Jump to content

Lucailloux

Membre
  • Posts

    4,033
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Lucailloux

  1. C'est une fine couche de quartz microcristallisé sur les Berbès. Très courant, ça recouvre souvent en partie les fluos et donne un aspect 'sale' qui ne plaît pas à certains.
  2. Salut, peux-tu faire des photos de plus près, de détail sur ces zébrures ? J'ai quelques idées mais difficile d'être sûr avec des photos en basse qualité.
  3. Ça ne s'enlève pas avec des techniques accessibles aux amateurs ; c'est possible de faire préparer la pièce par un labo professionnel (coûteux) si tu penses qu'elle vaut le coup.
  4. Effectivement, là il n'est pas question d'estimer le degré de métamorphisme. C'est la fabrique de forme, avec l'orientation préférentielle des cristaux de calcite bien visible, qui pointe vers une déformation presque complètement plastique, donc à une température non négligeable (pas en conditions de surface). De plus, difficile de déceler une fabrique sédimentaire sur ces photos ; soit il n'y en avait pas, soit elle a été complètement oblitérée par la recristallisation. On peut lister grossièrement les principales microstructures rencontrées pour des températures croissantes : clivages, fracturation, comminution par cataclase, textures de pression-dissolution, bandes de kinkage, plans de glissements intracristallins de basse température (maclage mécanique), puis glissement et recristallisation-suturation aux joints de grains, lamelles de déformation parallèles resserrées, plans de glissement cristallins de plus haute température, rotations de sous-grains, recristallisation avec migration des joints de grains, textures équantes de trempe. J'en oublie sûrement et dans le détail c'est un peu plus nuancé, je suis pas spécialiste du sujet. Il y a beaucoup de littérature sur le sujet. J'ai en revanche déjà observé des carbonates métamorphiques (des marbres et cipolins faciès Schistes Bleus et Verts, dans les 400°C) avec des textures semblables à ce que montre akira92. Pour observer des transformations minéralogiques dans des carbonates chimiquement très homogènes comme dans ce cas, il faudrait un apport de silice par exemple, pour produire des silicates calciques. Dans un système composé à 100% de CaO, on est sûrs de ne rien voir. Ici, un terme plus neutre que "marbre" pourrait être "calcaire mylonitisé", mais "marbre" reste acceptable. On pourrait avoir exactement le même débat pour faire la distinction entre arénite quartzique et quartzite métamorphique, qu'on a d'ailleurs déjà eu dans la section sédimento je crois.
  5. Ok ! Ça me paraît compliqué sans modélisation chimique un peu lourde, et encore... Je ne m'y connais pas assez pour en dire plus.
  6. Non, ça ne donnera pas la date de construction de la chapelle, mais la date de la dernière exposition à la lumière, soit aujourd'hui (en théorie, modulo l'incertitude). Non, aucune chance. Je ne suis pas un spécialiste de la technique, mais si les grains minéraux ont reçu ne serais-ce qu'un peu de lumière du Soleil, l'OSL marchera pas. Avant de dater il faut bien exprimer ce qu'on souhaite dater. Là j'ai pas compris ce que vous voulez dater.
  7. Ouais, pas de soucis pour du Trepca. Pyrrhotite pseudomorphosée en pyrite et épimorphose de galène ?
  8. Assez d'accord avec zunyite, te relancer dans 2, 3 ou 5 ans d'études ne va pas t'apporter beaucoup par rapport au temps de vie que tu y consacreras, surtout pour ce que tu veux faire. Il n'existe pas d'études pour devenir chercheur de minéraux. La géologie peut aider, mais je crois que quelques connaissances de base et une solide expérience de terrain te seront bien plus utiles qu'un diplôme. Prends contact avec des fouilleurs "pros" en Australie, s'ils existent, et lance toi. Si ça ne marche pas, au moins tu auras essayé.
  9. Calcaire cristallin est une répétition puisque le calcaire et le marbre sont par définition des roches constituées de phases minérales cristallines.
  10. Pour moi, un marbre est beaucoup plus recristallisé que ce que tu montres ici, mais c'est peut-être parce que tu es à fort grossissement ; fais-nous une photo plus large pour qu'on puisse mieux appréhender la texture. Et il faudrait traquer les (plus ou moins) discrets minéraux accessoires qui vont trahir la nature métamorphique de l'assemblage.
  11. Une lame de verre toute simple couverte d'une lamelle maintenue par de l'eau fera amplement l'affaire si les grains sont fins http://vieoceane.free.fr/ateliers/fiches/ficheI.2.html
  12. Les labos privés d'analyse/datation existent aux États-Unis, entre autres, bien plus rapides (et chers) que les labos publics. Tu peux tenter de prendre contact avec les gens de l'INRAP ou du MNHN. Il y a aussi Paleotime qui propose des prestations en archéo préventive.
  13. Si, c'est très bien connu même si peu de labos pratiquent cette technique. Utilisé en archéo et sédimentologie du Quaternaire, à ma connaissance. Sympa votre projet sinon !
  14. Il doit aussi y avoir du gypse dans le Trias du Sub-Briançonnais mais c'est pas du tout ces faciès là et également pas à côté d'Orcières. Les coupes dans le flysch calcaire et l'anhydrite montrent toutes les deux des textures de pression-dissolution (avec des surfaces stylolithiques où se concentrent les insolubles sombres), effectivement indicatrices de déformation à très faible température (hors métam).
  15. Toujours très intéressant la néotectonique niçoise
  16. Salut, il faudrait une photo des cailloux, mais de bonnes chances que ce soit anthropique, oui. Il existe des hard grounds ferrugineux dans le Callovien mais les encroûtement ferrugineux sont très localisés et normalement pas magnétiques du tout.
  17. De même ! Je m'y remets un peu, j'ai pas trouvé de quoi me satisfaire sur les autres réseaux sociaux... @jjnom les analogies pâtissières fonctionnent assez bien pour expliquer les déformations plastiques, méthode très développée chez nos voisins suisses !
  18. Ce ne serait pas la seule vu le bullshit hors d'âge sur l'évolution tectonique de la région mis en avant dans ce (vieux) doc. Je relance d'une brèche polygénique co(a)rse à éléments cristallins (micaschistes et orthogneiss varisques entre autres) et gros pavés de calcaire du Malm Prépiémontais, que j'ai peut-être déjà postée : Elle affleure à l'extrémité NE du Cap Corse, ce qu'en dit la notice de la carte : "Albo-Cénomanien. Brèches de Tamarone et arkoses. Ce puissant ensemble détritique affleure sur le rivage sud de Tamarone et dans les îlots de Finocchiarola. On passe insensiblement des arkoses aux brèches de Tamarone. Ces brèches polygéniques, inorganisées, ont une granulométrie très hétérogène, emballant des éléments de toutes tailles, certains blocs atteignant plusieurs mètres cubes. Elles sont essentiellement constituées de roches de « socle » : granites et rhyolites, gneiss, micaschistes et quartzites. L'étude de ce matériel (M. Durand-Delga et P. Vellutini) a montré que les granites et les rhyolites étaient identiques à ceux, si spécifiques, de la Corse nord-occidentale autochtone. Ces brèches remanient aussi, en moindre abondance, des calcaires à débris de socle de type Caporalino (Malm prépiémontais). Un de ces éléments nous a fourni Protopeneroplis striata, forme du Dogger—Malm (Lluch, 1983). Certains auteurs s'accordaient à placer ces brèches et arkoses au sommet de la série détritique et à leur attribuer un âge éocène. Cependant, cet ensemble est surmonté par le flysch calcaréo-gréseux, dans lequel les mesures de polarité, bien que compliquées par des microplissements, semblent indiquer une série, « en grand », normale"
  19. Salut, sympa tes cailloux. Pour moi ça peut venir des flyschs du coin sans problème, même si je ne reconnais pas le faciès, on sent bien la rythmite gréso- ou calcaro-pélitique. Toutes les formes bizarres, c'est de la déformation : - les trucs tubulaires, ce sont des enveloppes de plis concentriques bien marquées par les lits gréseux (à ne pas confondre avec les figures sédimentaires de base de banc, il y en a aussi dans les flyschs), - les sortes de traits épais, ce sont des séries de fentes de tension développées dans les lits gréseux, rigides, qui rompent par étirement. Elles devraient être remplies par du quartz/calcite. En coupe, on voit bien la déformation très hétérogène, avec des plis amorcés dans les lits gréseux et amortis dans les lits pélitiques, des petites bandes de déformation localisées aux charnières, et des rubans de calcite engrenés qui témoignent de leur recristallisation pendant la déformation. Comme l'a expliqué Greg, ces roches se sont déformées alors qu'elles n'étaient encore que des sédiments sous-marins, plus ou moins indurés. Ils se comportent alors un peu comme un mille-feuille : les couches de pâte feuilletée (=les lits de calcite et de quartz) encadrées de crème pâtissière (=les lits micacés pélitiques) plissent un peu puis cassent, et la crème pâtissière 'absorbe les coups' comme un gel en s'épanchant pour aller rembourrer le cœur des plis. Si la déformation se poursuit encore, ça risque de finir mal pour les lits de pâte feuilletée en calcite-quartz, qui seront disruptés et termineront noyés dans une matrice de crème pâtissière à la pélite, ce qu'on ne souhaite à personne.
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.