Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum. - Bannières. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2017

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Matériel de géologie et outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie et minéralogie  ▲

yomgui

Membre
  • Compteur de contenus

    55
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de yomgui

  • Date de naissance 15/04/1979

Contact Methods

  • Website URL
    http://jurassictrash.over-blog.com/

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Bugey

Visiteurs récents du profil

630 visualisations du profil
  1. Bonjour, D. Contini cite Pleydellia primordialis (Zieten, 1830, ex. Schlotheim) dans la Révision critique de la Paléontologie française d'Alcide d'Orbigny (1994).
  2. Bonjour, Effectivement, ça ressemble beaucoup. Bon, de mon côté ça tient plus du bâton que du gros tronc d’arbre. Sinon, j’ai pas essayé de mouiller l’échantillon, je ne sais pas si ça craint ou pas.
  3. Ok, bon, je vais le laisser à l'air et surveiller. Si je ramène un autre morceau, je le mettrais dans l'eau pour comparer.
  4. Merci, j'hésite un peu, ça risque pas de finir en bouillasse ? D'accord, alors sans être une preuve formelle, ça peut être un argument pour la proximité de la terre ferme. Mais bon, le bois, comme les coquilles d'ammonites, ça peut surement flotter sur de grandes distances... Merci !
  5. Merci pour la réponse, En fait, j'écartais cette hypothèse parce que ça me semblait incongru au milieu des ammonites et brachiopodes calloviens. Je ne sais pas si c'est courant du bois fossile en pleine mer. Apparemment, le milieu de formation de l'oolithe ferrugineuse du Bugey est incertain, soit une mer peu profonde et agité, soit une mer profonde et calme (au moins c'est sur, c'est une mer...). Je ne sais pas si du bois fossilisé (si c'est bien le cas) s'inscrit bien dans ces 2 hypothèses ? C'est vrai que ça ressemble à un bout de bois sorti du barbecue... ça fossilise dans quel contexte en général le bois ?
  6. Bonjour, Je ne pense pas que ce soit un fossile à proprement parler, j'ai trouvé ça dans l'oolithe ferrugineuse du Bugey : Dernière photo au microscope (environ x10). A voir comme ça, ça a l'aspect du bois brûlé. Au microscope, ça ne semble pas fibreux. C'est très friable, du moins en surface. C'est vraiment noir charbon. Qu'est-ce que ça peut être ce bidule ? Je pense pas à une super découverte, mais c'est inédit pour moi dans ces couches, ça éveille ma curiosité.
  7. Bonjour, J'ai une autre ammonite intéressante : Diamètre maxi à 160 mm. Je la rapproche plutôt bien de Choffatia gr. perdagata (WAAGEN, 1875), d'après la description de Mangold dans son étude des Perisphinctidae du Jura méridional au Bathonien et au Callovien (1971). Ce pourrait être aussi sa Choffatia sp. aff. transitoria SPATH, 1931, bien que celle-ci soit plus grande. Bardhan et al. (2012), dans leur révision du genre pour le Callovien de Kutch concluent d'ailleurs qu'il ne s'agit que d'une seule et même espèce. Mais la mienne ne s'inscrit pas nickel nickel dans une des trois espèces qu'ils retiennent, comprimée comme C. perdagata mais l'ombilic est un chouille trop large. A priori, sous-zone à Patina (Oxyptycha), Callovien inférieur. Là, j'aurais une autre question... j'aimerais bien dégager l'ombilic (à la base on ne voyait qu'à peine 5 à 10 cm de long de la zone ventrale dépasser de la roche). Le soucis, c'est que je ne suis pas certain qu'il existe encore. En progressant au niveau du mur ombilical, je commence à mettre à jour la même poudre orange qu'on voit à gauche dans la cassure, et que je retrouve régulièrement chez d'autres ammonites, signifiant que je ne trouverai que poussières... La roche est très argileuse, oolithique (oolithe ferrugineuse du Bugey). Bref, j'hésite à attaquer l'autre face, ou alors voir si je peux récupérer l'empreinte des tours internes sur cette face... ou simplement la laisser comme ça. Qu'est-ce que vous me conseilleriez ? Guillaume
  8. Merci, j'ai bien repéré la Proplanulites (Crassiplanulites) basileus, qui ne correspond pas à ma bestiole mais qui pourrait être proche, et notamment aussi de P. (C.) crassicosta et crassiruga. J'ai un autre fragment qui correspondrait bien à une de ces 2 dernières mais qui est bien différent de l'ammonite en question, au niveau de la costulation primaire, qui est moins forte, et des secondaires qui passent le ventre en ligne droite (chez crassicosta et crassuruga elles formes un chevron à ce niveau). Bref, je reste sur Proplanulites sans pouvoir préciser l'espèce.
  9. Bonjour, Je remets ici des photos d'une bestiole qui me pose quelques difficultés (j'ai déjà un sujet en cours dans la section "ammonites", mais ici il y a plus de monde :) ) : Position stratigraphique : Oolithe ferrugineuse du Bugey, donc Callovien inférieur, zone à Koenigi et/ou à Patina. Dimensions : Dmax = 130 mm ; H = 45 mm ; E = 25,4 mm ; O = 49 mm D = 104 mm ; H = 39,4 mm ; E = 22,5 mm ; O = 34,5 mm Très approx. --> D = 71 mm ; H = 32,4 mm ; E = 21,9 mm ; O = 26,7 mm Description : Entièrement cloisonnée, relativement involute dans les tours internes mais moins ensuite. A D = 15 mm je vois des côtes primaires fines et serrées, proverses. Ensuite, jusqu'à D= 65 mm, très environ, les primaires sont plus espacées et la séparation n'est pas visible dans l'ombilic. Après 65 mm, très environ, les primaires s'affaiblissent sur les flancs, on ne vois pas la division mais les secondaires sont visibles avant le 1/3 externe. Puis, en allant vers la fin du tour, les primaires comme les secondaires s'effacent depuis le milieu des flancs. Dans le dernier demi-tour les primaires ne sont plus qu'un léger relief au bas des flancs, on devine une tendance rétroverse (??), les secondaires, toujours proverses, s'effacent également et l'on ne voit plus la moindre ornementation à l'extrême fin du tour, laissant supposer que la loge est lisse. Les secondaires semblent atténuées au passage du ventre. Je compte 65 secondaires sur 1/2 tour (à D = 96 mm), je ne peux pas bien compter les primaires mais il doit y en avoir entre 15 et 20 par 1/2 tour. La section des tours passe de circulaire dans les tours internes à franchement triangulaire dans le dernier 1/4 de tour conservé. Le mur ombilical est peu élevé mais bien marqué, presque vertical. Les sutures sont plutôt bien découpées mais malheureusement très peu visibles. On devine quand même un lobe ventral plus court que le latéral (mais c'est pas certain !). La première selle est profondément découpée par 2 lobes auxiliaires, le plus externe étant un peu plus court. Le lobe latéral est très long, à 3 branches principales. On ne voit pas s'il y a un 2ème lobe latéral mais par contre il semble y avoir un lobe suspensif, peut-être pas très développé, pas très franc, mais on voit bien au moins 2 lobes proches de l'ombilic, inclinés plus ou moins à 45°. Là, je serais bien tenté par une Proplanulites, par exemple proche de P. basileus que J. Thierry (2003) cite dans le boulonnais dans la zone à Koenigi (en précisant la difficulté de bien cerner l'espèce), mais peut-être plus petite et plus fine. Si quelqu'un a une idée ! Merci.
  10. Je m'excuse, dans la précipitation je me suis planté de forum, j'ai donc commencé le même sujet dans la partie "identification"... Si un modo passe par là et peut supprimer ce sujet... Désolé...
  11. Bonjour, Je remets des photos de cette reineckeidae (précédemment "spécimen n°13") qui n'est donc pas une Rehmannia reissi. Malgré qu'elle soit très incomplète, je pense pouvoir reconnaître quasi sûr une Rehmannia (R.) grossouvrei (PETITCLERC) macroconque, le variant B à costulation fine et dense cité par CARIOU (1984) et qui est assez caractéristique. Je crois reconnaître le stade à bullae avec des côtes tri ou quadrifurquées + intercalaire caractéristique du variant B. C'est donc l'espèce indice de la sous-zone à grossouvrei de la province subméditerranéenne à laquelle appartient à priori le Bugey, la correspondance en province subboréale la placerait donc dans la zone à Koenigi (sous-zone à Gowerianus) qui est utilisée par ENAY pour la notice de la carte de St Rambert. Avec 44 mm de hauteur, on devrait être à un diamètre estimé autour des 150 - 160 mm. Je sais pas si c'est passionnant, mais comme j'avais un peu galéré sur le coup du variant...
  12. J'ai pu identifier avec quasi certitude la perisphinctidae de la dernière photo (numérotée "1" sur la photo). Il s'agirait d'une Choffatia (Grossouvria) chanasiense MANGOLD 1970, d'après MANGOLD 1970... Mon exemplaire n'a essentiellement que la loge d'habitation de bien conservée. L'identification se base sur le fait que l'espèce a déjà été retrouvée dans l'oolithe ferrugineuse du même site et à proximité, l'âge correspond donc (zone à Koenigi et/ou éventuellement Patina) et que la description correspond. Les dimensions d'une part, bien que la mienne soit légèrement plus comprimée (ce qui peut provenir d'une déformation). D'autre part, les formations paraboliques présentes sur le premier quart de tour de la loge, les côtes secondaires nettement rétroverses qui deviennent radiales en fin de loge, les côtes primaires bifurquées avec une côte intercalaire externe entre chaque paire de secondaires, la loge qui tend à se comprimer. Le péristome est donc par contre partiellement conservé.
  13. Salut, Il faudrait vraiment que tu détermines précisément dans quel niveau tu es. Si c'est au Mont du Chat, y a un peu de tout entre le bajocien et l'aptien. Mais le Mont du Chat est bien connu pour sa faune callovienne paraît-il (je suis pas allez voir... encore), voir ici : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00971360/document C'est un peu daté, mais ça cause d'une Oppelia subdiscus par exemple, qui pourrait ressembler à tes ammonites, et trouvée dans la même zone. A voir... Et puis une photo de la taramelliceras serait bienvenue aussi.
  14. Bonjour, Théoriquement, je suis dans le callovien inférieur, une Cadoceras serait peut-être une piste à suivre (??). Bon, faut dire que l'engin est bien mal conservé... Avec 25 cm, c'est déjà la moitié de la couche qui est sensée regrouper une bonne part du callovien inférieure à elle seule avec ses 50 cm environ d'épaisseur. La roche est parfois en lumachelle, avec des fragments de coquilles d'ammonites à la pelle, des brachiopodes et quelques gastéropodes, sans oublier des rostres de bélemnites. Je crois que c'est ce qu'on appelle une série condensée ? Avoir une ammonite complète tient du miracle. D'ailleurs, sur celle-ci, je crois deviner l'ouverture ("lappets"), je rêve ou pas ?
  15. Ah ? quand je dis que j'y connais rien... :) ok... ce serait une ammonite alors, j'ai encore du boulot pour identifier tout ça. Je galère rien que pour la famille des fois !