Jump to content

Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais.
Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais les 28 et 29 mars

Daniel Gol

Membre
  • Content Count

    476
  • Joined

  • Last visited

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.danielgol.com
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Tarn - France

Recent Profile Visitors

10,909 profile views
  1. Bonjour, J'ai déjà vu ce genre de spécimen qui venait de Madagascar. Je ne peut pas affirmer que cela soit le cas pour ton échantillon mais c'est une éventualité. Si c'est vraiment du rutile, aucun souci avec les produits de nettoyage courants ni même les acides. Cela étant si c'est juste pour enlever la poussière un simple nettoyage à l'eau avec du liquide vaisselle est largement suffisant. Si c'est de la goethite, même traitement au liquide vaisselle sans souci. Par contre pas d'acides.
  2. Difficile d'affirmer une espèce sans l'avoir en main. Cela étant dans l'ordre des images: 1 et 2 Muscovite et biotite (micas noir). Prov. : des milliers de pegmatites sont susceptibles de donner de tels spécimen qui n'ont rien de spécifiques. 3. et 4 Sphalérite et dolomite. Prov : très probablement : Les Fournel (Trèves, Gard) 5. Fluorite. Prov Tarn ? 6. Biotite. Prov même remarque que pour 1 et 2 7. Sidérite et calcite. Prov. Le Rivet, Tarn 8. Pegmatite ? Voilà !
  3. Bienvenu ! Pour l'identification de tes minéraux : 1) dolomite 2) Plus vraisemblablement chalcopyrite que pyrite avec galène ou cuivre gris 3) et 4) fluorite (fluorine est désuet et est plus une appellation du minerai que du minéral ) 5) calcite très probable (faire test avec acide pour vraiment s'en convaincre) 6) Goethite ou hématite. Faire un test de rayure sur une porcelaine non vernissée : rayure brun rougeâtre : hématite / rayure brun jaunâtre : goethite Voilà! voilà !
  4. Bonjour à tous, mon expérience sur les outils : Massette : pour le travail avec des broches/pointerolles et des ciseaux (ce que tout le monde appelle maintenant “burins”, à l’origine un ciseau pour couper l’acier) préférer les massettes avec une large surface de frappe, montrant une surface plane voire légèrement convexe (reprise avec une disqueuse), et avec les coins tronqués. Estwing propose des massettes avec une surface trop étroite et bombée. De plus la prise en main est difficile. Les massettes Estwing sont d’ailleurs faites pour casser des cailloux en frappant directement dessus et non pas pour être utiliser avec des burins, au risque d’augmenter les ratés sur la main qui tient le burin ! Stanley propose de bons modèles avec une bonne prise en main. Broches et ciseaux (burins) : les ciseaux (“burins plat”) sont fait pour cisailler la roche comme leur nom l’indique. Ils s’utilisent comme l’utilise les sculpteurs c’est-à-dire perpendiculairement à la direction de la découpe et en enlevant un peu de matière à chaque fois. Dans un granite ou un gneiss bien frais inutile de se faire d’illusion ! Les ciseaux sont peu performants pour travailler les fissures. Je préfère les pointerolles (burins pointus). Pour moi les meilleurs sont de la marque Leborgne. Solides, pénétrants et facile à affuter. Les burins Estwing sont trop”mous”. Le seul outil interessant chez Estwing est le levier. A l’affutage ce qui importe est d’avoir un profil le plus effilé possible sans pour autant avoir une extrémité bien pointue qui de toute façon va s’émousser en 2 ou 3 coups. Affuter à la disqueuse (efficace) et non au touret. En règle générale, si la roche n’est pas fissurée, on ne fait pas grand chose sans perforateur et son accessoire indispensable : le coin écarteur (je préfère ce terme à celui “d’éclateur”). Pour ma part, je n’ai jamais été satisfait par les offres du marché et ce n’est qu’en trouvant un vrai forgeron ( artisan ultra rare !) que j’ai pu faire faire des outils réfléchis et adaptés (même si le modèle en photo n’est pas encore la panacée !). J'oubliai : dans les fissures surtout les plus serrées, les photos de mes coins "maison" (toujours l'oeuvre par mon artisan forgeron") sont ce qui il y a de plus efficace.
  5. Tenter un traitement comme pour la pyrite puisque c'est grosso modo la même maladie qui les attaque et sachant que la pyrrhotite est plutôt instable en conditions ordinaires. Immersion dans un bain de bicarbonate de soude, traitement à l'alcool et / ou traitement à l'éthanolaminethioglycolate, séchage rapide, éventuellement utilisation d'une laque et/ou conservation en boite étanche avec un dessicant. C'est pas gagné !
  6. Je me permet d'intervenir ! Les réactions évoquées n'ont de sens que si elle sont accompagnées de leur constante K (ou pK) qui traduit l'importance de l'équilibre. Sans cet élément, ces expressions n'ont pas de sens surtout d'un point de vue pratique. On considère qu'avec un pK de 5 (ou K = 10^-5) que la réaction vers la droite (des réactifs vers les produits) est nulle d'un point de vue pratique. Comprendre un état de solubilité tellement faible que l'on considère la réaction comme négligeable. C'est ce que tout nettoyeur de cristaux ne peut que confirmer : la baryte est insensible à HCl ! S'il est évoqué des déliquescence de cristaux de baryte il faut l'imputer à des cristaux non pas soudés par de la calcite mais tout simplement par les oxydes de fer (ou encore des argiles). HCl vs Cristocline ? HCl est plus puissant que Cristocline mais - favorise les retours jaunes (en fait des oxydes de fer qui se reforment avec l'élévation du pH au rinçage et au séchage (élévation du pH = on passe de pH 1(très acide) à 7 (neutre) !) et cette obsession de vouloir neutraliser au bicarbonate de sodium pour supprimer ces "retours jaunes" est totalement illusoire. Il faut énormément rincer et laisser tremper pour limiter les "retours jaunes". - illusoirement économique (et peu "écologique") car la plupart du temps et compte tenu de la couleur dont prend le bain on le jette à l'égout - on s'en rend "plein la gueule" à chaque manip sans parler de comment ça arrange tout ce qui est métallique dans l'environnement proche ! Cristocline - supprime les "retours jaunes" comprendre la re-précipitation d'oxydes de fer. - revient économiquement et au final au même cout que HCl car on récupère le produit et on peut l'utiliser entre 10 et 20 fois avec la même efficacité sur les "retours jaunes" - n'émet pas de gaz à la manipulation (et avec les espèces conseillées). - grosso modo mis au point pour ne plus avoir les inconvénients de HCl tout en restant concurrentiel économiquement. Au final, mon conseil ( intéressé c'est vrai , mais honnête ! ) - gros encroutements d'oxydes de fer = d'abord gratter ce qui peut s'enlever avec des grattoirs puis traiter à HCl (si l'espèce supporte), rinçage rapide, bain de Cristocline, rinçage normal. Et éventuellement, au dernier bain, une petit cuillère à café de bicarbonate de soude pour s'assurer qu'il n'y a plus de trace d'acide (formation de bulles de CO2). - petits encroutements (enduits ou pellicules d'oxyde de fer) = traitement directement au Cristocline. Rinçage normal. Éventuellement, au dernier bain, une petite cuillère à café de bicarbonate de soude. Mais vraiment éventuellement. Le bicarbonate n'a pas pour objectif d'empêcher les retours jaunes (qui peuvent ressortir des semaines plus tard !) mais juste de supprimer toutes traces d'acide.
  7. Bonjour à tous, Petite précision... de taille ! La méthode au dithionite est fortement déconseillée sur l'hématite puisque cette méthode est utilisée pour enlever... l'hématite (un des "oxydes" de fer qui salissent nos cailloux !). Alors il est vrai que l'hématite que l'on définit comme de la "saleté" est sous forme de croûte ou d'enduits. Sous une forme bien cristallisée, l'espèce résiste mieux à une attaque au dithionite mais finit par s'altérer en surface en donnant un enduit blanchâtre (sidérotile ?). Cristocline donne de bons résultats sur ce type d'échantillon.
  8. Du bon sens ! Du bon sens ! Toutes les solutions sont dans la bon sens !!! Bonjour Lunerous, Comme vous l'avez écrit ma spécialité est plutôt le nettoyage des minéraux... Pour les fossiles , je ne suis pas spécialiste mais d'emblée je dirais qu'il faut travailler/dégager avec un micro percuteur.Je ne pense pas qu'il y est de solutions chimiques (de "nettoyage") à votre problème
  9. Bonjour, Non ! Le principe du nettoyage est de profiter de la différence de composition entre ce que l'on veut conserver et ce que l'on considère comme de la saleté (en fait une autre espèce souvent jugée inesthétique ). Quartz sur quartz pas de solution chimique. Reste .... le polissage ! Mais ce n'est plus du nettoyage !
  10. Contribution ! http://danielgol.com/souvenirs.php
  11. Bonjour, Je n'ai jamais eu ce type d'échantillon à nettoyer mais les hématites alpines ou du Tarn supportent bien et donnent de bon résultat avec l'HMPS . Mais cela concerne les argiles. Pour les oxydes de fer, évidemment le produits n'est pas adapté. Dans les préparations risquées (attention, c'est du Haut Nettoyage ! ), on peut utiliser la méthode au dithionite mais il faut sérieusement surveiller l'évolution du traitement car bien évidemment enlever des oxydes de fer sur des... oxydes de fer (l'hématite !) n'est pas sans risque. La méthode repose sur le fait que l'hématite cristallisée "résiste" davantage qu'à l'état de limonite. Ce que je ferai : 1. bien faire sécher l'échantillon (au dessus d'un radiateur par exemple ou au four à 50°C) 2. immersion au moins 1 h dans de l'eau tiède (40-50°C) pour voir comment se comporte l'échantillon 3. Si ok nouveau séchage au dessus du radiateur 4. immersion dans un bain d'HMPS chaud (50 °C au moins) 24 à 48 h. Éventuellement renouveler si il reste des argiles. 5. traitement au dithionite tiède (25/30 °C) quelques dizaines de minutes (en surveillant bien les hématites) 6. Rinçage sérieux puis séchage rapide (au sèche cheveux par exemple) 6. Si au bout de quelques heures ou jours se forment des efflorescences blanches (sidérotile) sur l'hématite, immersion 1 ou 2 minutes dans l'HCl dilué. Rinçage sérieux + séchage rapide. Bien évidemment, si après HMPS l'échantillon est nettoyé, inutile de pousser davantage. Voilà, pas mieux à proposer !
  12. Complexe la réaction des fluorites aux UV.... Ce que je peux te dire, c'est que d'abord il y a toutes sortes d'UV selon leur fréquence. En général on les classe en 3 catégories A, B et C. Les premières sont les plus longues et les dernières (C) les plus courtes. Plus la fréquence des UV est courtes plus elles sont "agressives". En général, ce que l'on appelle lumière noire ce sont des UV de type A. Rentre aussi en considération la puissance des lampes UV. Ceci posé, les fluorites violettes ou jaunes du Tarn ne s'altèrent pas à des expositions prolongées (plusieurs heures) ce qui n'est pas le cas de certaines bleues. Il y a des bleu ciel qui résistent bien à une exposition d'une à deux heures voire plus alors que celles plutôt bleu nuit se "décolorent" en quelques dizaines de minutes. Dans la pratique, et hormis les considération d'énergie, il semblerait que l'on peut faire un parallélisme entre UV et exposition solaire c'est-à-dire que la "résistance" (comprendre la décoloration des fluorites) aux UV est sensiblement la même que celle de la lumière solaire. Quant aux autres fluorites d'autres provenance....
  13. Globalement il faut éviter ou du moins être attentif à l'effet sur tous les secondaires contenant du plomb, du zinc, du cuivre, du cobalt (cérusite, malachite, azurite, rosasite, cobaltocalcite, etc..). La calcite y est aussi sensible ainsi que certaines zéolithes (heulandite par exemple). Bref, en la matière et comme toujours, il est conseillé de faire des tests préalables sur des morceaux sans valeur. Sinon, aucun souci avec les minéraux primaires courants comme la fluorite, le quartz, la baryte, les sulfures, les minéraux alpins, etc.
  14. Bonjour, Je découvre un peu tardivement ce sujet. Désolé. Effectivement vu l'importance de l'encroutement il vaut mieux faire une attaque à l'acide chlorhydrique. Quand l'acide est froid, il agit moins bien mais il agit quand même. Tu peux laisser tremper ton cailloux des jours (ou des semaines !!) jusqu'à disparition complète de l'encroutement. Au besoin remettre de l'acide frais. Rinçage/trempage abondant. A la suite de quoi au séchage ton caillou va jaunir. Faire alors un traitement au dithionite pour éliminer le jaune. Voilà !
  15. Bonjour, Comme largement dit et redit le nettoyage est une opération qui consiste à enlever "quelque chose" (généralement une autre espèce minérale) que l'on considère comme étant de la saleté et recouvrant le minéral que l'on veut nettoyer. Ce n'est donc pas un procédé qui consiste à modifier un état de surface et rendre "brillant" un minéral qui ne l'est pas. Ce qui semble être le cas de ta fluorite qui semble très corrodée. De ce que l'on peut voir de tes photos, il ne semble pas qu'il y ait "quelque chose" (argile, oxydes de fer ou de Mn, etc) à enlever. Peut être un brossage modéré sous l'eau ou au "pistolet"(voir dans les sujet épinglés) pourrait apporter un (très) léger plus. Pour bien comprendre cette histoire entre "état de surface" et "nettoyage" tu peux regarder là : http://danielgol.com/fiche_tech.php?fiche=eclat#fiche Pour le quartz hématoïde, il est fréquent que ce type de croûte rosée soit de l'argiles silicifiée. Pas grand chose à faire dans ce cas là. Fais quand même un test avec un acide pour vérifier quand même que ce n'est pas de la calcite. Pour cela soit mettre quelques gouttes d'acide sur l'encroutement (n'importe lequel mais l'acide chlorhydrique est le plus facile à se procurer) soit immerger complètement l'échantillon. Si rien ne se passe inutile d'insister. Si au contraire il y a un bouillonnement, laisser l'acide agir jusqu'à la fin du bouillonnement et bien rincer par la suite. Voilà !
×
×
  • Create New...