Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2017

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines

gb69

Membre
  • Compteur de contenus

    311
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de gb69

  • Date de naissance 15/07/1993

Contact Methods

  • Website URL
    http://mineraux-et-cristaux.skyblog.fr

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Actuellement Paris, mais Rhône-alpin de cœur... Ou bien aux quatre coins du monde.
  • Intérêts
    Randonnée
    Terrain
    Musique classique et jazz

Visiteurs récents du profil

11 791 visualisations du profil
  1. Euh, du coup, plutôt massif des Aravis, je dirais :) Sinon d'accord pour les quartz 3 à 5, mais le 1-2, s'il ne raye pas le verre ne peut pas en être... Dur de voir ce que c'est du coup ... Tu dis qu'il y a des micas ?
  2. Jolie trouvaille bien photogénique !!! Ca ne vient probablement pas de très très loin, mais d'où ...
  3. pour s'inscrire c'est trop tard ... alors "SOS urgence" me paraît mal placé ... M'enfin, au moins pour te renseigner, sans ordre aucun, et de manière non exhaustive : Paris 6, Paris 7, Grenoble, Lyon 1, Clermont Ferrand, Saint Etienne, Lille, Nice-Sophia Antipolis, Montpellier, Aix-Marseille, Toulouse, Orléans, Rennes, Nancy, Strasbourg, ENS Paris, Besançon, éventuellement Brest, Bordeaux, Angers, ... et j'en oublie sûrement ! Bonne journée
  4. Bonsoir joesph, désolé, mais là, si tu ne poses pas une question claire (avec une photo nette si besoin est), on va avoir beaucoup de mal à te répondre ... Du coup, ma réponse est : "Je ne sais pas ce que tu veux savoir, je ne peux pas te répondre", à toi de préciser ta question :-) A bientôt !
  5. En MP également :-)
  6. Voir MP ... Bonne journée !
  7. Bonjour, J'avoue que la question n'est pas super claire et que l'orthographe et la police bizarre n'aident pas à comprendre la question ??? Peut-être parles-tu de chronologie relative sur des failles ? Si c'est le cas, voici un exemple de terrain qui va peut-être aider (merci Planet-Terre :-) ) : Ici on a un ensemble de failles, et on peut proposer une chronologie relative : - en bleu, la stratigraphie, c'est à dire les couches comme elles se déposent à l'horizontale - en jaune clair, jaune, orangé et orange une première génération de failles (normales) qui ont toutes à peu près la même orientation - en vert une génération de faille (inverse) qui décale les premières failles et est donc postérieure - en rouge, une faille au comportement plus complexe, qui semble interrompre la continuité des failles vertes (il faudrait le vérifier à plus grande échelle), a priori postérieure, et qui semble avoir joué en normale puis en inverse ... En fait il est probable que cette faille rouge ait été formée en même temps que la série des jaunes, mais réutilisée à peu près au moment où les vertes se sont formées. Cela aide-t-il ?
  8. Sur-évalué? Comment ont été faites ces analyses ? Pour les éléments majeurs ? Pour les traces ? Y a-t-il une raison pour que la silice soit surestimée ? Sinon, ça collerait pas mal a une diorite (cf figure suivante, ne fait pas attention aux points, c'est issu d'un article) ...
  9. Bonjour, ça a une tête de microgabbro, mais la texture n'aidera pas beaucoup à identifier l'origine du magma, en fait. Il y a plusieurs graphes de corrélation utilisés pour discriminer l'origine des magmas, souvent obtenus en renormalisant les données par rapport au manteau primitif, au MORB, à la chondrite. Le problème est que si tu ne travailles que sur ces huit éléments tu ne peux pas conclure grand chose ... Une grande partie de la chimie du magma est liée aux processus de différenciation, cristallisation fractionnée, et contamination dans la chambre magmatique, et ici tu n'as à mon avis pas assez d'éléments pour pouvoir dire quoi que ce soit ...
  10. Voilà quelques valeurs très classiquement utilisées pour la normalisation des analyses chimiques des éléments trace, les valeurs sont en ppm. Regarder la colonne N-type MORB pour un basalte/gabbro de dorsale océanique tout ce qu'il y a de plus classique, OIB pour le volcanisme de point chaud type Hawaii. Pour la référence, c'est Sun and McDonough, 1989, Geological Society Special Publications.
  11. En fait, comme le dit trenen23, la schistosité est la caractéristiques d'une roche à se débiter en feuillets, ce qui nécessite une orientation particulière des minéraux qui la constituent. Le "schiste sédimentaire" est juste constitué d'argiles, c'est le plus classique, très souvent intercalé entre des bancs de calcaire (qui ne sont pas du schiste !!). En français, on parle de marnes, argiles ou argilites, le terme "schiste" n'est pas employé par les scientifiques, mais très utilisé par le grand public. Quand on parle de "gaz de schiste", c'est bien de lui dont il s'agit. Ici le débit de la roche en plans/feuillets est dû à l'accumulation par sédimentation de feuillets d'argiles qui se posent assez naturellement comme une feuille de papier, à l'horizontale lors du dépot et non sur la tranche. Le "schiste" métamorphique est moins courant (quoique, ça dépend de la région ...). Il est très souvent (mais pas uniquement !!!!) issu du métamorphisme de ces bancs argileux qui constituent les "schistes" du grand public, à de températures en général supérieures à 200°C et des profondeurs supérieures à 6-7 km. Suivant les minéraux qui le constituent, il peut s'agir d'un chloritoschiste (à chlorite), d'un micaschiste (avec des micas), d'un talcschiste (avec du talc) ... L'aspect schisteux (le débit) est dû aux forces tectoniques en profondeur qui ont petit à petit aplati la roche (pour faire simple).
  12. Pour dire qqc, aegyrine ? ça irait bien avec les clivages, la couleur, la forme, l'abondance de chlorite ...
  13. Hello, voilà quelques précisions ! D'abord, sur le terme "géodynamique" : le sens est (très) large, au moins dans l'acceptation francophone du mot, le mot "geodynamics" anglais étant plus porté sur l'aspect "géophysique planétaire", tandis qu'en France, ça inclut aussi la tectonique grande échelle. Ceci dit, c'est déjà pas mal de savoir que c'est ça qui t'intéresse ! A Paris, le master 2 se fait nécessairement ailleurs ! Perso, j'ai fait un master 2 de géologie (assez large : tectonique, pétro, imagerie sismique, ...) à Paris 6 (l'Université Pierre et Marie Curie) assez large, pour faire ma thèse (en géodynamique-pétrologie métamorphique) dans cette université. Mais il y a des M2 plus orientés vers la géophysique à l'Institut de Physique du Globe de Paris. A Lyon, il y a deux M2, un orienté sur la paléontologie/sédimentologie, l'autre sur la géodynamique/planétologie pour faire rapide. Pour changer éventuellement de voie, le double diplôme ENSG-ENS Ulm se fait en 4 ans, 2 ans dans chaque institution, L3-M1, puis M1-M2 (c'est possible dans les 2 sens, d'ailleurs). Une amie a fait ça pour aller dans le privé (pétrole). Après, tout dépend de la conjoncture, parce qu'en ce moment, le pétrole est au point mort et les entreprises embauchent peu ... Mais dans 4 ans, ça devrait avoir changé ;-) A mon avis, même en dehors du double diplôme, c'est assez facile de changer de voie après l'ENS. Pour le dossier, un seul critère, il faut qu'il soit solide ! A Ulm, les conditions d'admission ont évolué un peu, mais restent à mon avis flexibles pour des dossiers bien montés. Bon courage !
  14. Salut Olistophiostylolithe (si avec ce pseudo on ne se doute pas que tu aimes la géol ^^) Perso j'ai été à Ulm (d'ailleurs, shadowmiko, je crois que je connais bien ton pote, au passage - même promo ;-) !) Concernant ma propre expérience, super satisfaction, et les quelques petits problèmes (à mon sens) qui existaient à mon époque ont été corrigés ! Totale liberté en ce qui concerne l'orientation, en tout cas ! Je peux te donner des détails par message si tu veux ! Pour Lyon, j'ai deux amies qui y sont passés, et pour qui ça n'a pas été une mauvaise expérience, loin de là. En tout cas, ça a été productif, car les deux sont en thèse et ont de bons sujets ! Les enseignements sont de qualité également, de ce que je sache. J'essaye de me renseigner un peu plus ! Si tu comptes passer l'agrégation, c'est la meilleure voie à mon avis ! Quoi qu'il en soit, si tu veux faire de la recherche, c'est plutôt vers les ENS qu'il faut chercher ! Et pour les domaines scientifiques, ça n'est, à mon avis, pas le plus important : en 1ère et 2ème année (L3-M1), les enseignements sont assez généraux dans les deux ENS (une des spécificités de Paris, c'est peut-être l'importance des enseignements sur le climat, ça peut être un critère de choix si ça t'intéresse). La spécialisation se joue pour l'essentiel en M2, et l'ENS n'est pas forcément en mesure de te former dans ta spécialité. Pas d'inquiétude, c'est normal, la plupart des normaliens (au sens large) en passent par là. L'avantage à Paris, c'est l'offre pléthorique de master 2 (soit à l'UPMC, soit à l'IPGP), à Lyon, c'est un peu plus restreint. Après, rien ne t'oblige à rester dans la ville de ton ENS pour le master 2. En bref, à mon avis, il n'y a pas de mauvais choix, sauf si tu as déjà une idée précise de ce que tu veux faire. A toi de voir aussi en fonction de tes capacités à entrer dans une école ou l'autres, de tes goûts (tu vas sortir de prépa, ça va compter !), ... Par curiosité, as-tu déjà un domaine de prédilection ?
  15. En fait, 1frangin, tout est une qu'une question de cinétique. L'article que tu mentionnes dans géowiki parle de thermodynamique, à savoir la composition minéralogique idéale de ta roche à une température et une pression donnée. Le problème, c'est que les changements de phase prennent du temps, et ont besoin d'une certaine énergie pour se produire (l'énergie d'activation). Celle-ci peut être très faible, mais il semble que pour les aluminosilicates, cette énergie soit assez élevée. De cela résulte le phénomène de métastabilité, à savoir l'existence d'un matériau thermodynamique instable dans certaines conditions (par exemple le disthène à pression et température ambiantes). Voilà un petite figure, faite sur le pouce pour illustrer un peu ça : la phase la plus stable est celle qui a la plus faible énergie, la réaction Phase 1->Phase 2 est exothermique, elle libère de l'énergie vers l'extérieur. En revanche, il faut fournir une petite quantité d'énergie à la phase 1 pour que la réaction commence, et la libération d'énergie permet d'entretenir le fonctionnement de la réaction. Une bon analogue qu'on peut expérimenter "à la maison", c'est la surfusion de l'eau : on arrive à garder de l'eau pure liquide à pression ambiante et températures négatives. Thermodynamiquement, pas possible de l'expliquer, en revanche si on comprend que la réaction de changement de phase liquide -> solide (la solidification) est lente avec de l'eau pure, le phénomène s'explique. En fait il faut apporter une certaine énergie (dite d'activation, ou de seuil) à l'eau pour qu'elle se solidifie. Assez contre-intuitif, j'en conviens ... Par contre, si on rajoute des particules dans l'eau, celles-ci jouent le rôle de sites de nucléation pour les cristaux de glace. En introduisant les particules, poussières, etc., l'énergie d'activation de la réaction de solidification diminue drastiquement, ce qui fait que la transformation est quasi instantanée. Sans introduire de poussière, il possible de franchir l'énergie de seuil en remuant brutalement l'eau... J'espère m'être exprimé assez clairement, sinon, je peux répondre à tes questions.