Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Redskin

Membre
  • Content Count

    9
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Redskin

  1. Superbes ! La costulation est extraordinaire. Les miens n'ont que des débuts de côtes supplémentaires. Peut-être une question de biotope. La gangue jaunâtre est tout à fait ressemblante à celle dans laquelle j'ai trouvé les miens. J'en ai très peu où les pores sont aussi bien conservées. Les tiens, dégagés par l'érosion ont gardé plus de détails fins. Pour comparaison voici ceux que j'ai nettoyés pour le moment
  2. Euh, ils sont moins abondants depuis que je suis passé par là . Mais je pense qu'en tenant compte de la remarque de Gryph58, on devrait pouvoir en trouver dans d'autres endroits à proximité, en fait dans les affleurements de l'Oxf. sup. de la la rive droite du Rhône. Chez moi dans l'Yonne, je suis pas loin du niveau favorable, mais je n'ai pas( encore ) trouvé. Les Cheirothyris étaient associés à Somalirhynchia moeschi, d'autres térébratules non encore identifiés, Cidaris parandieri, Polydiadema sp. et Collyrites (bicordata).
  3. Ils se trouvent dans une gangue argileuse jaunâtre assez tendre. Je les dégage à l'aiguille sous bino, faut compter 10 à 30 minutes. Ils viennent de la région de Chalon sur Saône et j'ai trouvé le site en exploitant des données disponibles sur le net. En tout j'en ai trouvé à peu près 150, y compris les cassés. Avec un peu de perspicacité et de persévérance tu vas trouver. Tiens moi au courant du résultat de tes recherches...
  4. Non, l'ile de Ré n'as pas l'exclusivité de Cheirothyris en France. Je viens d'en trouver une série en Bourgogne aussi. Les exemplaires bourguignons sont de plus petite taille que ceux de Loix (3 à 13mm) et il présentent la particularité de développer des côtes supplémentaires incomplètes en vieillissant. A part ça, ils fréquentent le même étage géologique : Oxf. sup. zone à bimammatum.
  5. Je pense que c'est une dent de rat musqué ou ragondin. L'absence de mensurations ne permet pas d'en être certain.
  6. Salut Halucigenia, j'ai été intrigué aussi par ces tas provenant des trous destinés à recevoir les fondations des éoliennes. Ils sont dans l'Oxfordien moyen, niveau à spongiaires, juste au dessus du niveau ferrugineux. Les fossiles y sont plutot rares, quelques débris de perisphinctes, quelques brachiopodes cf. Moeschia alata, des huitres. Seul chose intéressante : des plaques isolées de Sphaeraster sp. Voir post consacré http://www.geoforum.fr/topic/30195-echinoderme-curieux/
  7. Excellent Kéké ! Cela correspond bien à ce que je soupçonnais déjà. Par contre la détermination à l'espèce ne me parait pas encore certaine. Dans la littérature on trouve surtout 2 références S. punctatus et S. scutatus. Or, les plaques en ma possession possèdent bien les petits "cratères" comme chez scutatus mais souvent à peine visibles voire absents. Ils n'ont pas non plus l'espect ponctué et lisse comme punctatulus. Voici un site où on trouve une réconstruction (vue d'artiste) de Sphaeraster. A noter aussi la plaque en haut à droite qui présente un creux en arc de cercle qui correspond à l'emplacement du madrépore, à cheval sur 3 plaques.
  8. Bonjour, Eh oui, il y a un début à tout ! C'est ainsi que je commence sur ce forum sympa en vous soumettant quelques "plaques" trouvées dans le niveau à spongiaires de l'Oxfordien moyen de l'Yonne. Elles se présentent sous forme de polygones variés quasiment lisses exepté quelques fossettes, de 0 à 2, par plaque et peu profondes qui ne font pas penser à des tubercules de cidaridés. La nature cristalline du test confirme bien l'appartenance aux échinodermes. Leur taille : entre 10 et 18mm.
×
×
  • Create New...