Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2018, avec fossiles et gemmes.
Bourse minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines

cayron

Membre
  • Compteur de contenus

    105
  • Inscription

  • Dernière visite

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Cote d'or 21

Visiteurs récents du profil

1 702 visualisations du profil
  1. santonien machins

    OK pour le morceau de cuirasse ferralitique, (effectivement Roufignac n'est pas très loin) et la teinte (probablement due à la présence d'oxydes d'alumine) ne laisse pas de doute, et merci pour les liens. Donc deux possibilité sur la présence de cet unique "cailloux" dans le coin : un rescapé du lessivage des strates tertiaires ou un rouge à lèvre tombé de la trousse à maquillage d'un néandertalien de passage ...... Faut bien rêver non ?
  2. Santonien bivalves

    Merci à vous deux. Si j'ai bien compris, comme je le soupçonnais il y a les juvéniles Exogyra et la grosse adulte En ce qui concerne les Cardiums si qq connait des publis sur le sujet je suis preneur, ainsi que mon amis Max paléo-randonneur local Salutavous PS : pour le reste j'ai continué sur la rubrique pétrographie
  3. santonien machins

    pour faire suite aux demandes de précision concernant les bivalves dans la rubrique paléontologie (détermination) voici d'autres trouvailles hétéroclites du secteur : limonites, structures pyriteuses ? silex etc... Les structures plus récentes que le santonien ont pu également laisser les éléments les plus durs ou compacts. de plus les champs de Dordogne en vu passer .... Le "cailloux" rouge et l'objet que je baptise " lumachelles pyriteuses laissent quand ils sont humides des traces sur le papier et colorent fortement en rouge comme de la bauxite ? densité pour les nodules genre spongiaires : 1.88 à 2.07 pour les nodules type limonite : 3.76 à 4.27 pour le "lumachel pyriteux" 2.46 Substrat : boueux et crayeux Si qq a des idées ? j'allais aussi oublier silex et calcédoine.
  4. Les terrains du Santonien du Périgord vert contiennent des tas de trucs hétéroclites par moment remontés à la surface par les travaux des champs, ceci n'est qu'un premier sujet Je pense hétéroclite car le bipédus circule dans le secteur depuis qq dizaines de milliers d'années, de plus les éléments lourds et résistants (silex, limonites) peuvent être les vestiges d'étages plus récents errodés ? Avant dégagement ça pouvait faire penser à un rudiste mais en fait c'est une Huitre: enfin je suppose : coquille épaisse. Si qq à des précisions . Cardium : certains semblent bien symétriques, d'autres comportent trois "renflements" je me demande comment ça "fonctionne" "virgules" c'est pas des térébratules des huitres juvéniles ? bon pour les silex, calcédoines limonites et autres bizzareries je poserais un autre sujet . Salut les Santonistes (côté Bougogne on fait plutôt dans le jurassique)
  5. Bonjour, Suite à une donation je me retrouve en possession de certaines pièces que j'ai du mal à identifier (étiquettes perdues ou peu précises) Pour le 03 ?? reflets arc en ciel et léger (vides d'air) le 07 je pense simplement à du Quartz teinté Le 09 naturel ou pas ? Le 11 : Natrolite Mullite ?? La 10 géode agate + quartz ? Merci d'avance
  6. C'est quoi comme minéral ?

    Tu peux essayer d'enjoliver en trempant dans de l'acide chlorhydrique (de la vrai, pas de substitut) , il me semble qu'il y a également de la calcite. (tu verra bien si ça fume) , en tout cas faire dehors ou sous hotte avec gants et ne pas respirer les vapeurs
  7. gypse et grès ou l'inverse ?

    Merci à tous je change mes étiquettes : Calcite - Dolomie ça me va et si je peux côté stratigraphie j'irais jeter un coup d'oeil sur place avec l'accord du carrier bien entendu pour essayer de voir dans quelle strate se trouvaient ces blocs.
  8. gypse et grès ou l'inverse ?

    Comme quoi faut pas se fier au faciès : Effectivement j'ai tout faux : ci joint photos; Circonstance atténuante, la rayure à l'ongle, mais faut vraiment appuyer. Le responsable de la carrière m'a informé que l'on reste dans le Bathonien supérieur, et qu'il n'y a pas de gypse. Na ! Sur Infoterre: " Bathonien à Oxfordien calcaires gris cryocristalins à Trocholines, alternances à calcaires beiges à gravelles et calcaires cryptocristalins plus ou moins crayeux avec des calcaires oolitiques et bioclastiques. NOTA : j'ai pas trouvé la définition de cryocristalin ? Sur photos : Zone 1 : pratiquement pas attaqué aux acides. Zone 2 : Pratiquement pas d'action de l'acide sulfurique et action moyenne de l'acide chloridrique Zone 3 (cristalisée) : action forte des deux acides. Nota : Zône 1 prise à l'origine pour du grès ? Dolomie ? Reste pour la curiosité la stratigraphie : savoir s'il s'agit d'une strate entière ou d'une "poche ou géode" : ce qui n'apparaissait pas sur les blocs. Re Bonnes fêtes
  9. Roche mystérieuse à Serre-Ponçon

    Salut Trilobite05, Je vais souvent me balader sur les rives du lac quand il est au plus bas, l'étendue minérale est impressionnante et de temps en temps on y trouve quartz, calcite. Même quand on ne trouve rien le paysage est tellement ......déroutant qu'on est certain de passer une formidable journée. En Kayac c'est aussi super pour repérer les petites géodes. Pourquoi pas un jour sur place pour une géorando Bonnes fêtes de fin d'année
  10. que sont ces pierres?

    Salut, Moi je couperais les galets à la disqueuse... non je plaisante pas, quand je trouve des machins qui m'intriguent, je fais souvent une autopsie ...... des fois c'est joli à l'intérieur. Evidemment ça ne fait rêver que moi mais c'est déjà pas si mal et si tu veux rêver encore plus tu cherches leur composition et à reconstituer leur histoire. Salut bon courage et bonnes fêtes;
  11. gypse et grès ou l'inverse ?

    Pas si simple pour raisons suivantes : - J'ai passé le "cailloux" à la résine à béton pour éviter son effritement total, ce qui nécessite une destruction partielle ou totale pour refaire les testes (je pense d'ailleurs à l'époque avoir rayer à l'ongle). Quand j'ai présenté l'échantillon à des "collègues" la nature gypse n'a pas été contestée .... mais bon ? Je vais également en chauffer un morceau. - J'ai dit grès car dans mon esprit un grès était un assemblage de "grains" cimentés siliceux ou calcaire, mais après vérification comme il doit y avoir au moins 85% de quartz le termes grès n'est peut être pas approprié. En fait je me suis fié au faciès de la partie érodée. .... Promis je ne ferais plus. - Maintenant côté stratigraphie la question est toujours "pendante" car sur le pourtour de la carrière je n'ai trouvé que deux blocs (environs 50cm à 1m) possédant un tel faciès fort différent des autres blocs et pierres calcaires. Si je me souviens bien la carrière est relativement profonde et rien ne prouve que le Bathonien n'ai pas été dépassé, je vais me renseigner à ce sujet. - reste ensuite dessus dessous , sur le côté (faille). ? De quoi s'occuper entre deux glissades hivernales........... pour l'instant pas trop de temps . Bonnes fêtes à tous
  12. gypse et grès ou l'inverse ?

    Salutatous, Bon je ne pensais pas déclencher toutes ces sympathiques réponses .... heu questions . Je monte donc un dossier sur le sujet, analyses, recherches photos etc... je vous tiens au courant A plus
  13. origine vie

    Merci , C'est super je vais suivre le sujet de près, c'est passionnant. J'ai retrouvé la réponse de G. Lecointre à la question que je lui avait posé. Je vous la recopie ci après .... voilà une sympathique polémique non ? " Mail réponse du 25 Mars 2017 Bonjour J'ai bien reçu votre courrier du 3 décembre. En décembre il a passé deux semaines dans une pile de courriers auxquels il fallait que je réponde, puis je suis parti trois mois en Antarctique sans accès à ma messagerie. Je suis parti sans avoir fini mes tâches. Me voilà de retour et je réponds à vos interrogations : non, il n'y a pas d'organismes vivants qui se créent en permanence à partir de la vie minérale. Si ce genre de génération spontanée existait, en effet la communauté scientifique des biologistes ferait grand bruit ! Ce qu'a voulu dire l'oratrice, probablement, c'est que à 500 m sous Terre les cellules qui y parviennent continuent de se diviser. Et de prospérer malgré les conditions hostiles. Il y a eu un papier la semaine dernière dans une revue-vitrine américaine sur les bactéries vivant dans le sédiment des grands fonds marins vieux de 5000 ans, et je vous livre ci-dessous le résumé que j'en ai fait. Il ne s'agit pas du milieu terrestre, certes, mais le sédiment profond est très hostile car très pauvre en énergie chimique disponible, et seuls quelques lignages d'archées et d'eubactéries à croissance lente arrivent encore à y croître. Les communautés microbiennes du sédiment marin profond : une sélection purifiante, pas une adaptation. Starnawski P. et al. PNAS 114 (11), pp. 2940-2945 (14 mars 2017) Cet article compare les diversités génétiques des communautés d’eubactéries et d’archées de la surface du sédiment des fonds marins jusqu’aux profondeurs sédimentaires vieilles de 5000 ans, pauvres en énergie chimique. Les séquences d’ADN sont caractérisées et comparées le long d’un gradient de profondeur. Cette étude permet d’abord de caractériser un ensemble limité de lignages génétiques correspondant à des archées et des eubactéries non cultivées, présentes tout au long du gradient. Leur répartition dans le sédiment profond pauvre en énergie n’est pas stratifiée, mais c’est au contraire quelques lignages rares déjà présents en surface et dotés de capacités de survie en conditions très limitantes en sources d’énergie qui deviennent prépondérants en profondeur. En somme, les souches très rares en surface deviennent les seules à pouvoir survivre en profondeur : ce sont les mêmes, avec le même patrimoine génétique faiblement variable. En effet, sur quatre lignages biens suivis et bien caractérisés, il s’avère que la diversité génétique nucléotidique intra-lignage est très faible quel que soit l’âge et la profondeur du sédiment. Une sélection purifiante s’opère donc, seules les souches capables d’endurer des limitations sévères en sources d’énergie arrivant à survivre avec des taux de croissance très faibles dans le sédiment marin profond. La capacité à vivre dans un tel environnement n’est donc pas le fruit d’une acquisition sélective en cours d’enfouissement à partir de diversités génétiques stratifiées renouvelées, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un processus d’adaptation qui s’opèrerait le long du gradient de profondeur. Bien cordialement G. Lecointre