Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet.
▲  Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet  ▲

icarealcyon

Membre
  • Content Count

    723
  • Joined

  • Last visited

5 Followers

About icarealcyon

  • Birthday 03/03/1961

Profile Information

  • Genre
    Femme
  • Lieu
    Lozère, France
  • Intérêts
    Paléontologie des vertébrés (ère secondaire) -Techniques de préparation et de conservation - Falaise des Vaches Noires - Toarcien caussenard - Minéralogie et paléontologie de France, Madagascar, Congo, Namibie - Ambre crétacé Birman - Météorites.

Recent Profile Visitors

2,884 profile views
  1. Après une descente dans mon antre de Fu Manchu , j'ai fini par retrouver cet exemplaire de Tsumeb, mon seul et unique, injustement relégué car ne "faisant pas le poids" avec les Kaounga-Renéville dans ma vitrine. C'est la petite soeur de ton exemplaire. La gangue est essentiellement formée de cérusite massive et cuprite. La partie cristallisée est très peuplée en micro, et là encore, je découvre !!! La dioptase est accompagnée de quelques cérusites en prismes gemmes. Il y a ces curieux rhomboèdres blancs très brillants (dolomite ou minrecordite ? ), qui parfois s'agglomèrent en sortes de boules; d'autres rhomboèdres, incolores et à angles plus aigus ceux-là, un peu plus grands (calcite ?). De minuscules oursins bleu ciel (boules de cristaux aciculaires de shattuckitte -ou planchéite ?).Les petits cristaux allongés brun-rouge sont du quartz recouvert par un oxyde. Sur la gangue, peintures vert-jaune de duftite. Sa relégation prend fin à partir de ce jour
  2. Pour les points communs entre ces 2 districts:Tsumeb et Mindouli/M'Fouati NikisDePutter_50sci_fr.pdf
  3. Bonjour Michel, en effet comme le dit Jean-Do, l'association quartz ( pour la première minéralisation ), dioptase, cérusite blanche, wulfenite orange en tablettes signe une pièce du Congo Brazzaville, j'évoquerais une origine distincte de M'Fouati, plutôt un gisement du riche district de Mindouli: M'Passa par exemple. Le point commun avec Tsumeb qui peut expliquer la riche paragènese est une origine paleokarstique.
  4. La duftite accompagne beaucoup de secondaires de Tsumeb. Ces exemplaires saupoudrant les rhomboèdres parfaits de calcite sont dans doute les plus réussis en termes d'esthétique Sous forme de minéralisation principale d'un échantillon, elle été rencontrée en plus grande abondance au 35ème niveau (donc tout au fond de la seconde zone d'oxydation) en croûtes et masses botryoïdales-radiées. Le spécimen ci-après (85 X 75 x 48 mm), que je pourrais décrire comme présentant une structure intermédiaire entre ces deux qualificatifs, pourrait donc vraisemblablement en provenir. Il est associé à de la cérusite en petits cristaux incolores isolés, massive et un peu cimentante sur l'envers de la pièce. Et là aussi, le diable se cache dans les détails... La cavité centrale traverse complètement l'échantillon. Elle est semée de cérusites, mais...une face de cette cavité héberge un minéral velouté rouge carmin, peut-être relictuel, car il semble être creux et ces creux sont remplis de cristaux de duftite. A l'extérieur, il recouvre de la cérusite. Possiblement du minium ?
  5. Je n'ai que le tome 1, un beau bébé de 4,100 kg et 856 pages. Voici la table des matières: Tsumeb est traité sur un gros chapitre "spécial" de 192 pages. La part belle revient aux photos (une splendeur !) mais les renseignements sur les niveaux d'origine des spécimens figurés sont plutôt réduits... La partie texte va à l'essentiel. Il y a des images d'archives saisissantes, en particulier des tout premiers temps de l'exploitation. L'auteur a eu accès à un lot de photos d'époque jamais publiées auparavant. Dans la partie "Encyclopédie des minéraux de Namibie", qui passe en revue les espèces minérales par ordre alphabétique, il reparle bien évidemment de Tsumeb, et d'autres spécimens de la mine -et non des moindres- sont figurés.
  6. Bonsoir Michel, à voir peut-être certains gîtes du Morvan ?
  7. C'est un magnifique exemplaire ! J'ai été regarder de plus près...à la bino - ce que je n'avais jamais fait (à ma grande honte !). Alors voilà: il y a au moins deux minéraux présents dans cette fine couche brun-jaune qui recouvre une première génération de smithsonite incolore (rhomboédrique) déposée directement sur les sulfures. Le premier minéral forme des sphérules veloutés brun-jaune. On observe ces sphérules par transparence, inclus à la base des cristaux roses du dessus, et libres également. Ils peuvent aussi former des boxworks dans la smithsonite rose. Ils sont parfois saupoudrés de minuscules cristaux jaunes-brun prismatiques d'un autre minéral qui ressemble très fort à de la tsumcorite, du moins en me basant sur les photos du livre de Von Bezing. Ils ont un éclat vif, un peu gras, ressemblant à celui de la cérusite. Si la tsumcorite est très probable, pas la moindre idée de ce que peuvent être ces sphérules veloutées brun-jaune. Vraiment un spécimen atypique, et superbe, ah Tsumeb !
  8. pour le bonbon menthe ! En réalité il est bien difficile à rendre, ce vert-bleu si vif et frais ! Mon unique exemplaire de cuprosmithsonite de Tsumeb est assez petit (4 X 3 cm environ). Ses cristaux sont des rhomboèdres épais et d'aspect polysynthétique, mais à éclat vif, aux arêtes très légèrement courbes. La gangue est formée de cérusite massive blanche avec des traînées vertes de duftite (...ou mottramite ?) C'est vert-jaune vif en tout cas. Ce spécimen m'interpelle ! .Les miens n'ont hélas pas d'histoire, mais acquis en Afrique du Sud, ils sont vraisemblablement issus du recyclage de vieilles collections namibiennes ou sud-africaines. Une de mes smithsonites en rhomboèdres roses aigus montre exactement la même matrice que ton spécimen
  9. A ma demande d'origine, le marchand m'a répondu "Hubei, Chine". Rien sur Mindat avec ce critère. Les azurites de l'Anhui figurées sont fort différentes, et seules les "Sepon" du Laos seraient quelque peu ressemblantes... A moins d'une nouveauté chinoise en Chine...
  10. Bonjour Phildefer34, après deux essais sur des petites pièces d'éboulis, j'ai procédé de la manière suivante: d'abord nettoyage à la brosse et détergent, séchage complet, passage d'un film de colle cyanoacrylate sur le pourtour cristallisé des pièces (quand apparent), surtout à la base des cristaux de quartz, ceci afin d'éviter le "détricotage", systématique sinon, des cristaux de quartz et de barytine situés en bordure des échantillons. Puis bain HCL 23% dilué de moitié environ, à froid, de façon à ce que la dissolution ne soit pas trop rapide, échantillon posé sur l'envers (partie gangue vers le haut et hors de l'acide) sur une plaque de mousse dense PVC, avec surveillance régulière de la progression du dégagement et enlèvement des débris tombés sur la plaque de mousse. J'ai extrait des pièces les débris volumineux dès qu'il était possible de les décoller sans risque. Le bain (renouvelé toutes les 3 h) a duré en tout 12 et 14 h pour les 2 plus grandes pièces. 2 à 3 h ont suffi pour les 4 autres, bien plus petites. Certains petits débris rebelles ou profondément incrustés ont été ôtés à l'aiguille et la pince à épiler, après HCL 23% appliqué au coton-tige pour les décoller. Le film de colle cyanoacrylate du pourtour finit par se décoller tout seul en fin de bain, mais il a protégé suffisamment longtemps la base des cristaux des bords pour éviter leur délitement. Puis neutralisation dans un bain de bicarbonate de soude et rinçage final. J'avais d'abord essayé de protéger les cristaux de la tranche avec du Paraloid B72, mais cela ne s'est pas avéré assez résistant à l'action de l'acide à l'interface cristaux-gangue sur les bords. Une gangue de calcaire dolomitique, une minéralisation bréchique et un enduit karstique posent en effet certaines petites difficultés au nettoyage
  11. Merci beaucoup Otto pour le partage et les magnifiques pièces figurées. Pour la paléontologie, le dépérissement inexorable du marché est sûrement la conséquence des législations de plus en plus sévères (ou de plus en plus appliquées) sur la protection du patrimoine paléontologique adoptées par les différents pays "producteurs". Même le Maroc et Madagascar commencent à avoir des vélléités dans ce domaine.
  12. Bonjour à tous les amoureux du bleu outremer et au-delà ! Voici une grande pièce acquise auprès d'un marchand chinois, sans provenance fournie . Quelqu'un aurait-t-il une idée ? Au vu des autres minéraux vendus dans cette boutique, il s'y trouve une majorité de pièces africaines( hors Maroc) et malgaches, donc je pensais à une Katangaise possible, ou peut-être une du Laos (Sepon) mais je ne trouve pas vraiment d'équivalent sur Mindat . Cette pièce est sans aucun point d'attache. Elle mesure 23 X 16 X 10 cm. Elle présente des cristaux d'azurite très bien formés, très variés, gemmes, tous bien brillants mais certains vraiment éclatants, en particulier dans les géodes de la tranche. Les mixtes avec la malachite sont rares. Groupés par taille, les cristaux d'azurite peuvent atteindre 7 à 8 mm dans certaines zones. Ils sont associés à de la malachite en balais soyeux plus ou moins développés, comme ceux de Kambové ou Midingi au Katanga. Il y avait beaucoup de dépôts noirs pulvérulents, non adhérents (wads ou hétérogénite ?) dont j'ai réussi à la débarrasser plus ou moins, après plusieurs passages sous la douche . C'est un agglomérat, une véritable éponge de cristaux d'azurite et de malachite, avec une dominante azurite . Le seul indice de roche présent consiste en de très fines lames de roche quartzeuse blanc-beige, parfois ocrées, prises dans l'ensemble, et de disposition plus ou moins parallèle, perpendiculaire à l'axe de la pièce. En vous remerciant pour vos idées sur son origine ! Le dessus: Le dessous, vu un peu de biais: un côté: Cristaux aux formes complexes, les plus grands affectent une forme en "berlingot". Je vais essayer de faire de meilleures photos si nécessaire, la lumière de Toussaint n'est vraiment pas terrible. Je me rends compte que photographier de l'azurite est aussi difficile que la dioptase ! .
  13. Ces bains d'acide n'ont pas été de tout repos : des débris variés: morceaux de calcaire dolomitique, fragments de quartz et de baryte farcissaient la couche de dépôt calciteux karstique. Certains éclats calcaires étaient assez volumineux... Il fallait surveiller le moment où il était possible de les ôter sans dommage collatéral. Pour les deux plus grandes pièces, la taille de ces débris était parfois importante (3 à 5 cm); j'étais inquiète pour l'état des cristaux en-dessous. Hé bien non, à chaque fois ils sont apparus intacts, mais pas tout de suite. Une seule explication possible: ils étaient déjà couverts et protégés par une couche calciteuse homogène d'au moins plusieurs millimètres quand les débris se sont déposés dessus. Cette poche était disloquée mais il était encore possible d'établir que les pièces "4 générations" étaient situées au plancher de la poche. Celles du plafond sont très différentes, beaucoup moins complexes ! Il s'agit d'un dépôt de barytine lamellaire compact, sur-cristallisée tabulaire comme celle du dessous, sur un lit de quartz continu, lui aussi complètement cristallisé. Juste un ou deux quartz tardifs égarés çà et là, et beaucoup moins de petits cristaux de sulfures. La gravité a-t-elle joué pour générer cette différence ? Voici un des morceaux du "plafond": le dégagement à l'acide de telles pièces a été aisé car bien sûr il n'y avait pas de débris inclus.
  14. Merci Philippe et Chantal Profitant d'un automne relativement clément (excepté l'épisode méditerranéen de la semaine dernière, hein Chantal), je continue mes explorations . Les surprises sont toujours au rendez-vous. De la bordure sédimentaire nord du Goulet, toujours dans l'Hettangien moyen, donc exactement contemporain des minéralisations présentées ci-dessus, voici une petite géode de calcite qui contient des chapelets de petits cubes de fluorine mauve ! La fluorine est en effet présente, quoique diffuse, toujours en très petits cristaux, dans ce secteur. En lumière UV à longues ondes le spectacle est étonnant ! Bon il faut que je recharge les piles de ma lampe !
  15. La cave à vin/cailloux donne des idées: voilà un endroit à proposer à la visite à ma petite famille, qui pour une fois contenterait à coup sûr toutes les parties ! Pour moi double ticket svp
×
×
  • Create New...