Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente aux enchères de minéraux.
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

Drealiste

Membre
  • Posts

    297
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Drealiste

  1. J'ai deux hypothèses en tête (une a été évoquée, d'ailleurs ;)), mais en survolant le fil je nai pas vu passer la localité du truc. "5 ou 6 km de Cardo" (dans quelle direction) c'est vague, surtout vu le méli-mélo dans ce secteur.
  2. Aidons Theophraste à faire revivre un peu ce sujet... Arrêt à Vezzani (2B) en juin pour le déjeuner, avec aller-retour rapide à la mine de cuivre de Tama (début XXe s.) - visitée en 1995, mise en sécurité depuis (vers 2010)... Le talus routier annonce la couleur :) "Sécurisation" en carton :D Encaissant à pyrite disséminée, d'où drainages acides et efflorescences à foison (et quelle fournaise en plein soleil... ) Les quelques haldes au-dessus ont été terrassées - tout est "cuit" (bouffé par l'acide et la rouille). Rien qui mérite le détour pour les minéralos - sauf à aimer les (rares) croûtes de ferraille rouillée... La mise en sécurité a certes condamné la partie souterraine, mais laissé de sacrés gouffres au milieu de la végétation... (photo prise du rebord à bout de bras... en cas de chute, ne pas trop compter sur l'échelle pour en ressortir ) Curiosité pittoresque, des eaux de drainage sortant dans les haldes ont été canalisées vers une fontaine avec bassin. Pas super potable mais joli. Conclusion - ça reste visitable à ses risques et périls pour le côté historique. Comme souvent avec ces exploitations, rien de remarquable pour le minéralo - le peu de haldes est "grillé" et de toute façon réservé pour de futurs archéologues miniers :)
  3. Est-ce vraiment si loin ?... La carte montre que cette unité assez déformée à gneiss et amphibolites serait présente à 200~300 m du col lui-même. Sauf à croire que toute carte géologique représente parfaitement et exhaustivement le terrain jusqu'à l'échelle de l'affleurement, je ne vois pas d'obstacle majeur à ce qu'un bout de serpentinite se balade dans le secteur du col - le cas échéant avec l'aide de la gravité ou des glaces du passé. Pour le caillou lui-même : est-ce vraiment de la serpentin[it]e ? Pas sûr. Filonnets et écailles de "serpentine" (au sens large, antigorite etc.) et/ou de chlorite sont habituels dans tout un tas de roches mafiques broyées.
  4. Fallait lire l'introduction du chapitre (la ligne juste au-dessus)
  5. Il y a des lentilles de serpentinites dans les amphibolites.
  6. Un peu tard mais pour la postérité : sphérolite (autrefois appelé bombe localement) dans une rhyolite. Très classique dans le secteur Galeria-Porto. L'érosion libère parfois ces billes, le sol semble alors parsemé de balles de baby-foot.
  7. - Mars à octobre quand même pas. :D Les deux périodes à éviter restent l'hibernation, et la mise bas/élevage du jeune. Pour les espèces habituelles en France continentale et Corse, le message le plus simple c'est : pas de promenade sous terre pendant les mois de nov/déc/janv/fév/mars/juin/juil. Dit autrement : vive les promenades sous terre en avril-mai (Pâques) et août-octobre, ça tombe bien, c'est la fin des vacances, y fait beau et chaud, le niveau d'eau est au plus bas etc. - En fait, pas besoin de "faire partie d'une réserve" signalée au moyen d'affiches ou panneaux : la plupart des zones et espèces faisant l'objet de mesures de protection ne sont pas signalées (ça en ferait, des panneaux...). Les chiroptères étant protégés, cela proscrit leur dérangement (transport, capture, destruction...) tout comme celui de leur habitat, quel qu'il soit (arbre mort, grenier, pont, cave, canalisation, mine, grotte). Dit autrement : dès qu'une cavité souterraine est accessible par un trou de souris, il y a une possibilité de chiros ; et dès qu'il y a une possibilité de chiros, le visiteur doit se comporter comme s'il y avait une possibilité de chiros - jusqu'à preuve du contraire. Je sais que c'est liberticide, une charge mentale énorme, mais hélas il va de plus en plus falloir s'habituer à tenir compte de l'environnement tel que nous l'imposent divers spécialistes... y compris dans ses activités quotidiennes ou de loisir, là où auparavant c'était juste le fun, l'insouciance, jouir sans entrave, faire comme on veut (p.ex. balancer à la rivière ses déchets miniers de Péchiney ou son huile de vidange de tonton René) - J'ai juste fait une remarque "de principe", trop peu de monde étant correctement formé à la protection des chiros malgré les efforts déployés par les associations agréées, "Groupe Chiroptères", et instances étatiques telles qu'ONF ou... DREAL. Inutile de rapporter les anecdotes montées en épingle, fantasmes tirés du chapeau, témoignages extrapolés à outrance, ou prétextes vaseux visant à défendre son hobby ou sa "chasse gardée" : il y a amplement matière à débattre des lois de la république, de la gestion après-mine, des impacts sociaux ou patrimoniaux, des mesures techniques (pas toujours explosives), des responsabilités de riverains et électeurs... sans faire une récupération opportuniste et abusive du déclin des chauves-souris. Si on veut dégoiser sur le "Vilain État" qui fait rien qu'à broyer tous nos chiros nationaux par paquets de vingt-mille sous des gravats en dynamitant trois malheureuses galeries, y a des bistros (Quant aux centaines de milliers de grottes, habitations, forêts et cavités naturelles ou artificielles jamais "dririsées" et pourtant désertées des chiros au cours de ce siècle, faisons tous comme si ça n'existait pas)
  8. Petite remarque "pour le principe" : les mines fermées mais où l'on a laissé une "fenêtre" (parfois avec quelques barreaux) abritent souvent des chiroptères. Toutes sont protégées, globalement en déclin, et sensibles au dérangement durant deux périodes : l'hiver (hibernation de novembre à mars inclus, grosso modo), et le début de l'été (période d'élevage des jeunes, disons juin et juillet). Danger pour le visiteur ou pas, mieux vaut s'abstenir de s'y promener durant ces quelques mois.
  9. Je me suis fait la même remarque : c'est riche, intéressant, dans l'ensemble joliment illustré, mais -àmha- mal organisé : mal équilibré entre certaines zones géographiques ou certains types de minéraux (sans compter quelques erreurs typo/mise en page en effet, mais ça c'est le taf d'un éditeur en principe), il manque comme un fil conducteur, ou peut-être une relecture par des gens "hors minéralo" pour dégager un plan d'ensemble qui "marche mieux", à mi-chemin entre le catalogue de photos et d'anecdotes jetées en vrac, et le pavé technico-scientifique. J'ai bien quelques idées. :D Vu que l'auteur traîne dans le coin donc je veux pas être méchant... Peut-être que ça n'avait pas l'ambition d'exhaustivité, ni de devenir une référence encyclopédique sur les minéraux de Corse, mais c'est dommage vu le travail déjà abattu (et la belle finition du bouquin). :) Allez hop, une patate d'antimoine comme on en trouve encore aux environs de Luri, avec une belle patine bleutée...
  10. Trouvé où ? ("Corse" c'est vague) Ça peut être commun comme ça peut être extrêmement rare, selon l'origine. On pourrait même supposer que c'est rapporté...
  11. Un court extrait pour se consoler... Pages from [Elsevier Dev. Geochem. 9] Mitra, 2004. High Pressure Geochemistry & Mineral Physics (0444512667).pdf
  12. J'y vois volontiers des "Kinneyia" (ou choses du genre, tout ça n'est pas vraiment formalisé) - autrement dit, des structures liées à la traction et déformation de tapis microbiens peu épais, dans un sédiment fin. L'intensité du relief est lié à la granulométrie et/ou à l'atténuation rapide des structures dans le volume de la roche.
  13. Au fait, j'arrive pas à savoir si tu as posté une photo de cette dent "vue de haut". Possible de numéro correctement les photos ? (L'inconvénient de balancer des photos en vrac et sans échelle propre :) )
  14. La p4 fait un peu ce qu'elle veut - ajoute à ça les pathologies, l'usure, les dents de lait, la préservation pas terrible... certaines vont même jusqu'à évoquer des molaires d'autres bestioles. Pour donner une idée, la variabilité de p4 chez un ursidé un poil plus ancien (U. deningeri) : (source: 10.1016/j.geobios.2010.01.003)
  15. Yep, l'image de l'avalanche permet un assez bon ressenti du problème. Etre pris dans une avalanche en un peu plus dense et un peu plus chaud et un peu plus dégueu, quoi. Ce qui "fait mal" dans une coulée pyroclastique c'est (selon l'endroit et la distance) : - la température entre 300 et 900°C (à la louche). Pas trop un souci s'il n'y avait que du gaz à cette t° (mauvais conducteur - on ne crame pas en baladant sa main dans un four !), le problème étant que c'est aussi chargé en cendre/grains/débris à cette même température, d'où bobo la peau, la viande cuit vite fait (poulet en croûte de sel, miam) ; - la densité du flux et sa vitesse (100~300km/h au front de la coulée...). Pas catastrophique non plus si c'était juste un gros courant d'air chargé en neige ou en grains de sable, genre tempête à Chamonix ou Arcachon... oui mais, la nuée ardente est aussi riche en matière dure et lourde (c'est quand même des bouts de lave, quoi), son flux est capable de charrier ou traîner des blocs de quelques mètres cubes, donc ça reviendrait plutôt à se prendre un mur ; - la présence de gaz pas très drôles à respirer (HCl, H2SO4, CO2 issu du dégazage du magma et/ou de la combustion du décor...) en plus de la poussière, talents d'apnéiste conseillés. Je plains les Kraft qui se sont mangé ça sur le coin de la tronche, m'enfin ils ont pas dû souf(f)rir longtemps.
  16. « Sacré tafone les enfants ! » (Evisa, 2A) (Relief lié à une vieille fracturation lardée de filons, et cavités pittoresques favorisées par un diaclasage plus récent)
  17. Pour faire simple, il y a deux grands styles d'objets pyroclastiques, correspondant à des processus différents : - retombées pyroclastiques ("- fall"), sorte de pluie (ça décante pépère) des cendres blocs etc. à travers les airs (et qui, si abondante, drape le terrain) ; - courants/coulées/flux pyroclastiques ("- flow" et "- surge"), liés à des courants localisés de matière (mélange gaz+solides) plus ou moins chaude et plus ou moins dense, capables de se balader sur des distances conséquentes, le mouvement étant non seulement vertical mais aussi latéral, selon des directions précises, capables d'éroder le terrain, etc. ; Les nuées ardentes s'inscrivent dans ce dernier style d'objets. Les caractéristiques des coulées de gaz+solides au moment de leur émission (taille des éléments, chimisme, température, proportion de gaz... avec des conséquences sur l'énergie, la turbulence etc), et la façon dont ces caractéristiques varient en cours de trajet (frottements, pression en baisse, refroidissement, obstacles, décantation des gros éléments d'où enrichissement relatif en gaz...) déterminent un éventail de comportements pour des flux différents, ou durant l'évolution d'un même flux. Classiquement on distingue des "flows" (~coulées) et des "surges" (~déferlantes). Les premiers denses et chauds et "coulants" sur le relief, tandis que les seconds sont plus riches en gaz et moins denses (et plus froids) et très mobiles voire capables de "franchir des reliefs". (Et tous sont capables d'éroder le terrain, et de donner diverses structures et roches sympathiques à observer, p.ex. en Corse ) Je suppose que le docu insistait sur cette différence de comportement (coule bêtement vs. se balade comme ça veut) selon la densité/température d'un flux. Mais ce n'est pas tant la température (conséquente quoi qu'il en soit... 300, 500, 700, 900°C...) que la densité (ratio gaz/solides) qui permet tel ou tel comportement.
  18. Pourquoi pas une p4 d'Ursus un peu mal foutue ? Dent d'aspect fort variable, entre les "vieilles usées", les lactéales etc.
  19. Déplacement/broutage d'échinides (type spatangues) déjà évoqué ? ichnogenres Scolicia etc. préservant parfois leur aspect lobé/festonné dans des sédiments fins.
  20. >gael et cedrick De trois choses : il y a d'une part l'action d'inventaire du patrimoine géologique, à peu près fignolé correctement sur l'île, et que certains semblent confondre avec une "liste de courses pour collectionneurs" (dégradations constatées depuis 2015 et 2017 sur deux sites près d'Ota et Porto-Vecchio, donc a fortiori au sein du PNRC ; et je ne parle pas d'érosion par la pluie...) J'aurais tant aimé pouvoir signaler que c'était "altéré" et donc "pas la peine" avant que des gusses mal renseignés ne cassent ou laissent de belles encoches dans l'affleurement (respectivement). C'est ballot de faire identifier une paragenèse minérale quand des minéraux identifiables il n'y en a plus (enfin si, en contrebas, quelques rares menus morceaux oubliés, dans le maquis... v'là l'intérêt pédago). Et il y a les lois sur l'archéologie minière, toujours en cours d'investigation lente sur l'île (cf. les mines de Cu du Centre Corse venant d'être "faites"). Lois proscrivant l'atteinte aux données archéo des travaux et bâtiments, mais aussi des haldes (celles qu'aiment bien retourner et casser certains minéralos, si si, ça arrive) ; passons rapidement sur les quelques sites classés pour leur biodiversité (chiros, toujours suspendus après un début avril assez médiocre...). Enfin certaines mines de Corse sont les seuls moyens pour des étudiants d'observer des objets géologiques en état correct - peu importe le minéral ou cristal qui passe par là et que d'aucuns voudraient "sauvegarder de l'altération" en grattant les parois (je pense à une mine de Cu à pillow-lavas, en particulier, le premier qui y file un coup de burin ou y déverse des gravats de BTP j'le mords). Et il y a les divers textes sur l'environnement visant à la gestion ICPE/gestion après-mine (peu ou prou liées), avec l'éternel problème "valorisation lente et coûteuse" vs. "fermeture rapide et bon marché", dans un contexte national où le contribuable ne veut plus rien payer ce qui favorise le n'importe-quoi généralisé - l'île ne fait pas exception, et d'ailleurs on parle ces jours-ci de transformer une carrière de granites alcalins à Moltifau en centre de stockage/enfouissement pour inertes. Noter que, malgré ce que certains ont déduit trèèèès hâtivement de mon pseudo, sur la base de quelques préjugés tenaces, je ne suis favorable ni à une mise sous cloche ("protectionnite aiguë") ni à un foudroyage ("mise en sécurité définitive, boum") systématiques. Valoriser, c'est aussi savoir trouver l'usage (touristique, scientifique, pédagogique, industriel...) kivabien, pas seulement sur des arguments de budget immédiat. Voilà. Mon idée était de proposer à d'éventuels minéralos intéressés une approche "sans marteau", avec juste son appareil phauteau et son cerveau, plutôt "géologique" (comprendre pourquoi on trouve tel minéral à tel endroit, quelle information fournit malgré tout tel minéral moche courant ou altéré) et non pas une "tournée de ramassage de sacs d'échantillons" (ce qui peut avoir son intérêt, parfois, par endroits, notamment sur des sites en cours d'exploitation, mais n'était pas l'objet du séjour). Sachant qu'en plus tout ça s'est déroulé sur des sites déjà protégés (par la loi) et/ou à protéger (par bon sens, altruisme, et autres valeurs ridicules z'et démodées), autant dire que le marteau n'a de toute façon pas servi des masses. Oui c'est un jeu de mots moisi. D'autant plus dommage qu'il restait au final 1 place libre pour toute la semaine (un étudiant a dû annuler, raison familiale) - ça aurait pu faire de chouettes vacances (zone A) à peu de frais (transport+demi-pension gratuits) pour un amateur de belles histoires du temps (très) ancien. - fin du sujet me concernant, la suite (partie "Corse centrale et alpine") étant réservée aux étudiants et associatifs.
  21. Merci de ce compliment. Toujours sympa de croiser des gens plus soucieux de valoriser un patrimoine irremplaçable, plutôt que le détruire ou 'en priver autrui. (CQFD)
  22. J'ignorais que tes randonnées et superbes photos à destination des mines avaient pour but d'étudier la mise en place des intrusions hercyniennes et autres stratigraphies de l'autochtone corse Dommage que tu n'aies pas posté de photos des sublimes mélanges magmatiques que tu n'as pu rater vers Revinda/Marignana. C'est un truc à voir une fois dans sa vie. Quoi qu'il en soit, tout le monde a été content malgré un temps parfois bien bien pourri, outre roches exceptionnelles et fossiles insolites nous avons vu de très beaux (et très gros) minéraux (que nous n'avons bien sûr pas ramassés, étant donné leur valeur patrimoniale et pédagogique), et tout ce beau monde est reparti avec les idées bien plus claires sur la géologie locale, l'identification rapide des roches "sur le terrain", l'origine et la répartition des gîtes, etc. Comme quoi.
  23. Comprise entre un calcaire à fossiles du jurassique sup. - qu'elle reprend en clastes - et un flysch à microfossiles du crétacé sup.
  24. Brèches à éléments calcaires du Razzo Bianco à Venaco et de Caporalino à Francardo, crétacé. Conglomérat dit "Fm de Venaco", éocène p.p. "Compte-tenu de ceci" = la publi qui parle d'un sujet différent, je vois pas comment en tenir compte. T'as du mal avec la strati locale, on dirait... T'aurais peut-être dû venir au stage de terrain, on y était encore ce vendredi :D
  25. Les auteurs eux-mêmes (en tout cas ceux qui ont bossé sur la strati de Balagne ; tous ne s'y intéressent pas) semblent avoir un avis pour le moins bizarre, si l'on en juge seulement par l'attribution stratigraphique fluctuante au sein de cette même brochure CRDP. Je subodore une coquille, ou une confusion avec une autre unité bréchique purement tectonique. Les publis ultérieures concernant la Fm de l'Alturaia sont, elles, cohérentes (cf. articles de Marroni, Vitale-Brovarone, notices des cartes géol. etc.) Avis : elle était encore accolée au sud de la France et largement submergée (pas de rotation ni exhumation), pourquoi ?
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.