Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


elparigot

Membre
  • Compteur de contenus

    584
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de elparigot

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    PARIS
  • Intérêts
    trouver les plus belles pièces possibles. s'en donner les moyens

Visiteurs récents du profil

8 851 visualisations du profil
  1. heulandite Inde
  2. "The entire unconsolidated or secondarily recemented cover that overlies coherent bedrock, that has been formed by weathering,erosion, transport and/or deposition of older material. The regolith thus includes fractured and weathered basement rocks, saprolites, soils, organic accumulations, volcanic material, glacial deposits, colluvium, alluvium, evaporitic sediments, aeolian deposits and groundwater." (Eggleton, 2001) En lisant et relisant cette définition, il me semble que l'auteur entretient quand même le flou sur les dépôts marins ?
  3. Ce sujet a déjà été abordé et discuté lors d'un précédent post : http://www.geoforum.fr/topic/29880-coprolithe/
  4. Très belle conclusion et tout à ton honneur !
  5. Les sables de Fontainebleau c'est, le plus souvent, un dépôt d'origine marine de 30 à 60 mètres d'épaisseur. Est-ce que, selon vous, le regolithe englobe la totalité de ce dépôt ? sinon ou faire passer la limite ?
  6. Le fait que les gogottes se trouvaient globalement sous la forme d'une dalle (discontinue et fracturée) très étendue et à disposition horizontale, à environ 10 mètres de profondeur, montre clairement, selon moi, qu'il n'y a pas eu d'écoulement mais bien grésification du sable in situ. Même si leurs formes suggèrent des écoulements, en réalité les grains de sables n'ont pas bougé les uns par rapport aux autres. Il n'y a effectivement aucune certitude à ce sujet. Il y a toutefois deux éléments qui militent en ce sens : les processus de silicification ayant généré les gogottes sont d'âge très récent (30.000 - 50.000 ans) et on avait au dessus pas loin de 10 mètres de sables que j'ai un peu de mal à qualifier de "sol". Les formations photographiées sont réellement extraordinaires. Une vraie découverte !
  7. Tiré de Wikipedia : "Les pédologues estiment que la partie arable ne constitue que la partie superficielle du sol. Le pédologue et agronome Albert Demolon a défini le sol comme étant « la formation naturelle de surface, à structure meuble et d'épaisseur variable, résultant de la transformation de la roche mère sous-jacente sous l'influence de divers processus, physiques, chimiques et biologiques, au contact de l'atmosphère et des êtres vivants »10. Mon interprétation est que la genèse des gogottes, formées à une dizaine de mètres de profondeur, sans contact avec l'atmosphère et êtres vivants ne relève pas d'un processus de pédogénèse.
  8. Je ne suis pas du tout un spécialiste du sujet mais il me semble que la composition du ciment y est variable et que par conséquent cela ne correspond pas à la définition d'un minéral dont la composition chimique doit être "globalement" stable.
  9. visuellement la dernière ressemble beaucoup à un morceau d'agate taillée (les caractéristiques physiques avec une légère marge d'erreur semblent coller).
  10. faut arrêter de baptiser "gogottes" tous les "machins arrondis" peu ou non identifiables En l'absence de sable (et je n'en vois pas sur les photos ? ) cela ne peut pas être une gogotte. Cela n'est certainement pas une sphalérite non plus.
  11. Le terme "gogotte" a été attribué pour la première fois par Claude Guillemin à des concrétions sableuses telles que celles qui existent dans les sables de Fontainebleau. Le terme a été quelque peu voire largement galvaudé depuis. Ce qui m'interpelle ou m'amuse selon les jours c'est que les calcites de Bellecroix sont généralement rangées dans la section minéralogie alors que les gogottes (qui proviennent du même gisement et avec le même mode de genèse mais avec une composition chimique différente) sont rangées le plus souvent dans la rubrique pétrographie (dernier exemple : https://blog.nhm.ac.uk/2017/06/05/sir-david-attenborough-unveils-our-latest-acquisition-curator-of-petrology/#more-8957).
  12. La couleur est le plus souvent un mauvais critère d'identification (calcite, fluorite, quartz peuvent prendre pratiquement toutes les couleurs possibles ...) C'est bien d'avoir fait un test de dureté mais je reste sceptique. Sur la photo, il me semble voir des fractures conchoïdales très érodées. La pièce est peut-être trop lisse pour rayer le verre, il faudrait peut-être voir si un quartz peut le rayer en distinguant le noyau de l'enveloppe externe...
  13. pour moi un simple nodule de silex.
  14. J'utilise (utilisais plutôt) une cuve de type industriel (4 têtes, une vingtaine de litre). Dans bien des cas le résultat est spectaculaire avec un nettoyage parfait en quelques secondes comparé à un résultat moyen via plusieurs minutes de brossage (exemple le quartz). Cela dit pour moi le principal intérêt était d'accélérer et parfaire le rinçage de minéraux passés à l'acide.
  15. pour clarifier (?) la discussion, je ne pense pas que les ultrasons puissent provoquer le clivage d'un minéral clivable (cela me fait penser que j'ai également nettoyé beaucoup de gypses (minéral soluble et facilement clivable) avec une cuve : sans aucun souci). Par contre je rejoins totalement Montroc sur le fait que le contenu d'une cuve monte rapidement en température et que l'on peut facilement générer des chocs thermiques (qui eux pourront provoquer des clivages) si on n'y prend pas garde. Je suis un peu surpris du manque de réponse à ce post : il y a bien des géoforomeurs qui ont nettoyé à la cuve des dioptases, fluorites, calcites ... non ?