Jump to content

Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans
Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans du 3 et 5 mai

auxotectonics

Membre
  • Content Count

    103
  • Joined

  • Last visited

Contact Methods

  • Website URL
    http://nachon.free.fr/GE
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Intérêts
    Je m'intéresse aux nouveaux modèles tectoniques.
  1. J'espère bien que non. Mais je commence à penser que c'est via les données de l'exploration du système solaire par les sondes que cette théorie va prendre son essor. Vivement que l'on envoie une sonde sur Encelade!
  2. Certes! Mais là on est plutôt dans le domaine de la vulgarisation d'une théorie particulièrement méconnue, y compris dans la communauté des géosciences. L'absence d'explication dans le cadre de ce qui est connue ne veut pas dire que qu'il n'y a pas d'explication. Et c'est bien là l'erreur souvent commise sur ce sujet. Vous vous placez un peu dans le cas d'un individu d'une civilisation archaïque qui voyant passer un A380 dans le ciel nie le fait qu'un A380 puisse voler par ce qu'il ne peut pas l'expliquer en se basant sur ses propres connaissances. La bonne réaction est d'accepter que le phénomène existe si des données convaincantes prouvent effectivement sa réalité, puis d'en chercher l'origine. Nier le phénomène ne va pas faire avancer le schmilblick... Ce qui est bancal, c'est ce que je décris plus haut. Il n'est pas normal qu'un scientifique nie un phénomène parce qu'il ne sait pas l'expliquer. L'histoire se répète en géoscience, la théorie de Wegener était aussi rejetée parce que les physiciens de l'époque n'étaient pas capable d'expliquer comment les masses continentales peuvent être mises en mouvement... À méditer.
  3. Les pseudo-sciences ont pour caractéristique d'être non testables. Nous n'avons donc pas affaire à une pseudosicence ici. Dans le passé, quand l'homme ne savait pas expliquer un phénomène, il évoquait la magie. J'ose espérer que l'on en est plus là. Pourtant, c'est exactement ce que vous faites! Non, il n'y a rien de magique, tout a une explication rationnelle, physique. Le fait que nous ne connaissions pas la réponse à cette question montre simplement que nous avons encore pas mal de pain sur la planche pour lever un peu plus le voile sur l'univers dans lequel nous vivons. Est-ce que cela vous étonne? Moi non. Persister à croire que ce phénomène implique une réfutation des lois de la physique est fallacieux. C'est une grossière erreur épistémologique. Ce ne sont pas "mes" théories, elles ont été développées par d'autres (Mantovani, Carey, Egyed...) je n'en suis pas acteur mais plutôt observateur et vulgarisateur. Si vous avez lu Kuhn, vous comprenez que rien ne bougera tant que le doute de la validité de la tectonique des plaques ne viendra pas à l'esprit de quelques géophysiciens influents sur les nouvelles générations. A ma connaissance, personne ne perçoit un vrai problème de fond avec la tectonique des plaques, à part peut-être Carlo Doglioni. Et ça ce n'est pas très bon pour une science qui est moins "dure" qu'il n'y paraît. Vous même, êtes-vous certain que la tectonique des plaques est valide? Et pourquoi? Cela m'intéresse.
  4. Quel problème? Chez les expansionnistes, il n'y a aucune hypothèse non testable, ni d'hypothèses réfutées comme l'existence de très vaste océans anciens, leur destruction complète par subduction alors que les systèmes d'arcs recyclent autant de lithosphère qu'ils en créent, qui remettent en question les fondements même de la théorie. Les hypothèses de base de la tectoniques des plaques (renouvellement de la lithosphère) est réfutée, il faut l'abandonner, d'autant que nous avons une bien meilleure théorie, plus universelle puisqu'elle marche aussi pour expliquer la tectonique d'une partie non négligeables des corps du système solaire. Ce propos est fallacieux, il n'y a aucune réfutation de lois de physique ou de chimie, elles marchent très bien, merci pour elles. Vous confondez une réfutation des lois connues et une extension à de nouvelles théories physiques. Très bien, je vous invite à le relire plusieurs fois, et si ce n'est déjà fait, je vous invite également à lire "la structure des révolutions scientifiques" de Thomas Kuhn pour comprendre pourquoi nous en sommes là en géosciences.
  5. Ce sont des courbes du G3 de 2006 si je ne me trompe pas? Avez-vous bien lu comment sont construites ces courbes qui suggèrent un production contante? Je cite l'article: "[17] The production rate we present here relies on the same assumptions as of Cogne ́ and Humler [2004]. It is based on the sum of currently observ- able surface production rates {dA/dt} at the global scale, as first compiled by Sclater et al. [1981] and refined by Rowley [2002] and Cogne ́ and Humler [2004], with the {dA/dt} of subducted, oceanic crust. To obtain this modeled production, we com- puted the product of ridge lengths of Cogne ́ and Humler [2004], based on Tethys and Pacific model evolutions [Ricou, 1994; Engebretson et al., 1985], with the weighted global spreading rates as quoted above (Table 2). For the uncertainty analysis, we allowed a 15% error on estimated ridge lengths from the Pacific system, and assumed a 20% error on Tethys ones. Furthermore, we added to this production rate those of small oceanic basins (SOB) as deduced from the review of oceanic crust flux of Kaiho and Saito [1994], by dividing their values of crust flux in back arc basins (km3 yr 1) by the constant 6.5 km thickness they used (red curve in Figure 3b)" En résumé, ils additionnent les surfaces accrétées aux dorsales (et back arcs) en se basant sur l'âge de la lithosphère océanique (la courbe qui monte l'augmentation quasi-linéaire), et ils en soustraient des surfaces d'océan qui seraient aujourd'hui tout où en partie disparus (Téthys et paléo-Pacifique). Vous voyez le problème? Non car le volume global de l'hydrosphère n'est pas plus constant dans le temps que le volume du manteau ou du noyau. Et l'eau est évidemment issue de la devolatilisation du manteau.
  6. Mais non, ma courbe est très semblable à celle publiée par Cogné et Humler (EPSL 227 (2004) 427-439): La différence est que j'utilise des données plus récentes (de 2008) et un découpage d'isochrons de 5 Ma.
  7. Ce n'est pas leur nature qui est importante mais leur âge et leur mode de formation (dorsale ou non)pour estimer la contribution à l'augmentation de surface. Par exemple, les plateaux basaltiques comme Ontong Java n'augmentent pas significativement la surface puisqu'il s'agit de flooding de magma, qui recouvre un plancher existant plus ancien => la surface occupée par le plateaux basaltique n'est pas nouvelle. C'est la même chose que pour les systèmes d'arc/back arc qui subductent un plancher existant lors de leur développement.
  8. Cette courbe n'a jamais encre été publiée, et j'en suis l'auteur. Il y a plusieurs méthodes pour obtenir les mesures de surface à partir des données de datation. Une méthode très simple consiste à générer la figure du post #124 représentant les isochrons de 5 Ma à l'aide de GMT avec une projection de Mollweide qui présente l'avantage de conserver les surfaces. Ensuite, on utilises un logiciel d'imagerie (ImageJ) permettant de mesurer la surface de chaque isochron en se basant sur la couleur des pixels. Et c'est tout pour une première estimation. Il est possible d'améliorer les estimations en prenant en compte la lithosphère subductée sous les différents courants tectoniques autour du Pacifique, surtout dans le Pacifique ouest. Parce que la conséquence de cette activité est que de la lithosphère ancienne est remplacée par la lithosphère jeune des arrières arcs. On le voit très bien dans toute la zone comprise entre le Japon et la Nouvelle-Zélande, en passant par l'Indonésie. Sans cette correction on sous-estime légèrement la surface de lithosphère ancienne et surestime d'autant la surface de lithosphère jeune. Une remarque à propose de la figure 13 ci-dessus. Elle ne quantifie par une surface/an mais une distance par an et ne prend donc pas du tout en compte l'augmentation de la longueur des dorsales au cours des millions d'années. N'aviez vous jamais remarqué que les dorsales s'allongent en se propageant comme des failles? Avez-vous remarqué que l'EPR est en cours de propagation dans le golfe de Californie? Je peux prédire que cette extension vers le Nord de l'EPR fera la jonction avec Juan de Fuca dans moins de 10 Ma, ce qui fait qu'une partie de la Californie sera vraiment une île détachée de l'Amérique du Nord.
  9. Comme indiqué sur les légendes du graphe on mesure la surface de plancher océanique accrétée au niveau des dorsales, par tranche de 5 Ma, en se basant sur les données de datation disponibles ici: ftp://ftp.geosci.usyd.edu.au/pub/agegrid/2008/Grids Voici une représentation graphique de ces données par tranche de 5 Ma, du plus récent (rouge) au plus ancien (violet), données à partir desquelles est tirée la courbe présentée ci-dessus. Il n'en est pas question, on mesure l'augmentation de surface du globe à l'échelle du million d'année. De l'augmentation de la surface globale (4πR2) on déduit l'augmentation du rayon de la terre ® et le volume globale (4/3πR3). On ne peut pas faire plus simple et plus direct comme quantification. Rien à voir, l'épaississement de la lithosphère par refroidissement est un autre phénomène que l'accrétion au niveau des dorsales. Vous avez manifestement confondu les deux. Ce n'est pas bien grave.
  10. Oui, il s'agit de la surface accrétée au niveau des dorsales mesurée par tranche de 5 Ma. Elle augmente régulièrement depuis 180 Ma et est actuellement d'environ 3 km2/an Oula, grosse confusion! L'épaississement de la lithosphère océanique est due à son refroidissement (avec l'âge) pas à un changement de l'accrétion au niveau des dorsales!
  11. Disons que les bassins océaniques modernes ont commencé à se former il y a moins de 200 Ma. Ce qui ne veux pas dire que de petits bassins assez étroits se sont formés avant, d'où les ophiolites. Les ophiolites par leur dimension (quelques dizaines voir une centaine de km) ne permettent pas de prouver l'existence de bassins océaniques de plusieurs milliers de km de large. Quelques centaines de km, oui, par exemple des dimensions de la mer rouge (qui est à fond basaltique). D'ailleurs, Crawford, un éminent géologue, avait largement démontré par la géologie et la paleotonlogie que Tethys n'a jamais été pas un vaste océan, mais une mer épicontinentale étirée avec quelques zones à fond basaltique: "The Myth of a vast oceanic Tethys" Les arguments développées toujours valables et renforcés aujourd'hui sont simplement mis de côté. C'est un peu facile, mais c'est comme ça. Elle s'accélère parce que les mesures de l'âge des planchers océaniques montrent clairement que le volume d'accrétion augmente, voir la 3ème figure du post 107 Une ophiolite se forment lorsque qu'un fragment de lithosphère basaltique "poussé" par un courant tectonique vient à chevaucher un autre fragment de lithosphère. Il n'y a aucun mystère à cela. Je peux facilement prédire la formation d'ophiolites lorsque le courant anatolien-égéen arrivera sur la marge continentale africaine en Libye.
  12. Ah intéressant Jolivet et Facenna, le préprint est gratuitement disponible ici: http://geodynamics.usc.edu/~becker/preprints/fbjk12.pdf J'aime bien le travail de modélisation des courants mantéliques qui est présenté. Mais il ne faut pas oublier que leur modèle est un système fermé (la quantité de manteau est maintenue constante). C'est un biais auquel il faut penser par rapport à un modèle basé sur une théorie expansioniste (vide infra). Quoiqu'il en soit, cet article va dans le même sens que celui de Le Pichon. Mais évidemment pour eux, c'est un enfoncement spontané du plancher méditerranéen qui aspire le manteau. Et pas le courant du manteau qui est à l'origine du rollback. Dans tous les cas, le bilan est un remaniement de la lithosphère de la zone, mais pas de réduction. Il y probablement une influence de l'augmentation de matière sur la composition géochimique depuis 4 Gy. Mais elle est peut-être difficile à évaluée, peut-être aussi car les échantillons analysés que l'on a ne proviennent que de la surface ou en tout cas de couches peu profonde, quelques centaines de km au mieux. Concernant les cellules de convection, attention. Elles ne sont valables que dans un système fermé dans lequel quelque chose doit descendre pour compenser ce qui monte. Dans un système ouvert où par exemple de la matière est continuellement injectée à la base du système, il est possible de n'y observer que des ascendances.
  13. Ouest Anatolie, là ou il y a uplift, voir par exemple cet article "Mantle flow uplift of western Anatolia and the Aegean: Interpretations from geophysical analyses and geodynamic modeling" Cela dit, il y a un article de Le Pichon qui suggère que ce courant fait partie d'un réseau d'origine plus lointaine, le panache Est-Africain: "The Miocene-to-Present Kinematic Evolution of the Eastern Mediterranean and Middle East and Its Implications for Dynamics" En ce qui concerne le choix de référentiel, il y en a de plus pertinents que d'autres. Par analogie, si je renverse du ketchup et qu'il s'écoule sur mon plan de travail, quel est le référentiel le plus pertinent, le ketchup en mouvement ou le plan de travail? Là c'est pareil. Le référentiel constitué par ce qui est autour du courant anatolien-égéen, bassin méditerranéen orientale+balkan+mer noire, est le plus pertinent.
  14. A ma connaissance, ils n'ont pas de signature géochimique spécifique, car ils ont logiquement la signature de la zone du manteau dont ils proviennent. Par exemple, celui formant la Mer Scotia a la signature du manteau du Pacifique, prouvant bien qu'il s'agit d'une intrusion du manteau du Pacifique dans l'Atlantique. D'ailleurs, le manteau dans le cadre de l'expansion devrait être plutôt de type "marble cake" en raison des advections successives. Je ne suis pas sûr du sens de cette question? Les OIB proviennent de la fusion partielle du manteau supérieur. Qu'est-ce que l'on pourrait voir dans les OIB qui indiquerait l'expansion? L'erreur de Wegener a été de proposer un moteur qui était erroné. De fait les attaques sur sa théorie se sont concentrées sur le moteur, et les preuves scientifiques bien étaillées qui prouvaient le déplacement relatif des continents ont été reléguées au second plan. Et la grosse erreur de la communauté des géosciences de l'époque a été de jeter toute la théorie malgré les preuves claires de déplacements continentaux. Un moteur acceptable par les géophysiciens (convection mantellique) a été proposé par Holmes près de 25 ans avant la tectonique des plaques. Ce n'est donc pas non plus le fait de trouver un moteur qui a débloqué la situation. Non, ce sont de nouvelles données, paléomagnétiques et donc issues de la communauté géophysiquesla plus hostile aux déplacements continentaux, qui ont débloqué la situation. Il est probable que ce soient également de nouvelles données qui pourront débloquer la situation de l'expansion terrestre. C'est pourquoi je pense que le déblocage viendra de la planétologie, même si on a déjà avec la Terre de multiples preuves que l'expansion planétaire a lieu. Et oui, il faudra bien déterminer l'origine de la matière, et cette quête permettra de découvrir de nouveaux pans entiers de la Physique. Les observations faites sur les lunes comme Ganymède, Europa ou Encelade, pour lesquelles l'augmentation de surface n'a pas de contrepartie. Sur Terre, je crois qu'il suffit de démontrer que le processus de subduction ne réduit pas la surface de la lithosphère, pour prouver l'expansion. C'est pour ça que je m'y essaie. Mais il y a bien d'autres preuves de l'expansion. Par exemple le fait que les données paléomagnétiques indiquent une migration des continents vers le Nord alors que le pôle Nord est lui même en expansion (Gakkel Ridge). La seule explication possible de cette migration sans carambolage de continents au Nord est une expansion supérieure de l'hémisphère sud (Pacifique+Ocean Indien+Ocean antarctique). L'extension longitudinales des dorsales dans le temps est un autre exemple etc On parle d'une poignée d'individus qui ne sont pas bien organisés. Ils publient un peu (Par exemple cet ouvrage sous la direction Giancarlo Scalera: http://www.aracneeditrice.it/pdf/9788854856936.pdf), mais je ne les crois pas suffisamment bien armés (y compris scientifiquement) pour arriver à avoir un impact. Je pense qu'il faudrait que cela vienne de quelq'un qui fait partir du sérail. Quelqu'un comme Dietmar Muller ou Trond Torsvik.
  15. Pour ne pas polluer cette discussion, j'ai préféré répondre à ce message dans l'autre discussion où ce thème avait été largement abordé.
×
×
  • Create New...