhynchia humilis. Aalénien.
  17. Pareil mais c'est bien différent des Nérinées. Peut-être du côté des Harpagodes.
  18. Là, j'irai bien voir du côté des Vicinocerithium (ex Batillaria). Par contre, les bêtes du silex du 27 ressemblent fort aux Potamides lapidorum.
  19. Ca fait beaucoup plus industriel que obsidienne
  20. Extrait notice carte géol Creil: Lutétien supérieur A. Les Marnes et caillasses et les Calcaires à Cérithes présentent des affleurements très étendus. mais difficiles à étudier. par suite de l'abandon des exploitations. Peu visibles dans le Vexin oriental. leur épaisseur est de B à 10 m dans le Parisis septentrional. le Valois occidental et les Pays au NW de l'Oise. nettement réduite (5.50 ml au viaduc de Comelle et à Coye-la-Forêt. en position anticlinale. Elles sont constituées de dalles de calcaire dur à pâte fine. plus ou moins dolomitiques. à empreintes de Cerithidae et de Lamellibr
  21. Au premier coup d'oeil, ça fait penser à un tuf, un dépôt calcaire de source/rivière. Le lien de le sablais est une recopie du guide géologique régional. Il est signalé qu'il y a eu une exploitation de gypse un peu plus haut. Du coup, la possibilité d'une cargneule est peut-être à envisager. Pour info: la carrière est en bas du viaduc duquel est tombé un wagon en 1962. 39 morts. J'avais eu un jour l'occasion de rencontrer un cheminot qui avait participé aux secours. Ses collègues l'avaient surnommé le croque-mort...
  22. Aïe! Matériel pas en place... Le dernier fossile est un bivalve Gonomya. Probablement G. literata. Mais ça n'aide pas beaucoup pour la datation vu que l'espèce se promène entre Aalénien et Tithonien.
  23. Ca provient toujours de la même carrière (Mont Rivel)? Ca semble provenir des marnes grises de l'Argovien. Si oui, il va falloir trouver un autre nom pour cette ammonite. Si je ne me trompe pas Ataxioceras est uniquement dans le Kimmeridgien.
  24. ... mais cité à ce niveau (au-dessus des couches à oolithes) sur une autre feuille géol.
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.