Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente aux enchères de minéraux.
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15
Vente aux enchères de minéraux le 24 septembre à 14h15

Daniel Gol

Membre
  • Posts

    501
  • Joined

  • Last visited

3 Followers

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.danielgol.com
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Tarn - France

Recent Profile Visitors

12,119 profile views

Daniel Gol's Achievements

  1. Azurite et malachite supporte très bien l'eau voire un brossage doux, plutôt au pinceau qu'à la brosse, tout dépend de la finesse des cristaux. Par contre pas d'hexamétaphosphate sur ces espèces. En règle générale il vaut mieux éviter sur les secondaires contenant du cuivre. 🙂
  2. Je suis très surpris, au vue des photos, que la méthode au dithionite ne fonctionne pas. En principe avec des enduits de la sorte un, voire deux bains sont suffisants. Par ailleurs si à l'acide chlorhydrique (qui est l'acide commun le plus efficace sur les oxydes de fer) il n'y a pas d'effet, soit vos enduits sont inclus dans la fluorite, ce qui ne semble pas vraiment le cas ici, soit ils s'agit d'un encroutement qui n'est pas de l'oxyde de fer ! Il faudrait regarder avec une bino ou une loupe puissante la nature du dépôt. Des micros cristallisations souvent crytocristallines (grains entremêlés) de baryte ou de quartz voire de sulfures teintées par des oxydes de fer sont fréquentes sur la fluorite. Dans ce cas il n'y aurait pas grand chose à faire. Ne vous embêtez pas avec l'acide phosphorique. Il ne sera pas plus efficace que les produits que vous avez testé et est très très lent à agir sur les oxydes de fer (plusieurs semaines, voire mois à température ambiante !). Il faut d'abord identifier le dépôt ! 🙂
  3. Petite explication sur le "dithionite" et la "méthode au dithionite" qui sont deux choses différentes: - Le dithionite tout seul est un réducteur ("décapant") capable d'enlever les oxydes de fer. Seul il est moyennement efficace et est légèrement acide. Cette légère acidité peut altérer des minéraux fragiles. - La "méthode au dithionite" est une méthode qui utilise du... dithionite auquel on ajoute une "solution tampon" (appellation abusive pour les puristes !). On les mélange ensemble quand on prépare le bain de traitement. Cette "solution tampon" permet de maintenir le bain dans une "zone" de neutralité (ni acide, ni basique). On peut donc nettoyer des minéraux fragiles qui craignent l'acidité (calcite, fluorite, etc). Mais en plus la "solution tampon" augmente l'efficacité du traitement et évite certains problèmes liés à l'utilisation du dithionite tout seul. Pour le reste: - on peut pousser les traitements selon la "méthode au dithionite" jusqu'à 48 h mais bien souvent en 24 h les jeux sont faits ! Au delà de 48 h il y a des risque de précipitation de sulfures de fer sous la forme d'enduits noirs difficiles à éliminer par la suite. - sulfate de fer ? que veux tu dire ? oxyde de fer ? - nettoyage fluo : pas d'acide car la fluo perdrait sa brillance. Nettoyer selon la "méthode au dithionite" . Est ce que c'est plus clair maintenant ?
  4. Pour la galène, l'acide acétique ou citrique, sont sans danger, par contre pour la fluorite, qui ne supporte (presque !) rien, c'est moins vrai. Cela étant, si la fluo ne montre pas un très beau lustre (ce qui est généralement le cas des Durfort), tu peux tenter le coup, ces acides ont une action limitée sur cette espèce qui se traduit juste par une perte de l'éclat (j'ai largement testé !). Par contre travailler à froid et ne pas laisser la fluorite plus que nécessaire. Sinon, traiter avec beaucoup de phosphorique en veillant à sortir immédiatement et rincer le spécimen dès apparition de phosphate de calcium qui apparaît au débit sous la forme d'une laitance nuageuse et blanchâtre dans le bain. Pour protéger la granite tu peux prendre de la paraffine qui fond autour de 50°C puis traiter selon la méthode au dithionite.
  5. C'est la seule solution (le phosphorique). Faut juste ne pas être pressé, vraiment pas pressé (trempage pouvant prendre plusieurs semaines voire mois, en hiver !) et qu'il n'y ait pas de calcite, sinon il a formation rapide de phosphate de calcium insoluble.
  6. HCL et dithionite sont déconseillés pour la galène, si galène il y a vraiment . Par contre Cristocline est parfaitement indiquée pour la galène et la baryte et ne donne pas de "retours" jaunes. Kaolin... la plaie ! HMPS donne des résultats plutôt médiocres mais c'est mieux que rien. Alterner séchages poussés (en posant sur un radiateur par exemple) avec immersion dans de l'eau tiède additionnée d'HMPS pendant plusieurs heures, voire jours. Voilà !
  7. A conserver donc en boites avec un dessicant ou en milieu humide ? Un retour d'expérience m'intéresserai...
  8. Le problème de l'inefficacité du produit n'est pas tant les variations de température mais plus probablement une température trop basse. Le produit doit être maintenu à au moins 20 °C. On peut le pousser à 40°C sans aucun souci pendant 36 h (ce que je fais régulièrement) mais juste quelques heures à cette température sont parfois suffisantes. Comme le dit Jojo38 si tes encroûtements sont trop importants, tu peux passer par le chlorhydrique qui reste le produit le plus agressif pour enlever la limonite. Son inconvénient comme dit, redit et constaté c'est que pour éliminer les retours jaunes ce n'est pas ne sinécure avec des rinçages interminables qui ne résolvent qu'à moitié le problème. En général, il faut refaire après un traitement (dithionite, Cristocline...) pour se débarrasser de ses retours en veillant bien à ce qu'il n'y ait aucune trace d'acide pour le traitement au dithionite. Il faut donc, après un rinçage abondant après acide, laisser le spécimen au moins 24 h dans de l'eau additionnée de bicarbonate de soude
  9. Désolé pour l'erreur c'est 1GM qui conseille l'acide phosphorique...
  10. Je reste très surpris qu'il reste ces dépots terreux jaune pétard après un bain de dithionite et que certains cristaux montrent encore des encroutements sombres. Quelles sont les espèces présentes sur ton échantillon ? Il n'y a que du quartz et des dépots d'oxydes de fer ? Ces jaunes pétard évoque des secondaires d'antimoine (stibiconite) ou d'uranium... Limonite et "oxydes de fer" sont la même chose, comprendre des dépots d'espèces indéterminés (goethite le plus souvent parfois en mélange avec l'hématite, la lépidocrocite, du manganèse etc.) sous forme de croute, plus ou moins caverneuse, parfois terreux, de couleur allant du noir au jaune orangé en passant par toute la gamme des marrons et des ocres. Comment procèdes-tu avec ton traitement au dithionite ? Il y a quelque chose qui ne colle pas... Le dithionite (la méthode) est particulièrement indiquée pour les fluorites mais pas pour les pyrites, qui noircissent (formation de sulfures de fer noirs). Comme le conseille très bien montroc81, l'alternative est l'acide phosphorique qui n'attaque pas non plus la fluorite.
  11. La limonite n’est pas une espèce mais des oxydes de fer mal définis souvent à l’état colloïdal. Comme dit et redit dans d’autres post, HCl est très efficace pour enlever les oxydes de fer (limonite, goethite etc…) mais ne donne pas de bon résultats. Or, en tant que collectionneurs, ce que nous attendons d’un nettoyage est d’avoir un caillou propre au final. C’est pourquoi il existe d’autres produits comme la méthode au dithionite ou Cristocline qui permettent d’avoir un bon résultat. D’autant qu’au final, HCl est illusoirement économique car une fois le bain bien jaunit on jette l’acide ce qui au final n’est pas si économique que ça, sans parler du désagrément de sa manipulation. Le bicarbonate en eau de rinçage n’empêche pas le jaunissement ("retour" d’oxydes). Sa fonction est juste de neutraliser l’acide. Conseil pour “rattraper” ton cailloux. Faire tremper ton caillou 24 h dans de l’eau du robinet. Brossage ou jet d’eau genre pistolet si tu as, pour enlever les dépôts meubles (argile notamment). Faire un traitement dithionite normal avec la solution tampon. Rinçage. Séchage rapide.
  12. Comme le dit gaeldeploeg, la première des choses à faire est un nettoyage énergique au jet d’eau (le pistolet est l’idéal). Cela étant, si il y a des oxydes il a peu de chance que ce soit un dépôt mais plutôt une altération de surface de l’hématite et donc pas d’interface entre les deux. On arrive à quelques résultats (assez variables !) avec la méthode au dithionite en immersion quelques minutes à une heure, en se basant sur le fait que l’hématite cristallisée est plus “résistante” que sa forme en limonite. Il faut donc régulièrement vérifier l’avancement du nettoyage. Le résultat n’est pas assuré car si l’altération est profonde l’hématite serait alors corrodée.
  13. Contrairement au dithionite qui s'oxyde à l'air et peut poser problème avec le temps si soumis à de mauvaise conditions de conservation (abri de l'air et de l'humidité, Cristocline se conserve indéfiniment ! Le gros avantage du produit est qu'il peut s'utiliser un grand nombre de fois, 10, 20 30 fois selon l'importance des encroutement de l'on traite. L'autre avantage est qu'il empêche la formation des "retours" jaunes d'oxydes de fer.
  14. Comme l’a très bien dit montroc81, l’eau oxygénée et l’eau de javel sont des oxydants forts, ce qui fait que chaque trace de fer encore présent dans l’échantillon se transforme en oxydes de fer (“rouille”). Il faut bien avoir à l’esprit que le dithionite “n’enlève” pas les oxydes de fer. Il transforme le fer III en fer II (c’est la réduction). Le fer III est très peu soluble, de couleur jaune orangé en solution (solution = “dilué” dans l’eau) et forme les dépôts de limonite, goethite, hématite, rouille etc. Le fer II est très soluble et de couleur vert en solution. Très soluble ne veut pas dire pour autant soluble indéfiniment. Cela veut dire que l’eau a la capacité de pouvoir “contenir” un certaine quantité de ce fer II (sous forme d’ions) pour une certaine quantité d’eau. C’est la solubilité d’une substance. Autrement dit si la solution de dithionite est saturée en fer II, l’eau en s’évaporant (principe du séchage !) va dépasser le seuil de saturation et le fer va précipité (ne plus être soluble et se déposer sous la forme solide). Or ce fer II est terriblement instable dans nos conditions de température et de pression. Sa seule possibilité est de s’oxyder (c’est à dire se retransformer en fer III) et se combiner avec les éléments disponibles autour de lui, c’est à dire l’oxygène. (pour éviter les confusions “l’oxydation” n’est pas une combinaison avec l’élément oxygène mais une perte d’électrons. Cela étant l’oxygène est un oxydant fort). Cela posé, en principe en rinçant bien l’échantillon après un passage au dithionite, les traces de fer (sous forme de fer II, donc !) sont très faibles mais si l’échantillon est poreux ces quelques traces peuvent être encore suffisantes pour reformer des taches d’oxydes orangées. Pour éviter se désagrément avec les gangues ou minéraux poreux/fissurés/clivés plusieurs solutions : - au premier bain de rinçage (sans avoir fait sécher l’échantillon) ajouter un peu de citrate de sodium ou de “solution tampon” (le citrate est un chélateur (complexant) du fer, c’est à dire une substance qui “capte” les ions fer). Laisser agir plusieurs heures puis rincer plusieurs fois en laissant à chaque fois tremper le spécimen quelques heures. - si le spécimen le supporte, immerger plusieurs minutes ou dizaines de minutes (selon température) dans du Cristocline ou de l’acide phosphorique puis rincer abondamment en faisant tremper chaque fois plusieurs heures. Pour les rinçages et préparation des bains de dithionite, inutile de prendre de l’eau déminéralisée, l’eau du robinet suffit amplement. Et surtout pas de produits oxydants après comme de l’eau oxygénée ou de l’eau de javel. Comme dit plus haut, on les utilise avant pour enlever les matières organiques ou la plupart des argiles.
  15. Bonjour, Si vous n'avez que de la fluorite nettoyer selon la méthode au dithionite. Si fluorite et galène, pas de vraies solutions sans altérer l'une ou l'autre. Le dithionite attaque les galènes et noircit les bains tandis que le cristocline (et les acides en général) peuvent dépolir les fluorites. Il y a quand même une solution : l'acide phosphorique ! Il n'attaque ni l'un ni l'autre et enlève les "oxydes" de fer. Par contre il est lent à agir,. Très lent ! A température ordinaire l'opération peut prendre des semaines, voire des mois en hiver ! Il y a toujours la solution de faire tiédir le bain pour accélérer le processus. L'acide oxalique comme l'acide chlorhydrique sont de puissants "désoxydants" mais... enlever des oxydes de fer ne fait pas tout ! En tant que "nettoyeurs" de cristaux ce que nous attendons c'est un résultat impeccable ! Or ces produits en sont bien incapables et les multiples gesticulations avec du bicarbonate et des rinçages à n'en plus finir n'apportent finalement que des résultats aléatoires voire décevants avec des enduits jaunes qui finissent par re-apparaitre, les dits enduits devenants brunâtres avec le temps ! L'oxalique est encore plus pernicieux parce que même avec de l'eau déminéralisée, on n'est pas à l'abri de la précipitations d'oxalates ( formation d'enduits insolubles sur les cristaux). Le nettoyage étant une alchimie délicate entre la propriété d'un produit et le minéral à nettoyer (souvent accompagné d'un tas d'autre minéraux formant la gangue), il y a lieu d'opérer avec beaucoup de circonspections. Penser qu'un produit est fait pour tel nettoyage est un mauvais raisonnement. Chaque minéral est une substance qui peut avoir des réactions avec le produit chimique auquel on le confronte. Le nettoyage consiste donc à jouer sur des différences (vitesse et solubilité) de réactions entre la substance à enlever (le nettoyage étant une opération consistant à enlever une substance que l'on considère comme une "saleté") et le minéral à conserver ! Immerger dans l'eau oxygénée à 130 vol. Attention la réaction est exothermique (dégage de la chaleur) et dégage beaucoup d'oxygène. Si il ne se passe rien, c'est que vos argiles sont silicifiées et il n'y a pas grand chose à faire. Le vinaigre est un produit intéressant pour préparer de la vinaigrette, pas pour enlever des argiles !
×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.