Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


tempo

Stacker précis sans l'être

1 039 messages dans ce sujet

Bon bein voilà, je vais ouvrir un post ici pour ne pas trop déranger ailleurs . Je le remplirai quand j'aurai du temps.

La base du stacking précis dans l'imprécision est de stacker l'image donnée par un objectif (fini ou pas). Cette image est grandi transversalement par le facteur de grandissement transversal (ou grossissement aussi dans ce cas) mais selon l'axe optique, elle est grandi bien davantage, au carré du facteur de grandissement transversal. C'est le grandissement longitudinal (Gl)

Le stack d'un cube ne donnera pas un cube image. Si l'objectif est plan, un plan objet donnera une image carrée. Mais le carré s'agrandit lorsqu'on s'éloigne de l'objectif. Il s'agrandit avec la distance, proportionnellement avec celle-ci. On a donc des carrés de plus en plus grands. Le grandissement longitudinal agit lorsqu'on stacke des tranches, cette tranche de netteté est aussi plus grande du coté de l'image mais elle l'est au carré du grandissement du carré lui-même. Une profondeur de champ (PDC) objet correspond à une profondeur de champ image bien plus importante.

Exemple j'ai une PDC objet de 5 micromètres (donnée par l'objectif) avec un 10x. Sa PDC image sera de 10 x 10 x 5 micromètres = 500 micromètres. L'image est nette sur une grande profondeur mais elle grandit en s'éloignant.

Ainsi on a la première question qui vient.... Comment stacker une image qui grandit ?

L'ensemble objet-optique doit être fixé, temporairement. Ainsi on peut balayer avec le capteur nu cette image déformée mais coupée correctement en tranche quand même.

Si on balayait complètement cette image ainsi, le grandissement transversal sera très différent entre le début et la fin de l'objet. On pourrait avoir pour les objectifs qui grossissent bien des images très longues de plusieurs dizaines de cm.... Pour bien stacker, il faut donc être très raisonnable.

On a une grande précision mais il faut que les images soient superposables dans de bonnes conditions pour le logiciel. Une image classiquement a une PDC de 0.25 mm (on détaillera un jour).

Un déplacement de 1 cm du capteur pour une lentille tube de 200 mm fait donc une variation du grandissement transversal de 1/20 de la largeur de l'image. Les logiciels de stacking font ça tous les jours avec le RING stacking avec une mise au point variable.[

Il faut donc positionner autour de la focale de la lentille tube (pour les objectifs infini) le capteur et effectuer des balayages. C'est très simple à faire avec une manfrotto, débrayable. Il faut cependant repositionner après 40 images environ l'objet pour le stacking suivant. On découpe de grosses tranches pour de plus petites....

Pour de faibles grandissements, on obtient en deux-trois aller-retour le balayage complet de l'objet.

Cette méthode permet de compenser, exactement, le pas de stacking qui diminue avec le grandissement des objectifs par le grandissement longitudinal. La tranche est de plus en plus fine du coté objet, mais elle est constante du coté image ! Ceci pour la série du 2x au 10x. On remarquera en effet que la PDC objet est l'inverse au carré de l'ON. Et l'ouverture numérique augmente linéairement dans cette série.

Le découplage est aussi très efficace sur les vibrations. L'appareil n'est pas relié à l'optique mais seulement à la table.

Lorsque je stacke, je vais d'une image plus grande vers une image plus petite. Cela semble est bénéfique à l'image d'après mes premières constatations.

Si vous avez des questions....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Est ce la même chose? :surpris:

http://zerenesystems.com/cms/stacker/docs/howtouseit

http://leblogphoto.net/2015/10/23/portraits-intimes-des-abeilles-damerique-du-nord/

focus stacking=empilement de photo, procédé consistant à combiner plusieurs images dont le plan focal varie, pour donner une image avec une grande profondeur de champ.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

oups :rougir: !! je vien de lire=>

Livre sur la macro photo (macro photographie)

pas fait exprès :treve:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon bonne nouvelle, le componon 105 mm ne provoque pas de vignettage.... IL va permettre de faire des choses intéressantes. La suite bientôt...

J'ai mis ici des éléments de calculs

http://www.lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?f=56&t=17465&p=97679#p97679

Un extrait ici de mes textes :

Je reprends cette relation :

depthoffieldequation1.gif

Je retrouve la relation dans mes calculs de cette relation trouvée ici :

https://www.microscopyu.com/articles/formulas/formulasfielddepth.html

J'ai trouvé la même chose si on additionne la tâche de diffraction et le cercle de confusion. Après pour l'image je ne trouve pas du tout comme eux dans les calculs sur le tableau en pièce jointe avant.

Je donne donc mes compléments.

Pour avoir la profondeur de netteté de l'image je multiplie la profondeur de champ objet par le M (grandissement transversal) au carré. Le e est la taille d'un photosite. Dans la démonstration qui me donne ça, j'ai bien considéré qu'il faut deux photosites pour la résolution d'un point géomètrique. Mais par simplification le facteur deux s'élimine.

Bon revenons à cette relation qui me plait (après on peut discuter sur le fait de faire la somme des deux effets (diffraction et cercle de confusion).

Pour la série mitutoyo, l'ouverture numérique augmente linéairement avec la grandissement transversal (noté M). Ainsi la profondeur de l'image obtenue par le produit du grandissement M me donne pour mon cas 300 micromètres.... Ce qui confirme mes calculs et mesures.

Dans mes mesures, faites sur géoforum, j'avais que la PDC objet = 0.6 à 0.7/(ON)2 de l'objectif pour les mitutoyos du 2x au 10x.

Calculs en micromètre
chez moi e = 17 000/4300 on passe de M à ON facilement (10x => 0.28 et 5x => 0.14) donc M = 35 x ON

On a donc profondeur de champ = K/(ON)2

Bon si on prend un lambda de 0.56 micromètre pour le premier facteur et que pour le deuxième facteur on a 17000/(4300x35) soit 0.11.

On trouve PDC objet = 0.67/ON2 ce qui confirme mes mesures.


Je donne donc ici les relations que j'ai trouvée (charge à ceux qui veulent de voir avec).

on prend la relation pour le pas de stacking standard de Nikon et on remplace :

e par Largeur du capteur/largeur de l'image en pixel

Pour le pas de stacking selon ma méthode on multiplie par le grandissement transversal au carré.

La conclusion est que pour tous les objectifs considérés le facteur limitant est avant tout la diffraction et non pas le cercle de confusion.

Je reprends mes essais avec le componon 105 mm quand il sera sec (condensation).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Refaisons le calcul de la profondeur de netteté de l'image pour l'objectif x20 et 0.42. Attention dans l'élaboration de la relation un tangente alpha (celui de la pupille d'entrée) est assimilé à l'ouverture numérique.... L'erreur n'est pas nulle.

Donc on a un M de 20x (135/200) = 13.5 (lentille de tube 135 mm au lieu des 200 mm)

donc on obtient (en micromètre)

Pdc image = (3.17 + 0.65) x182 = 700 micromètres.... je stacke à 500 micromètres.

Pour le moment c'est ok avec ce que j'observe.

A priori dans tous mes calculs, le problème lié au cercle de confusion est négligeable devant le reste. La limite est due uniquement ou presque à la diffraction. Ce facteur est encore plus fort pour le 20x car l'ON ne suit plus et fait augmenter la diffraction.

Cependant dans tous les cas c'est largement la diffraction qui l'emporte... Les calculs sur le cercle de confusion ne servent à rien dans la microscopie avec des objectifs ouverts comme j'utilise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le test au 20x (profondeur de champ à 3.5 mm sur mon montage) avec un pas à 3 micromètres a montré que le stacking sandard était moins efficace que le stacking a grandissement variable. Je referai des tests.

A suivre....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le componon a de la condensation à priori (on prie)... Donc un essai raté (glissement de la pièce)....

Cependant le voici

La densification de l'image permet avec le 20x d'atteindre la saturation du capteur via la lentille tube de 105 mm (de qualité !). Elle fera mieux très bientôt..... sans glissement et on l'espère sans condensation. L'image au 20x sera normalement de la même qualité que les autres mitutoyos et clones.

newmacro1245.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bientôt l'A6000.... l'aventure commence et on s'envolera dans les étoiles :).

Avec l'A6000 et si ça ne diaphragme pas trop on aura l'image complète. C'est à dire qu'au lieu de 2 mm on aura du 3 mm avec la même densité d'information.

Je refais une image pour montrer que la méthode est la bonne.

Après on passera à la suite.... Alors avant de vous jeter sur la méthode standard, qui n'a pas montré mieux sur mon banc... il faudra penser ;).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les amateurs je donne ici une feuille de calculs sur les profondeurs de champs et les calculs associés. Elle sera précieuse à ceux qui veulent des détails techniques. Et permettra de lutter conte la désinformation.

Je la copie dans la partie sur ma méthode.

http://www.alpinismeetmineraux.fr/mineralogie/macro/newmacro/pdc.ods

Avec vous pourrez déterminer les bonnes lentilles et le reste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Question posée sur un autre forum :

Bonjour et merci,

Faire un stacking de l'image, je comprends; la profondeur de champ aussi... mais on "stacke" un seul plan de l'objet à chaque balayage, n'est ce pas du "stacking à vide"...? je veux dire que pour chaque plan de l'objet on fait plusieurs images identiques ( le grandissement mis à part), on ne verra pas plus de détails pour ça... ?

A moins que ce soit un moyen d'obtenir une image nette pour chaque plan de l'objet... pour ensuite les empiler "normalement"...?

Désolé je ne suis pas physicien cool.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Réponse :

Euh non on stacke différents plans de l'objet ainsi mais la précision mécanique est bien moindre pour obtenir les mêmes résultats.
On avance avec un pas de stacking image d'un coté et on stacke l'objet avec le pas de stacking objet de l'autre coté. C'est à voir celui qu'on choisit.

En général, les gens bloquent l'optique et le grandissement est constant. La structure APN + optique est rigide. On doit alors bouger l'objet ou le bloc complet du pas de stacking objet. C'est, pour moi, une contrainte colossale.

Je découple donc l'intégralité du système. L'APN au capteur nu se déplace pour capturer l'image à grandissement variable. L'optique est toujours fixe ! Mais pour de petites oscillations ce grandissement est raisonnablement peu variable. C'est ceux que j'ai mis dans la feuille de calculs.

On déplace l'APN pour capturer une tranche raisonnable de l'objet et on réitère la quantité nécessaire en repositionnant l'objet (avec une précision de l'ordre de 50 micromètres au maximum).

Donc la réponse à ce que tu dis est non.

La méthode lourde est très contraignante pour des grandissements de 10x et très très contraignante pour des grandissements supérieurs. Ainsi ma méthode est en fait parfaitement adaptée à ces grandissements. Elle est toujours adaptée dans tous les cas. Les vibrations de l'APN dans l'optique sont réduites puisque rien n'est lié. Le phénomène du 1° rideau dont on entend parler souvent ailleurs, n'est en rien un problème.

La méthode lourde nécessite une précision mécanique importante qui fait que la plupart sont obligés d'automatiser. Avec ma méthode, légère et transportable, cette automatisation n'est vraiment pas une nécessité. Elle se comporte en fait comme un stacking de macro classique avec la même précision.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour les experts du "naturaliste" qui sont pour la plupart dans la pensée unique et qui espionnent... Merci d'avoir fermé le sujet pour éviter que la bonne parole ne se propage. Ce qui est amusant c'est qu'après ils diront qu'ils savaient... Pensée unique = pensée stérile.... Honte à toi qui comme un être rampant vient ici pour apprendre et après faire croire qu'il a pensé ! Honte à toi qui ne pensant pas et ne comprenant pas juge. On en serait encore à la Terre centre de l'univers avec toi !

Bon ici un schéma de principe :

Dans le système standard, lourd et pénible à construire. Lourd et craintif aux vibrations les deux premiers blocs sont fixés en général. Ce bloc est si lourd qu'on évite normalement de le déplacer. ON pourrait imaginer de la faire mais la solution principale et de le fixer.

On déplace l'objet et l'éclairage en général ne suit pas. Certains le font suivre et merci les vibrations ! Bref ça fonctionne comme un dinosaure, lentement....

Dans mon système le stacking peut se faire à main levée rapidement pour des grandissements jusqu'au x10. Avec un capteur stabilisé (comme je vais avoir) le problème devrait se résoudre au x20.

On peut stacker 200 images en 200 secondes. Cela fait un stacking de 200 images en 4 minutes. On comprend que la motorisation est bien inutile !

Le stacking en général pose problème pour la compilation donc dans mon système car comme les autres j'attends que le logiciel travaille. On peut choisir ZS parce qu'il donne des images brutes, les experts comprendront. Hélicon donne des images travaillées, je n'aime pas.

La méthode lourde fait croire qu'il y a des problèmes. Ces problèmes n'existant que par la méthode employée.

Résumons : peu de vibrations (on peut imaginer une absence totale de vibration.... en découplant la table). Aucune motorisation utile. Un pas tranquille quasi constant. Une méthode par changement de lentille tube qui donne une qualité optimale dans TOUS les cas. La changement de la lentille est simple et facile. Le capteur n'est en fait en rien responsable de la qualité des photos. C'est la densité des photosites qui permet de capturer une image large.

1° La densité des photosites définit la lentille de tube

2° La taille du capteur définit la taille du champ observé !

Ceci sont des évidences pour moi. J'en ai plus qu'assez des mêmes questions.

Des questions ?

Les niaiseries sur la lentille tube qui devrait être de l'ordre de 200 mm sont des foutaises. Il s'avère que, par hasard ou presque, le capteur APS-C de 16 Mpix est adapté avec celle-ci ! Cependant ce ne sera plus le cas dans le futur avec des densités qui augmentent. Ce n'est également pas un problème d'avoir un capteur plus petit !

Mais pour le comprendre il faut penser un peu et ne pas raconter n'importe quoi avec des formules du moyen âge.

Tu veux du lourd => Tu fais la méthode dinosaure

Tu veux faire bien, rapide et léger => Tu fais comme moi !

Tu vois flou avec ta méthode ? => Tu devrais lire ma feuille de calcul et commencer à penser un peu !

Je dois écrire un livre ? => Mais je ne veux pas !

Tu aimes mes photos ? => Je ferai un livre photo bientôt mais ce ne sera pas cadeau. Mais comme moi tu attendras les promo pour avoir TON livre et moi je ne veux RIEN gagner. J'en ai ma claque des gens qui veulent des sous.

Un niais de service dit toujours qu'un "expert" (encore un) a dit que ma méthode ne fonctionnait pas bien pour les grands grandissements.... Sauf que l'expert en tout (certes il a fait un bon logiciel et ça je le remercie) n'a pas pensé qu'on pouvait repositionner l'objet.

Ce qui fait qu'il n'y a AUCUNE limitation. Et je dirais même PLUS. Mon système est parfaitement adapté aux grandissements TRES importants. Il permet à n'importe qui de stacker au 40x. On fera attention quand même à prendre une table qui ne vibre pas trop !

Conclusion : se méfier des experts qui critiquent une méthode sans la connaitre !

Est-ce que je pratique la méthode standard ? Oui je peux le faire car le système de repositionnement permet de stacker.

Est-ce que la méthode standard à part être être lente permet de faire en contrepartie de meilleures images ?

Et bien NON ! Il s'avère que de stacker en se rapprochant permet de fabriquer des images de la plus grande vers la plus petite. La méthode permet donc de diminuer certains artefacts.

Est-ce que le logiciel en redimensionnant ne fait pas perdre en qualité ?

ET bien NON ! Il perd il est vrai environ 5% à 10% de largeur de l'image (grandissement variable) en théorie mais dans les faits ce n'est pas perceptible.

Quelles sont les avantages de la méthode lourde ?

Je n'en vois qu'un seul => Il est plus simple de la motoriser. Dans ma méthode il faut un double mouvement avec le repositionnement de l'objet. Cependant, sur une table lourde et avec un capteur avec système anti-vibration, la prise de photo doit se faire facilement à main levée dans TOUS les cas. Ainsi avec mes nouveaux calculs du pas, je ne fais jamais plus de 200 photos (sans diaphragme qui est a l'abandon ou presque). Vous pourrez stacker une photo en 4 minutes maximum.

Ce nouveau capteur sera testé dans les jours à venir quand j'aurai l'adaptateur pour le filtre neutre.

Dois-je changer de méthode alors que je suis dans la méthode lourde ?

Et bien si tu veux stacker plus vite, pourquoi pas ! Si tu crois que le premier rideau est un problème, c'est sûr !

Et si tu veux encore raconter des balivernes sur ces problèmes qui n'existent que par la méthode employée, c'est une escroquerie intellectuelle !!!!!

PS : Cette méthode est pour un travail horizontal. Ici c'est les minéraux pas les lames minces....

Est-ce que ça me dérange qu'on copie ma méthode ? Point... Mais celui qui balade son capteur nu en méthode oscillante autour du plan focal de la lentille de tube ne pourra pas nier d'où vient la méthode.

Est-ce long à construire ? Non. Une journée doit suffire.

Est-ce cher ? Non la liste complète est de l'ordre de 700 euros avec un système repositionneur de qualité à grand débattement (300 euros).

Il faut ajouter un appareil : L'A6000 se trouve à 500 euros pour un APS-C et pour le micro 4/3 GF6 moins de 300 euros.

Il faut ajouter des objectifs.

En Chine on peut avoir du neuf pour des prix acceptables.

Qu'est ce que je conseille.... l'A6000 puisqu'il répond au cahier des charges. Forte densité des photosites comme le GF6 mais il verra plus large....

Autre possibilté : Méthode dérivative possible au micro 4/3 avec la rotation du capteur chez olympus. Mais 8 images pour une c'est du lourd. Surtout que la densité de l'A6000 est vraiment bonne.

Question : je rencontre des problèmes d'éclairage actuellement. Ce montage peut-il m'aider ?

Ce montage supporte sans problème 20 ou 30 leds de part son horizontalité.... Je travaille actuellement avec 13 LEDS. je n'ai aucun problème de positionnement.

Il est impossible de ne pas éclairer assez pour travailler à main levée au 10x et au 20x cela passe sans système antivibration et sans étude particulière de la table dans la plupart des cas.

En combien de temps peut-on stacker une image ?

Maximum 5 minutes pour 200 images.

La vitesse de stacking est supérieure à la vitesse de compilation de l'ordinateur !

Dois-je motoriser ?

Il faut plus de temps pour positionner que pour stacker

Il faut plus de temps pour compiler que pour stacker

Il faut plus de temps pour changer les accus que pour stacker....

La motorisation n'est utile que dans des cas particuliers.

microscopephotographique.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les objectifs :

Les meilleurs objectifs sont, et je le vois tous les jours, les objectifs infinis. Ils sont souples bien que moi souples que les agrandisseurs. Un agrandisseur inversé comme objectif permet de se faire la main. Mais il reste quand même moi performant qu'une objectif dédié à la microscopie. On peut le comprendre, ils ne sont pas faits pour ça à la base.

Les objectifs finis sont très peu souples.

En quoi les objectifs de microscopes "mitutoyos" ou "nikon" sont meilleurs ?

Ils sont meilleurs car ils sont faits pour former des images certes grandes mais adaptées à un capteur grand format (et pas pour du papier photo plus grand). Ils sont corrigés à l'extrême. Quand on calcule on constate que ces images sont adaptées à un capteur grand format de 35 mm pour le saturer même avec sa résolution de 32 Mpix. C'est dire la performance car les objectifs classiques ne le font pas toujours. La résolution de l'image peut atteindre les 4000 lignes ! C'est du très haut de gamme.

Ne pas passer aux objectifs infinis est l'assurance de faire des photos floues toute sa vie puisque l'ouverture considérable de ces objectifs rend leurs résolutions. ne pas respecter les règles que j'énonce ci-dessous est suicidaire.

Un objectif infini est avec un grandissement (grossissement ici aussi) donné. Est-il moins souple pour autant ? Pas du tout. La lentille de tube permet d'adapter la taille de l'image au capteur.

Cependant quand le capteur est saturé il n'y a rien à gagner à voir plus grand car l'image sera plus résolue que la capteur. On peut le faire quand même pour voir ce que l'on veut voir avec la résolution maximale du capteur mais pas celle de l'image.

C'est utile parce que prendre un objectif moins fort et augmenter la distance focale de la lentille nous fait perdre en résolution de l'image. Ainsi on ne sature pas le capteur, la résolution de l'image doit toujours être celle du capteur quand on peut. Et je préconise donc d'adapter la lentille de tube entre une valeur maximale de la focale, celle qui permet de sature le capteur, et une valeur minimale qui permet de rejoindre l'objectif moins fort.

Il faut donc travailler avec au moins deux lentille de tubes. Ces deux lentilles sont toujours adaptées à votre capteur. En effet les mitutoyos travaillent avec une résolution de l'image constante (ON et grandissement varient linéairement). Il y a donc la lentille pour voir au plus petit possible.... à calculer et celle pour rejoindre l'objectif supérieur (de distance focale plus courte que la première).

Parfois, sans le savoir, des amateurs font ce que j'énonce mais sans le savoir. Ça marche.... mais pourquoi ????

Quelques exemples tout à l'heure.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Etudes de cas (à partir de la feuille de calculs). On se base sur les objectifs suivants : mitutoyos et clones

objectif x 5 0.14

objectif x10 0.28

objectif x20 0.42

J'ai un capteur micro 4/3 de 16 Mpix que dois-je avoir en stock ?

objectif x 5 0.14 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 130 mm, largeur de champ observé 5.3 mm

objectif x10 0.28 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 135 mm, largeur de champ observé 2.6 mm

objectif x20 0.42 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 105 mm, largeur de champ observé 5.3 mm

Le problème est qu'observer 2.6 mm et 5.3 mm ça fait un gouffre à combler..... Et qu'un "crop" sur 16 Mpix ça ne fait pas très beau....

Le problème est que le capteur est un peu petit. Je passe au cas suivant..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

objectif x 5 0.14


objectif x10 0.28


objectif x20 0.42




J'ai un capteur APS-C de 24 Mpix que dois-je avoir en stock ?



objectif x 5 0.14 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 140 mm, largeur de champ observé 6.9 mm




objectif x10 0.28 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 145 mm, largeur de champ observé 3.3 mm




objectif x20 0.42 => Lentille de tube pour adapter la résolution de l'image à celle du capteur focale de 115 mm, largeur de champ observé 2.1 mm



Ce capteur donne approximativement les mêmes lentilles que l'autre car il a une densité de photosites proches.... C'est LE critère.



Son avantage (sans vignettage bien entendu.... je ne détaillerai pas ce point ici) est qu'il voit plus grand mais pas mieux. Sauf qu'on a 24 Mpix..... alors je peux faire un crop à 16 Mpix pour voir au 10x à 2.6 mm ou voir avec 24 Mpix à 3.3 mm !



Je continue....



PS : Tu viens ici pour apprendre alors que tu me dénigres ailleurs, soit logique avec toi même petit être rampant et passe ton chemin !!!


Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On voit qu'il faut deux lentilles pour saturer le capteur car le 20x 0.42 ne suit plus la règle linéraire des autres. On ne peut plus augmenter l'ouverture numérique autant. Il devrait faire 0.56 mais ce n'est pas le cas (0.42).

On ne peut saturer au 20x qu'avec une focale plus courte de 105 -115 mm dans les deux cas (l'APS-C de 16 Mpix n'a aucun intérêt particulier à mes yeux)

Cependant on peut étudier sur les autres objectifs ce qu'il peut faire..... Il va densifier la résolution et on va voir plus grand. On va être à la limite du vignettage.... supposons que ça passe....

au 10x => je vois 4.36 mm avec une résolution de l'image qui dépasse celle du capteur.

au 5x => je vois 8.7 mm avec une résolution de l'image qui dépasse celle du capteur

Dans le pire des cas on peut faire un crop pour avoir la totalité de l'image disponible.

Ainsi on voit que posséder deux-trois lentilles de tube bien adaptées sont efficaces pour observer des champs variables à saturation du capteur de 24 Mpix !

L'exception est au 20x (on supposera que c'est le dernier objectif de la série). Le 40x est parfaitement supporté par mon montage mais pour le système dinosaure il faut faire du 1 micromètre...

Donc pour celui-ci on peut se garder une lentille de 200 mm (genre raynox) pour obtenir un grandissement faiblement résolu mais sans recadrage.

PS : Espion rampant s'abstenir.... Et abstenez vous de mettre le diaphragme !

Pensée unique = pensée stérile !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour conclure,

dans les appareils à 500 euros et moins deux choix s'imposent.

On prend un micro 4/3 à 16 Mpix. C'est la solution économique. Deux lentilles de tube sont à choisir : Une de 135 mm environ et une de 105 mm environ.

On peut prendre un APC-S de 24 MPix. C'est la solution la plus performante. Une lentille de 135-145 mm environ. Le deuxième utile pour le 20x est de 115 mm. Cependant, il existe une lentille entre les deux. C'est la raynox DCR 250 de 125 mm. Elle devrait s'imposer au budget économique !

La lentille de tube du future est donc clairement cette raynox pour les petits budgets.

Espion, être rampant et autres adeptes de la pensée dinosaurienne s'abstenir !

Tu aimes faire comme les autres même si c'est lourd (à l'instar de la bureaucratie) et vraiment pas mieux.... Tu es un dinosaure !

Tu ne veux surtout pas changer parce que ce qui vient du passé est forcément le futur.... Tu es un dinosaure !

On aime les dinosaures ? Mais est-ce utile d'en être un ?

Je stacke au 10x avec la méthode légère en 4 minutes combien de temps avec l'automatisation et la méthode dinosaurienne ?

Je ne sais pas trop mais calculons à la louche..... L'appareil prend une photo, ça vibre terrible.... bzzzz ça avance et ça s'arrête et ça attend parce que ça vibre. Et clic.

A vue d'oeil, un clic pour 10 secondes... ? 40 minutes pour un stacke ?

En plus si je change de lentille ou d'objectif, je n'ai pas le même pas. C'est compliqué.

Bigre.... la déambulateur est notre futur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bof!! On ne doit pas avoir le même angle de vue, pas la même perspective sur ce sujet!

:siffler: J'aime bien tes photos. je les décrirais comme hybride, entre l'optique et le M.E.B! une nouvelle spécialité!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ci joint un fichier avec le matériel auquel on doit ajouter une platine manfrotto 454 et au moins une fixation manfrotto 394.

A la place de la raynox 150 prendre plutôt une 250.... Ça dépend du capteur.

Si bridge prendre une raynox de plus et si possible la raynox 250 pour raccourcir le montage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une fois celui qui parle de cercle de confusion dans le stacking n'a rien compris c'est un phénomène à la marge (non nul si on y pense un peu mais à la marge)..

Lire ma feuille de calculs.

Et relire mes posts.

On peut constater facilement que la PDC est fonction de l'ouverture numérique et du grandissement. Dans la relation simple à établir, la diffraction et le CdC sont dans le domaine qui est concerné des fonctions du grandissement transversal et du grossissement :). Faut-il avoir quelques compétences ;). Misère de voir qu'on gobe tout dans ce bas monde !

Non je ne vais pas écrire un livre... ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant