Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum

Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet.
▲  Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet  ▲

Daniel Gol

Membre
  • Content Count

    499
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Daniel Gol

  1. Petite explication sur le "dithionite" et la "méthode au dithionite" qui sont deux choses différentes: - Le dithionite tout seul est un réducteur ("décapant") capable d'enlever les oxydes de fer. Seul il est moyennement efficace et est légèrement acide. Cette légère acidité peut altérer des minéraux fragiles. - La "méthode au dithionite" est une méthode qui utilise du... dithionite auquel on ajoute une "solution tampon" (appellation abusive pour les puristes !). On les mélange ensemble quand on prépare le bain de traitement. Cette "solution tampon" permet de maintenir le bain
  2. Pour la galène, l'acide acétique ou citrique, sont sans danger, par contre pour la fluorite, qui ne supporte (presque !) rien, c'est moins vrai. Cela étant, si la fluo ne montre pas un très beau lustre (ce qui est généralement le cas des Durfort), tu peux tenter le coup, ces acides ont une action limitée sur cette espèce qui se traduit juste par une perte de l'éclat (j'ai largement testé !). Par contre travailler à froid et ne pas laisser la fluorite plus que nécessaire. Sinon, traiter avec beaucoup de phosphorique en veillant à sortir immédiatement et rincer le spécimen dès ap
  3. C'est la seule solution (le phosphorique). Faut juste ne pas être pressé, vraiment pas pressé (trempage pouvant prendre plusieurs semaines voire mois, en hiver !) et qu'il n'y ait pas de calcite, sinon il a formation rapide de phosphate de calcium insoluble.
  4. HCL et dithionite sont déconseillés pour la galène, si galène il y a vraiment . Par contre Cristocline est parfaitement indiquée pour la galène et la baryte et ne donne pas de "retours" jaunes. Kaolin... la plaie ! HMPS donne des résultats plutôt médiocres mais c'est mieux que rien. Alterner séchages poussés (en posant sur un radiateur par exemple) avec immersion dans de l'eau tiède additionnée d'HMPS pendant plusieurs heures, voire jours. Voilà !
  5. A conserver donc en boites avec un dessicant ou en milieu humide ? Un retour d'expérience m'intéresserai...
  6. Le problème de l'inefficacité du produit n'est pas tant les variations de température mais plus probablement une température trop basse. Le produit doit être maintenu à au moins 20 °C. On peut le pousser à 40°C sans aucun souci pendant 36 h (ce que je fais régulièrement) mais juste quelques heures à cette température sont parfois suffisantes. Comme le dit Jojo38 si tes encroûtements sont trop importants, tu peux passer par le chlorhydrique qui reste le produit le plus agressif pour enlever la limonite. Son inconvénient comme dit, redit et constaté c'est que pour éliminer les retours jaune
  7. Désolé pour l'erreur c'est 1GM qui conseille l'acide phosphorique...
  8. Je reste très surpris qu'il reste ces dépots terreux jaune pétard après un bain de dithionite et que certains cristaux montrent encore des encroutements sombres. Quelles sont les espèces présentes sur ton échantillon ? Il n'y a que du quartz et des dépots d'oxydes de fer ? Ces jaunes pétard évoque des secondaires d'antimoine (stibiconite) ou d'uranium... Limonite et "oxydes de fer" sont la même chose, comprendre des dépots d'espèces indéterminés (goethite le plus souvent parfois en mélange avec l'hématite, la lépidocrocite, du manganèse etc.) sous forme de croute, plus ou moins cave
  9. La limonite n’est pas une espèce mais des oxydes de fer mal définis souvent à l’état colloïdal. Comme dit et redit dans d’autres post, HCl est très efficace pour enlever les oxydes de fer (limonite, goethite etc…) mais ne donne pas de bon résultats. Or, en tant que collectionneurs, ce que nous attendons d’un nettoyage est d’avoir un caillou propre au final. C’est pourquoi il existe d’autres produits comme la méthode au dithionite ou Cristocline qui permettent d’avoir un bon résultat. D’autant qu’au final, HCl est illusoirement économique car une fois le bain bien jaunit on jette l’acide ce
  10. Comme le dit gaeldeploeg, la première des choses à faire est un nettoyage énergique au jet d’eau (le pistolet est l’idéal). Cela étant, si il y a des oxydes il a peu de chance que ce soit un dépôt mais plutôt une altération de surface de l’hématite et donc pas d’interface entre les deux. On arrive à quelques résultats (assez variables !) avec la méthode au dithionite en immersion quelques minutes à une heure, en se basant sur le fait que l’hématite cristallisée est plus “résistante” que sa forme en limonite. Il faut donc régulièrement vérifier l’avancement du nettoyage. Le résultat n’est pas
  11. Contrairement au dithionite qui s'oxyde à l'air et peut poser problème avec le temps si soumis à de mauvaise conditions de conservation (abri de l'air et de l'humidité, Cristocline se conserve indéfiniment ! Le gros avantage du produit est qu'il peut s'utiliser un grand nombre de fois, 10, 20 30 fois selon l'importance des encroutement de l'on traite. L'autre avantage est qu'il empêche la formation des "retours" jaunes d'oxydes de fer.
  12. Comme l’a très bien dit montroc81, l’eau oxygénée et l’eau de javel sont des oxydants forts, ce qui fait que chaque trace de fer encore présent dans l’échantillon se transforme en oxydes de fer (“rouille”). Il faut bien avoir à l’esprit que le dithionite “n’enlève” pas les oxydes de fer. Il transforme le fer III en fer II (c’est la réduction). Le fer III est très peu soluble, de couleur jaune orangé en solution (solution = “dilué” dans l’eau) et forme les dépôts de limonite, goethite, hématite, rouille etc. Le fer II est très soluble et de couleur vert en solution. Très soluble ne veut pas d
  13. Bonjour, Si vous n'avez que de la fluorite nettoyer selon la méthode au dithionite. Si fluorite et galène, pas de vraies solutions sans altérer l'une ou l'autre. Le dithionite attaque les galènes et noircit les bains tandis que le cristocline (et les acides en général) peuvent dépolir les fluorites. Il y a quand même une solution : l'acide phosphorique ! Il n'attaque ni l'un ni l'autre et enlève les "oxydes" de fer. Par contre il est lent à agir,. Très lent ! A température ordinaire l'opération peut prendre des semaines, voire des mois en hiver ! Il y a toujours la solution d
  14. Le dithio (méthode au) est totalement inerte sur l'anatase mais décolore ou plus exactement la chlorite verte devient grise. L'anatase est de toutes les façons inerte à tout ! Le dithio n'agit pas sur les oxydes en général mais réduit le fer III des "oxydes" ou hydro-oxydes de fer peu solubles en fer II solubles. Ce n'est jamais une bonne idée d'enlever de la chlorite sur les cristaux car il reste souvent leurs empreintes en creux (une sorte de dépoli rapeux !).
  15. Bonjour, Avant toute chose il faut savoir que ce qui est couramment appelé sidérite n'est souvent plus de la ... sidérite, en tous les cas au sens strict du terme. La sidérite "pure" est légèrement verdâtre car constituée surtout de fer II. En s'oxydant le fer II se transforme en fer III, qui lui est de couleur brune et progressivement la sidérite se transforme en "oxydes de fer" ("limonite", goethite, etc). Maintenant les produits de nettoyage (acide oxalique, dithionite, etc.) que l'on utilise sont souvent des réducteurs ( opposé à "oxydant") et/ou des complexants du fer III. Au
  16. Pour moi aussi cela ressemble plutôt à de l'altération ou à un mauvais rinçage. Attention avec l'acide phosphorique ! Cet acide est très long à agir pour enlever des OXYDES DE FER mais pas pour enlever la calcite. Par contre, l'élimination de calcite par l'acide phosphorique favorise la formation de phosphate de calcium, qui apparaitra comme un nuage laiteux dans le bain. Ce phosphates est difficilement soluble. Il faut donc utiliser de grandes quantités d'acide pour ne pas saturer le bain. A mon avis et au vu des photos un passage à l'acide phosphorique me semble inutile. J'opterai
  17. Les post précédents concernent la sidérite qui peut poser des problèmes avec le dithionite surtout si elle est altérée. Pour la calcite et la fluorite aucun problème. Inutile de surveiller toutes les heures. Tu peux les laisser 48 h dans le dithionite avec solution tampon sans te faire de soucis . C'est ce que je fais régulièrement !
  18. L'eau oxygénée (à 130 volumes) s'utilise pour éliminer les argiles (montmorillonite, illlite etc. sauf le kaolin) mais c'est un produit onéreux à utiliser sur des minéraux fragiles qui ne supporteraient pas un brossage sous l'eau ou l'utilisation du pistolet. L'acide chlorhydrique est un acide fort qui attaque très bien les "oxydes de fer" mais ne donne pas une belle qualité de nettoyage avec la re-précipitation d'oxydes de fer au rinçage ("produits" jaunes). Pour mémoire on désigne par "oxydes de fer" d'une manière un peu raccourcie un groupe de minéraux dans lequel on trouve surtout la
  19. Effectivement, la méthode au dithionite est moins efficace que les méthode avec acides mais il semblerait quand même que vous optimisez mal le produit. Je vous conseille d'essayer de porter le bain à 30 ou 40 °C tout en évitant les chocs thermiques. Pour cela vous pouvez faire un bain à température ambiante avec votre échantillon, mettez une plaque de verre sur votre récipient puis placer le tout au soleil. Avant de rincez votre spécimen laisser le bain se remettre doucement à la température ambiante. L'hiver n'est bien évidemment pas la meilleur moment...
  20. Bonjour, La fluo ne subit aucun dommage avec l'acide phosphorique (qui est un acide faible peu dangereux ce qui n'est pas le cas de l'acide fluorhydrique qui est aussi un acide faible mais extrêmement dangereux). Tous les autres acides courants dont l'acide oxalique la dépolisse plus ou moins vite. L'inconvénient de l'acide phosphorique est que c'est un acide très long à agir et qu'en plus il a un effet passivant c'est-à-dire qu'il va transformer une partie des oxydes en phosphate de fer, transparents qui donneront l'impression que le caillou à été vernis. Le mieux est la
  21. Bonjour Michel, Je pense à un oxyde d'antimoine genre stibiconite.
  22. Typiquement Tirely (Ardèche). Je me demande même si cela n'en n'est pas un de ma collecte de 2010. Acquis auprès de monsieur M ? En tous les cas j'en ai encore un tiroir plein !
  23. Bonjour, J'ai déjà vu ce genre de spécimen qui venait de Madagascar. Je ne peut pas affirmer que cela soit le cas pour ton échantillon mais c'est une éventualité. Si c'est vraiment du rutile, aucun souci avec les produits de nettoyage courants ni même les acides. Cela étant si c'est juste pour enlever la poussière un simple nettoyage à l'eau avec du liquide vaisselle est largement suffisant. Si c'est de la goethite, même traitement au liquide vaisselle sans souci. Par contre pas d'acides.
  24. Difficile d'affirmer une espèce sans l'avoir en main. Cela étant dans l'ordre des images: 1 et 2 Muscovite et biotite (micas noir). Prov. : des milliers de pegmatites sont susceptibles de donner de tels spécimen qui n'ont rien de spécifiques. 3. et 4 Sphalérite et dolomite. Prov : très probablement : Les Fournel (Trèves, Gard) 5. Fluorite. Prov Tarn ? 6. Biotite. Prov même remarque que pour 1 et 2 7. Sidérite et calcite. Prov. Le Rivet, Tarn 8. Pegmatite ? Voilà !
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.