Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum

Matériel de géologie et d'outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie et minéralogie  ▲

Principaux sujets de Géoforum.


Matériel de géologie et d'outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie  ▲

Le beau Danube, bleu ou rouge ?


Recommended Posts

post-3743-1286440446.jpg

Alors que des poissons morts flottaient dans la Raab, ce n'était pas le cas dans le Danube, a constaté un journaliste de l'AFP. Sur les bords du fleuve, quelques pêcheurs tentaient même leur chance.Cet accident industriel sans précédent en Hongrie a déjà fait quatre morts, dont une petite fille de 14 mois, plus de 120 blessés, trois personnes étant toujours portées disparues."Il faudra probablement ouvrir un nouveau territoire pour les habitants du village et raser cette partie du village à tout jamais, car il est impossible de vivre ici"

http://www.2424actu.fr/actualite-internati...3/#read-1516974

C'était aussi un film, mélodramatique

Acteur : Ethel Barrymore, Janet Leigh, Walter Pidgeon

Réalisateur : George Sidney (1949)

Histoire : Après la Seconde Guerre mondiale, la tension monte entre Alliés et Soviétiques quand un colonel anglais recueille une réfugiée russe dans un couvent de Vienne.

Link to comment
Share on other sites

Guest valanni

Ce qui est aussi incroyable, c'est le président de la République de Hongrie qui dit que son pays peut gérer cela tout seul ;) ben sur une catastrophe comme celle là, je vois pas trop comment ? :P

Link to comment
Share on other sites

Encore une catastrophe qui vient ternir l'image du secteur minier, et comme toujours une cellule a résidus qui cède.

Omai au Guyana en 95, Los Frailes en Espagne en 98, Baia Mare en Roumanie en 2000, etc… Une chronologie des accidents : http://www.wise-uranium.org/stk.html?src=stkd01f&show=m

un petit diaporama avec commentaires en français :

http://www.wise-uranium.org/stk.html?src=stkd01f&show=m

un papier un peu plus technique.

http://www.infomine.com/publications/docs/Vick1996.pdf

Les medias ont tout de meme exagere la notion de toxicite : mis a part la basicite des boues, il n’y a a priori pas beaucoup de metaux lourds dans les residus de bauxite. Juste des hydroxydes de fer qui ont certes une couleur impressionnante qui amplifie le sentiment de fin du monde exploite par les medias.

Pour ce qui est des derniers developpements j’ai des doutes sur les conséquences d’une possible nouvelle rupture. D’apres les photos disponibles et GE, c'est le coin NW de la cellule qui a cede. Ce sont les effluents liquides surnageants dans la cellule qui ont provoque la vague. Il ne reste plus dans la cellule que les residus solides, qui, vu l'absence de fort relief et sans pluies, vont rester sagement en place a mon avis. Aucune analyse scientifique de nos journalistes…

Avant....

post-1026-1286686523_thumb.jpg

Link to comment
Share on other sites

En Corse nous avons eu le même problème et cela toujours dût au même système..... le profit... rien que le profit, le soucis de la planète on s'en fout....après tout nous avons d'autres planète propre quand celle ci ne sera plus vivable nous irons ailleurs.....wouai donc en Hongrie même problème ;)

L'affaire des boues rouges a déjà été d’actualité dans les années 70 en Corse. Le déversement des « boues rouges » en Méditerranée a commencé en mai 1972 : après un accord donné par les autorités italiennes, à titre expérimental et pour six mois, une société italienne, la Montedison, installée près de Livourne, organise le rejet de ses deux à trois mille tonnes de déchets quotidiens à une vingtaine de milles du cap Corse. Il s'agit d'une usine de production de bioxyde de titane et de vanadium. Le bioxyde de titane est utilisé par de nombreuses industries, peinture, céramique, émaux, encres, matières plastiques, produits pharmaceutiques.

Pour obtenir la peinture, il faut du blanc de titane (bioxyde), obtenu par l'attaque de l'ilménite, minerai sableux noir, à l'acide sulfurique. Se dégagent alors des sulfates ferreux (de fer, titane, vanadium, chrome, arsenic, plomb, cadmium). On isole le bioxyde de titane par précipitation et combustion. Reste donc une masse énorme de déchets. Pour une tonne de bioxyde de titane, on rejette 4,5 tonnes d'acide sulfurique, 1,5 tonne d'oxyde de fer, 6,5 kg d'oxyde de manganèse, 3,3 kg d'anhydride de vanadium, 1,3 kg de trioxyde de chrome, des dérivés d'arsenic, de plomb et de cadmium.

L'acide sulfurique brûle toute matière vivante s'il est concentré, coagule les protides dont sont composés tous les êtres vivants, augmente l'acidité de la mer (d'où déséquilibre et mort des plantes et animaux), diffuse dans l'eau (il tue dans un rayon de 3 km autour du point de dégagement). Des décès et échouages suspects de gros cétacés ont été constatés sur les côtés corses. Le cas le plus flagrant étant celui d'un Rorqual commun de 20 mètres et 10 tonnes dont la peau semblait grillé.

Le titane et le vanadium sont des métaux rares dont une dose infime peut avoir des conséquences catastrophiques : 2 mg de titane par litre tuent le plancton végétal et 4 mg tuent le plancton animal (plancton pollué = poisson pollué = homme pollué). Le vanadium s'accumule dans l'organisme : il n'est ni détruit ni éliminé ; toute nouvelle dose ingérée s'ajoute aux précédentes. Lorsque le seuil de toxicité est dépassé, des troubles apparaissent dans la formation des globules rouges.

En dépit des protestations, l'autorisation unilatérale et en principe provisoire, est maintenue. Les personnalités les plus éminentes, des océanographes et des biologistes comme le commandant Cousteau, Paul-Émile Victor, le docteur Bombard, ont dénoncé le danger. Le professeur Vaissière, directeur du Laboratoire de Lutte contre la pollution en mer, le docteur Aubert, directeur du Centre d'études et de recherches de biologie et d'océanographie médicale (CERBOM) et directeur de recherches à l'INSERM ont analysé les problèmes.

Des prélèvements et de nombreux dosages ont été faits, des expériences de laboratoire sont en cours, et un rapport précis sera publié. Les possibilités d'épuration existent, sont connues et applicables… Mais si l'usine recycle ou épure ses déchets, le prix de revient du titane augmenterait de 15 %.

En 1973, un mouvement populaire massif de défense du patrimoine naturel touche l’opinion publique insulaire et les Corses de l’extérieur en réaction à la pollution marine au large du cap Corse. Des comités anti-boues rouges fleurissent à Bastia et à Ajaccio. Une grande manifestation unitaire a lieu en février 1973, avec à sa tête élus de toutes étiquettes, hommes politiques, autorités religieuses, cela dégénère et se termine par l’arrestation des responsables des partis politiques de gauche, dont l’adjoint au maire de Bastia, et d’Edmond Simeoni a l’époque porte-parole de l’Action régionaliste corse, (ARC). Cette mobilisation générale aboutit à la condamnation, Quand, le 27 avril 1974, et par un jugement du tribunal de Livourne, il fut mis un terme aux scélérats agissements de la multinationale Montedison, et de ses responsables au procès de Livourne. Les défenseurs de l'écologie (toutes nationalités confondues) furent évidemment en droit, après deux ans d'une lutte acharnée, de crier victoire. En se doutant bien, toutefois, que s'ils avaient réussi à faire cesser les déversements au large du Cap-Corse des déchets toxiques issus de cette usine pétrochimique située à Scarlino (sur la côte toscane)

Link to comment
Share on other sites

Il y a quelques années déjà, une digue avait cédé à Salsigne, en période d'orages, envoyant des effluents pollués jusqu'à la Méditerranée.

L'actualité remet le gestion de bien des sites en question...

La DRIRE est sur le coup.

Et les pluies que nous avons en ce moment vont permettre à quelques saloperies d'être évacuées "en douce" dans le pluvial.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q12/12-98751QE.htm

http://www.unilim.fr/laseh/minesgeologues.pdf

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Les medias ont tout de meme exagere la notion de toxicite : mis a part la basicite des boues, il n’y a a priori pas beaucoup de metaux lourds dans les residus de bauxite. Juste des hydroxydes de fer qui ont certes une couleur impressionnante qui amplifie le sentiment de fin du monde exploite par les medias.

http://www.liberation.fr/terre/01012298905-les-boues-rouges-sous-le-microscope-de-la-criirad

http://fr.wikipedia.org/wiki/Boue_rouge

Passage choisi :

L'Europe a financé un programme international de recherche sur la radioactivité et les risques afférents à cette radioactivité dans les boues rouges et les résidus de centrales électriques ou grandes chaufferies au charbon (cendres et scories). Dans ces deux cas, les déchets peuvent avoir concentré certains radionucléides susceptibles de repasser dans les réseaux trophiques et poser des problèmes sanitaires et écologiques.

http://www.ibes.be/intailrisk/HTML/2-4-1.htm

Passage choisi :

The radioactivity of the Hungarian bauxite is in the range of the worldwide average, only in Csordakút mine was found higher radioactivity ore.

(La radioactivité de la bauxite hongroise est de l'ordre de la moyenne mondiale, seulement dans la mine "Csordakùt" a été trouvé un minerai à plus forte radioactivité).

Most of the radioactivity of the aluminium ore is accumulated in the red mud.

(La majeure partie de la radioactivité du minerai d'aluminium est accumulée dans la boue rouge).

Vu le volume de boue, vu la mobillité des radionucléides maintenant reduis en poussière...

On peut remarquer que ce point délicat est partout gentiment éludé, vu qu'on parle de débit de dose à distance mais aucunement de contamination interne, le Bi214 devient du Po214 puis du Pb210 puis du Bi210 et enfin du Po210, Polonium210...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Polonium

et

http://www.criirad.org/actualites/dossiers2006/polonium/notecriiradpolonium.pdf

:siffler:

Je me demande si la bas, ils ne pleureraient pas pour avoir un organisme comme la CRIIRAD :P

La situation en France est expliquée la http://www.lakko.fr/alcan-gardanne.html

Python

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.