Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2017

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Matériel de géologie et outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie et minéralogie  ▲

STR

Membre
  • Compteur de contenus

    708
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de STR

  • Date de naissance 03/09/1956

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    BOUCHES DU RHONE
  • Intérêts
    PALEONTOLOGIE<br />STROMATOLITES

Visiteurs récents du profil

13 350 visualisations du profil
  1. Ce que je vous montre ressemble à de une brèche ; des fragments anguleux, de taille diverse, du vide, de l'argile, un ciment siliceux ou ferrugineux. Pourrait-il s'agir d'une brèche de formation récente, du type brèche de pente (agglomérat de débris accumulés au pied d'un escarpement), ou d'une brèche intraformationnelle due à l'altération actuelle d'une couche superficielle par le climat équatorial (voir cliché du deuxième message du 29 mai 2015 de ce même sujet) ? Non, je vous rassure, cette brèche - car il s'agit bien d'une brèche - s'est formée durant le Paléoprotérozoïque. Alors quoi ? Dans quelles conditions cette brèche a-t-elle bien pu se former ? C'est la question à laquelle je vais tenter de répondre en observant cette zone A de l'échantillon N°6 dans le détail. Et plus, encore ... Vous remarquerez que les images que je suis en train de vous montrer ne ressemblent à aucune autre de celles que vous avez déjà pu voir dans ce sujet. De la même manière elles ne ressemblent à aucune autre image publiée sur le Paléoprotérozoïque du Bassin de Franceville,, du moins à ma connaissance.
  2. L'échantillon N°6 présente deux zones différentes. Durant le Paléoprotérozoïque chacune de ces deux zones correspondait à un monde, un milieu, un biotope, différent en raisons de conditions physico-chimiques différentes. Si,si ... ; du moins à l'échelle des traces de vie que nous recherchons. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle aujourd'hui chacune de ces deux zones possède un aspect totalement différent de celui de l'autre. Et c'est ce qui fait tout l'intérêt de cet échantillon N°6. Pour être plus clair et éviter de me disperser, je vais vous présenter chacune de ces deux zones l'une après l'autre. A la fin, il faudra bien que l'ensemble soit cohérent ! Appelons-les : zone A et zone B. Ci après la première image de la zone A de l'échantillon N° 6.
  3. Echantillon numéro 6 Pour commencer, je tiens à réitérer les remarques préliminaires que j'avais formulées dans ce sujet avant de débuter l'observation des échantillons N°3 et N°4 (premier message du 3 novembre 3013). Elles sont toujours d'actualité en ce qui concerne cet échantillon N°6. Cet échantillon est gros, moche, et lourd (9.8 Kilogrammes), c'est dire toute la confiance que j'avais en lui pour le ramener en France à mon retour en 1991. C'est au tout début de cette année 2017 que j'ai commencé à l'observer en détail et que j'ai décidé de le présenter ici sous le numéro 6. Les difficultés techniques que j'ai rencontrées pour l'observer, dues à son poids et à sa taille, m'ont fait perdre beaucoup de temps. Maintenant qu'elles sont surmontées, je peux vous dire que les informations tirées des premières images que j'en ai obtenu sont à la hauteur de mes espérances. Depuis, je suis même capable de replacer cet échantillon dans le lieu exact qu'il occupait au sein du paysage du bassin de Franceville durant le Paléoprotérozoïque. Je vous mets une petite image du bricolage qui me permet d'obtenir des clichés. Ces clichés seront de même qualité que ceux que j'ai présenté ici pour l'échantillon N°4 alors que l'échantillon N°6 est dix fois plus lourd et encombrant.
  4. Up ! Je remonte ce sujet pour signaler la sortie récente de deux publications très intéressantes qui le concernent. Je les cite par ordre chronologique de parution. - " Nuclear geyser model of the origin of life : Driving force to promote the synthesis of building blocks of life " Publié en septembre 2016 par Toshikazu Ebisuzaki et al. dans Geoscience Frontiers. https://www.researchgate.net/publication/309229555_Nuclear_geyser_model_of_the_origin_of_life_Driving_force_to_promote_the_synthesis_of_building_blocks_of_life - " An Akouemma hemisphaeria organic macrofossils colony hosting biodiversity assemblage on the seafloor of Okondja Basin ( Gabon ) dated at 2.2 Ga " Publié en février 2017 par Ambroise Edou-Minko et al. dans Journal of Geology & Geophysics. https://www.omicsgroup.org/journals/an-akouemma-hemisphaeria-organic-macrofossils-colony-hostingbiodiversity-assemblage-on-the-seafloor-of-okondja-basin-gabon-datedat-2381-8719-1000281.php?aid=86096 Lisez-les, car nous en reparlerons ...
  5. Une information qui devrait intéresser certains passionnés. Je vous mets le lien : http://sfmc-fr.org/?p=921
  6. Existe en pot de plastique de 1 KG pour l'usage pharmaceutique (Cooper), quantité adaptée à l'usage présent.
  7. http://www.nature.com/nature/journal/v543/n7643/abs/nature21377.html J'ai trouvé cette publication très intéressante pour plusieurs raisons : - c'est très vieux ... , pour le moment une des traces de vie les plus anciennes décrites - le milieu de vie de ces traces a perduré sans discontinuation depuis cette époque reculée jusqu'à aujourd'hui - les traces décrites sont assez "grosses", et assez "parlantes", http://www.nature.com/nature/journal/v543/n7643/fig_tab/nature21377_F2.html Donc, je pense que d'autres publications vont suivre ; pour approfondir l'étude de ces fossiles ou pour décrire des fossiles semblables d'autres gisements très vieux, ou un peu moins. Donc, bis, si vous avez chez vous, ou pas trop loin, des échantillons d'"old hydrothermal vents", il ne vous reste plus qu'à les regarder à la loupe, à la binoculaire ou au microscope, on ne sais jamais ...
  8. Ce sont des documents de travail datant de plus de vingt ans. Le support est du papier photo format A4, mais cela a beaucoup traîné dans le labo ... Au départ ce sont des photos argentiques sous microscope, donc il s'agit de ce que l'on appelle des "planches contact". Je les ai scannés il y a quelques jours pour les mettre sur Géoforum. Et comme toujours, ce que vous voyez est moins bien que ces vieux documents, qui sont eux même moins bien (de beaucoup) que ce qu'il est possible de voir sous l'objectif du microscope.
  9. NB : sur les images précédentes ; un clic sur "taille totale" = plus grand. - Vous trouvez que ces images manquent d'explications ? - Rapportez-vous à la publication ; tout y est ! - Vous aimeriez voir une image du lieu où a été prélevé l'échantillon qui a donné ces lames minces ? - Pas de problème, j'ai une photo ( d'époque ... ) ! Pour être plus précis, l'échantillon en question se trouvait deux mètres derrière moi , et trois mètres en contrebas . Le destin, quoi ! ...
  10. La seconde de ces deux publications, " Microfossils in 2000 Ma old cherty stromatolites of the Franceville Group, Gabon ", http://booksc.org/book/17726645, décrit les microfossiles présents dans les biofilms des stromatolites de la mer francevillienne. Ce travail est basé sur l'étude des lames minces obtenues à partir d'un échantillon de stromatolite particulièrement bien conservé. - Vous trouvez que les images de la copie en libre accès dont je vous ai mis le lien ne sont pas à la hauteur ? - Moi aussi ! Mais je peux vous assurer que la réalité de ces lames est tout autre. Et j'ai un début de solution. Explication. Il se trouve que je me suis rendu au laboratoire de paléobotanique de la Faculté des sciences de Montpellier au moment même où l'un des auteurs, en raison de son départ à la retraite, était en train de vider son bureau. A cette occasion, il m'a offert des documents personnels dont il s'était servi lors de la préparation de cette publication. Et je vais vous en faire profiter. En effet, je pense que parmi les personnes intéressées par ce sujet, bien peu ont accès à la publication originale ou à ces lames minces. De plus les images qui suivent permettent de comparer la population microbienne des stromatolites à celle de l'échantillon N°4 : deux biotopes différents = deux populations microbiennes différentes ( et il y en avait encore d'autres ). Au Paléoprotérozoïque, dans le bassin de Franceville, la vie était déjà belle ...
  11. Pour information. Deux anciennes publications qui peuvent être utiles à ce sujet sont maintenant disponibles en libre accès sur internet. Ce sont : - Microfossiliferous cherty stromatolites in the 2000 Ma Franceville Group, Gabon - 1992 - http://booksc.org/book/24844207 - Microfossils in 2000 Ma old cherty stromatolites of the Franceville Group, Gabon - 1996 - http://booksc.org/book/17726645 La première de ces deux publications décrit les stromatolites qui peuplaient les hauts fonds de la mer francevillienne durant le Paléoprotérozoïque. Ces stromatolites pouvaient présenter des formes simples, comme ceux de l'échantillon N°1 ( colonnes ), ou ceux de l'échantillon N°2 ( pétaloïdes et oncoïdes ). Mais une forme beaucoup plus complexe était également présente. Il s'agit de la forme " chou- fleur " dont un échantillon est représenté p350, figure 13 de cette première publication. " Ministromatolites, anastomosed columns and pseudo-columns, capped by flat laminae ", comme décrit dans la publication. Le déterminisme des formes complexes de stromatolites est, encore aujourd'hui, bien difficile à expliquer. - Vous trouvez que l'image n'est pas terrible ? - Moi aussi ! Je vous en mets donc deux meilleures ici. Je pense que j'attribuerai plus tard un numéro à cet échantillon, car en le regardant de plus près il peut encore nous montrer des images intéressantes.
  12. Je mets ici les liens vers une série de quatre publications web très intéressantes que je viens de découvrir. Elles concernent directement le message précédent et l'échantillon N°4. Comme ces textes sont issus d'un blog, ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement l'anglais peuvent les rechercher sur Google et demander la traduction ( j'ai testé : charabia, mais facile à comprendre ). - http://www.saltworkconsultants.com/blog/silica-mobility-and-replace-evaporites-article-1-alkaline-saline-lakes - http://www.saltworkconsultants.com/blog/silica-mobility-and-replaced-evaporites-2-replaced-caso4-02 - http://www.saltworkconsultants.com/blog/silica-mobility-and-replaced-evaporites-3-archean - http://www.saltworkconsultants.com/blog/silica-recycling-and-replaced-evaporites-4-mesoproterozoic-transition
  13. Up ! Je n'ai rien posté dans ce sujet depuis bien longtemps ; non qu'il ait perdu de l'intérêt pour moi, mais un peu de recul m'était nécessaire. Afin de mieux y revenir en 2017, j'ai commencé l'année en le relisant dans son intégralité. Et je suis rassuré ! Cela m'a même permis de découvrir un détail intéressant qui m'avais jusqu'alors échappé. Je vous livre donc ce dernier en quelques images : - échantillon N°4, message du 14 octobre 2014 - échantillon N°1, message du 15 septembre 2013 Pour chaque échantillon, le diamètre du champ de la deuxième image mesure 1 centimètre. Dans les deux cas on peut voir un cristal de pyrite qui à servi de base à du gypse fibreux. Dans les deux cas un phénomène de pseudomorphose à remplacé le gypse fibreux par de la silice. L'échantillon N°1 et l'échantillon N°4 ont été prélevés dans deux affleurements différents. Ces deux échantillons ne se ressemblent pas ; les fossiles qu'ils contiennent sont de nature différente. Sur le terrain, l'environnement immédiat de chacun de ces deux échantillons était différent de celui de l'autre. Mais l'observation minutieuse de chacun de ces deux échantillons permet d'y découvrir des images si semblables que cela ne saurait être le fruit du hasard. Cette ressemblance témoigne au contraire que, dans les deux cas, donc à grande échelle, les conditions physico-chimiques du milieu étaient identiques. Conclusion : que la composition de l'atmosphère, la teneur en différents ions de l'eau de mer, la température, la pression, etc ... aient été les mêmes pour les deux affleurements, est finalement extrêmement logique !
  14. Encore un journaliste qui à oublié de se relire ...
  15. Personnellement, je pense que la gangue est encore plus intéressante que l'Hélix ! Si j'avais trouvé ça, j'aurais déjà poli un petit échantillon de gangue et j'en aurai fait quelques photos macro ... Cela peut paraître compliqué à qui ne l'a jamais fait ; mais en fait c'est simple. Il faut juste avoir envie de le faire ... .