Jump to content

Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans
Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans du 3 et 5 mai

LALEX

Recherche organisme pouvant expertiser une falaise

Recommended Posts

Petites précisions car mon propos n'est pas bêtement "antifonctionnaire". Quand les travaux des agents de l'inspection générale des carrières (des fonctionnaires!) démontrent que reboucher l'accès d'une cavité est une mauvaise solution technique, comment expliquer que les agents de la DRIRE bouchent les mines à tour de bras???? Quand le regretté professeur Pomerol( un fonctionnaire!) s'oppose avec des arguments, au projet de comblement de Vigny par la DRIRE comment expliquer que l'on ne tienne absolument pas compte de son très éminent avis technique??????? Quand des dizaines de Maires avec leurs directeurs techniques (des fonctionnaires territoriaux) demandent de l'aide pour leur commune sous-minée,comment expliquer que la DRIRE ne fait rien(d'où la création d'une association de défense de ses communes, l'AVPRS) alors que dans le même temps on bouche à grands frais des mines au milieu de nulle part(voir les nombreux exemples sur un autre poste du forum) ????? Dois-je en conclure qu'une catégorie de fonctionnaires pense que tout le monde, y compris leur collègues d'autres organismes sont des idiots? Avouez que c'est tentant...Et si les citoyens demandaient des comptes "argumentés" à cet organisme dans un souci de transparence républicaine; qu'en pensez-vous ?

Désolé de "polluer" le sujet de cet artisan dont le problème est réel et un peu inquiétant au vu des photos...

Pulsar, j'espère sincèrement que vous pouvez faire votre travail sans subir de pressions; au vu des arguments développés et de tout les autres que les collègues pourraient trouver, que pensez-vous de la politique générale de la DRIRE ? Pensez-vous que la France ait les moyens de boucher des mines au milieu de nul part et qu'elle n'ait pas les moyens de venir en aide (sens du service publique)à des privés comme cet artisan en Bourgogne ?

je m'absente malheureusement trois semaines mais je serai curieux d'en savoir plus.

Alain Martaud

Share this post


Link to post
Share on other sites


C'est très simple.

La DRIRE n'est PAS un organisme de conseil.

Elle applique une règlementation (ICPE dans le cas des carrières) qui IMPOSE un rebouchage des carrières et mines pour (entre autres) restaurer (autant que faire se peut) une topo naturelle (ce n'est pas le seul objectif mais je n'ai pas le temps de développer)

Ca veut dire, entre les lignes, que la DRIRE n'a pas de politique, ni de stratégie : c'est le bras armé des pouvoirs publics.

Il ne faut donc pas se tromper de cible. Moi je n'ai aucun avis sur la "politique" de la DRIRE, puisqu'on ne lui demande pas d'en avoir, de politique.

Les problèmes rencontrés à droite et à gauche sont plutôt du ressort des pouvoirs publics, en particulier des collectivités locales.

Celles-ci sont parfois actives et tirent dans le bon sens (exemple de Vigny. Tu n'as pas raconté la fin de l'histoire, dommage. La connais-tu ? Sinon la voilà : la Région et le Département, associés au MNHN et l'IGAL, ont fini par faire de Vigny une RNR sauvée du rebouchage. Sympa, non ? Sur ce coup, la DRIRE n'a pas "gagné". Quoique. Elle ne jouait pas, elle faisait juste son taf. On ne peut pas lui reprocher.)

D'autres fois, elles s'en tapent du patrimoine géologique, et là, vous, moi, on pleure.

A moins de se battre fort, et parfois on obtient des résultats.

Share this post


Link to post
Share on other sites

moi je ne fais plus de géotechnique depuis très longtemps mais je pense que de nombreux collègues vont être très content de vos allusions très sympathiques envers les entreprises privées...

Quant à Vigny on en a déjà parlé plusieurs fois dans ce forum ou lors des géorencontres, on ne va pas refaire encore une fois le débat; en tout cas moi je n'ai pas le temps, je pars en voyage pour faire tourner ma modeste entreprise,désolé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Erreur, encore une fois.

Sur Vigny, c'est un bureau d'études privé qui a fait le taf.

Sur un autre projet dont je m'occupe, je suis associé à ce même bureau d'études privé. Et je le suis à titre personnel, pas professionnel.

Comme quoi... les généralisations sont toujours prises en défaut.

Ce qui compte, c'est les compétences et l'expérience établies par les résultats. Pas l'appartenance à tel ou tel segment de marché, ministère, couleur politique ou autre tiroir du même genre fort pratique pour simplifier les débats.

Dans le même esprit, je ne laisserai pas dire que les "organismes d'Etat" sont par définition incompétents ou vendus à la raison d'Etat. Cette généralisation est toute aussi fausse et n'aidera pas l'auteur du sujet à résoudre son problème. Désolé.

A propos, je ne suis pas fonctionnaire.

Et Vigny, effectivement on ne va pas refaire le débat. L'affaire est réglée depuis un bon moment avec une fin heureuse. Manque de bol, c'est grâce aux pouvoirs publics.

Bon voyage, et bonne chance dans tes affaires.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit historique pour bien vous situer ce qui se passe dans mon atelier.

Au départ de cette affaire la DRIRE a été sollicité par mes voisins qui venaient de faire l'acquisition des bureaux de cette cimenterie.

Sur leur terrain se trouvaient des bâtiments anciens et insalubres, des vestiges d'une usine qui a fonctionné pendant un siècle et qui auraient dût être rasée il y a 25 ans à la fermeture.

Un talus mitoyen avec mon terrain s'effondrait chez eux!!!! Et oui en plus de prendre des cailloux sur la tête c'est la plate- forme ou ce trouve l'atelier qui risque de dévaler dans le talus. L'INERIS effectue une expertise et préconise des travaux important de remise en sécurité du site.

Mes voisins accablés par l'état d'esprit de certains, décident de mettre un peu plus la pression en faisan un dossier de 120 pages arguant les nombreux problèmes rencontrés sur le site et le transmettent a Jacques Chirac.

Un arrêté préfectorale est pris pour dépolluer et sécuriser le site.

je profite de cette opportunité pour signaler les problèmes rencontrés dans mon atelier (car je suis en litige avec la commune depuis 2001),

mon bâtiment faisait partie de cette cimenterie.

Je leur signale le problème du rocher au dessus de l' atelier ainsi que la présence de particules noir qui tombent de l'isolent du plafond en permanence. Au début ils m'ignorent!!

Après divers relances une dame de la DRIRE me répond oralement que le site est dangereux et qu' il faudra que je dégage d' ici 10ans.

Pour les particules dans le plafond elle me dit que ça n'est pas de son ressort (??????????) de les faire analyser, alors que des taux d'arsenic ont été déceler partout dans la maison du voisin !!

(ALORS à quoi servent t'ils ???????)

C'est à partir de ce moment qu' il ont pris conscience de ce que ça pouvait coûter au cimentier charger de remettre le site en état.

Depuis il dénigre tout et minimise tout, pour essayer d'étouffer l'affaire.

J'ai fait analyser l' isolent à ma charge et le résultat est effrayant. :ye!:

La femme de la DRIRE a été mutée :desole:

un filet de soit-disant protection posé sur la falaise.

5 semaines de perforateurs pour percer les trous des tirants ,ça a tout fini de déstabiliser la roche.

le talus a été refait, avec des engins de 40 tonnes qui passaient sur la plate-forme, ça a encore contribué a déstabiliser la falaise.

Je suis toujours dans l'atelier avec l' isolent dégueulasse.

Bientôt 3 ans après la décision de faire les travaux c'est honteux de la part de l' administration de me laisser dans cette merde[/size!!!!!

Ils pensaient tous qu' avec la crise j'allais lourder mais manque de bol j'ai jamais eu autant de travail !!

Il est or de question que je parte d' ici à cause de leurs laxismes.

Le voisin qui avait des broutilles comparé à moi, a été indemnisé par le cimentier pour qu'il dégage, il étais devenu gênant.

Après s 'ils veulent rien faire je vais prendre la relève du voisin et faire des révélations très gênantes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lalex tu as bien fait de raconter l'histoire avec tous les détails. Comme je le pressentais, elle est assez classique dans son phasage.

Au départ, un organisme indépendant (la preuve !) a déterminé qu'il y avait problème (ca parait évident !) et a émis des préconisations.

Au début, ca se passe à peu-près bien puisqu'un AP (arrêté préfectoral) est pris, qui, je suppose, tient compte de ces préconisations. Mais ce n'est pas forcément évident : il faudrait comparer le rapport d'expertise et le contenu de l'AP...

La DRIRE est chargée de vérifier sa mise en application de l'AP. Celle-ci doit se faire aux frais du propriétaire (le cimentier ?) ce qui paraît bien normal. Il peut y avoir une complication juridique du fait que l'exploitation a cessé il y a 25 ans (les règlementations étaient différentes à l'époque - il peut y avoir une forme de prescription ou de transfert de responsabilité etc... je ne suis pas assez au fait à ce niveau, c'est à vérifier, boulot de ton avocat)

C'est ensuite que ca se gâte si le propriétaire ne veut (ou ne peut) payer, ou s'il vaut mettre des choses gênantes sous le tapis pour protéger son image.

C'est alors du ressort des instances décisionnaires (la commune, et plus souvent le préfet) de faire appliquer les décisions de remise en état.

Là, ca peut durer un moment (procédures longues, autres chats à fouetter dans l'administration etc...). Ce sont eux qu'il faut mettre en cause et faire bouger.

La DRIRE en tant qu'organisme n'est pas vraiment ton ennemie puisque c'est elle qui est chargée de faire pression sur l'industriel. Après, il peut y avoir dedans des personnes peu agréables, mais c'est pareil partout.

Pour ton problème d'arsenic, pour moi c'est un peu curieux : à ma connaissance, l'arsenic n'est pas vraiment utilisé en cimenterie, mais je peux me tromper. Quoiqu'il en soit, si tu as de l'arsenic et/ou de l'amiante ou d'autres joyeusetés du style, c'est un problème sanitaire. Donc effectivement pas du ressort de la DRIRE mais plutôt de la DDASS (oui je sais c'est un peu compliqué en France. Mais si on veut s'en sortir, faut bien piger comment ca marche !). Je te suggère de signaler ton pb à la DDASS qui elle pourra commanditer des analyses (notamment prélèvements d'air intérieur), et appuyer ton dossier.

Fais attention quand même. Si vraiment tu as de grosses concentrations de particules nocives dans l'air de ton atelier, ta santé peut être en jeu. Je me demande si tu ne devrais pas déposer (ou plutôt faire déposer) ton isolant toi-même dans les plus brefs délais.

Il y a des cas où la préservation de la santé passe avant les questions d'argent et de procédure...

Ca m'intéresserait de voir l'analyse que tu as fait faire.

Attention aussi aux pollutions possibles de la nappe souterraine. J'espère que tu ne tires pas d'eau au puits, ce ne serait pas recommandé dans un tel environnement, sans investigations préalables.

Pour résumer, ta cible, c'est plutôt la commune ou la préfecture, selon laquelle des 2 est chargée du traitement du dossier de l'industriel.

Il faut bien voir qu'il y a, néanmoins, un risque d'expropriation qu'il ne faut pas exclure. Si à un moment donné on s'aperçoit qu'il n'est pas possible de remettre en état sans tout raser...

Pour les filets, c'est bien ce que je pensais aussi, le remède a été pire que le mal. On aurait pu s'en douter, devant le cas.

Bon courage, j'espère que ces quelques précisions et suggestions pourront t'aider. Fais bosser ton avocat, c'est à lui de creuser toutes ces pistes...

Share this post


Link to post
Share on other sites

citation pulsar: La DRIRE n'est PAS un organisme de conseil.

Elle applique une réglementation (ICPE dans le cas des carrières) qui IMPOSE un rebouchage des carrières et mines pour (entre autres) restaurer (autant que faire se peut) une topo naturelle (ce n'est pas le seul objectif mais je n'ai pas le temps de développer)

Ca veut dire, entre les lignes, que la DRIRE n'a pas de politique, ni de stratégie : c'est le bras armé des pouvoirs publics.

lalex excuse moi d'utiliser ton post .....

pulsar pourrais tu développer un peu tout ça et nous expliquer le pourquoi du comment et le comment de tout ça ?? (en ouvrant un post spécifique !! ) ya plein de monde que ça intéresserait d'en savoir plus ..... et puis on en profite puisque tu sembles être dans la partie ... d'avance merci !!

j'arrête de polluer ton post lalex !!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Houla, c'est super long de décrire tout ça...

Je vais vous donner quelques clès "d'accès rapide" qui vous permettront de vous faire une meilleure idée :

Sur les 2 sites suivants, on trouve :

- la règlementation ICPE (je donne ici le lien applicable aux carrières : mais on peut avoir l'accès à tout le reste) :

http://www.ineris.fr/aida/?q=consult_doc/n...190.28.6.2428/5

- sur rôle et missions des DRIRE : http://www.drire.gouv.fr/ (aller dans Espace pratique : sous-sol, mines, carrières)

Utile aussi, la notion de PPRN (plan de Prévention des Risques Naturels) : exemple sur http://www.ile-de-france.drire.gouv.fr/ (aller dans "sous-sols, mines et carrières", puis "anciennes carrières". On y voit, entre autres, que "Cependant la définition, le dimensionnement et la réalisation des travaux de mise en sécurité restent de la responsabilité du maître d'ouvrage et des entreprises qu'il a mandaté" (on parle là du proprio qui est responsable financièrement, et doit rester maitre d'ouvrage sur la réalisation des travaux)

Fort utile également, la consultation de quelques arrêtés préfectoraux de remise en état. Sur le même site DRIRE ile-de-France, il faut y aller par "sous-sols, mines et carrières", puis "Consultation des arrêtés préfectoraux des carrières d'Ile de France"

Là vous tapez un département et en type de document, "arrêté préfectoral".

Ensuite vous choisissez une carrière ou une sablière et l'AP s'affiche.

Ca marche évidemment dans tous les départements.

Regardez bien, en particulier, ce qui concerne la remise en état d'une part, et les garanties financières d'autre part. Dans le cas de Lalex, ce sont des infos bonnes à savoir, pour lui ou son avocat. Les autorités risquent brutalement de les écouter avec une oreille bien plus attentive si elles se rendent compte qu'ils sont passés au braquet au-dessus en ayant pigé la règlementation et récupéré les infos stratégiques !

Normalement, après ces quelques (saines ?) lectures, vous devriez en savoir bien davantage, assez pour piger à peu-près le qui fait quoi et comment ca marche !

Share this post


Link to post
Share on other sites

salut.

Je fais vite car j' ai une commande à faire.

Le sujet vous intéresse!!!

Pour ce qui est de la DDASS j ai transmis le rapport d' analyse, il mon uniquement suggérer de prendre rdv vers la médecine du travail

chez un qu'il mon indiqué bien sur!!!!

Après six mois et une relance en recommandé j'ai eue ma visite médicale, c' est une semaine pour un salarié en temps normal ;)

le médecin m' a annoncer que c'étais normal qu' il y avait de l' arsenic , du plomb et de la dioxine partout dans la nature. Encore un peu c' est du bio que j' ai dans l' atelier :ye!:

Enfin j'avais déjà entendu ça de la part de la DRIRE, comme quoi les consignes circulent bien dans l' administration quant quelque chose dérange.

Même pas une ordonnance pour une prise de sang :sourire:

Enfin j'arrête avec ses gens là, c'est honteux de leurs parts.

Quelques photo pour bien situer les choses.

post-5862-1255891545_thumb.jpg

Le gros silo plein d' arsenic, ici il fabriquait des ciments spéciaux et l' arsenic était un additif.

La maison en bas à droite c' est celle de mon ex- voisin

en arrière plan des vestiges de la vieille usine, mon atelier se situe en haut derrière les arbres.

post-5862-1255891656_thumb.jpg

l'atelier avec à gauche la plate- forme qu' il ont enlevés

le voile blanc vers l' atelier, c' est pas du brouillard!

c' est juste l'arsenic quant ils vidaient le silo avant de le raser

post-5862-1255891631_thumb.jpg

Du matos a gogo pour bien remuer le chmilblik

post-5862-1255891560_thumb.jpg

C'est raid!

post-5862-1255891666_thumb.jpg

un talus en ciment, il y en a partout comme la pollution bailleur

post-5862-1255891747_thumb.jpg

Pourquoi autant de travaux pour rien, il suffisait de fermer le site de me faire partir et point.

Il m'ont tous ignorer du début à la fin des travaux , alors que je suis en plein milieu du site.

Pour aboutir à quoi,le site risque toujours de s' effondrer, la pollution est toujours là et moi aussi.

Quels progrès!!!

ça a coûter des millions car le talus n'est qu'une infime partie des travaux effectué ici.

Et maintenant il risque de me payer le déménagement.

Un peu de réflexion et de concertation auraient evité un tel gâchis .

Certains travaux étaient utiles mais pas tous!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Te faire partir et fermer le site n'aurait sans doute pas suffi, il fallait bien tenter une amorce de remise en état et de dépollution.

Concernant arsenic, plomb et dioxines : il n'est pas faux, littéralement, de dire qu'il y en a partout. Le tout est de savoir en quelles concentrations. A partir d'un certain seuil, il y a risque pour la santé humaine.

Dans ton cas, la voie d'exposition qui est à retenir est l'inhalation (ce que tu respires dans ton atelier). L'ingestion n'est pas pertinente à moins que tu manges les salades que tu cultiverais dans la zone (pas recommandé, par précaution)

Donc, les analyses à faire sont des prélèvements d'air, pas de poussières ou de composantes d'isolant qui se détachent (car rien ne prouve que tu les respires : la plupart se déposent au sol, en fait)

Pour la voie inhalation, il y a des VTR (Valeurs Toxicologiques de Référence) qui sont, basiquement, des seuils acceptables : en-dessous, il n'y a aucun effet sur la santé, au-dessus, il peut y en avoir. Il faut ici considérer des VTR "chroniques" conçues pour des expositions de longue durée (c'est ton cas)

Elles sont construites sur la base d'études toxicologiques et épidémiologiques, parfois très peu nombreuses, ou encore assez peu étayées.

En tout état de cause, en l'état actuel des choses, les seuils à considérer sont, dans l'air,

Plomb : 500 nanogrammes/m3

Arsenic : moins tranché : de 3 à 30 nanogrammes/m3

Dioxines : pas encore déterminé dans l'air (pour l'instant, seule la voie "ingestion" a été regardée de près)

Même si ces valeurs sont à prendre avec précautions, si tes prélèvements d'air montrent des valeurs bien supérieures, il te sera facile de démontrer que ta santé peut être mise en danger : c'est donc un fort moyen de pression supplémentaire.

Les prélèvements de poussières ou de matériaux ne sont pas vraiment utiles, car rien ne prouve que tu les absorbes, et si oui en quelle quantité. Or, il faut des données précises... alors que l'air que tu respires, on est bien obligé de considérer que tout ce qu'il contient pénètre dans ton organisme.

Pas étonné de voir la réaction du médecin du travail. Très peu connaissent les seuils à considérer, et encore moins le type d'analyses à faire. Ceux qui dépendent directement d'un industriel, chimique par exemple, savent, mais les autres...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Que la DRIRE ne soit pas compétente pour des problèmes géotechnique d'accord, alors que l' on me fasse parvenir le rapport de la BRGM.

Si tout va bien au niveau de la falaise pourquoi me transmet ton pas un rapport d'expertise !!!

INRIS ou BRGM à mon avis les avis converges, dossier très gênant comme il faut s 'attaquer à un gros cimentier, alors tout le monde a peur de prendre la moindre décision de crainte de se faire taper sur les doigts. :gratte-tete: PEUR DE SE FAIRE MUTER!!!!!!!

alors on fait poireauter le petit tailleur de pierre tout seul dans son coin, il finira bien par se lasser :siffler:

Le cimentier a bien essayé de faire enlever l'isolent , je mis suis opposé.

Pourquoi refaire la toiture d'un bâtiment insalubre qui doit être logiquement rasé ?

Il est or de question que je reste dans ce bâtiment pendant l'enlèvement de cette toiture,

Ma clientèle et moi n' avons pas à respirer les cochonneries contenu dans cette isolent.

De plus j' expose mes réalisations dans l'atelier, certaines sont très fragile.

Je leurs demande de bien vouloir nettoyer mon matériel qui est souillé par cette pollution qui c'est déposée partout, c' est pas le tout d'enlever l' isolent, et le reste j'en mange encore pendant des années !!!!.

Ils ne veulent pas mettre à ma disposition un local pendant la dé-pollution.

De plus ils ont dévoyer les eaux d'exhaures, maintenant l'eau coule sur la crête du talus déjà instable et s' infiltre au bout de quelques mètres, ça aussi c' est du n'importe quoi, décidé par des organismes qui on passés deux matinées sur le terrain pour superviser les travaux.

je me plaint beaucoup, mais à voir les abérations qu' ils y a ici il y a de quoi :gratte-tete:

Share this post


Link to post
Share on other sites

C' est promis demain j'arrête de vous bassiner avec mes histoires, et s'il y a du soleil je vais prendre ma superbe trouvaille de calcite du week-end en photo :siffler::gratte-tete: :gratte-tete:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour la polémique :

1- dans cette affaire nous ne pouvons nous baser que sur les déclarations de Lalex (à moins que certains soient aller sur site ou aient participer aux travaux...?) qui sont, forcément et par nature subjectives. Je trouve que les interventions de Pulsar ont eu le mérite de débuter un équilibrage des points de vue ; Il manque des infos notamment sur l'achat de ces bâtiments...Le risque de chute de bloc est visible, le risque de pollution est probable et lié à l'ancienne activité, alors pourquoi acheter ces bâtiments en connaissance de causes ?

2- bien sûr, la DRIRE... l'ennemi juré de tout minéralo... Si effectivement certaines décisions prises par cet organisme sont discutables et discutées, je doute que toute les décisions prises par la DRIRE soient mauvaises (il doit bien y en avoir des bonnes de temps en temps...). Si la DRIRE a mal fait son travail, attaquez-la au tribunal administratif et vous aurez gain de cause...

3- le rapport du BRGM ne vous appartient pas, vous ne l'avez pas payé je pense... Ce rapport appartient au client qui en fait ce qu'il veut...

4- je ne crois pas que des bureaux d'études privés soient plus indépendants que les organismes BRGM et INERIS. Je pense que les personnes de ces organismes sont aussi compétents que d'autres et qu'ils ne subissent pas la pression clientèliste (si un bureau d'étude privé ne donne pas les bonnes conclusions on peut toujours lui dire qu'il ne sera pas payé ou qu'on en choisira un autre....)

Voilà mon simple avis, je pense que nous n'avons pas toutes les infos qui nous permettent de juger clairement cette affaire, le prévenu (la DRIRE) est désignée coupable avant d'avoir tous les éléments du dossier...

Signé :

Un fonctionnaire, géotechnicien dans un organisme d'état indépendant (ouais je sais je cumule toutes les tares... heureusement que je ne bosse pas à la DRIRE!! :gratte-tete: )

Share this post


Link to post
Share on other sites

Déjà, je remercie pulsar pour la qualité de ses réponses, et sa bienveillance à répondre dans un sujet où ses interventions ne vont pas forcément dans le sens de la majorité.

Et les autres intervenants pour des échanges qui restent courtois :gratte-tete:.

Sans avoir une culture de tout cela, il ne faut pas mélanger les pb :

* pas de la "falaise", juridiquement, votre voisin propriétaire actuel du lieu est responsable, à vous d'aller en justice, de démontrer un danger, et d'obtenir une mise en sécurité. La drire n'intervient là que parce qu'il y a eu une carrière "dans le temps", que suite à ce type d'exploitation industrielle, l'industriel a des obligations de remise en état et de sécurisation du site, ceci dit, votre cible a vous, c'est le proprio actuel du terrain, qui peut lui se retourner contre l'ancien proprio par exemple, ou la drire (l'Etat) si la mise en sécurité n'a pas été faite correctement, et qu'on lui a vendu un terrain dangereux. La drire n'est là que pour obliger l'ancien industriel à respecter ses obligations post exploitation, où faut de structure solvable/trouvable, si pb de sécurité publique, à faire ce qu'il faut pour que la sécurité publique soit bien gérée (cela peut être demander au prefet de vous expluser !). Bref, j'en revient là, c'est à vous d'aller en justice cotnre votre voisin, de démontrer un pb de sécurité et de l'obliger à faire faire les travaux.

* pour vos locaux, à vous de vous retourner contre l'ancien propriétaire, votre vendeur, vous pourriez demander une annulation de la vente par exemple. Là encore, je fais vite, l'Etat n'a pas à se substituer aux acteurs privés, vous avez acheté qq chose, vous avez découvert un Pb, à vous de vous retourner contre le vendeur... Qui lui se retournera s'il le peut contre x, jusqu'au pollueur initial, etc. Là encore, si vos locaux sont "légalement" insalubre aujourd'hui, vous pourriez être expulser par l'Etat (qui vous dédomage après évaluation de votre bien par les domaines). Cf Séchillienne en Isère par exemple).

Je reste simpliste dans mes propos, afin que tout le monde suive :gratte-tete:.

Amicalement, Théo'.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Merci aux modos de me laisser m' exprimer sur se sujet sensible.

Pour info je loue le bâtiment à la commune.

Celui-ci lui a été cédé gracieusement à la fermeture de l' usine en 1985.

Un premier arrêter préfectoral a été pris en 1977 pour sécurisation et dépollution du site, pour ceux qui disent que les lois n' étaient pas les mêmes avant!!!

Pour ceux qui disent que les risques étaient prévisibles.

Je suis arriver sur le site en JUIN 1998, la végétation était très dense et dissimulait la falaise.

Je venais de finir un contrat d'un ans à ROUEN, je n'étais pas originaire du village et ignorais tout du passé industriel du site ,je n'ai pas de famille non plus ici.

A l'époque j'avais 1000 balles en poche, et avais d' autre préoccupations que d'aller regarder derrière les arbres pour voir se qui si passe, où de faire une étude géotechnique du site.

j' avais autre chose à faire que de faire analyser le plafond qui me paraissait noir intense naturellement (jaune laine de verre à l'origine).

A 24 ans venant de m' installer en indépendant, je n' avais pas de salaire fixe assuré, seul le fruit de mon travail me permettais de subvenir aux nombreuses charges , URSSAF, TVA, loyers, essence , remboursement matériel et j' en passe........................................................

Il m'a fallu aller chercher une clientèle, et faire de la pub, à partir de là il était trop tard pour faire marche arrière, la falaise s'est dévoilée à l' automne à la chute des feuilles.

Il était pas marqué non plus sur le silo, que celui-ci était plein d'arsenic et qu' ici il y en a partout.

Par contre , le maire de la commune , les adjoints ,dont certains on travaillé à la cimenterie, connaissaient les risques d'effondrements,

certains savaient même qu' il y avait eue un incendie dans un transformateur au pyralène. Le local que je loue est l' ancien local transfo!

Je les ais pas forcer à me louer le bâtiment.........

C' est pas moi non plus qui est repeint les murs pour camoufler la suie de l' incendie!!!

Le cimentier aurait raser le bâtiment à l' époque on n'en seraient pas là.

Maintenant, je vais attendre la contre - expertise de la falaise, je ne pourrais plus vous donner d' informations temps que tout soit terminer.

Je risquerais de donner des informations qui pourraient s' avérer utile par la suite. BY

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de revoir ton rapport après l'avoir péniblement remis à l'endroit et décodé les 2 dernières pages floues, en particulier sur l'unité de mesure, ce qui est fort gênant pour les interprétations, évidemment.

Je crois que tu aurais pu nous dire plus tôt que tu louais un local, et que de plus celui-ci est un ancien local transfo à pyralène incendié.

Si j'ai une petite suggestion à faire : si tu veux une aide efficace de notre part, tu l'auras bien davantage en indiquant tous les éléments objectifs que tu connais, plutôt qu'en te défoulant sur des "responsables" (du moins désignés comme tels d'après toi à tort ou à raison). Là, on a eu les infos un peu à compte-gouttes, quand même...

Ceci étant dit, voilà le jugement que je fais de ton rapport d'analyse. Je pense qu'il concerne les dépôts (suies) prélevés dans ton local.

Le pyralène est un PCB (Polychlorobiphényle) cancérigène anciennement utilisé comme isolant électrique.

Par exemple, il contamine actuellement les eaux du Rhône et c'est pourquoi, je crois, qu'actuellement la pêche de poissons est, ou a été un moment, interdite jusqu'à l'embouchure.

Quand le pyralène crame, un des produits de combustion incomplète, c'est les dioxines, hélas, hautement cancérigènes comme chacun sait. En effet, ne jamais croire que quand qqch brûle, tout est transformé en CO2, HCl, SO2 et autres gaz.

Quand un local industriel crame, par ailleurs, on va toujours trouver dans les résidues (suies) d'assez grandes quantités de métaux lourds (condensation de vapeurs métalliques produites quand toute la ferraille présente, machines, toles, outils, canalisations etc... est portée en température)

Le rapport reflète cette situation.

Tu as, dans les suies, d'assez fortes concentrations en métaux lourds, surtout en plomb, zinc et titane. Paradoxalement, pas tant que ça en arsenic. Ton local ne devait donc pas être très contaminé en arsenic au moment de l'exploitation de la cimenterie.

Pour l'ensemble des métaux les teneurs sont fortes, mais pas démentielles non plus. Elle correspondent à peu près à ce qu'on peut rencontrer sur des sols naturels au droit d'un filon métallifère, par exemple (j'ai dit filon naturel, pas haldes artificiellement concentrées qui parfois posent un vrai problème sanitaire !)

Je dirais qu'il n'y a pas forcément péril en la demeure.

Pas de PCB (pyralène) dans tes suies. Ca doit signifier qu'il a cramé intégralement, il ne reste pas de résidus des produits initiaux avant incendie. Un peu bizarre, mais bon, pas impossible.

Dioxines : la ca craint. Tu as un equivalent toxique (l'unité choisie pour exprimer les résultats simplement, sachant que des dioxines, yen a plein de différentes) de 2 microgrammes par kilo de suies. Ca parait pas beaucoup, mais... C'est environ 1000 fois plus que la teneur naturelle (en zone non polluée) dans les sols, pour donner un point de comparaison. C'est aussi 10 à 100 fois plus que ce qu'on trouve dans les sols de zones industrielles, y compris au voisinage d'incinérateurs d'ordures ménagères.

C'est assez normal, les dioxines se forment toujours assez facilement lors de combustions incomplètes (même avec un barbecue...) de type incendies. Le hic, c'est que le pyralène est une matière première de choix pour former des dioxines.

Il n'y a pas vraiment de norme, ou de seuil, pour les sols, et encore moins pour des dépôts de suies en ce qui concerne les teneurs en dioxines.

Il faut donc raisonner par comparaisons.

Là, tes teneurs en dioxines sont de l'ordre de grandeur de ce qui a été mesuré de pire sur le territoire. C'est normal, l'incendie de pyralène, on peut difficilement faire mieux comme émetteur de dioxines. En plus, ces salop.ies mettent un temps infini (des décennies) à se dégrader.

Donc moi, je trouve que ca craint fort.

Surtout si ces suies volent sous l'effet de courants d'air, donc que tu en respires.

Parce ce que ce qui peut se passer c'est la chose suivante, avec une probabilité assez élevée :

- 1°) Inhalation de poussières de suies

- 2° blocage des plus grosses particules dans les voies aériennes supérieures

- 2° mais passage des plus fines dans les poumons

- 3° élimination (au moins partielle), par les macrophages dans les alvéoles pulmonaires donc expectoration et renvoi vers les voies aériennes supérieures

- 4°) ingestion d'une partie du mucus (on ne crache pas tout ce qui remonte). C'est la qu'est le souci : une partie de ce que tu respires, tu vas finir par le manger... or les dioxines (surtout la TCDD, la fameuse dioxine "Seveso") sont extrêmement cancérigènes par ingestion, je ne vous apprends rien, sans doute.

Bref. Moi, n'étant pourtant pas particulièrement craintif, je ne resterais pas là à moins d'une décontamination totale validée par prélèvements consécutifs démontrant l'absence de dioxines dans les dépôts de surface, et surtout dans l'air.

C'est ton problème majeur et le plus urgent à mon sens, avant même la falaise. D'autant plus que tu reçois du public, qui lui n'est au courant de rien. D'ailleurs le public, s'il savait, il viendrait certainement beaucoup moins, non ?

Pour la falaise, je ne comprends pas vraiment la nécessité d'une contre-expertise.

Tu dis toi même que l'INERIS, ou le BRGM, ou les 2 (finalement on ne sait plus trop) sont venus et auraient des avis convergents.

Si tu portes plainte contre ton bailleur (la commune) et tu as largement de quoi, tu devrais avoir accès aux pièces du dossier, dont ces fameux rapports d'expertise initiaux, qui devraient suffire.

Fin du roman, je crois que je ne peux plus faire plus. A toi d'exploiter (ou pas !) les quelques pistes qui t'ont été fournies (par moi et par d'autres)...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah !!!!! enfin des explications clairs.

Merci Pulsar d' avoir consacré autan de temps pour décrypter le rapport d'analyse et de me répondre aussi convenablement.

Je dit enfin car ça a été un véritable parcourt du combattant pour savoir ce que contenait cette isolent.

Je suis d' accord avec toi quant tu dit que je m' en prend a beaucoup de monde.

D' un certain coté il y a de quoi!!!!

Par exemple le laboratoire que j' ai sollicité pour effectuer ses analyses, et que le cimentier avait lui même solliciter pour d' autres problèmes sur le même site, avant moi, je l'ai su après.

Pourquoi a t' il fallu 4 mois pour avoir mon rapport d'analyse, et attendre le sixième mois, après divers relances pour avoir un avis où une interprétation de ses taux?

La première chose qui m'est venue à l' idée, était que quelqu'un avait la main mise dessus!

Pourquoi les services de la DRIRE n' ont t'ils pas procédés où contraint le cimentier à faire ses analyses, alors que je leur signale depuis 3 ans ?

Ils ont rien fait et mon laissé poireauter dans la m.... :rougir:

Cà serais moi petit artisan qui polluerai, on m' aurait fermer l' atelier sur le champs, où coller une amende.

j' ai adressé un dossier à la préfecture, au mois de mars de cette année, alors que les travaux de réhabilitations sont terminés depuis le 25 décembre 2008.

Dans ce dossier complet , avec photos et commentaire je signal, à nouveau le problème de la falaise ainsi que divers problèmes non résolus de pollution.

L'on me répond, que le cimentier a demandé un rapport auprès d' INERIS, que le rapport conclut

" l' atelier est mis en sécurité,relativement au risque de chutes de masses rocheuses depuis le front de la carrière."

Le rapport est soit disant joint en annexe au courrier, ce qui a été vraisemblablement omis.

L' atelier déjà, j' en doute :siffler: et en plus le reste de la plate-forme mitoyenne que je loue également est totalement oubliée !!!!

Ce document est daté du 20 novembre 2008, alors que les travaux n' étaient pas finis.

Dans le dossier, je stipule que les travaux d'ouvertures du mur blindé derrière l'atelier (effectué au BRH) ,que la démolition d'un quai en béton, ainsi que le passage pendant plusieurs mois de gros engins, ont contribué à déstabiliser cette falaise.

On me répond ,que INRIS est un organisme à la compétence reconnue, qu' aucun élément ne permet de mettre en doute ces conclusions :sous le soleil:

on verra çà!!!!!!!!!!!!!!

je suis informé également que la DRIRE a sollicité la BRGM.

Je leur est naturellement demander ce rapport, je l'attend toujours !!!!

Vous comprendrez maintenant pourquoi je souhaite faire une contre - expertise !!!!

Pourquoi la DRIRE se base t 'elle sur des informations fournis par le cimentier voir même monsieur le Maire ?

Ne peuvent t' ils pas envoyer quelqu' un, lorsque l' on leurs signal un problème?

Maintenant, je pense connaitre suffisamment la pierre, puisque c' est ma profession depuis 20 ans, si un jour, il venait avoir un problème , je n' hésiterais pas à déposer plinthe contre ces gens là.

Moi j'aurais fais mon boulot.

En se qui concerne la pollution:

Même si l' isolent vient à être enlevé, il subsistera de la pollution, étant donné qu' il y en a plein les murs et que les particules se sont déposées partout sur mes affaires.

Ils veulent bien refaire la toiture, mais pas nettoyer le reste, et en plus il faudrait que je reste dans l'atelier pendant les travaux, a continué de recevoir ma clientèle et inhaler le bon produit!!!

Tout ça effectué par une entreprise qui a aucune compétences dans le domaine de la dépollution, :super: je les connais et les ai déjà virés de l' atelier. :desert::P

Et pourquoi refaire une toiture sur un bâtiment qui sera fermé a cours terme????????

Depuis le début ,je me heurte à des gens qui minimisent tout , dénigrent tout et semblent pris à partie pour le cimentier,

la seul personne qui a fait bouger les choses a été virée,et depuis tout le monde a peur de prendre une décision de crainte de se faire taper sur les doigts :super:

maintenant je vais régler ça avec mon avocat, de toute façon ils ne pourront pas laisser les choses telles quelles sont actuellement indéfiniment.

Merci de m' avoir lu, car après 13 heures de travail ,la philosophie et l'orthographe ne sont pas mon fort.

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjour

le problème essentiel est de s'adresser aux bonnes personnes!!

Le cimentier n'a plus rien à voir là dedans; si la mairie loue le local c'est qu'il y a restitution officielle, avec accord de toutes les parties (cimentier, DRIRE, commune, RIVERAINS) du site et abandon par l'exploitant.

Le seul interlocuteur , à l'heure actiuelle, est la mairie , en tant que propriétaire . Le conseil municipal n'est pas , pour autant, compétant dans ce domaine et doit faire appel à des organismes extérieurs qui n'ont pas de raisons de traiter le problème en urgence.

Le temps d'un rapport de labo pour ce genres d'analyses n'a rien d'extraordinaire !

Légalement, dans ce contexte, une contre expertise de la falaise ne servira à rien; les conclusions seront probablement lidentiques et le seul problème réel : la pollution du bâtiment , arrivera finalement à la conclusion de démolir le local !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des photos de la cimenterie (photos d' une photocopie) à différentes époques d' exploitation

pas réussi a envoyer une image scannée B)

Pour ceux qui ont peut être connu le site en exploitation

était visible depuis l'autoroute A6, la forêt était toute blanche de poussière

l' usine pouvait produire, avant ça fermeture, jusqu'a 100 tonnes de ciment à l'heure.

Il y a peu de documentation sur cette usine, sur internet.

post-5862-1256764986_thumb.jpg

post-5862-1256765044_thumb.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guest mistral34
Ce n'est pas un bureau d'études. Quand elle a des études à faire, elle commandite des experts.

Je crois que le gouvernement depuis le procés d'Outreau a mise en place une commission pour faire la lumiére sur les réelles compétences des soit disant experts qui ont fleuris si facilement.

Un reportage a la télé permettait d'apprendre que n'importe qui sans justification pouvait se déclarer expert auprés des tribunaux en quelques minutes en remplissant quelques formulaires.

Sur un autre projet dont je m'occupe, je suis associé à ce même bureau d'études privé. Et je le suis à titre personnel, pas professionnel.

Le meme reportage parlait aussi de cela comme d'un probleme.

Sans vouloir mettre en doute ton honneteté, je serais curieux de savoir comment cela est possible.

D'un coté tu nous dit que la drire ou tu travaille ne fait pas d'expertises et de l'autre que tu as un role d'expert en privé;

Merci a toi pour tes longs devellopement intéréssant

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...