Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Silex taillé, comprendre et les reconnaître


Recommended Posts

Guest Pascalp37

Un nouveau sujet (qui pourra être reclassé) afin de mieux reconnaitre les silex taillés que l'on peut rencontrer dans le cadre nos prospections et sorties "cailloux".

L'objectif n'est pas de présenter une typologie complète.

Pour ce faire, je vous propose une approche simplifiée au travers de l'examen d'une chaîne opératoire qui permettra de comprendre bien des aspects...parfois ignorés. Des photos concrètes agrémenteront.

Imaginons un ancêtre attiré par le vol de charognard qui decouvre une carcasse fraiche d'antilope qq peu decharnée. La faim le tenaille, et sa dentition meme forte ne suffit pas pour detacher des morceaux de viande ou casser des os longs qui contiennent une riche moelle. Il faut qu'il fasse vite parce que de redoutables predateurs peuvent etre également attirés et il ne veut servir de plat de resistance à d'éventuels fauves. Il lui faut donc un ou plusieurs outils pour l'aider à assurer son repas. Son oeil expert lui fait ramasser deux galets dont l'un servira de percuteur pour travailler l'autre...et travaille

voila la chaîne opératoire qui s'en suit (petits dessins en exclu pour Géoforum):

post-10644-0-54241500-1315304018_thumb.j

post-10644-0-09168800-1315304046_thumb.j

post-10644-0-12768700-1315304082_thumb.j

post-10644-0-35568400-1315304104_thumb.j

et puis manque de bol...un tigre à dent de sabre qui passait par la lui brisa net le cou au moment ou notre ancêtre malchanceux aller passer à table.

Quelques centaines de millier d'années plus tard, une equipe de fouilleurs gratouillent dans une ambiance bonenfant à l'endroit même et decouvrent ces artefacts....

De retour à la tente labo, on fait le point sur le matériel collecté :

post-10644-0-21876500-1315306641_thumb.j

Rappel de quelques points fondamentaux :

Le choix de la matière s'est orienté très tot vers les roches à cassure conchoidale, permettant un meilleur controle de la fraction avec la possibilité d'obtenir des tranchants fins et coupants.

Le silex a donc largement été utilisé pour cela.

La caractéristique de ces matières est de produire , lors d'un choc, une onde qui va se diffuser suivant différents critères au sein de la matière, jusqu'a fissuration ou detachement complet de fragment.

Aussi qu'on on utilise un percuteur et qu'un eclat est détaché: on observe systematiquement sur la face d'eclatement de l'eclat un renflement nommé bulbe ou cone de percussion dont la base prend naissance à l'endroit ou le coup a été porté. Ce cone qui ressort en positif est plus ou moins marqué suivant la nature du percuteur utilisé (roche,bois...), il est généralement suivi d'ondulations caracteristiques de la propagation de l'onde de choc au sein de la matière. On retrouvera donc en négatif ces éléments sur le bloc duquel a été détaché l'eclat

post-10644-0-22095500-1315317775.jpg

Link to post
Share on other sites


  • Replies 373
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Guest Pascalp37

...merci ! si ca peut servir !

bon on continue avec notre joyeuse équipe de fouille !

Le bilan de leurs observations pourrait se résumer à ca :

post-10644-0-50156600-1315323821.jpg

1: Galet aménagé de 4 enlèvements plus ou moins parralèles sur une face

2-3-4 : Eclats corticaux (présence du cortex entourant le noyau de silex)

5 ; eclat allongé

L'ensemble est brut....aucune trace d'utilisation décelée à l'oeil, ou au microscope à balayage, aucune retouche.

Il y a bien eu débitage. A ce stade on ne peut dire que nous sommes en présence d'outils...mais plutôt d'outils potentiels. Galet aménagé ou nucléus ?. Eclat cortical ou couteau à dos?....difficile de se prononcer, de quoi rester perplexe avec ce cas de figure...pourquoi cela a été taillé..mais pas utilisé.

A présent faisons un flash-back et changeons le scenario

Même si dans l'episode précédent notre erectus à tenter de faire fuir le dents pointus en lui balançant le percuteur (que les fouilleurs n'ont pas retrouvé sur le site !)...on admettra dans ce remake qu'il n'y a pas de fauve dans les parages, et que notre lointain cousin continue donc sa démarche en vue de manger 4 étoiles.

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

..il ramasse donc l'eclat 4 et lui donne qq coups de percuteur :

post-10644-0-25741600-1315325921.jpg

puis il récupère l'eclat 3 et le galet aménagé,

post-10644-0-54866800-1315326627.jpg

Il va a qq mètres de la et s'agenouille près de la carcasse , pour commencer son festin...en laissant au prélable sur place l'eclat 1, 5, le percuteur et de nombreux esquilles et cassons issus de la retouche.

post-10644-0-90742300-1315327163.jpg

...Dans un premier temps il va prendre l'outil retouché pour s'en servir comme d'une scie pour couper tendons, et autres connexions, pour separer la partie haute encore bien charnue d'une des épaules de l'antilope.Une fois séparée, il prend alors l'eclat cortical pour s'en servir comme un couteau, la présence de cortex lui permet de découper des morceaux de viande sans se blesser...l'outil s'esquille partiellement au contact de l'os mais reste fonctionnel. Presque repu, il prend alors le galet aménagé et porte de nombreux coups violents précis sur l'os long...pour se délecter de la moelle gélifiée...le tranchant du galet s'emousse qq peu en s'ecrasant.

Un peu plus tard et content de ce rare moment, notre ancêtre reprend sa marche vers un autre avenir en emportant avec lui un bon morceau de viande...Il laisse alors sur place carcasse et outils....qui seront noyés dans des sédiments en attendant leur découverte....beaucoup plus tard.

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

...on y reviendra, je termine juste ce dernier cas de figure. Alors qu'en est il de notre dernier scenario ?

Les fouilleurs vont cloturer cette campagne de fouilles, le plan simplifié du site se présente comme suit :

post-10644-0-08929000-1315380249_thumb.j

Globalement le site présente deux aires :

un petit atelier de debitage avec la présence d'un percuteur de qq eclats , esquilles et cassons.

une aire de dépeçage avec présence de 3 outils, trace de ces outils sur les os. Les os longs ont été brisés volontairement.

Coté typologie on distingue:

post-10644-0-24297200-1315381940.jpg

1: Chopper (galet aménagé sur une face)

2: Couteau à dos naturel

3: Denticulé sur eclat cortical

Pour conclure sur ces scenarios, qu'est-ce qu'on apprend ?:

. Nos ancêtres etaient nomades. Tant que les contraintes environnementales lui permettait, l'homme préhistorique se deplaçait très régulièrement. Cela a été longtemps le cas en Afrique. En Europe, les froids glaciaires fixent ponctuellement les individus (grottes, campement de plein air...), ce n'est qu'aux beaux jours que ceux-ci peuvent repartir à la recherche de nouveaux espaces de chasse etc (grandes migrations de la faune :mamouths, rennes etc). Il est néanmoins difficile de quantifier le nombre d'individus présents à chaque periodes...mais les conflits de voisinage devaient etre exceptionnels ! L'apparition de l'agriculture et l'elevage fixent définitivement les hommes.

. C'est un opportuniste et probablement un charognard aux premiers stades de l'humanité. Il ne rechigne pas à se contenter des restes de repas d'un predateur. Il deviendra predateur lui même et son outillage va se diversifier en conséquence.

. Il se deplace sans outil. Au paleolithique inferieur, en environnement favorable, il ne se deplace qu'avec l'indispensable : armes pour la chasse par exemple. Difficile de s'attaquer à un viel elephas avec vingt kilos de bifaces dans la besace !..alors qu'il lui faut qq minutes pour en façonner un. Il taille donc beaucoup sur place ou a proximité. Il est possible qu'il se soit ménagé des dépots d'outils répartis sur son aire géographique, mais nombreux sont les outils abandonnés après boucherie. Néanmoins dans les régions ou la matière première est rare, il conservera au maximum ses outils. Ca change dès le paleo moyen, puis supérieur avec la miniaturisation de l'outillage (debitage levallois, généralisation de l'outillage sur lame..etc), ou l'homme va rechercher des gisements de matière, tailler et repartir sur le lieu de vie avec eclats et lames qui seront transformés et dans certains cas matière préparée (matière degrossie qu'il debitera ailleurs), la durée de vie de l'outillage est augmentée, le recyclage important, celui-ci devient très spécialisé, voire multifonction.L'homme devient un redoutable chasseur , du simple pieu qui nécessitait un corps à corps, il passe à l'arme de jet (biface emmanché) , puis sagaie avec pointe lancée à la force du bras, puis sagaie propulsée (au propulseur) nettement plus loin et enfin utilisation de l'arc.

Cela peut alors se traduire dans de nombreux cas par une "spacialisation" des découvertes : aire de dépeçage de gros gibier, aire de débitage ..lieu de travaux agricoles, par exemple, parfois loin du lieu de vie. Les artefacts lithiques et leur destination nous renseignent alors beaucoup.

...l’interprétation de ces découvertes ne peut donc se faire qu'avec un maximum d'indices...afin de minimiser les erreurs : comme nous l'avons vu précedemment chopper ou nucleus, dechet de taille ou outil potentiel ?

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

"mais (bien-sûr) : comment différencier un débitage volontaire d'un éclat accidentel (chute du caillou, choc dans une rivière, d'un engin agricole...) ?"

Une réponse partielle, avant la suite sur le débitage :

. deja analyser la matière : quel interet l'homme aurait il eu à utiliser cette roche ? un bloc fissuré, gélifié, angulaire abimé n'est pas propice pour faire un outil, ou tirer des eclats ou lames...en admettant que se soit un silex. en règle générale il préfère les rognons qui "tintent" bien (il suffit de taper dessus, si on a un beau bruit metallique, c'est que le rognon/silex est de très bonne qualité), plutot bruts...mais cela arrive qu'il réutilise un vieil outil (biface acheuléen repris au néolithique par exemple, mais la patine ne trompe pas)

.la patine : existe t il une patine ?

.la position de l'/des eclats, la logique de débitage ?

. la tenue en main en admettant une utilisation et quelle utilisation ?

la dimension de l'enlèvement par rapport au bloc....

..on le verra : le plan de frappe brut ou pas ?, l'angle de frappe ?

trace d'utilisation/retouche sur l'enlèvement....

..j'avoue qu'en prés de 40 ans de recherches de silex j'ai rarement eu à me poser la question, meme sur des artefacts très anciens (materiels éolisés sur très hautes terrasses alluviales), et sans doute des kilomètres de rivières explorés.

l'homme taille pour s'en servir...ou sonder, il n'a pas pour habitude de travailler "hors" logique. Le coup qu'il porte sur un rognon est calculé (comme la matière qu'il choisit). La plupart des accidents rencontrés sont généralement contraires à cette logique...mauvais placement, angle, enlèvement surdimensionné ou insuffisant etc...

...après si on est présence que d'une pièce ou deux douteuse (voire même plusieurs)....alors qu'on a rien de flagrant à coté...il y a de fortes chances que se soit accidentel. Les pièces isolées existent, mais en règle générale on en trouve toujours dans le meme périmètre...même en bord de rivière.

Sans vouloir jeter la pierre aux profanes....qu'est ce qui ressemble le plus à un outil taillé?....qu'un autre outil taillé !...visuellement c'est flagrant...il faut en voir, en toucher, en chercher,en fabriquer, comprendre leur logique d'élaboration, leur chaine opératoire.....se passionner....et beaucoup de choses deviendront évidentes.

Par contre il existe parfois des exceptions en terme d'outil sur certaines stations...inclassifiable typologiquement, juste aménagés pour une utilisation donnée, et qui ne s'inscrivent pas dans un courant culturel donné à coté de standards parfaitement reconnus...ca arrive.

Autrement le plus difficile est l'identification sur matière qui se fracturent mal,ou les enlèvements peuvent etre difficiles à lire, comme certains quartz par exemple...ici c'est la richesse des esquilles d'utilisation qui confirme le caractère travaillé de ce quartz.

post-10644-0-78010800-1315409954_thumb.j

ou comme ce hachereau de Sidi-Abder-Rhaman (Maroc) en quartzite..la première face n'est pas evidente du tout, l'autre un peu plus

post-10644-0-09396100-1315408404_thumb.j

et cerise sur le gateau un chopper en quartz éolisé (haute terrasse de la Vienne -Touraine), comme de nombreux autres...qui peut laisser perplexe plus d'un amateur.

post-10644-0-12131400-1315411730_thumb.j

...désolé de vous compliquer la tache !

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

Talon et Plan de frappe:

Le talon est la partie résiduelle sur eclat (ou lame) de la surface sur laquelle le coup de percuteur a été porté. Cette surface est appelée plan de frappe

Le talon peut etre brut (comme dans cet exemple), ou porter des facettes d'enlèvements ou d'aménagements préalables à la percussion.

Talon:

post-10644-0-44205300-1315490943_thumb.j

Plan de frappe (brut), ici il est sommairement représenté par une plage plus ou moins plane qui a été frappée à un angle quasi droit.

post-10644-0-14166500-1315491005_thumb.j

Talon lisse :

post-10644-0-03372800-1315492520_thumb.j

Talon à facettes (on pourrait croire à un aménagement en grattoir mais ca n'est pas le cas):

post-10644-0-60596100-1315492568_thumb.j

Plan de frappe d'un petit nucleus (coté lumineux)

post-10644-0-09086700-1315495007_thumb.j

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

Nous l'avons vu, la finalité de taper sur un silex peut avoir trois cas de figure :

- pour aménager, façonner un outil à partir un bloc (rognon, galet...)

...faire un chopping-tool, un biface, une hache taillée.......

- pour extraire d'un bloc des éléments :

...tirer des eclats, lames....

et enfin:

- pour aménager un outil sur un eclat ou une lame

...aménager un grattoir en bout de lame, faire un racloir sur un eclat, une armature tranchante à partir d'un segment de lame....

Très tôt, notre lointain cousin s'est rendu compte que l’éclat tiré de la taille d'un chopping-tool offrait un tranchant nettement plus efficace que le chopping-tool lui-même. Cela lui ouvrait de nouvelles possibilités d'utilisation et l'eclat prend progressivement une part importante dans l'outillage. Dans un premier temps, les nucleus prennent une forme globulaire, de boule facettée : un negatif d'enlèvement sert de plan de frappe à un autre, et ainsi de suite. Les eclats tirés sont plus ou moins epais, plus ou moins bien venus... Avec le temps les techniques de débitage vont s'affiner, comme les eclats tirés d'ailleurs. Le préhistorique a pris conscience de l'importance du plan de frappe, de l'angle de frappe, de l'aménagement antérieur de la surface débitée...etc , le débitage n'est plus aléatoire mais contrôlé. Il nécessite une veritable chaîne opératoire mise en oeuvre dont l'objectif est le debitage d'un ou de plusieurs eclats à forme...prédeterminée ! Un grand pas est franchi à la fin de l'Acheuléen avec l'apparition du faciès dit "Levallois", généralement plus connu sous le terme "technique Levallois"

Alors en gros qu'est ce que c'est ?

Reprenons notre galet initial, et continuons à le peler avec une série d'enlèvements centripètes ...:

post-10644-0-39925300-1315557546_thumb.j

..en parralèle, une série d'enlèvements assez abrupts a été éffectuée sur l'autre face (plan de frappe)

comme on peut le voir sur ce profil.

post-10644-0-05323100-1315560131.jpg

...puis un coup est adroitement porté sur le plan de frappe, un eclat est détaché: ici une pointe levallois en l'occurence

post-10644-0-60887500-1315561402_thumb.j

il a "vu" au préalable cette pointe

mais il aurait pu oeuvrer pour un eclat ..."levallois"

post-10644-0-74183900-1315562711_thumb.j

La limite aux dimensions de ces nucleï est en règle générale fixée par les disponibilité en terme de matière...Dans les régions ou on a de petits rognons de silex, on aura de petits nucleï et inversement dans les régions à véritables dalles de silex. De quelques centimètres à plusieurs dizaines donc.

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

...voila la technique ....qui parait simple...mais quel génie et quelle dextérité !

...imaginez le nombre d'eclats (déchets) laissés après travail !!!..pour une pointe ou un eclat.

...chapeau bas Monsieur Neanderthal, on en oublierait volontier votre torus susorbitaire proéminent et votre prognatisme avancé...

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

....fallait bien que je la place...bon en cherchant le produit de mes fouilles dans les caisses.. :rigoler:

j'ai retrouvé qq pièces.

Nucleus levallois résiduel dans sa plus simple expression...:

post-10644-0-36533100-1315817859_thumb.j

Eclat levallois typique :

post-10644-0-54837100-1315817909_thumb.j

..l'eclat de notre dessin pourrait donc ressembler à ça (acheuléen final - Touraîne) :

post-10644-0-72225700-1315721499_thumb.j

profil , notons le caractère plus ou moins courbé de l'eclat (convexe face superieure, concave coté face inférieure/d'éclatement):

post-10644-0-51319300-1315721551_thumb.j

il a été utilisé en l'etat comme le montre ces esquillures , usure du tranchant

post-10644-0-50426000-1315721635_thumb.j

la partie superieur porte une petite retouche abrupte , de forme plus ou moins concave. on a la certainement une grosse encoche en bout d'eclat

post-10644-0-08231300-1315721713_thumb.j

Link to post
Share on other sites

Guest Pascalp37

un autre eclat...mais nettement plus allongé qui le fait passer à la lame levallois;

post-10644-0-60432000-1315723031_thumb.j

profil:

post-10644-0-98747300-1315723094_thumb.j

il a été légérement retouché, puis utilisé et certainement ravivé au niveau tranchant :

post-10644-0-19723100-1315723226_thumb.j

post-10644-0-74425500-1315723275_thumb.j

Link to post
Share on other sites

  • 3 weeks later...
Guest Pascalp37

..oui, mais à un certain niveau le geste devait etre très machinal...je dirai presque instinctif. On peut très bien imaginer le petit erectus ou neanderthal regardant son père aménager un biface ou sortir un eclat..et refaire par ailleurs le geste...se faisant devenant très prècis avec le temps

Ceci dit, ca demeure assez complexe...et quand on voit la finesse (et beauté) de certains outils on ne peut qu'être admiratif du niveau d'execution.

Les chercheurs decodent ces chaines operatoires pour caractériser les industries en présence

l'amateur doit aussi le faire pour mieux cerner les decouvertes qu'il peut faire en surface, et detecter les éventuels "mélanges" de culture.

...comme cette série, caractéristique du paleolithique inferieur ancien....ou on trouve galets aménagés, nucléus globuleux, biface "abbeviliens"...

post-10644-0-68012800-1317316254_thumb.j

post-10644-0-64868200-1317316317_thumb.j

Link to post
Share on other sites

  • 3 months later...
  • 1 month later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...