Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Herakles

Membre
  • Compteur de contenus

    317
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Herakles

  • Date de naissance 23/07/1950

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Catalogne (Espagne)
  • Intérêts
    Écologie et Environnement, Education à l'environnment, Anthropologie culturelle, Ethnobotanique, Ethnozoologie, Ethnopaleontologie, photographie de la nature... et tout d'autres inclinations et loisirs peu utiles pour devenir quelqu'une personne d'importance ou riche d'argent, ;-)

Visiteurs récents du profil

6 905 visualisations du profil
  1. Culture populaire et fossiles

    Salut Next50MY par cette jolie représentation d'une interprétation naïve des ammonits, autant que superstitieuse et publicitaire du pouvoir pétrifiant du Dieu des chrétiens .... Dans d'autres endroits en Europe, il y a des légendes similaires
  2. Ethnomineralogie des pays francophones

    Ancien et nouveau blason de la ville de Coray (Finistère, France). L'ancien blason de Coray porte coupé d’azur et de sable, une croix gironnée d’or de huit pièces brochant sur le tout, cantonnée en chef de deux mouchetures d’hermine d’or. La croix symbolise la pierre de Coray appelée aussi pierre de Coadry. Avec le noir, le bleu et le jaune rappellent les couleurs fondamentales de l'ancien costume des hommes de Coray : le costume Glazick. Le blason actuel de la ville de Coray (Finistère, France). Le nouveau blason de la ville conserve le même symbolisme mais avec un design un peu différent Artiste: I. Brieg
  3. Vin et fossiles

    Merci beaucoup gryph58, est une magnifique contribution au sujet!!!
  4. Ethnomineralogie des pays francophones

    Entre les villages de Coadry et Restambern, ainsi qu'auprès des lieux-dits Mille Mottes (en Elliant), Noteriou (en Coray), Coat Spern et Quillien (en Tourch), etc., on trouve des pierres contenant de gros cristaux de 2 à 8 cm en forme de croix de saint André, appelées « pierres de Coadry ». D'un point de vue géologique, ces pierres sont des staurotides, staurotide signifiant « pierre de croix » (nom qui leur fut attribué initialement par Daubenton), composés de silicate d'alumine et de fer. Leur forme curieuse en croix a contribué à inspirer de nombreuses légendes. Ces pierres qui émergent des champs après les labours sont là « comme des rappels à l'ordre (...) [d]es symboles de religion »1. Selon l'une de ces légendes, c'est Dieu lui-même qui a marqué les pierres de Coadry de son signe, un jour ancien où des iconoclastes abattaient des calvaires. Pour d'autres, les staurotides seraient apparues lors de la construction de la chapelle de Coadry.
  5. Ethnomineralogie des pays francophones

    Blason de la ville de Scaër (Finistère, France). Les blason civique du village de Scaër (Finistère), va être le premier de la série d'armoiries à contenu minéralogique qui seront présentés dans cette nouvelle section de Geóforum dédiée aux aspects folkloriques des minéraux des pays francophones. Blasons sélectionnés et présentés parce qu'ils contiennent quelques représentations héraldiques d'un minéral caractéristique de la localité, dont l'existence a contribué au prestige scientifique ou importance minière de cette population. D’or à la face ondée d’azur accostée de deux pierres de Coadry de sable, posées en pal ; au chef d’azur à un rencontre de bélier, accosté de deux haches d’armes d’argent, l’une tournée à dextre, l’autre à senestre. Artiste: Brieg
  6. Ethnomineralogie des pays francophones

    Cher greg la veine, toute information sur les pratiques traditionnelles, les croyances anciennes, les coutumes locaux ou les dénominations populaires, quand toutes elles sont liées aux minéraux et aux cristaux peuvent aider à remplir cette nouvelle section avec du contenu approprié!
  7. Ethnomineralogie des pays francophones

    Les croix des fées La staurolite ou “croisette de Bretagne” est aussi appelée « croix des fées » étant encore , la Bretagne un des lieux plus importants d’extraction. Une vieille légende bretonne prétend que ces pierres en forme de croix sont les larmes des fées qui ont produit ces pierres, extraordinaire quand elles ont pleuré à l’annonce de la mort du Christ. Comme on trouvait autrefois la staurolite dans les champs cultivés, la naissance de cette légende des larmes des fées prend encore un autre sens « l'agricole »: sa présence indiquerait fertilité de la terre, bonne récolte, protection du lieu...
  8. Ethnomineralogie des pays francophones

    La variolite pierre magique Autrefois les gens de la montagne croyaient que la “pierre de venin” ou “pierre de la picote” (Variolite), les protégerait des coups de la foudre et protégerait aux animaux de leurs troupeaux de la maladie de la “picote” (variole). Les bergers l’utilisaient aussi cette pierre magique pour soigner certaines affections des veaux et des moutons. Dans les bergeries de la grande transhumance, on conservait toujours à portée de main une de ces pierres polies, censée protéger hommes et animaux contre les esprits errants de la montagne, les attaques des loups et toutes sortes de malheurs domestiques. Dans les villages, les femmes en mal d’enfant recherchaient parmi les galets des torrents et des rivières les “variolites” en forme de phallus dont elles se caressaient le ventre en espérant tomber enceintes.
  9. Ethnomineralogie des pays francophones

    Ami gaeldeploeg, peut-être lire ces travails sur l'explotation des gîtes de « jade jadéite » du Mont Viso (Piémont, Italie) au Néolithique , peut vous apporter quelque chose de la lumière que je ne peux pas contribuer à ce sujet.... - Ce que nous dit cette hache « verte » polie - Les carrières néolithiques du Mont Viso (Piémont,Italie): https://www.academia.edu/2047894/Les_carrières_néolithiques_du_Mont_Viso_Piémont_Italie_._Chronologie_et_conditions_d_exploitations.Bulletin_d_Etudes_préhistoriques_et_Archéologique_Alpines.
  10. Le jais espagnol des pèlerins de Saint-Jacques Depuis des siècles, les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, de retour à leur lieu d'origine, portaient sur eux une figurine de leur saint patron, sculpté dans le jais et portaient aussi un chapelet fait aux grains de jais qu'ils avaient acheté à Galice. Le jais était réputé de chasser les démons et annihiler les mauvaises influences envoyées par les sorciers. Le jais était considéré un matériel merveilleux d’effet tutélaire, donc il les protégerait de tous les maléfices invisibles.
  11. L'ambre jaune et ses prodiges En Bretagne, autrefois, les mères remettaient à leurs filles, le jour de leurs noces, le collier d’ambre hérité de leurs ancêtres, réputé chasser les démons, protéger des sortilèges et de toutes les maladies graves. Dans de nombreux autres endroits, jusqu’au milieu du XXe siècle, l'ambre jaune était vendu chez les bijoutiers ou en pharmacie en forme de collier ou perles individuelles, on en ornait avec lui le cou des bébés qui le mordillaient pour calmer les gencives irritées et aider à la percée des dents. Ces perles et ces colliers étaient réputés de protéger leurs porteurs des convulsions, des maux de dents et de gorge, voire même du croup....
  12. Fossiles et toponymie

    La Grotte aux Ours Sur les hauteurs d'Entremont-le-Vieux, en Chartreuse, à plus de 1.700 mètres d'altitude, existe un site hors du commun: la grotte aux ours de "Balme à Collomb". Une caverne découverte en 1988. Il y a plus de 20.000 ans, cet abri servait de refuge aux ours des cavernes (Ursus spelaeus) qui venaient y hiverner et se protéger du froid. Un éboulement l'a refermé jusqu’à ce jour d’automne 1988. C'est un gisement exceptionnel, peuplé de centaines d’ours des cavernes préhistoriques dont les os tapissaient encore le sol de la grotte. Voir: https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/la-grotte-aux-ours-des-cavernes-en-chartreuse-1041887.html
  13. Ethnomineralogie des pays francophones

    Perle des cavernes Une perle des cavernes désigne une sphérule, forme de spéléothème que l'on peut trouver à l'intérieur des grottes. Elles se forment par la concrétion de sels calciques qui s'agencent en couches concentriques autour d'une particule nucléatrice (un grain de sable, par exemple) dans des zones où l'eau ruisselle vigoureusement. Le nom scientifique du plus poétique nom de la perle des cavernes est Pisolithe (Pisos = pois et Lithos = taille). Les tailles, couleurs et formes de perles sont variable, le mot pisolithe semble donc bien mal choisi. Les perles se forment dans des grottes, des anciennes mines ou carrières calcaires dites pisolithiques, leurs couleurs varient selon les argiles, on trouvera par exemple des perles orangées si la roche est ferrugineuse. Les tailles des perles sont sans doute conditionnés par la quantité d'eau de la cascadelle, parfois une perle trop grosse se cimente sur le sol. Voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Perle_des_cavernes[gallery640x480]
  14. Ethnomineralogie des pays francophones

    La grotte aux diamants Les curieux ont ainsi pu découvrir pourquoi la grotte de la Caucalière, en Cévennes, est aussi appelée la "grotte aux diamants" : c'est l'illusion optique provoquée par la réflexion des millions de cristaux blancs de calcite, scintillants à la lumière. Découverte par Jules de Malbos en 1854, la grotte cévenole, à 60 mètres sous terre, s'est formée il y a 35 millions d'années.
  15. Sur l'utilisation du jais ou de l'ambre jaune comme Épreuves infaillibles de chasteté féminine À la p. 328 du TOME QUATRIÈME de la Deuxième édition du DICTIONNAIRE INFERNAL OU BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE SUR LES ÊTRES, LES PERSONNAGES, LES LIVRES, LES FAITS ET LES CHOSES QUI TIENNENT AUX APPARITIONS, A LA MAGIE, AU COMMERCE DE L'ÈNFER, AUX DIVINATIONS, AUX SCIENCES SECRÈTES, AUX GRIMOIRES, AUX PRODIGES, AUX ERREURS ET AUX PRÉJUGÉS, AUX TRADITIONS ET AUX CONTES POPULAIRES, AUX SUPERSTITIONS DIVERSES ET GÉNÉRALEMENT A TOUTES LES CROYANCES MERVEILLEUSES, SURPRENANTES, MYSTÉRIEUSES ET SURNATURELLES . Compilation écrite par M. COLLIN DE PLANCY et publiée à Paris le 1826, on peut lire ce qui suit à propos de l'utilisation du jais ou de l'ambre jaune comme Épreuves : PUCELAGE. Pour connaître si une fille est chaste ou si elle a été corrompue, il faut prendre du jais ou jayet, que vous réduirez en poudre impalpable, vous en ferez prendre le poids d un écu à la fille, et si elle a été corrompue il lui sera de toute impossibilité de retenir son urine plus qu à l ordinaire, l'ambre jaune ou blanc, dont on fait des colliers et des chapelets produit la même épreuve si l'on s'en sert avec la même préparation que le jais ou jayet.