Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Matériel de géologie et d'outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie  ▲
franck69

Minéraux de Nouvelle Calédonie

Recommended Posts

Tu me le sors de la bouche, de la magnétite à la place de goethite ou d'hématite... Après tout dépend de la nature du sol, en milieu réducteur et avec l'aide de bactéries la magnétite est synthétisé. Des composés contenant uniquement du fer divalent sont aussi répertoriés en milieu humide et basique grâce à des sulfates et l'action de bactéries, on parle de rouilles vertes.

En laboratoire pour faire de la magnétite on a besoin d'un précurseur de fer II et de fer III et d'un milieu basique, La réaction est rapide et produit des nanocristaux de magnétite, on peut penser à un truc tout simple. Le sol et le climat calédonien est une source de fer III, l'oxydation d'un sulfure de fer peut fournir du fer II (y a t'il de la pyrite par chez vous ?), on dissout le tout dans l'eau et ça précipite dans un milieu basique, même faiblement, on est pas pressé. Reste à avoir un milieu basique, même faiblement mais là mes connaissances en géologie sont trop limitées. Pour la morphologie, il faudrait jouer sur le germe, le précurseur du cristal, on peut imaginer une baguette de goethite comme germe et le tour est joué. Pas de pseudomorphose et une solution simple.

Par contre pourquoi des plans 110 (dodécaèdre rhombique) et pas 111 (octaèdre) alors là, aucune idée.

Voila pour les idées...

Share this post


Link to post
Share on other sites


Oui en fait la fougerite colle bien avec les 'gleys' que l'on trouve dans certains profils lateritiques de Caledonie.

Il n'y a pas de problemes, les milieux reducteurs existent, permettant meme dans certaines conditions la formation de sulfures de nickel dans le haut du profil.

Pour la pyrite, ce n'est pas un constituant abondant mais elle est presente en traces dans le bedrock (comme d'autres sulfures tels que pentlandite et millerite).

Il faudra aussi fouiller de ce cote la, mais ca sera pour plus tard pour moi, mission de terrain en vue...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Parfait ya quasiment tous les éléments. D'ailleurs si ya de la fougérite, la basicité du milieu est assurée, il ne te reste plus qu'une belle étude de terrain et c'est "fini". Il faudrait un description minéralogie complète de la terre dans laquelle on trouve tes petits mystères passionnants une petite DRX ? Je te souhaite aussi que tout soit encore en place, car tout a pu partir avec le temps. Je vais demander à un ami qui est spécialiste de la morphologie des oxydes comment des plans 110 peuvent être stabilisés histoire d'avancer de ce coté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On se rapproche un peu de mon idée de départ quand à la formation de ces cristaux, bien que je n'avais pas poussé la réflexion aussi précisément.

Pour la présence de fer II et fer III qui pourraient nucléer les magnétites, des lames minces réalisée récemment par un collègue dans la cuirasse ferrugineuse montre la présence dans tout ce tas d'oxyde amorphe de goethite, d'hématite, de magnétite en plus faible quantité, mais présente, et même de maghémite.

Le bedrock étant de la péridotite (Harzburgite ou dunite assez classiques), la compo est assez basique : olivine, Pyroxène (donc Fe, Mg et Si à 90%)... et il reste un tout petit peu de place pour le reste. Autant dire qu'une fois lessivé en milieu tropical, il ne reste que le fer dans le profil d'altération qui peut atteindre facilement les 10-20 m. Pour le fer donc, pas forcément besoin de pyrite dans le coin, il y en a à foison !!!

Idem, on retrouve dans les massifs de péridotite de très nombreuses caractéristiques du karst, avec des dolines fréquentes et très humides (c'est souvent là que l'on retrouve d'ailleurs les fameux sulfures de nickel dont parle Cedrick). Idem, les "cuirasses ferrugineuses" sont souvent parcourues de petites nappes. Tout ça pour dire que les conditions redox peuvent être assez facécieuses.

Tout ça ne fait pas forcément avancer le schmilblique, mais ça éclaircit peut être un peu le contexte.

Pas mal de choses pourront ressortir de la visite de terrain, que j'espère faire bientôt, les découvreurs ont trouvé ça au gré d'une campagne de carto minière, il n'avaient pas trop le temps d'y passer des heures. Enfin, si tout n'est pas démentelé ^^

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu me le sors de la bouche, de la magnétite à la place de goethite ou d'hématite... Après tout dépend de la nature du sol, en milieu réducteur et avec l'aide de bactéries la magnétite est synthétisé. Des composés contenant uniquement du fer divalent sont aussi répertoriés en milieu humide et basique grâce à des sulfates et l'action de bactéries, on parle de rouilles vertes.

En laboratoire pour faire de la magnétite on a besoin d'un précurseur de fer II et de fer III et d'un milieu basique, La réaction est rapide et produit des nanocristaux de magnétite, on peut penser à un truc tout simple. Le sol et le climat calédonien est une source de fer III, l'oxydation d'un sulfure de fer peut fournir du fer II (y a t'il de la pyrite par chez vous ?), on dissout le tout dans l'eau et ça précipite dans un milieu basique, même faiblement, on est pas pressé. Reste à avoir un milieu basique, même faiblement mais là mes connaissances en géologie sont trop limitées. Pour la morphologie, il faudrait jouer sur le germe, le précurseur du cristal, on peut imaginer une baguette de goethite comme germe et le tour est joué. Pas de pseudomorphose et une solution simple.

Par contre pourquoi des plans 110 (dodécaèdre rhombique) et pas 111 (octaèdre) alors là, aucune idée.

Voila pour les idées...

Il n'est pas rare que les cristaux appartenant au système cubique soient des dodécaèdres et non des cubes ou des octaèdres. Sur le célèbre gisement de BROSSO qui a fourni de très nombreux spécimens associant pyrite et magnétite, la pyrite cristallise en octaèdres et la magnétite en dodécaèdres (quasi systématiquement !).

Share this post


Link to post
Share on other sites

On se rapproche un peu de mon idée de départ quand à la formation de ces cristaux, bien que je n'avais pas poussé la réflexion aussi précisément. Pour la présence de fer II et fer III qui pourraient nucléer les magnétites, des lames minces réalisée récemment par un collègue dans la cuirasse ferrugineuse montre la présence dans tout ce tas d'oxyde amorphe de goethite, d'hématite, de magnétite en plus faible quantité, mais présente, et même de maghémite. Le bedrock étant de la péridotite (Harzburgite ou dunite assez classiques), la compo est assez basique : olivine, Pyroxène (donc Fe, Mg et Si à 90%)... et il reste un tout petit peu de place pour le reste. Autant dire qu'une fois lessivé en milieu tropical, il ne reste que le fer dans le profil d'altération qui peut atteindre facilement les 10-20 m. Pour le fer donc, pas forcément besoin de pyrite dans le coin, il y en a à foison !!! Idem, on retrouve dans les massifs de péridotite de très nombreuses caractéristiques du karst, avec des dolines fréquentes et très humides (c'est souvent là que l'on retrouve d'ailleurs les fameux sulfures de nickel dont parle Cedrick). Idem, les "cuirasses ferrugineuses" sont souvent parcourues de petites nappes. Tout ça pour dire que les conditions redox peuvent être assez facécieuses. Tout ça ne fait pas forcément avancer le schmilblique, mais ça éclaircit peut être un peu le contexte. Pas mal de choses pourront ressortir de la visite de terrain, que j'espère faire bientôt, les découvreurs ont trouvé ça au gré d'une campagne de carto minière, il n'avaient pas trop le temps d'y passer des heures. Enfin, si tout n'est pas démentelé ^^

En fait, j'ai invoqué de la pyrite en altération simplement pour avoir une source de ferII stable pas simplement de fer car c'est clair qu'il y en a à foison ^^. Le truc c'est qu'une fois oxydé, le retour du ferIII au ferII est vraiment tendu même dans de bonnes conditions redox, le ferIII est tellement stable. De mémoire sans bactéries bizarres pas de rouille verte, l'atmosphère oxygénée n'aidant pas (après je n'ai pas la science infuse, il doit y avoir d'autre milieu réducteurs). A l'air, une fois le ferIII obtenu, il risque de précipiter vite en goethite ou autre ! En plus il faudrait passer dans un milieu acide, enfin bref, ça ne simplifie pas les choses, alors j'ai "grugé" en proposant une source de ferII stable pas trop prise de tête, en gros qui ne nécessite par de conditions redox particulières, je suis une feignasse :)

Vivement la visite de terrain !!!

Il n'est pas rare que les cristaux appartenant au système cubique soient des dodécaèdres et non des cubes ou des octaèdres. Sur le célèbre gisement de BROSSO qui a fourni de très nombreux spécimens associant pyrite et magnétite, la pyrite cristallise en octaèdres et la magnétite en dodécaèdres (quasi systématiquement !).

Il n'est pas rare d'obtenir des dodécaèdre pentagonaux ou rhombiques dans le système cubique, le groupe du grenat en est l'exemple parfait, même absolu en quelques sortes.

Ton propos est rigoureusement exact, mais ce n'est pas ce que je dis, je parle de thermodynamique associé à la cristallographie géométrique. Je ne vais pas rentrer dans les détails, par ailleurs je les connais mal, mais je vais quand même exposer le peu que je connais (les bases) pour que tout soit plus clair. La règle dans les minéraux cristallisés est la symétrie car dans un cristal les atomes s'arrangent en suivant des règles strictes. On peut identifier tout un tas de relations de symétries qui permettent de reconstruire entièrement un cristal à partir d'une toute petite quantité d'information. Si on prend toutes ces relations de symétrie on peut créer ce qu'on appelle le groupe d'espace et plus globalement le groupe ponctuel qui regroupe les informations de base relative à la symétrie. Pour la magnétite, le groupe d'espace est Fd-3m et le groupe ponctuel m3m par exemple. A partir du groupe ponctuel, la cristallographie géométrique permet de connaître les formes accessibles pour un cristal donné, c'est grâce à cela que l'on peut expliquer pourquoi la pyrite forme facilement cube, octaèdre et dodécaèdre.

Pour aller plus loin, intéressons nous à la fluorine. La cristallographie géométrique indique trois formes "simples" accessibles : le cube, l'octaèdre et le dodécaèdre rhombique. Mais dans la nature on observe le plus souvent des cubes et des octaèdres. Pour comprendre l'origine il faut s'intéresser à la thermodynamique pour calculer la stabilité des plans cristallins via leur taux d'hydratation en fonction du pH. Et cela permet de montrer que les plans les plus stables sont ceux des cubes, suivit des plans des octaèdre pour finir par ceux des dodécaèdres. Cette démonstration n'est bonne qu'en milieu aqueux et basique. En gros il est plus facile d'hydrater les plans d'un cube, puis ceux d'un octaèdre et enfin ceux du dodécaèdre. Ce qui est puissant, c'est que cette description rend compte des observations, les formes les plus fréquemment observées pour la fluorite sont les cubes puis les octaèdres, les dodécaèdres étant (très) rares.

Le groupe ponctuel de la magnétite est le même que la fluorite (m3m) les formes simples accessibles sont donc les mêmes. La nature et les expériences de laboratoire montrent que les formes les plus facilement accessibles en phase aqueuse sont les octaèdres suivit des cubes, les dodécaèdres sont eux aussi rares. En fait je n'en ai jamais vu dans des publications. Les conditions d'hydratation des plans des dodécaèdres sont donc plus difficiles à remplir, et là c'est sans doute la composition chimique du milieu qui permet de stabiliser ces plans aux dépends des plans du cube et de l'octaèdre qui est je le rappelle forme ultra prépondérante des minéraux du groupe des spinelles. On l'observe en effet invariablement lors de la cristallisation des laves (haute température, basse pression) en milieu métamorphique (haute température, haute pression) je n'ai pas d'exemple avec de haute pression et une température basse.

Après je peux me tromper, il faudrait refaire les calculs pour la magnétite et je n'ai rien me permettant de le faire :(

Share this post


Link to post
Share on other sites

je n'ai pas d'exemple avec de haute pression et une température basse.

Les faciès Métam du Nord Calédonien, HP/BT sont damés de serpentinites et de "chloritoschistes" à octaèdres de magnétite. Voilà pour l'exemple.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Zoom sur ce dernier

post-1611-0-22574600-1307778249_thumb.jp

Orlean : Concernant des cristaux dans des poches d'amiante (quelle minéralogie au passage ? trémolite ? chrysotile ?), je n'y crois guère pour 2 raisons : la première, encore une fois nous sommes dans la zone d'altération ultime en domaine tropical, autant dire qu'il n'y a pas grand chose qui a résisté depuis l'état de roche au stade de latérite, puis de cuirasse ferrugineuse.

Qui plus est, nos serpentines calédoniennes sont au pied des massifs ultrabasiques, ce sont les semelles de ces même massifs qui ont un peu fait "couche savon" lors de l'obduction. Je ne sais pas quel genre de phénomène géologique a permis de créer ces poches à grenat, amiante et magnétite, mais ce genre de paragenèse n'existe pas ici. Existe-t'il des photos de ce genre d'assemblage ?

Je répond un peu tardivement, mais bon, mieux vaut tard ...

Certes l'essentiel des serpentines de NC sont localisée dans la "semelle serpentineuse" mais il en existe aussi pas mal en filon et filonets au sein même des massifs ultrabasiques (harzburgites, dunites, etc).

Cependant, pas ou peu de découvertes minéralogiques associés non plus dans ces autres contextes, hélas.

Au passage, bravo pour ces belles trouvailles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

BEN ALORS ?

Personne ne trouve plus rien ?

Voici qq photos médiocres de trouvailles données par un de mes élèves.

Quartz Dumbéa

post-2366-0-15359100-1325558610_thumb.jp

Azurite Pilou

post-2366-0-13384000-1325558640_thumb.jp

Quartz fenestré Boghen

post-2366-0-29458600-1325559114_thumb.jp

Grenats Amos

post-2366-0-28453600-1325559134_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est plaisant de voir qu'il y a quelques ptis jeunes qui ont l’œil et l'intérêt pour les minéraux.

Pour ne pas briser l'élan, voici une petite photo rapide d'une découverte de 2010. D'autres photos et détails plus tard.

Hérisson d'aragonite, Koumac, Nouvelle-Calédonie.

Le champ de la photo doit faire dans les 10 à 15 cm.

post-1611-0-39753900-1325736207_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petite nouveauté, inédite en Nouvelle-Calédonie à ma connaissance.

Stilbite sur son tapis d'analcime probable. Voh, Province Nord.

Pour avoir une idée de la taille, le "pompon" des 2 premières photos fait à peut près 1,5 cm.

post-1611-0-78883800-1330678053_thumb.jp

post-1611-0-36019300-1330678091_thumb.jp

post-1611-0-79813300-1330678102_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salutation tout le monde.

Petite nouveauté, je suis pas totalement sur pour l'identification, j'aurai besoin qu'on me confirme mes soupçons.

Je pense à de la smithsonite.

Contexte : Mine Mérétrice (sulfures de Pb majoritairement, avec Cu et Zn en accéssoires).

On dirait des scalénoèdres, mais difficile de compter les faces. En tout cas, ça fait très faciès "grain de riz".

Les cristaux font moins d'un demi millimètre, difficile de faire une quelconque dureté ou densité. Par contre pas de réaction à l'acide chloridrique concentré à froid.

Quelques petites photos.

post-1611-0-53988300-1344736420_thumb.jp

post-1611-0-44963000-1344736433_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut, il est bon?

Beau contraste de couleurs, certainement smithsonite. Trouvee dans une gangue rougeatre?

Elle parait assez abondante a Meretrice. Elle existe aussi en grains de riz avec une forme encore plus arrondie, accompagnee de linarite et hemimorphite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut Cedrick,

La gangue est plutôt rosée, une roche non identifiée avec des petites vacuoles, pas trop altéré, pas d'oxydes. Inhabituel pour le chapeau de fer de Meretrice en tout cas.

La couleur cuivrée de la photo vient d'une première génération de cristaux (non identifiés, mais vraissemblablement la même chose).

Merci pour la confirmation ^^

Un voyage en Calédonie de prévu prochainement ?

++

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout les carbonates ne réagissent pas forcément à tout les acides, et ne réagissent pas toujours de la même manière.

De ce que j'ai pu lire, la smithsonite réagit faiblement à l'acide chloridrique à chaud. C'est pourquoi j'ai précisé que j'ai fait le test à l'acide à froid.

Il ne me reste plus qu'à trouver un moyen de chauffer l'acide pour refaire le test, mais j'avoue ne pas aimer des masses la manipe, même si elle semble assez "facile".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Pablo,

Comme Cedrick et moi te l'avons indiqué sur ton autre Post, il n'y a qu'un endroit en Nouvelle-Calédonie connu pour de tels Quartz.

C'est la Vallée de la Ty (très probablement le filon des grosses gouttes), Saint-Louis, commune du Mont-Dore, province Sud, Nouvelle Calédonie.

Avec tout ça, tu devrais pouvoir te retrouver sur Google Earth ou mieux, sur www.georep.nc

N'hésite pas à poster une photo de ton échantillon dans ce sujet ^^

++

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les quartz de Nouvelle-Calédonie sus-cités, en voici un petit exemplaire :

post-1611-0-58493000-1368247963_thumb.jp

Ainsi qu'une petite question aux spécialistes du Quartz. Sur une autre pièce du même coin, j'ai cette petite chose qui ressemble à une macle du japon, mais j'ai tout de même quelques doutes. Il y a applatissement coplanaire des cristaux, mais l'angle est difficile à apprécier correctement. Verdict ?

post-1611-0-32681200-1368248889_thumb.jp

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il ya bien des mâcles de la Gardette (ou du japon) a grosse-gouttes, vallée de la Thy. Quand a savoir si c'en est une sur ton échantillon :desole:.

A vue de nez je dirais non, mais je peux me tromper.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il ya bien des mâcles de la Gardette (ou du japon) a grosse-gouttes, vallée de la Thy. Quand a savoir si c'en est une sur ton échantillon :desole:.

A vue de nez je dirais non, mais je peux me tromper.

Il y a des choses qui y ressemblent en effet, j'ai pu observer de nombreux échantillons chez le seul collecteur sérieux du coin. De là à dire que ce sont des macles, ça reste, tout comme pour mon échantillon, à confirmer. Tu penses que non... sur quels critères ?

Il y a bien l'applatissement coplanaire des 2 cristaux.

ça ne se voit pas très bien, mais il y a une face commune un peu "fantôme" qui ressemble un peu à ce que l'on voit sur cet échantillon (http://s3.e-monsite.com/2011/02/26/40363668macle-du-japon-jpg.jpg).

Pour l'angle de 84.3, c'est là ou c'est un peu plus délicat. déjà, difficile d'en avoir une bonne vue ou d'en faire une bonne photo, vu que la "macle" se trouve en plein milieu du "hérisson" de quartz. Ensuite, les cristaux sont légèrement en "biseau". Les faces opposées du prisme ne sont pas parrallèles, mais convergent vers la terminaison. Impossible de mesurer donc l'angle entre les faces, il faut je pense mesurer à partir de l'axe central des 2 cristaux. Me fourvoie-je ?

bon, au cas ou mon explication ne serait aps très clair, voici un petit schémas pas très clair lui non plus, pour montrer le côté "biseauté" et le plan en commun des 2 Cx.

post-1611-0-53249800-1368403443.jpg

En tout cas merci Andradite de t'être donné la peine de répondre, je commençais à avoir l'impression que les quartz de NC intéressaient moins les Géoforumeurs que les sujets sur les météorites trouvées lors du jardinage dominicale ^^

++

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne te fait pas de bile, Géologiste. je suis ce sujet comme d'autres. Difficile de l'alimenter, en tout cas, pour ma part. C'est un peu loin comme "jardin"... Je trouve en tout cas la minéralogie de NC assez diversifiée. Ca me fait sortir de l'image d'Epinal selon laquelle je croyais le Rocher composé de basaltes à nickel et chrome, cobalt... Les quartz sont sympas et inattendus pour moi.

Eric

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je reviens sur le sujet, saisissant l'occasion d'une rencontre avec un inconnu hier... On a pas pensé à échanger nos coordonnées.

Quand un pêcheur rencontre un orpailleur, ça donne des résultats assez étranges, d'autant que je ne parle pas à grand monde, dans le sens où je laisse venir les gens...

Ceci dit, on en est venu à parler de l'or en Nouvelle Calédonie. J'ai vu dans ce post un seul site traité, je crois. Ce monsieur a parlé de plusieurs sites dont un avec filon de quartz avec or inclus visible, d'une étude de faisabilité qui aurait été engagée sur un gisement non exploitable en l'état, pour le moment... Bref, il y aurait plusieurs indices à or, en roches comme en rivières. Si vous avez des infos ou des échantillons à montrer....

On a passé en revue les sites à quartz, en faisant remarquer qu'il avait existé des plaques entières de quartz presque transparents avec des flûtes de plus de 10cm, sur le territoires de certaines tribus... Un bon moment de partage et de dépaysement.

Eric

PS : Je renvois déjà sur le site de Cédrick pour les premières infos : http://www.pangeaminerals.org/nllecaledonie/nc_Au.html

Un autre site sympa :http://croixdusud.info/economie/mines.php

Ne pas oublier le livre "Richesses minières en Nouvelles Calédonie", de Bernard Brou, qui relate la "ruée vers l'or" sur l'Ile vers 1860-1890. Et pas que...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca fait un bout de temps que ma page est a l’abandon….

La gars que tu as rencontre devait parler du projet de Koum, situe sur la côte Est entre Port Bouquet et Petit Borindi. Decouvert par le BRGM dans les annees 80 et explore par Pacimine dans les annees 90. Ce fut un des projets les plus serieux, de la a dire qu’ils aient atteint l’etape de l’etude de faisabilite je n’en suis pas persuadé.

Pour les quartz et la tribu il s’agit certainement de St Louis (ou Grosses Gouttes), meme si il existe d'atres sites moins connus sur la cote Est. A St Louis il y a le filon de quartz proprement dit et les zones a listvenites egalement mineralisees dans le meme coin, mais c’est tres altere et on ne voit pas grand-chose en surface.

A la fin des annees 90 des petites compagnies pas forcement tres serieuses on egalement fait des recherches pour or dans les zone de Fern Hill et Nakety, mais sans resultats probants.

Pas de chance, de mon cote je n'ai aucun or caledonien a montrer...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...