Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet.
▲  Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet  ▲

Lucailloux

Membre
  • Content Count

    4,033
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by Lucailloux

  1. Visuellement, oui c'est de la calcite. 1frangin et moi avons voulu te faire faire quelques tests plutôt que te donner bêtement la réponse. Le critère discriminant ici c'est les plans de clivage rhomboédriques bien visibles dans les cristaux jaunes, en plus de leur aspect radié.

    Il restera quand même à vérifier avec une goutte d'acide un peu plus fort (chlorhydrique) ou concentré (vinaigre ménager), pour le fun.

  2. Il y a 21 heures, 1frangin a dit :

    de toutes façon la fluo dans de l'acide c'est pas bon pour la fluo !

    Oui, c'est clair ! Mais pour le coup on voulait pas mettre 150€ dans du dithionite pour nettoyer des pièces qui les valent pas, alors elles sont passées dans des bains de phospho.

    J'avoue qu'il y a également eu des morceaux quelques peu oubliés dans des bains, en plein été (au moins 30°C)... :rigoler: Sur ceux-ci la dissolution était la plus flagrante, avec des crêtes de baryte qui s'effritent sous le doigt voire des plaques un peu fines trop fragilisées et qui cassent.

     

    Il y a 20 heures, jojo38 a dit :

    contraintes dues au remplissage des failles par la calcite

    Hum un peu dubitatif là-dessus, en revanche je suis d'accord pour dire que dans une fente remplie (de calcite ou d'autre chose), il y a plus de chances que des fractures tectoniques tardives traversent les cristaux que dans une fente libre !

     

    @Homer 66 Je crois que pour ce type de pièce, tu peux tout à fait les tremper dans un bain d'acide chlorhydrique. Ne le met peut-être pas en plein soleil et surveille l'évolution du nettoyage si tu veux garder ta baryte assez intacte, contrairement à moi :grandsourire:

  3. Tous les sulfates sont sensibles aux acides, dont la baryte.

    Après une courte recherche sur internet, la réaction entre le sulfate de barium (baryte) et l'acide chlorhydrique est en fait assez connue :

    BaSO4 + HCl = BaCl2 + H2SO4

    Les produits sont des chlorures de barium et de l'acide sulfurique, la baryte est donc dissoute. Mais elle est probablement très lente à basse température, donc difficile de s'en rendre compte.

    Réaction potentiellement similaire avec les autres acides, pour former des phosphates, acétates, oxalates (etc..) de barium en plus de l'acide sulfurique.

    Pour la réaction avec l'acide sulfurique, c'est :

    BaSO4 + H2SO4 ⇄ Ba(HSO4)2     (entre 20°C et 50°C)

    La baryte est également dissoute pour donner un dihydrosulfate de barium. Je pense que l'équilibre se déplace nettement vers la gauche en-deçà de 20°C, donc la baryte doit rester stable à basse température.

     

    il y a 15 minutes, gryph58 a dit :

    24 à 48 h suffisent la plupart du temps pour nettoyer des oxydes ferrugineux

    Ça dépend quelle épaisseur et quel type d'oxyde tu as dessus ! Certains encroûtements épais sur fluo-baryte du Sud mettent des semaines à partir.

  4. Tu as utilisé quoi comme détartrant ? S'il est à base de vinaigre, il faut faire bien attention, la réaction peut-être difficile à voir.

    Par exemple sur tes cailloux, la zone blanche est constituée de microcristaux de calcite, qui réagissent très vite et qui crépitent donc bien. En revanche, la partie jaune est constituée de gros cristaux, qui réagissent beaucoup plus lentement et peuvent donc crépiter beaucoup moins fort... Il faut avoir l’œil ;) 

  5. Ok, c'est déjà bien ! Normalement, la calcite ne raye pas le verre. Tu peux faire une photo de la rayure et vérifier qu'il y a bien une strie dans le verre, et que ce n'est pas un simple dépôt de poudre superficiel ?

    Essaie tout de même de poser une goutte d'acide avec un coton-tige sur les cristaux (c'est sans danger) ; tu peux utiliser de l'acide chlorhydrique, trouvable en grande surface rayon droguerie, ou alors de l'acide éthanoïque (aussi connu sous le nom de vinaigre d'alcool, qu'on a tous dans la cuisine à côté de l'huile d'olive je suppose) mais dans ce cas tu devras bien faire attention pour repérer les petites bulles et crépitements qui trahissent la réaction chimique.

  6. C'est en fait impossible de distinguer visuellement les deux minéraux, qui sont si proches qu'ils en viennent à se mélanger chimiquement (ils forment une "solution solide"). Si tu as des minéraux d'altération arséniés (des arseniates par exemple comme la bayldonite), c'est probablement au moins en partie de la tennantite.

     

    Sur la fluo, je vois des concrétions d'oxydes de fer, du genre goethite-hématite.

  7. il y a 46 minutes, Pyrène32 a dit :

    Qu’est ce que cela signifie ?

    Que la cristallisation s'est effectuée lors d'une déformation, on dit que ces cristaux sont "syncinématiques" et forment une foliation. Ce qui n'exclue pas les intrusions de granites un peu pegmatitiques dans les séries de migmatites, très souvent foliés. Ça peut aussi être un orthogneiss.

  8. il y a une heure, jean francois06 a dit :

    de nombreux progrès ont été fait ces dernières années

    Je rajouterais que des versions plus récentes et plus détaillées, à grande échelle, sont disponibles dans la littérature (publications dans des revues) pour certains secteurs sujets d'études.

    Parce qu'évidemment, on ne met pas autant de détails sur une carte au 1/50.000e que sur une carte au 1/10.000e. C'est particulièrement important dans le cas des formations hétérogènes (gneiss paradérivés, turbidites et formations à blocs ou grande famille des dépôts "volcanosédimentaires" qui regroupe plein de termes différents par exemple) ou bien dans le cas des régions très déformées (formations démembrées, boudinage développé à l'échelle cartographique).

     

    Mise en situation minéralogique : vous cherchez des veines de quartz-fluorite dans une des bordures du Massif Central. Sur la carte du BRGM au 1/50.000e, les grands traits du champ filonien sont tracés, avec les principales veines de quartz. Mais sur le terrain, vous remarquez bien plus de veines ! Comment se fait-ce ? Le géologue était-il nul ? Non, il n'a simplement pas pu tout reporter sur une carte au 1/50k, qui doit rester claire et lisible.

    Il y a donc toujours un peu de simplification lors de la réalisation d'une carte géologique, la réalité sur le terrain, face à l'affleurement, est toujours plus complexe.

  9. Il y a 6 heures, Bibilarssouille a dit :

    Si tu veux bien répondre à mes questions ça me permettrais d identifier plus clairement son contenu et d'apprendre un peu sur les sulfures..? 

    Pas de soucis, fais des photos :sourire: 

     

    Il y a 6 heures, Bibilarssouille a dit :

    le triangle vert si C est bien de la Tétra

    le tétraèdre (la section est triangulaire) est de la.. tétraédrite (facile le nom c'est la forme) ! Le truc vert c'est de la malachite, un produit de l'oxydation du cuivre contenu dans la tétra.

     

    Il y a 6 heures, Bibilarssouille a dit :

    Pour le cuivre tu saurais me dire si C est naturel ? 

    Naturel oui, de néoformation sûrement également. Peut-être américain ?

     

    Il y a 6 heures, Bibilarssouille a dit :

    ce que je prends pour de la geothite ( le noir sur les cubes et les aiguilles en inclusion)

    Possible, des photos de plus près ?

  10. Certes nous n'avons que l’œil, toujours est-il que l'orientation des cristaux de chalcopyrite par rapport à la sphalérite n'est pas aléatoire, contrairement à ce à quoi on pourrait s'attendre s'il n'y avait pas de contrôle cristallographique sur la germination et l'orientation des axes de croissance cristalline. C'est quand même raisonnable de penser que dans ces cas il existe une raison cristallographique ; je trouve au contraire assez étonnant de penser que les intercroissances/surcroissances ou interpénétration de cristaux peuvent se faire avec la même facilité dans n'importe quelle direction de l'espace, complètement au hasard (et c'est souvent contraire à l'observation). Les cristaux sont tout de même des solides ordonnés qui n'ont pas tout à fait les mêmes propriétés physico-chimiques dans toutes les directions de l'espace...

    Il y a 9 heures, 1frangin a dit :

    hématite rutile

    Chalcopyrite - sphalérite ! Julcani, le Tri-State etc...

  11. Hum les concrétions ne peuvent pas être considérées comme des croissances VLS je pense.. En fait il faut que la goutte de liquide catalyse une réaction autrement très lente entre un gaz et un solide ayant comme produit un nouveau solide (cristal) ; il faut aussi que la diffusion soit efficace, donc dans des conditions de température assez élevées. Dans le cas d'une concrétion, c'est juste l'évaporation de l'eau en bout de stalactite-mite et l'exsolution de gaz carbonique qui cause la précipitation du carbonate dissout.

    Finalement en regardant plus attentivement les réactions impliquées dans la formation des trompettes, c'est pas une VLS (puisque le CO2 réagit directement avec l'hydroxyde de Ca, sans passer par la goutte) mais une concrétion formée en deux étapes. My bad.

    Petite remarque, puisque la trompette s'élève lors de sa croissance, elle a continuellement besoin d'un apport d'eau pour continuer de se développer, sinon la croissance s'arrêterait pour cause de volume croissant à remplir. Si le volume d'eau reste constant, il doit être possible d'emprisonner totalement la goutte dans une bulle de carbonate. La forme en trompette de la concrétion pourrait bien être en partie contrôlée par la forme de la surface de la goutte (donc par la tension superficielle du liquide à l'interface avec la chaux, le carbonate et l'air) : angle fort en début de formation = colonne étroite à croissance rapide, angle faible en fin de formation = colonne large à croissance lente.

×
×
  • Create New...