Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2017

tempo

Stacker précis sans l'être

1 032 messages dans ce sujet

5/5

Alors, quelles sont les ressemblances et les différences avec la méthode Tempo ? (qu'il veuille bien corriger si je n'ai pas compris!)

On a bien les mêmes composants :

- l'objectif de la bino qui correspond à l'objectif micro de Tempo,

- l'oculaire qui joue le rôle de la lentille de tube,

- l'appareil photo.

Comme dans la méthode Tempo, on agit sur la distance entre la lentille de tube (ici, c'est l'oculaire) et le capteur de l'appareil. En changeant cette distance d'un mm, on réalise un déplacement de quelques dizaines de microns du plan de mise au point. D'où la possibilité de stacker avec une bonne précision à partir d'un mouvement peu précis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Hum c'est assimilable sans doute, encore une variante originale !

Cependant la Lentille de tube classique forme une image réelle alors que l'oculaire d'après mes maigres connaissances ne forme qu'une image à l'infini

qui formera sur la rétine une image réelle. L'oculaire est donc plutôt une lentille de tube inversée (?).

Donc dans ton cas tu bidouilles pour que ton appareil se comporte un peu comme un oeil avec son objectif.

En quoi cela s'assimile à ma méthode ? Tu modifies la focalisation de l'oculaire et donc tu vas balayer l'image formée par l'objectif qui pourrait

avoir sa lentille de tube. De fait tu travailles du coté de l'image et donc effectivement la précision mécanique est faible.

On peut donc effectivement travailler ainsi Mais on rajoute des lentilles. Cependant c'est original, tu es créatif !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord, ce n'est que du bidouillage. Les composants ne sont pas adaptés, on ne fera pas des photos de bonne qualité ainsi mais ça peut quand même dépanner.

Le but est surtout pédagogique, montrer simplement l'effet démultiplicateur d'une lentille située entre l'objectif et l' APN.

C'est conforme au titre: "stacker précis sans l'être".

Le point à retenir est : on peut déplacer le plan de mise au point à quelques microns près sans utiliser une mécanique de haute précision.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

je viens ici pour vous montrer un essai de ce matin

2 cropts d'une image présentée sur un autre post(tous a vos microminérux)

La premiere stackée avec les 130 images de départ, la deuxième avec une image sur deux de la même pile soit 65 images.

J'ai comparé les images avec l'aplication de "faststone image viewer". Je ne vois pas de différence de qualité a part les marques rouges:rolleyes: je vais pouvoir gagner sur les prises de vue.

2015-04-13-19.20.10 ZS PMax.jpg

2016-04-04-09.21.33 ZS PMax.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est quoi un cropts ?

 

Résultat intéressant, on dirait que c'est une inclusion ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

crop

 

En fait c'est un redécoupage d'une image, permettant notamment dans le cas d'un crop 100%, d'afficher la définition native de l'image sur un écran d'ordi.

 

JeF

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour la réponse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

newmacro1485.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Transparence.... Difficile de voir à travers les cristaux

newmacro1484.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un essai.... Pas de poussière sur le capteur. On voit sur l'image au x10 à quoi ça correspond....

newmacro1486.jpg

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette cuprite est vraiment impressionnante en photo. Les ''vieilles'' photos me laissaient déjà sur le c*l mais là........ :chaud:

 

On rentre dans une autre dimension, vraiment une œuvre d'art !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Impréssionnant on pourrait avoir un résultat identique avec MEB mais pas en couleur !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le problème est de trouver des choses intéressantes de cette taille maintenant.... Presque tout est trop gros. Et comme je suis un peu difficile, je ne veux pas stacker des trucs uniquement parce que c'est petit. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un exemple de stack précis sans l'être...(avec Combine ZP)

Agardite sur malachite, adamite, limonite/goethite du Laurion (Grèce). Champ photographié: environ 3 x 2,5 mm.

Bino LEICA EZ4 HD

Stack de seulement 15 photos. Méthode Pyramid Do Stack.

Aucun retraitement de photo après le résultat du stack (sauf compression pour pouvoir diffuser).

Michel

Agardite et Adamite Laurion  30 x 25 .jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Content de voir que tu appliques la méthode de stack imprécise = travail du coté de l'image. Cependant l'imprécision ne vient pas de la quantité d'image mais bien du fait que la mécanique de précision n'existe pas.

 

Cependant ton image est floue. IL y a un problème.

 

Deux méthodes la mienne et la (les !) variante mr42. Laquelle appliques-tu ?

 

La méthode ne modifie jamais la quantité de photo avec un même objectif (diffraction oblige). Cependant les moyens sont réduits pour la méthode imprécise.

 

Avant que je n'étudie un peu le problème je ne savais pas trop quelles étaient ces limites....

 

La précision au 50x avec le grandissement classique est de 4 nanomètres avec la platine manfrotto et de 25 nanomètres avec le 20x. Mais on n'utilise pas cette précision, ça n'aurait pas d'intérêt.  

 

Il faudrait peut-être ouvrir des autres posts : les photos et  les problèmes rencontrés. Dans stacker précis sans l'être, le sujet est clair, on stacke TRES précis avec ma méthode.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Tempo pourrais tu indiquer le nombre de prises de vue nescesaire par image au x50 et x20.

Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça dépend de la profondeur recherchée... Le calculateur (que j'ai mis à disposition) indique tout.

 

Cependant prenons deux exemples :

 

- La pdc au 50x est d'après les constructeurs (et aussi le calculateur) avec une ON de 0.6 de l'ordre de 1 micromètre (voire 1.5 um selon le stigmatisme et la qualité de l'objectif). Si on considère un champ de 0.45 mm pour un aps-c  et qu'on fait une profondeur disons de la moitié de la largeur de champ soit 0.22 mm il faut donc un minimum de 220 images.

 

Pour une image de profondeur égale à la largeur il faut 440 images. Et ceci sans marge. On arrive donc facilement à 500 images sans problème.

 

Je ne détaillerai pas plus tout a déjà été dit. Les spécialistes donneront tout ceci moi je suis un adepte de photoshop avant tout. Une pile de 800 images est possible dans mon système à grandissement variable et à recoupement des piles. Non je n'expliquerai pas encore et encore. Je me contenterai de ce post d'ailleurs pour ne pas déranger les adeptes des techniques floues. Pour moi le flou n'est pas artistique. Le seul flou que j'admets est celui de la pdc comme ci-dessous. 

newmacro1487.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

OK, merci pour ta réponse.

On peu donc dire que quelque soit le système le nombre d'image  par pile est le même et qu'a la limite ce qui compte c'est la qualité du matériel, de l'opérateur et du sujet.

J'hésite à essayer ta méthode qui me parait très bonne, mais je ne possède pas de mitutoyo ou d'objectif de la qualité des tiens. Est ce possible de réussir sans cela?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 8 heures, tempo a dit :

Content de voir que tu appliques la méthode de stack imprécise = travail du coté de l'image. Cependant l'imprécision ne vient pas de la quantité d'image mais bien du fait que la mécanique de précision n'existe pas.

 

Cependant ton image est floue. IL y a un problème.

 

Deux méthodes la mienne et la (les !) variante mr42. Laquelle appliques-tu ?

 

La méthode ne modifie jamais la quantité de photo avec un même objectif (diffraction oblige). Cependant les moyens sont réduits pour la méthode imprécise.

 

Avant que je n'étudie un peu le problème je ne savais pas trop quelles étaient ces limites....

 

La précision au 50x avec le grandissement classique est de 4 nanomètres avec la platine manfrotto et de 25 nanomètres avec le 20x. Mais on n'utilise pas cette précision, ça n'aurait pas d'intérêt.  

 

Il faudrait peut-être ouvrir des autres posts : les photos et  les problèmes rencontrés. Dans stacker précis sans l'être, le sujet est clair, on stacke TRES précis avec ma méthode.

 

 

Bonjour Frédéric,

Si le message ci-dessus m'est adressé après l'envoi de la photo ce matin, j'y réponds rapidement.

Comme je l'ai dit, j'utilise une bino de qualité munie d'une caméra et d'un éclairage incorporé performant, réglable que je diffuse avec des bouts de plastique dépolis. La bino grossit de 8 à 35 fois continûment. Sur les faibles grossissements, le capteur permet de faire des clichés nets avec une certaine profondeur de champ (je ne la connais pas). Avec de forts grossissements et/ou une profondeur de champ désirée plus grande, je stacke. Le seul moyen que j'ai actuellement est de remonter manuellement et très doucement la molette de réglage. Du fait de la qualité mécanique de l'instrument, on arrive ainsi à avoir des résultats corrects avec des pas de montée régulier (il va falloir que je trouve le moyen de mesurer ce pas minimum/moyen avec un pied à coulisse). 

La phase de choix de la zone photographiée puis surtout après les ajustements de lumière, temps d'exposition, gain, gamma et saturation sont primordiaux avant de démarrer les acquisitions. Je contrôle tout sur l'écran du laptop. Alors, effectivement, j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi je n'ai pas toujours la netteté souhaitée. En effet, dans le premier cliché il y a des zones nettes (forcément si on fait bien la première mise au point) et des zones floues. Ensuite, en remontant la partie optique étape par étape, les zones nettes deviennent floues et les zones floues deviennent nettes. Combine ZP est censé ensuite assembler tout cela pour faire un cliché globalement net.

Où est le problème ?

Combine ZP n'est pas performant ?

Vibrations mal contrôlées ?

Problème de matériel ?

Evolution du champ photographié au fur et à mesure de la montée ? (mais CZP est censé corrigé cela et les hauteurs montées restent toujours faibles)

Diffraction ?

Au niveau de l'éclairage, je suis conscient que des progrès peuvent être faits avec des lampes à LED diffusées extérieures en plus de l'éclairage de la bino qui est pourtant performant. Prochaine étape.

Cdlt

 

Michel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, mimi74 a dit :

OK, merci pour ta réponse.

On peu donc dire que quelque soit le système le nombre d'image  par pile est le même et qu'a la limite ce qui compte c'est la qualité du matériel, de l'opérateur et du sujet.

J'hésite à essayer ta méthode qui me parait très bonne, mais je ne possède pas de mitutoyo ou d'objectif de la qualité des tiens. Est ce possible de réussir sans cela?

Est-ce que la méthode est bonne ? 

 

La question qui pourrait plutôt se poser c'est de savoir si une méthode est meilleure qu'une autre ? Et pour se faire il faudrait expérimenter. Or je suis seul sur mon créneau ou presque pour le moment. Je peux stacker en standard ou pas. Ce n'est pas à l'ordre du jour.

 

De bons objectifs se trouvent partout si on cherche. Cependant ne pas oublier les contraintes des objectifs infini.... Je renvoie sur les livres vantés ici et là (moi je ne les lis pas).  

 

http://www.ebay.com/itm/Metallurgical-Microscope-Infinity-Plan-Objective-Lens-for-Nikon-10x-CFI-60-FL-/181803089602?hash=item2a544efec2:g:5ZUAAOSw~gRVpNTK

il y a une heure, Michel de Champigny a dit :

Bonjour Frédéric,

Si le message ci-dessus m'est adressé après l'envoi de la photo ce matin, j'y réponds rapidement.

Comme je l'ai dit, j'utilise une bino de qualité munie d'une caméra et d'un éclairage incorporé performant, réglable que je diffuse avec des bouts de plastique dépolis. La bino grossit de 8 à 35 fois continûment. Sur les faibles grossissements, le capteur permet de faire des clichés nets avec une certaine profondeur de champ (je ne la connais pas). Avec de forts grossissements et/ou une profondeur de champ désirée plus grande, je stacke. Le seul moyen que j'ai actuellement est de remonter manuellement et très doucement la molette de réglage. Du fait de la qualité mécanique de l'instrument, on arrive ainsi à avoir des résultats corrects avec des pas de montée régulier (il va falloir que je trouve le moyen de mesurer ce pas minimum/moyen avec un pied à coulisse). 

La phase de choix de la zone photographiée puis surtout après les ajustements de lumière, temps d'exposition, gain, gamma et saturation sont primordiaux avant de démarrer les acquisitions. Je contrôle tout sur l'écran du laptop. Alors, effectivement, j'ai un peu de mal à comprendre pourquoi je n'ai pas toujours la netteté souhaitée. En effet, dans le premier cliché il y a des zones nettes (forcément si on fait bien la première mise au point) et des zones floues. Ensuite, en remontant la partie optique étape par étape, les zones nettes deviennent floues et les zones floues deviennent nettes. Combine ZP est censé ensuite assembler tout cela pour faire un cliché globalement net.

Où est le problème ?

Combine ZP n'est pas performant ?

Vibrations mal contrôlées ?

Problème de matériel ?

Evolution du champ photographié au fur et à mesure de la montée ? (mais CZP est censé corrigé cela et les hauteurs montées restent toujours faibles)

Diffraction ?

Au niveau de l'éclairage, je suis conscient que des progrès peuvent être faits avec des lampes à LED diffusées extérieures en plus de l'éclairage de la bino qui est pourtant performant. Prochaine étape.

Cdlt

 

Michel

Oui la diffusion. Il faut souvent stacker plus que ce que l'on croit. Croire qu'on peut faire de bonnes images au pif peut poser des problèmes. Les vibrations aussi peuvent être un problème. Tout est à étudier en fait. Lorsque la chaîne complète a été étudiée alors la qualité sera là. Par contre inutile de penser que les systèmes complexes donnent mieux.  Su ton champ est variable alors il faut limiter cette variation à  environ 10%. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir Michel

J'aime bien ta photo de Laurion ( Grèce ) simple , 15 photos seulement et sans retouche ......c'est déja pas mal .

Pour répondre à ton problème de controle du pas à la prise de vue , un comparateur relier au bloc fixe et en contact avec la partie mobile te permet de visualiser la valeur

du pas lorsque tu tourne la mollete de réglage . Sur mon montage c'est sur la table qui ce déplace que le comparateur est en appui .Ci joint une photo de mon montage photo .

Une cuprite du Moulinal   IMG 4 mm en photo macro .

IMG_5975__  web.jpg

Cuprite  003  __  IMG 4 mm.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

PS 

Pour cette possibilité de controle du pas c'est en voyant le montage de Lagrevol   (  Merci pour le partage  ) que j'ai modifier le mien .

Cela me permet d' avoir un pas de 0,01 mm en suivant le comparateur, une valeur suffisante pour des photos de 2 à 4 mm

Un essai avec mon objectif  Olympus x10 sur une surface de 1,5 mm , Résultat correcte ......

 

@ +  Georges

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cuprite  IMG 1 mm  objectif Olympus x10    15 photos pas 0,25 sur ZP 

CUPRITE  IMG  1 mm   6126 _ 6140  micro x 10 pas 0, 25.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour GB73,

Merci pour le partage et les infos.

Amicalement

 

Michel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant