Jump to content

Lucailloux

Membre
  • Posts

    4,033
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Lucailloux

  1. Idem pour moi biotite ou autre phyllosilicate, quartz et peut-être albite ou feldspath alcalin.. Ça peut faire pegmatite. Très dur à dire sur ces photos. La glauconie (=/=glaucophane) ressemble à des petites taches verdâtres dans la masse du calcaire, les cristaux ne sont pas visibles à l’œil nu.
  2. Les cartes géologiques peuvent s'avérer énigmatiques pour les néophytes. Au premier coup d’œil, l'abondance d'informations est un peu rebutante, mais c'est justement dans les détails que se cachent les indices nécessaires au minéralo ou paléonto prospecteur... → Sur ce fil, chacun peut poster sa demande d'aide à la lecture des cartes géologiques à laquelle les autres membres de Géoforum pourront répondre. Où consulter les cartes géologiques du service géologique national (BRGM) ? https://www.geoportail.gouv.fr/ http://infoterre.brgm.fr/viewer/MainTileForward.do Quelques bases utiles à la lecture : http://sigespoc.brgm.fr/IMG/pdf/guide_de_lecture_de_la_carte_geologique_a_1_50_000.pdf Comment consulter la notice (sur Infoterre) ? Une carte géologique comporte deux types d'informations principales, portées sur un fond topographique (avec courbes de niveau et toponymie) : - la lithologie (nature des roches), représentée par des plages colorées selon un code précis. Généralement, les tons verts-bleus-jaunes-bruns sont utilisés pour les roches sédimentaires, les tons pâles de vert-jaune et le blanc sont utilisés pour les sédiments récents, les tons rouges-roses, bleus et verts foncés sont utilisés pour les roches magmatiques. Chaque lithologie est référencée par un code combinant chiffres et/ou lettres de la forme x1-2 , xabc ou encore ßabc , qui renvoie à la légende et à la description dans la notice. - la géométrie, c'est-à-dire l'organisation dans l'espace des ensembles rocheux et l'identification des structures indicatrices d'une déformation. Cette dernière catégorie inclut en particulier les failles (lignes noires épaisses) et les plis (flèches ou lignes fines avec croix/losanges). La reconnaissance de la géométrie sur le terrain implique la mesure de l'orientation de surfaces caractéristiques, comme les surfaces de stratification (dans les roches sédimentaires) ou les surfaces de foliation (dans les roches métamorphiques et magmatiques). L'orientation de ces surfaces dans l'espace est ensuite comparée à un plan horizontal imaginaire, tenu pour référence. En pratique, seules deux informations sont nécessaires et suffisantes à la comparaison : on annote alors sur la carte la direction de l'intersection du plan horizontal avec la surface ("horizontale du plan"), et la valeur de l'inclinaison maximale de la surface par rapport au plan horizontal ("pendage du plan"). Le résultat est un petit figuré en forme de T, dont la plus grande barre indique la direction de l'horizontale ; à angle droit, la petite barre (parfois remplacée par un triangle) indique le sens du pendage. Le nombre indiqué à côté du figuré est la valeur en degrés du pendage, comprise entre 0° (pour une surface horizontale) et 90° (pour une surface verticale). À ces informations principales s'ajoutent des points d'intérêt intéressants pour le prospecteur : filons minéralisés, substances utiles (avec symbole de l'élément chimique), sites fossilifères (double f), mines (Ω) et carrières (Ω renversé), etc. Quelques exemples : filons en rose clair et substances utiles à ne pas confondre avec les anomalies géochimiques (analyses chimiques ponctuelles), toujours accompagnées d'un numéro sites fossilifères et carrières Conception, historique et perspectives de la carte géologique : http://sigessn.brgm.fr/IMG/pdf/carte_geol_geochron.pdf
  3. @paramattha Oh ouais un fil lecture des cartes géol pourrait être intéressant ! Je m'en occupe, soit j'en remonte un vioc soit j'en crée un tout neuf. D'autant que le tricot c'est pas une activité d'avenir vu les prévisions climato... Ou alors le tricot de maillots de bains !
  4. Essaie un nettoyage à l'acide chlorhydrique dilué.
  5. Salut ! Je te conseillerais dans un premier temps de ne pas te fermer trop de portes en partant sur une idée précise de métier. Lors de ton cursus, tes goûts changeront, tu découvriras de nouvelles facettes de la géologie (ou de la physique) que tu ne connais pas aujourd'hui, tu mûriras et tu affineras tes perspectives d'avenir. Les méthodes géophysiques ont de nombreuses applications en hydrogéologie, géotechnique ou en management des risques naturels par exemple, des domaines très porteurs en France. Si les sciences naturelles théoriques te motivent, que tu es curieux et désireux d'en savoir plus sur le fonctionnement de notre planète, que tu es autonome dans ta réflexion, je te conseillerais plutôt de choisir un cursus universitaire (Grenoble, Strasbourg, Paris 6 et 7 proposent des parcours géophysique, regarde bien les programmes ou questionne les responsables concernant l'application sur le terrain). Si l'aspect ingénierie, traitement de données, algorithmique et programmation autour de la géophysique te plaît plus, je te conseillerais une prépa PCSI (voir même MPSI) puis de t'orienter vers une école d'ingé (Mines ou ENSG) où tu mettras en application tes connaissances. En général, quelque soit ton choix, il existe des passerelles entre les deux cursus. Pour ce qui est de la recherche, laisse toi le temps de découvrir des choses pendant les deux premières années ; si cela reste (ou devient) un désir important pour toi dans ton parcours, je te conseille plutôt de t'orienter vers un cursus universitaire ; ceci dit, à l'issue d'une prépa, tu pourras toujours te réorienter vers une licence puis master de recherche à l'université. Les profils d'ingénieurs assez généralistes sont également demandés en recherche (par exemple expérimentale ou appliquée pour l'industrie). Donc finalement, tout est possible !
  6. Ça ne veut rien dire, chacun peut domicilier son entreprise où il le souhaite du moment qu'il est possible d'y recevoir du courrier : à son adresse de résidence ou à une adresse de domiciliation (juste une boîte aux lettres parmi d'autres).
  7. Salut et bienvenue ! Pense à numéroter tes photos, c'est plus facile pour ceux qui identifient. 1-2 : baryte (faciès des cristaux, clivages, couleur) a priori, mais fais peut-être une photo de plus près 8-9-10 : quartz massif et une petite mâchoire à la fin Pour les autres, essaie de faire des photos de plus près.
  8. Génial Chantal, il va falloir que tu nous apprennes à fabriquer nos propres cristaux sur un fil dédié
  9. J'ai également acheté ce bouquin et j'ai justement été très déçu par certaines photos de mauvaise qualité (mal cadrées, pas nettes), le manque de diversité des espèces présentées (prépondérance des associations minérales de type alpin) alors que les anciennes exploitations de métaux ne manquent pas dans les deux parties de l'île. On a l'impression de visiter la collection de l'auteur alors que le titre sous-entend une revue de la minéralogie corse. Du point de vue scientifique, c'est trop peu documenté : pas de cartes, pas de contexte géologique (ou tout juste évoqué), pas d'observations précises. Concernant la forme, la mise en page est assez douteuse (problème d'éditeur). Seule la partie historique minier revêt un certain intérêt, mais elle est malheureusement trop succincte. En bref, je pense qu'un projet aussi ambitieux qu'une revue minéralogique de la Corse aurait a minima mérité la collaboration d'autres collectionneurs (corses, français et italiens) et un peu de recherche dans les collections publiques (MNHNP ou musées corses) pour présenter des échantillons majeurs au lecteur. Les Corses ne détestent pas les continentaux ! En tout cas j'ai toujours été très bien accueilli où que j'aille sur l'île, même dans les coins reculés.
  10. La fluorite me paraît assez typique de Moscona, Villabona, Espagne. La calcite ça va être difficile.. Peut-être (très peut-être) Mexique ?
  11. Bien sûr ! Et a posteriori tu ne retrouveras jamais l'information que tu cherches sur les groupes, surtout si elle a été écrite en commentaire. Simplement parce qu'aujourd'hui moins de photos sont postées et certains fils (mêmes s'ils sont très bons) ne sont plus actifs et ne génèrent plus de trafic. L'algorithme de référencement des moteurs de recherche prend aussi en compte la date de la publication et considère souvent les images plus récentes ou recevant beaucoup de vues comme plus pertinentes.
  12. Le forum souffre d'être un forum à l'heure des réseaux sociaux modernes. Ce n'est pas le seul, cette génération de sites de discussions sortis des années 2000 fait figure de dinosaure à côté des 'nouveaux' venus plus originaux, plus versatiles, à l'interface plus dynamique, plus globaux, plus interactifs, plus multimédias, plus... tout ! Parmi eux, Facebook s'impose comme un véritable "forum killer" avec ses groupes (sortes de mini forums interactifs gérés par les utilisateurs) qui rassemblent les personnes autour de point d'intérêts communs. Imaginez que sur Facebook, il existe des groupes avec des règles précises pour les minéraux nationaux, des groupes pour les prospecteurs, des groupes pour les collectionneurs de quartz, de calcite, de fluorite ou d'anatase, des groupes d'échange et de vente etc. Pour perdurer dans ce nouveau paysage, Géoforum doit jouer avec ses armes et combler ses lacunes. Voilà quelques points, en vrac, sur lesquels je crois qu'il faut se concentrer : - conserver et mettre en avant des fils de discussion thématiques, qui ont un véritable intérêt d'historique que Facebook n'aura jamais, et les indexer sur un thread sommaire bien lisible, épinglé et mis à jour régulièrement - fusionner-supprimer les centaines de fils inactifs, doublons, mal nommés et inutiles (très long très pénible) - soumettre l'ouverture de nouveaux fils à une modération critique pour ne pas surcharger les sous-forums de topics doublons ou inutiles - placer quotidiennement ou hebdomadairement des topics à la une dans les sous-forums géologie, minéralogie et paléontologie - proposer des évents (concours photos, concours prospection) ou encourager des thématiques particulières toutes les semaines/mois avec édito de l'admin ou des modérateurs - organiser des rencontres ou activités irl (rassemblements, ateliers, sorties, géocaching) pour maintenir une communauté active qui se connaît en réel grâce au forum - promouvoir la publication d'articles sur Géowiki (quand même une encyclopédie en ligne super bien référencée !) et créer des fils de discussion qui ont pour but de co-rédiger les articles sans mettre à l'écart les membres qui ne maîtrisent pas l'édition html (pour que Géowiki devienne vraiment participative) - développer toujours plus la présence de Géoforum en ligne sur les réseaux sociaux modernes et rediriger les flux d'utilisateurs grâce à des liens vers les topics dynamiques et attractifs (stories, best of des posts du jour, mosaïques de photos, accroches sur des questions intéressantes et liens vers les topics-débats ou galeries d'images) - développer la présence de Géoforum sur les événements réels (sans parler d'un stand ou atelier, quelques flyers sur les bourses seraient déjà bien) - proposer un vrai marketplace public (et pas caché) pour attirer les collectionneurs acheteurs-vendeurs (l'exacte audience qui a quitté le forum, et ils sont nombreux) - épurer au maximum les fils de discussion thématiques pour mettre en avant les images, le média, ce qui intéresse les gens - supprimer les outils de mise en forme du texte et ne conserver que l'essentiel pour une meilleure lisibilité (stop le gras/italique parfois inutiles, les tailles et couleurs, les polices étranges qui accaparent l'attention sur certains posts), les plus motivés et geeks pourront toujours éditer en html - rafraîchir les émoticônes périmées - implémenter un outil de réaction rapide aux posts (bouton j'aime) pour permettre aux posteurs de visualiser l'impact de leurs publications, et éviter aux autres de devoir poster un commentaire du type "joli" ou "super, j'aime bien" qui n'apporte rien au fil de discussion - implémenter un outil automatique de redimensionnement des images pour en faciliter le post - implémenter les sondages éventuellement, afin de récolter l'avis des forumeurs (plutôt pour les admins) - (très) éventuellement, implémenter des achievements/badges pour récompenser les anciens et les membres les plus actifs Bref globalement, moins de contenu mais de meilleure qualité, mieux organisé et donc plus facile à retrouver. Conserver un bon niveau d'expertise dans les interventions tout en mettant à contribution les spécialistes dans des fils thématiques et dans la co-rédaction d'articles Géowiki qui perdureront dans le temps. C'est ce côté archive d'informations, je pense, qui différencie le forum de Facebook et consorts, des réseaux qui veulent monopoliser l'instantanéité mais ont horreur des contenus persistants. Évidemment tout ceci est plus facile à dire qu'à faire !
  13. @korozyf4x4 Je comprends ton point de vue, mais il ne faut pas oublier qu'une carrière exploitée par une entreprise (btp, cimentier ou autres) a pour premier objectif d'être rentable. Pour les plus grands groupes, ce sont de vraies installations stratégiques qui ont un impact fort sur leur compétitivité et leur capacité à remporter les contrats clés du secteur public. Le granulat, c'est le produit qui vaut le plus cher pour un carrier, c'est un produit technique nécessaire à la réalisation de toutes les infrastructures (de transport entres autres) et de tous les bâtiments. C'est la ressource minérale la plus consommée par les français, et de très loin (6,5 t par habitant par an). Les carrières, ce sont des installations à l'activité hyper réglementée, il y a un contrôle administratif très lourd derrière les apparences de "cailloux dans des camions" ; un dossier foncier pour l'ouverture d'une carrière, depuis la prospection sur le terrain et les essais en labo jusqu'à l'entrée de la première pelle sur le site, c'est un laps de temps de plusieurs dizaines d'années. Parfois, les jeunes géologues fonciers en charge lancent un dossier en sachant très bien qu'ils ne verront jamais l'ouverture de l'installation dans leur vie professionnelle, ou alors au crépuscule de leur carrière (sans jeu de mot). Donc face à tous ces enjeux économiques, le patrimoine des cailloux-qui-brillent ou de l'histoire minière, ça pèse pas bien lourd. Je dis pas que c'est bien, mais c'est comme ça que ça marche. Un peu de propagande : https://www.unpg.fr/accueil/dossiers/economie/portrait-economique/
  14. Les bloqueurs de pub existent, la plupart des antivirus gratuits proposent maintenant des extensions contre la pub intempestive.
  15. Ça pourrait aussi faire penser à du St Péray dégagé à l'acide (les pièces prises dans la calcite), avec les résidus de chlorures de fer jaunes fluos ; il y a généralement de la fluorite violette et des petites pyrites.
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.