Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente aux enchères de minéraux.
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

BUT

Membre
  • Posts

    293
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by BUT

  1. Dans l'article cité par jean francois06, dans la troisième section ("Study area"), il est écrit que sur le site concerné par le phénomène de diapirisme étudié dans l'article, la couche de sel inférieure est d'âge Miocène inférieur (Burdigalien), et qu'elle est surmontée par 3-4 km de molasse miocène, elle-même surmontée par des sédiments mio-pliocènes de lithologie voisine sur une moindre épaisseur. Il existe donc bien des séquences molassiques dans certains coins des Carpathes.
  2. Bonjour. Je ne connais pas la géologie de la partie carpathique des Alpes. Mais si ce plateau constitue l'avant-pays carpathique, comme vous le suggérez, cela pourrait être une formation de type molassique, analogue à nos molasses miocènes péri-alpines, qui jalonnent la bordure extérieure des Préalpes, depuis le Pays de Gex à la frontière suisse, puis en Savoie le couloir entre Annecy, Aix les Bains et Chambéry, puis l'Est et le Sud lyonnais (entre Meximieux et Saint-Fons), les "Terres froides" en Isère, puis les divers "safres" et autres "molières" dans la Drôme, le Vaucluse et même un peu les Bouches du Rhône. Au Nord-Est du pays de Gex, la molasse continue en Suisse dans le "bassin molassique" entre Jura et Alpes. Je ne sais pas s'il en existe encore au-delà de la Suisse, plus vers l'Est. J'ignore également s'il existe des formations analogues dans la zone des grands lacs italiens de l'autre côté des Alpes. Il s'agit de dépôts détritiques miocènes, de mer pas très profonde (ou même lacustres), provenant de l'érosion des Alpes dans les reliquats de mer péri-alpine. Les molasses présentent une multitude de faciès lithologiques argilo-sablo-gréseux, qui alternent en bancs d'épaisseur décimétrique à plurimétrique, et qu'on peut organiser par rapport à trois pôles sur un diagramme triangulaire: un pôle gréseux, un pôle sableux et un pôle argileux (ou marneux). Les grès plus ou moins bien cimentés (et donc plus ou moins tendres) et les sables plus ou moins grésifiés constituent un des côtés du diagramme triangulaire. La couleur gris-verdâtre assez prononcée de certains bancs est attribuée à la Glauconie. A noter qu'il existe aussi des molasses en Aquitaine dans l'avant-pays pyrénéen, qui ont comblé et recouvrent - parfois sur plusieurs centaines de mètres d'épaisseur - une grande partie de l'ancien Golfe de Gascogne, lequel s'étendait alors bien plus à l'Est, presque jusqu'au seuil du Lauraguais.
  3. Bonjour. Cela pourrait être une Serpentinite. Voir si un tout petit aimant n'y reste pas accroché par endroits (inclusions de Magnétite).
  4. Bonjour J'arrive un peu tard, ne disposant d'Internet que par brèves intermittences en été. Le problème avec une espèce de millefeuille de lamelles intimement intercalées de limonite, c'est qu'il est difficile d'avoir une couleur de trait non polluée par la limonite. Idem pour la dureté: si le minéral s'écrase en minuscules paillettes sous la moindre pression, il peut apparaître plus tendre qu'il n'est réellement. En ce qui concerne l'hypothèse Chalcophanite, le manganèse, omniprésent dans les minerais de fer des Pyrénées orientales, ne pose pas problème. C'est moins évident pour le zinc, sur un site où ni Sphalérite ni Smithsonite n'ont été signalées. Ceci dit, la Chalcophanite est signalée sur deux secteurs miniers des Pyrénées orientales: Las Ambullas et Batère, sans y être associée à d'autres minéraux du zinc. D'ailleurs, ce qui est troublant lorsqu'on regarde sur Mindat la répartition des occurrences de Chalcophanite en Europe de l'Ouest, c'est qu'il y a 79 sites répertoriés, dont seulement deux en France. C'est à se demander si la Chalcophanite ne serait pas plus fréquente qu'on ne croirait, mais pas toujours identifiée du fait de sa ressemblance avec d'autres minéraux beaucoup plus communs. Sinon, les caractéristiques de votre minéral sont également compatibles avec la Ranciéite, signalée aussi à Batère et Las Ambullas (et bien sûr à la localité-type du Rancié dans le Vicdessos).
  5. Tardivement (car je ne dispose d'Internet que par intermittences en ce moment): merci pour cet article très intéressant. Il me remet en mémoire un phénomène que j'ai observé il y a bien longtemps sur des carottes d'argile noire cénomanienne prélevées en sondages lors de l'étude géologique et géotechnique d'un site. Ces argiles contenaient une proportion non négligeable de microcristaux de pyrite, disséminés dans la masse, et qui ne restaient à l'état de sulfure qu'à cause du caractère fortement réducteur du milieu. Une partie des carottes étaient prélevées sous gaine et le reste était conservé dans des caisses. Au bout de quelques jours, les carottes laissées à l'air s'étaient desséchées, avec apparition de fissures de retrait, qui étaient entièrement remplies de cristaux fibreux de sulfate de fer. Dans ces filonnets de sulfate, chaque fibre matérialisait la trajectoire d'une paire de points initialement contigus, qui s'étaient ensuite éloignés du fait de l'ouverture des fissures de retrait. Mais bien sûr la genèse des fissures et des fibres de calcite dans votre spécimen procède de phénomènes différents.
  6. Très décoratif. Qui plus est, la compréhension de la structure donne matière à réflexion. Ce sont vraiment des veines de calcite?
  7. Peut-être qu'il y a plusieurs minéraux, dont un magnétique. Il arrive que l'arsénopyrite soit associée à la pyrrhotite, ou à l'hématite, ou à la magnétite. Il existe même des pseudomorphoses plus ou moins complètes de pyrrhotite par une espèce d'enchevêtrement réticulé de petites aiguilles de mispickel. Bien sûr cela peut également être un produit industriel.
  8. Je suis très dubitatif sur l'hypothèse Emeraude, dès lors que guiguiboy42 a précisé que les cristaux sur le premier spécimen ne sont pas verts. Sinon, pour répondre à phoscorite: divers béryls se trouvent dans les pegmatites, mais ce sont rarement des émeraudes. Il existe effectivement des pegmatites granitiques contenant des béryls verts (Irlande et Norvège par exemple, et même dans les environs de Nantes pour rester près de chez nous); mais c'est anecdotique et les gemmes de qualité y sont rares, avec une couleur qui ne convainc pas vraiment les gemmologues. Pour les émeraudes exploitées en tant que gemmes, il y a principalement deux configurations: - émeraudes "des micas": dans des micaschistes, avec proximité d'intrusions hyperacides pour le béryllium et de roches ultrabasiques pour le chrome. Quasiment tous les gisements sont de cette catégorie: Autriche, Espagne, Egypte, Oural, Brésil, Zambie, Zimbabwe, RSA, Tanzanie, Madagascar, Australie, Inde, Pakistan, etc. - émeraudes "des calcaires": ce sont les gisements de Colombie, dans des schistes noirs crétacés relativement riches en matières organiques, intercalés de lentilles calcaires (localement bitumineux). L'explication de la génèse d'émeraudes dans ce contexte a suscité de nombreuses controverses. Je crois que la question est décortiquée de façon assez précise dans un numéro de la revue "Le règne minéral". Je pense pouvoir retrouver la référence précise, moyennant une petite recherche.
  9. Bonjour Le premier spécimen présente des cristaux qui paraissent bien verts sur le premier jeu de photos; mais guiguiboy42 nous avertit qu'ils ne sont pas verts en réalité, mais "de couleur métallique". Sur le second jeu de photos, les mêmes cristaux apparaissent verts ou brun-orangé avec un éclat possiblement métallique. Alors vert ou pas vert? Eclat métallique ou non? C'est quand même important pour évaluer l'hypothèse Emeraude. J'ai des doutes car la symétrie hexagonale n'est pas évidente: certains cristaux pourraient aussi bien appartenir au système cubique. Impossible de trancher avec les photos disponibles. Mais la situation n'est pas désespérée: l'Emeraude raye le Quartz; cette propriété est facile à vérifier. On peut aussi tester la couleur de la trace.
  10. Autre objection opposable à l'hypothèse Fluorine: les fragments obtenus par choc thermique devraient être cubiques ou octaédriques.
  11. En fait il y a une multitude de minéraux blancs translucides de densité voisine de 3 et de dureté entre 3 et 5. Votre échantillon ressemble à de la Cryolite. Mais ce minéral est étroitement - je dirais même presque exclusivement - lié à l'industrie de l'aluminium, et les personnes travaillant chez Péchiney en distribuaient volontiers des échantillons autour d'eux, sachant que dans les années 1960-70 le Groenland était une provenance très exotique pour un collectionneur de minéraux. C'est de cette façon que j'en ai récupéré étant gamin. Pour autant que je sache, on ne trouve pas de Cryolite en Espagne, ni en Italie, ni en Crète, ni en RSA. Et un archéologue a très peu de chance d'être confronté à ce minéral dans son activité professionnelle, sauf s'il est allé faire de l'archéologie minière à Ivigtut. En revanche il y a beaucoup de Fluorine en Espagne. Votre échantillon ne serait-il pas un morceau de Fluorine plus ou moins écrasé dans une faille et ultérieurement ressoudé? Je ne suis pas très convaincu par cette hypothèse, car la cassure me semble dépourvue de clivages parfaits. Mais à vrai dire, je n'ai jamais vu de Fluorine en grosses masses cristallines, telle qu'on peut la trouver dans des filons fermés, sans géodes. Fluorine: dureté 4; densité 3,2-3,6; décomposée par l'acide sulfurique; légèrement soluble dans l'acide chlorhydrique à chaud.
  12. Bonjour Si par hasard le don provenait d'une personne ayant travaillé pour Péchiney ou dans une aluminerie il y a bien longtemps, cela pourrait être de la cryolite, minéral beaucoup utilisé dans cette industrie. Dans les années 1960-70, elle provenait de la mine d'Ivigtut au Groenland. De nos jour, on utilise de la cryolite de synthèse. Densité 3. Dureté # 3-3,5. Monoclinique avec l'angle béta très voisin de 90°, donc pseudo-orthorhombique. Donne des cristaux cuboïdes avec des stries diagonales sur certaines faces. Eclat vitreux, légèrement nacré sur certaines faces. Soluble dans l'acide sulfurique avec évolution vers l'acide fluorhydrique si quantité suffisante. Fond vers 1000°C. Les petits cristaux incolores semblent disparaître lorsqu'ils sont plongés dans l'eau, du fait de leur indice de réfraction très voisin de celui de l'eau.
  13. Jolies trouvailles. Des Sphènes et des Adulaires de cette taille et de cette qualité ne se rencontrent pas très souvent en France.
  14. Possiblement Galène avec Quartz et Pyrite (ou Chalcopyrite) provenant de Madan en Bulgari
  15. En plus ils sont sortis avec un minimum d'épaufrures, ce qui ne va pas de soi pour des Grenats enchassés dans du Quartz.
  16. Stibine: trait couleur gris de plomb et dureté 2 sur l'échelle de Mohs (rayé par l'ongle). Hématite: trait brun-rouge à rouge et dureté 5-6.
  17. Bonjour Pour confirmer ou infirmer le Corindon, il faudrait le tester sur une Topaze ou un Béryl. Sinon, le Zircon, le Spinelle, certains Grenats et certaines Tourmalines rayent le Quartz.
  18. Il faut en garder une part pour Cyril Lignac.
  19. Ce serait utile d'avoir une idée de la dureté: raye (ou rayé par) l'ongle, le verre, le quartz? Sur le premier spécimen, tester les parties grises et les cristaux blanc jaunâtre. Pour le second spécimen, Quartz pas impossible mais cela reste à prouver. Cela pourrait tout à fait être du Gypse limpide, ou autre chose encore.
  20. Du très haut niveau: la prospection, et le résultat.
  21. C'est vrai que Séricite-Illite en mélange peuvent remplacer toute une kyrielle de minéraux: Cordiérite, Andalousite, Feldspath, Schorl, Scapolite et j'en passe.
  22. Je pensais à une Muscovite bien altérée au vu des couleurs. Mais s'il n'y a pas de clivage en lamelles, même vestigial, alors pas Muscovite, effectivement.
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.