Jump to content
Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2022, avec fossiles et gemmes.
Bourse minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines (Alsace) - 23>26 juin 2022

L’émission « Pièces à Conviction » sur France 3 du mercredi 11 février 2009


Guest JPP2A
 Share

Recommended Posts

:coucou!: Elise Lucet et l’équipe de Pièces à conviction ont mené l’enquête sur ce scandale, au coeur des campagnes et des villes françaises. GUEUGNON, ALERTE A LA RADIOACTIVITE »

« NOS BELLES CAMPAGNES… DES POUBELLES RADIOACTIVES ? » Les invités Jean-Louis BORLOO Ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire, Jacques-Emmanuel SAULNIER Porte parole d’AREVA, André Claude LACOSTE président de l’ASN (autorité de sûreté nucléaire)Mais de qui se moque t-ont :clin-oeil: , si ce n’était pas dramatique on pourrait en rire…. :gratte-tete: un nouveau film burlesque « Uranium : le scandale de la France contaminée »

ils font de beaux discours, la sécurité et bla.. bla..bla, mais lorsqu’on a vu en direct certaines choses, alors la c’est l’omerta des hommes politiques, la France est une poubelle, la campagne française est un vaste dépotoir de déchets nucléaires il y a des éléments radio actifs dans les parcs ou les enfants jouent, la ville de Limoges est alimenté en eaux radio actives, etc. Le titre de “Pièces à convictions”, que diffuse le 11 février France 3, fait peur, et pas qu'aux téléspectateurs. Le 29 janvier dernier, Areva avait décidé de saisir le CSA, alors que le groupe spécialisé dans le nucléaire n'a vu aucun reportage. Mais apparemment il n'a aucune chance d' interdire la diffusion de l'émission. Sensible sur la question des déchets d'uranium, Areva ? Ce n'est une surprise pour personne. A France 3, on dit avoir senti la « fébrilité » du groupe - qui, pour l'heure, n'a pas daigné nous répondre - dès les premiers contacts établis par la rédaction de Pièces à conviction. Des personnalités sollicitées pour intervenir sur le plateau d'Élise Lucet (parmi lesquelles le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo), seule Anne Lauvergeon, PDG d'Areva, a décliné, pour cause officielle d'emploi du temps surchargé, laissant le soin à son porte-parole, Jacques-Emmanuel Saulnier, d'honorer l'invitation. Plus étonnante, en outre, l’empressement du groupe à agiter le chiffon rouge du CSA... d'autant que l'autorité n'a pas, selon ses propres mots, « rôle de censeur » et n'est pas habilitée à s'opposer à la diffusion d'une émission en amont. « Nous n'avons pu qu'enregistrer la saisine émise par Areva. Le CSA n'a pas vocation à réagir à un programme avant sa diffusion; nous ne pouvons éventuellement intervenir qu'après la diffusion », explique-t-on à l'instance de régulation. Se fondant uniquement sur une dépêche de l'AFP, qui évoquait « la thèse (...) du scandale de la France contaminée par les déchets radioactifs, résidus des mines d'uranium », Areva semble donc avoir foncé billet en tête vers une procédure qui s'avère dans les faits impossible à mettre en œuvre. Dans un communiqué, le groupe estimait « pour le moins surprenant, voire contraire à la déontologie, que son point de vue soit présupposé et rendu public avant même qu'il ne se soit exprimé ». En clair, Areva a la désagréable sensation que les dés sont pipés. C'est là, tout de même, qu'il convient de rappeler que les extraits qu'ont pu visionner les journalistes (dont celui de l'AFP) n'étaient qu'à l'état de projet ou en cours de montage, et que certaines séquences, dont l'interview du porte-parole d'Areva, n'étaient pas encore tournées. Réagissant à son tour par l'AFP, le rédacteur en chef de l'émission, Lionel de Coninck, a contesté ces accusations de « présupposition », en indiquant que le reportage relayait « ce que dit Areva depuis des dizaines d'années sur le sujet ». C'est-à-dire un discours qui se veut rassurant sur la question de la possible nocivité des quelques millions de tonnes de déchets d'uranium dispersés sur le territoire français depuis plusieurs décennies. Des millions de tonnes de résidus radioactifs abandonnés à moins de six pieds sous terre, c'est vrai que ça invite à l'optimisme…

…….en toute discrétion, dans nos campagnes, à proximité immédiate des villages ou des villes. des déchets radioactifs extrêmement dangereux ont été disséminés, ou ensevelis méthodiquement, depuis des dizaines années. Pire encore, ils ont parfois servi à construire des routes, des parkings, et même des logements, des écoles ou des aires de jeu pour les enfants... Sans aucune mise en garde sur les risques encourus ! Car entre 1945 et 2001, la France a exploité 210 mines d’uranium sur son territoire. Elles ont produit 300 millions de tonnes de déchets radioactifs qui ont été abandonnés sans mesure de protection ou de surveillance particulière. Qui sont les responsables ? Pourquoi ceux qui ont tenté de donner l’alerte n’ont-ils jamais été écoutés ? Pourquoi l’Etat n’a-t-il pas alerté les riverains ? Les populations sont-elles en danger ? il y a eu aussi l’interview d’un responsable de la DRIRE, qui semble être amnésique, c’est dingue tout ça, alors parallèlement « ils » condamnes les mines classées dangereuses a leurs yeux, et là ou vraiment le danger est présent…..c’est l’omerta :surpris:

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

j'ai regardé l'émission et je suis d'accord que d'enfouir des déchets issus du traitement des matières radioactives sans protection dans des sites accessibles au grand public n'est pas normal, mais essayé de faire peur au gens en disant que les stériles (minerai trop pauvre en uranium ou roches n'en contenant même) pas est dangereux par le simple fait qu'il est été extrait du sol et r'enfouis dans le sol il y a de l'abus. Le minerai en question est naturel et dans beaucoup de régions de France il affleure et les gens vivent bien au contact de cette radioactivité .

Si la radioactivité naturel du sol était nocives il n'y aurait plus d'habitants en Bretagne, en Limousin, en Morvan ..... il faut arrêter de faire peur au gens avec ce genre de discours .

à plus .............

Link to comment
Share on other sites

C'est ça qui me dérange aussi !

J'ai regardé aussi l'émission et aucun point de comparaison n'a été donné !J'aurais bien aimé voir le gars de la CRIRAD aller faire des mesures dans certains coins de granite breton ou autres ! Donner des valeurs mesurées sans élément de comparaison n'a aucun sens ! Mais par contre, en ce qui concerne les déchets des traitements, aller les enfouir n'importe où, c'est anormal.

le sablais

Link to comment
Share on other sites

Il y a un délire totale autour de tout cela, c'est navrant, pitoyable, et ces pseudo jounaliste, juste bon à faire du sensationnel, pour l'audience, et vendre leur reportage... Dire que c'est sur la Télé publique, avec nos sous de la redevance, dire que ces pseudo jounaliste ont droit à 7.650 euor de déduction d'impôt par an car ils ont le statut de journaliste, etc.

Savez-vous qu'un organisme publique il y peu de temps a fait du porte à porte chez d'anciens salariés de mines (et autres ?) vers LAPRUGNE pour récupérer des échantillons de roches et minéraux, "vous avez des objets dangereux, faut nous les donner, on sait que vous en avez, etc". Gorsse pression sur les gens, comme pour les concessions minières à "mettre en sécurité", faire peur quitte à raconter n'improte quoi. Du délire qui coûte très cher, enfin, c'est le contribuable qui paye, alors on compte pas vraiment. Là, aussi, est-ce que certains se créraient du boulot à bon compte ?

Si quelqu'un a d'ailleurs plus d'infos sur cette opération, il doit y avoir eu des articles dans la presse locale.

Link to comment
Share on other sites

Pas mieux, je l'ai regardé aussi, et j'ai été ecoeuré par l'alarmisme et le sensationalisme.

Comme le Sablais et 3Frangin je suis d'accord que c'est pas normal que les résidus soient enfois n'importe comment, mais comme eux je trouve inadmissible la partialité de l'émission, qui n'a pas donné de point de comparaison ( à part deux ou trois chiffres jetés comme cela en pature ).

J'ai relevé entre autre un 45 chocs par seconde ( ou quelque cose comme ca ) à Gueugnon comme bruit de fond.... et un 200 chocs par secondes pour la même chose dans le Limousin.... avec un parking à Geugnon à peine au dessus de 200 chocs par secondes.... Mais il faut avoir bien écouté et avec fait quelques calculs car ces chiffres sont du style : la on relève 800 chocs par secondes, c'est beaucoup trop, c'est 4 fois la valeur normale du secteur.

En suivant bien on s'apercoit que le parking radioactif de Geugnon... et au pire aussi radioactif que la campagne ( non radioactive ) limousine...

J'ai aussi bien aimé le gars qui s'équipe en NBC partiel pour aller faire des relevés sur un parking.... Calaisse rèveur.

Link to comment
Share on other sites

A n'en pas douter du "catastrophisme journalistique" pour faire trembler dans les chaumières.......... je suis d'accord...

Reste que si la réponse des autorités sur tout ce qui concerne le nucléaire avait été plus claire et plus honnête on n'en serait pas avec toute cette inquiétude latente dans la population, source évidemment d'excitation journalistique. 2 exemples uniquement : le nuage de Tchernobyl qui s'évapore ou reste bloqué juste au niveau du Rhin !!!! :sourire: Les essais nucléaires Français particulièrement propres :sourire: ............ on sait ce qu'il en est des procès en cours et ce n'est qu'un début !!! etc... etc... etc.... résultat personne ne croit plus personne et on ne croit surtout pas les autorités ce qui semble bien logique !

Link to comment
Share on other sites

Je dois être plus naif que vous, sans connaitre le fond de l'affaire, les circonstances dans lesquelles ce reportage a été tourné et les différents qui opposent les parties prenantes mais cela m'a fait froid dans le dos ! J'en ai même abandonné mon match de foot . Je ne doute pas que pour les besoins de la cause, on ait poussé le bouchon un peu loin (par exemple sur le parking où le responsable de la CRIRAD dégage à 5 cm de profondeur un caillou qui envoie 5000 ou 10000 chocs au compteur) mais quand même !! Quand je vois , dans le Limousin , la carrière de Péni où j'allais, avec discrétion, chercher qqs quartz morions et des paillettes d'autunite, la mine de Marniac : ce n'est quand même pas pour les besoins du reportage que les futs enterrés ( éventrés) ont été rapportés; de même pour les observatoires de controles placés par un organisme filial d'Areva autour d'une zone de dépot dans les coins qui "percutent" le moins!

Comme dit frangin3, on a renfoui les stériles et le minerai traité la où il se trouvait à l'origine mais entre temps, il a été traité pour en extraire l'uranium et que sait-on des transformations dus à ce traitement: le spectomètre donne bien des diagrammes alarmant sur les produits dérivés

Même si les reportages voulaient faire du sensationnel, ils n'en restent pas moins inquiétants ; heureusement, la petite touche finale avec Jean Louis Borloo a été impayable : oui, je m'en occupe etc....

Pour finir je cite JPP2A

Les populations sont-elles en danger ? il y a eu aussi l’interview d’un responsable de la DRIRE, qui semble être amnésique, c’est dingue tout ça, alors parallèlement « ils » condamnes les mines classées dangereuses a leurs yeux, et là ou vraiment le danger est présent…..c’est l’omerta

C'est exactement la même réflexion que je me suis faite : réhabiliter les mines n'offrant que peu de dangers en rebouchant à grands renforts de bulldozer et de béton et laisser les boues radioactives "fermenter" à faible profondeur pour se transformer en ....quoi exactement; nul ne le sait ...pour l'instant !!!!!

Link to comment
Share on other sites

bonjour

Les mesures sur le parking sont à garder en archive! (comme mauvaise foi flagrante!)

1 : mesure immédiate avec un compteur de poche sur le parking montrant soit disant de la radio activité (temps de mesure de ce genre d'appareil environ 2mn)

2: tenue de mesure (pourquoi pas le masque ; c'était encore plus spectaculaire!!!)

3: ils ont si peu de moyens au CRIRAD qu'ils utilisent des SPP2 ou 3 qui datent de mathusalem! Petit truc connu de tous les prospecteurs au scintillomètre pour "se faire mousser" et utilisé lors du tournage : ces scintillomètres ont un bouton de réglage pour augmenter ou diminuer l'intensité relevée (position 1: de 0 à 150c/s position 2 de 0 à 1500 c/s etc...) Vous mettez le "couineur" à fond, vous réglez sur 1 et vous mesurez à tous les coups une "forte activité" même sur du goudron (suivant le type de granulat) ou du béton!!!!

Pour mémoire le CRIRAD est à l'origine de l'alerte à la pollution radio active sur des sédiments du Rhône lors d'une crue de printemps ! il s'agissait de minéraux lourds concentrés par les vagues et d'origine tout à fait naturelle!!!!!

A remarquer également : les normes sont devenues telles que les portiques de décharges sont souvent "out" ; un simple camion de fragments de béton ou démolition de maison le fait biper!!!!

Link to comment
Share on other sites

Guest Rémi BORNET

:sourire:

J'ai vaguement vu cette émission, l'alarmisme de journalistes totalement ignorant en matière de radioactivité discrédite totalement l'émission. C'est le genre de propagande pseudoscientifique qu'ils devraient continuer de développer alors que la France subit la crise et que le morale des français est déjà au plus bas !

Pour ce qui est des CET (centres d'enfouissements techniques) les portails de sécurité sont tellement sensible qu'un bout de granite suffit à le faire sonner, (ne jeter pas vos autunite ou torbernite à la poubelle !!! :sourire: ). Pour ce qui est des dangers il existe un nomenclature appliquer notamment dans les labos qui utilisent des sources radioactives. En 1 an dans une région non granitique on mange 2 unités, la norme des labos et de ne pas dépasser 100 unités (pour éviter des problèmes de santé), norme qui repose sur des études empiriques. Les personnes travaillant dans ces environnements sont très loin d'arriver à ces doses. Alors même avec un remblais en autunite, je doute que les conséquences pour la sané soit notable...

@+ :yahoo:

Link to comment
Share on other sites

Bon résumons nous, je n'ai pas vu le reportage, j'ai juste explosé de rire en lisant l'alerte au caillou radioactif en Limousin, Ma tante avait un magnifique rognon de pechblende massive dans son jardin tout ce qu'il y a de plus naturel. Ce qui ne va pas dire que c'était sain, mais le CEA n'y était pour rien. Au fait elle a 90 ans, et à mangé des champignons du coin une bonne partie de sa vie.

Sur ce que je peux dire, c'est qu'il me semble y avoir une magnifique partie de poker menteur entre AREVA et la CRIIRAD, d'un côté, on prend comme valeur de mesure la plus forte naturelle du site ce qui fait qu'on explique qu'on a même enlevé de la radioactivité, de l'autre on lève les bras au ciel dès qu'un compteur bipe. Il est vrai qu'on se servait des scintillomètres de prospection pour carter les filons de microgranite qui ne sont pas des gisements d'uranium!!!

Après, je suis désolé, je ne suis pas prêt à donner un chèque en blanc à AREVA, pas plus qu'à une autre entreprise industrielle.

Dialogue avec ESSO en 1984:

ESSO: nous avons fait d'énormes progrès en matière d'environnement en France

Mézigue: Tout à fait, mais si on ne vous avait pas forcé (je crois que j'avais plutôt dit donne un coup de pied au C...) avec des lois, vous rejetteriez les mêmes conchonneries dans le milieu qu'au Mexique. El senor argent est un puissant levier ....

Serge

Link to comment
Share on other sites

Et c'est parti, délire médiatique à gogo, dire que c'est sensé avoir fait des études un journaliste...

Dans le Parisien par exemple :

La découverte est stupéfiante : la France est minée par quelques 210 sites d'uranium. C'est ce qu'ont révélé mercredi soir les journalistes du magazine de France 3, "Pièces à conviction", dans une enquête intitulée "le scandale de la France contaminée.

En savoir plus

La France repertorie ses anciens sites d'uranium

" On y apprend que, dans nos campagnes, en toute discrétion, à proximité immédiate des habitations, des déchets radioactifs extrêmement dangereux ont été éparpillés ou ensevelis méthodiquement, depuis des dizaines années.

Pire encore, ils ont parfois servi à construire des routes, des parkings, et même des logements, des écoles ou des aires de jeu pour les enfants... Sans aucune mise en garde sur les risques encourus. Entre 1945 et 2001, la France a ainsi exploité ces mines d'uranium qui ont produit pas moins 300 millions de tonnes de déchets radioactifs, abandonnés sans mesure de protection particulière.

L'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) vient de publier la liste des 210 anciennes mines d'uranium exploitées sur tout le territoire, aujourd'hui toutes fermées. Consultable sur Internet, cette liste permet aux citoyens de connaître la quantité d'uranium produite sur chaque site. L’inventaire consiste en un recensement le plus exhaustif possible des sites sur lesquels ont été pratiquées des activités d’exploration, d’extraction ou de traitement du minerai d’uranium en France métropolitaine.

Vite fait :

- les journalistes découvrent qu'il y a eu des mines d'uranium en france, de la façon dont ils parlent de la chose, on a l'impression que c'était quelque chose de caché, c'est bien pour donner du tonus au scoop ;

- ils parlent de déchet là où il y a simplement des stériles des roches déplacées pour exploiter un gisement et sans intérêts, déchet, ça fait peur, "quoi il y a des déchet nuclaire à coté de chez moiiiii ???" ;

- on parle de "stériles radioactifs comme remblais dans des zones fréquentées par le public", hum, c'est à dire concrètement, c'est quoi comme roche et en quoi c'est dangereux, quelle radioctivité ? Beaucoup de roches sont radioactives, comme le granite, on en fait des cuisines et des salles de bain tout de même ;

- etc.

Je suis très très inquiet dont de la façon dont les journaliste, du service publique en plus, traitent les dossiers, si c'est comme cela pour tout...

Link to comment
Share on other sites

Un reportage intéressant même si il était clairement orienté anti-nuclaire. Dans celui ci les journalistes exposent des faits relativement graves : épandage de boues industrielles -à caractère plus ou moins radioactif- dans la nature, ou le largage sauvage de fûts estampiller du fameux logo jaune et noire. Dommage que la partialité du discours et des exemples parfois douteux viennent ébranler leur crédibilité.

Link to comment
Share on other sites

Oula oui en effet, une erreur de ma part, que je vais corriger expressément (comme quoi il faut vérifier ses sources). Le radon est donc bien radioactif comme le dit le reportage, je retire donc ce que j'ai dit. Merci de m'avoir repris.

Cependant il s'agit d'une désintégration de type alpha, c'est à dire émettant une particule d'hélium de faible énergie (soit disant "stopable" par une feuille de papier), qui n'est pas comparable à celle de l'uranium par exemple. Plus que le radon en lui même ce sont ses descendants tel le plomb qui sont dangereux.

Link to comment
Share on other sites

'Théophraste' date='jeudi 12 février 2009 à 13:44' post='171217']

Et c'est parti, délire médiatique à gogo, dire que c'est sensé avoir fait des études un journaliste... Dans le Parisien par exemple :

Vite fait :

- les journalistes découvrent qu'il y a eu des mines d'uranium en france, de la façon dont ils parlent de la chose, on a l'impression que c'était quelque chose de caché, c'est bien pour donner du tonus au scoop ;

- ils parlent de déchet là où il y a simplement des stériles des roches déplacées pour exploiter un gisement et sans intérêts, déchet, ça fait peur, "quoi il y a des déchet nuclaire à coté de chez moiiiii ???" ;

- on parle de "stériles radioactifs comme remblais dans des zones fréquentées par le public", hum, c'est à dire concrètement, c'est quoi comme roche et en quoi c'est dangereux, quelle radioctivité ? Beaucoup de roches sont radioactives, comme le granite, on en fait des cuisines et des salles de bain tout de même ;

- etc.

Je suis très très inquiet dont de la façon dont les journaliste(s), du service publique en plus, traitent les dossiers, si c'est comme cela pour tout...

;)je crois que de nombreuses personnes qui ont fait des études comme les journalistes (bac+4, parfois 8 selon le cursus) ne sont pas forcément plus sensées, les exemples ne manque pas là aussi…mais le problème n'est pas là. Oui sans doute l'émission a été un peu alarmiste, mais….les journalistes sont souvent là pour prévenir la population des dérives de tout ordre, et parfois on est bien content de savoir, je ne crois pas qu'ils sont tous des « fouilles merde » et je crois aussi sincèrement que si « AREVA », et consort n'avait vraiment rien a se reprocher, ils auraient du être présent aux interview demandé par les journalistes, pourquoi toujours faire des cachoteries, et de se dérober comme de vulgaires voleurs….alors dans ce cas là a qui faire confiance, comme ce fut le cas de Tchernobyl, ou bien de la vache folle, plus récemment de la grippe aviaire, ils nous racontent que des blagues, ils n'ont pas le courage de leurs actes, dans tout ça les journalistes nous informent avec les éléments qu'ils ont en leurs possessions, c'est vrais qu'un seul son de cloche ce n'est pas toujours bon mais…que faire d'autre puisque le dialogue ne s'établit pas entre les différentes parties….question cruciale. :siffler:

Link to comment
Share on other sites

Coté nucléaire, il est vrai que la filière reste quand même très opaque … et c’est très « co-sanguin » comme milieu …. Ayant eu une petite expérience dans ce milieu, d’après mes souvenirs et de mémoire, le principal actionnaire d’AREVA est le CEA (commissariat à l’énergie atomique). En 2002, l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) a été crée avant d’éviter les « conflits d’intérêts ». A l’époque cet organisme a été crée en grande partie avec du personnel « détaché » du CEA ….Sans compter que les postes clés du nucléaire (toute filière confondues) sont la chasse gardée et le monopole d’une ou deux grandes écoles … tout ça donne quand même moyennement confiance au niveau de la « transparence » de la filière ….mais ce n’est que mon opinion perso

Link to comment
Share on other sites

d'accord avec David.

en plus l'impunite dont beneficie Areva lui permet toute sorte de choses qui ne seraient pas tolerees ailleurs comm l'enfouissement de futs de dechets a meme les carrieres..... et puis y a avait quand meme du yellow cake sur un des sites (sous 50 cm de terre), on peut pas dire qu'ils n'ont pas ete desinvoltes.

ok les sols sont naturellement radioactifs et l'autunite est courante sur le massif central mais le radon est lui dangereux.

ce qui est marrant c'est surtout l'attitude discrete voire complice de la drire alors que cette meme drire s'empresse de securiser des anciennes mines pour qu'un mineralo ne se prenne pas un caillou sur la tete, a moins que ce ne soit plutot pour se couvrir en cas de pollution averee (plomb, arsenic).

ce serait bien qu'une etude epidemiologique et environnementale soit conduite..... apparement mission impossible

Link to comment
Share on other sites

Salut Victor, je te donne des nouvelles en mp ce week end !

Autre chose, l'enquete épidémiologique fait ressortir un risque accru pour les mineurs d'uranium (ça je ne le consteste pas ... ca semble malheureusement découler du bon sens mais encore fallait il le prouver) par rapport au reste de la population ... mais en fait il aurait fallu comparer ces statistiques à ceux d'une population de mineurs "hors uranium". La simple activité de "mineur" (... triste silicose des gueules noires) réduit considérablement l'espérance de vie par la simple inhalation de poussières ..... et là il n'est pas question de radioactivité ... et l'espérance de vie des ces gens là est plus faible que le reste de la population => leur conclusion est la résultante de 2 causes = activité de mineurs s.s. + travail en milieu "actif" ..... quelle est la part de l'une et de l'autre ....

Link to comment
Share on other sites

même reflexion et remarque que le frangin et le cousin en début de post !!!!!!!!!!!!!

pôvre journalistes qui sont obligés de foutre la trouille a la population pour "vendre" leur reportage !!!!!!!!!!!!!!!!

leurs déchets radioactifs n'étaient que des stérils des exploitations d'uranium !!!!!!!!!!(en plus on en a extrait un max d'uranium........)

d'origine (avec tout l'uranium contenu naturellement !!) ces roches étaient présentent dans le sol....

et ce qu'ils auraient pu dire c'est qu'il en reste dans le sol ..........avec de l'uranium dedant !!!

par contre ya un truc qui m'a chagriner un peu : la carte des mines d'uranium !! yen avait du coté de la gironde ou des landes !!!! ( si j'ai bien vu !! mais elle est passée plusieures fois!!) ben la j'savais pô !!! d'ailleur toute la france est couverte de mines d'uranium ............toujours d'après leur carte (pour fair peur!!)

j'ai bien aimé aussi le sketch avec les surbottes : hilarant au possible !!!!!!!!!! (z'auraient du mettre la combinaison blanche avec le masque !! pour etre plus crédible ...)

pour les futs : faudrait creusé un peu le sujet !! car le film provient d'un furieux contre l'uranium !!!! (les journalistes n'ont fait qu'utiliser son film ....) mais la effectivement , si c'est averé c'est grave !!! et c'est la qu'il fallait chercher !! pô sur un parking ou sur le bitume des routes !!! en limousin comme dans d'autres région naturellement riches en uranium naturel (si si j'insiste!!) c'est très facile de faire crier un compteur !!!

comme le dit théo : en bretage le granit est radioactif !! les entourages de porte et de fenetres sont en granit ............pire les cheminées aussi !!! et on y fesait la cuisine !!des générations de breton ont dut en crever .............tout en se reproduisant et faisant des enfants solides comme ...........le granit!!!

triste est la télé !!! vendre vendre faire de l'audience !!! faire peur pour y arriver c'est affligeant !!!

(je vois que je suis loin d'ètre le seul a avoir regarder ce torchon !!!!!!!!!!!!)

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir à tous,

le problème c'est que les journalistes mélanges les deblais stériles ( uranium naturel) aux boues qui proviennent du traitement de l'uranium, ce qui n'est pas comparable car forcement les boue sont plus concentrées en U.

Par contre les mesures effectuées par les membres de la criirad , lorsque sur les abord du parking du stade, le gars obtient 15000 becquerels, sur des deblais stériles, et qu'il fait 5 mètres en arrière en disant que c'est dangereux , celà ne reste qu'une radioactivité naturelle.

En effet dans le bassin de Lodève , on peut mesurer sur le site naturel de campagnac 22000 becquerels au sol,et dans les vignes autour de st jean de la blaquière entre 15000 et 17000 becquerels ....

Et pour ce qui connaissent les vilages de cette région , de nombreuses maison sont construites en pierreou l'on retrouve du minerai d'U et celà n'empeche pas que nos anciens vivent de long jour paisible.....

Et en plus LE VIN EST EXCELLENT ( AVEC MODERATION)

daniel

Link to comment
Share on other sites

faut etre comprehensif avec ce reportage un journaliste n'est pas un expert : il a au moins le merite d'avoir ete fait et de faire reagir borloo....

s'il falait etre physicien nucleaire ou expert es-quelquechose pour avoir le droit d'enqueter.... beaucoup de choses n'apparaitraient jamais

et on accuserait les journalistes de n'avoir pas fait leur boulot ( vache folle, sang contamine etc etc).

mieux vaut enqueter sans savoir que ne pas enqueter en sachant.......

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...