Aller au contenu
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais.
Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais les 23 et 24 mars
gryph58

Faune des terres noires des grands causses (Aveyron - Lozère - Hérault)

Messages recommandés


He! Ho! Ca va trop vite. Je vais rater des épisodes...

Il y a 4 heures, icarealcyon a dit :

Voici un spécimen trouvé au sommet de la z. à bifrons/ base de la z. à variabilis, correspondant certainement à l'horizon à semipolitum

OUI. Bien typé, celui là. On touche au bout du bout

 

Il y a 3 heures, icarealcyon a dit :

Voici maintenant des Hildoceras bifrons ss lozériens

Ca me va bien. Naissance des côtes visibles et sillon bas.

Il y a 3 heures, gryph58 a dit :

D'après ta planche jjnom alors mes spécimens 2 et 3 seraient des H semipolitum ?

Ben oui. Naissances des côtes invisibles et sillon médian. La migration du sillon d'interne à médian s'observe bien sur les spécimens des Corbières comme sur les tiens. Pareil pour le semipolitum juvénile d'icarealcyon.

Il y a 1 heure, icarealcyon a dit :

J'ai recherché sur ces individus les caractères présentés par Gryph sur un de ses spécimens, conduisant à faire le rapprochement avec C. thevenini (sillons très effacés sensibles surtout sur le pourtour ombilical)  Je n'ai pas d'équivalent

Soit c'est une forme qui mérite d'être appelée Calliphylloceras thevenini, soit c'est un morphe local de P. heterophyllum...

Pas trouvé de références de P. ou C. thevenini en dehors du secteur aveyronnais. D'où la question: Est-ce un taxon valide?

Il y a 1 heure, pyb a dit :

du genre costiphylloceras ressemble a l'espece argelliezi reynes 1868

Yes. 1 seul individu trouvé dans le Lyonnais! (Zone à bifrons).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 heures, KLOKLO81 a dit :

1, 2 Hildoceras bifrons

 3, 4 Hildoceras semipolitum

5, 6 Hildoceras var. quadrata

Il me manque la taille des spécimens pour être tout à fait sûre de mon avis, mais s'ils sont égaux ou supérieurs à 4 cm de diamètre, alors d'accord avec votre typologie, à 100%.

Il y a 2 heures, caterpillar a dit :

J'ai trouvé la même bestiole

:trinquer: C'est du très très rare ! Merci pour le lien !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, pyb a dit :

du genre costiphylloceras ressemble a l'espece argelliezi reynes 1868

pyb vainqueur de la course à l'identification  d'un phylloceratidae bien peu ordinaire :super:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J’avais oublié les photos de Kloklo.

Je pense aussi bifrons pour les 2 premiers, notamment à cause de la pente de l’ombilic et du large sillon. Peut être le manque d’habitude des formes caussenardes mais il reste tellement peu de place entre le sillon et le mur ombilical que ça donne une impression de crête ombilicale type apertum.

3 : OK pour semipolitum

4 : Bien que les naissances de côtes ne soient pas visibles dans l’ombilic, la partie non costulée n’est pas aussi arrondie que celle des semipolitum et je n’ai pas l’impression que le sillon ait la volonté de rejoindre le milieu du flanc. Maintenant, il n’y a vraiment pas beaucoup de tours… J’irai plutôt sur un bifrons.

5 et 6 : encore bifrons. Tours moins hauts donc quadrata.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci à vous deux pour vos précisions, les dimensions des Hildoceras sont les suivantes :

Photos 1 : A gauche 4cm à droite moins de 4 cm

Photo 3 : 5 cm +

Photo 4 : environ 4 cm 

Photos 5 et 6 : moins de 4 cm mais très épais

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,
 
Jolie tes Hildo Claude, la conservation est sympa. Tu leur a fais un traitement ?
 
Quand aux Costiphylloceras ce sont vraiment de belles ammonites. Bravo à tous les deux pour vos superbes trouvailles ! :bravo:

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 11/01/2019 à 23:33, jjnom a dit :

la nacre extérieure, c'est dur à avaler quand même. Pas un exemple dans le monde vivant actuel

Certains gastéropodes recouvrant leur coquille avec leur manteau quand ils sont actifs n'ont pas de périostracum mais une couche de nacre à la surface du test (pas irisée et aragoniteuse, c'est vrai) les Cypraeidés, les Ovulidae, les Olividae...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 heures, icarealcyon a dit :

couche de nacre à la surface du test (pas irisée et aragoniteuse, c'est vrai)

Il faut peut- être s'entendre sur ce qu'on appelle nacre.

As-tu  des infos sur la structure des coquilles des gastéro que tu cites?

En passant, un article sur les ammonites de l'Alberta tellement colorées qu'on a donné le nom commercial d'ammolite à la matière des pseudo-tests: https://www.gia.edu/doc/Iridescent-Fossilized-Ammonite-from-Southern-Alberta-Canada.pdf

Il y a de quoi discuter... Peut-être sur un autre fil?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 8 heures, gryph58 a dit :
Bonjour à tous,
 
Jolie tes Hildo Claude, la conservation est sympa. Tu leur a fais un traitement ?
 
Quand aux Costiphylloceras ce sont vraiment de belles ammonites. Bravo à tous les deux pour vos superbes trouvailles !

 

 

Bonsoir Chantal, mes Hildo sont de vielles trouvailles d'environ 40 ans !! aucun traitement particulier, sauf pet être celle pyritisée avec un nettoyage final au miror !! mes autres ammonites des Causses ont reçu une vaporisation de vernis à retoucher (vernis pour tableau à peinture à l'huile : vernis protecteur qui laisse tout de même respirer la peinture, donc l'ammonite aussi !!!)

Bonne continuation pour présenter tes découvertes caussenargues.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,
 
Merci Claude ainsi qu'à jjnom et Gaël pour ces docs. :super: Super les motifs colorés !
 
 
Au départ j'avais classé ces 9 là comme Polyplectus discoides mais en y regardant de plus près j'ai eu un doute sur les n° 6, 7, 8 et 9 que je trouve bien épais. 
 
1818538325_Polyplectusdiscoides1.jpg.604f463a0b702a5815ae943482c47aec.jpg677102859_Polyplectusdiscoides2.thumb.jpg.81692ca8977043c6fb31910de793817b.jpg952234649_Polyplectusdiscoides4.jpg.ff46786483e7c0f8f41f2925932dec40.jpg1055654496_Polyplectusdiscoides3.jpg.8f279bb70ee396f213e8c60f88245092.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Gryph,

Il y a 12 heures, gryph58 a dit :

Au départ j'avais classé ces 9 là comme Polyplectus discoides mais en y regardant de plus près j'ai eu un doute sur les n° 6, 7, 8 et 9 que je trouve bien épais.

Non, ce sont bien tous, d'après moi, des Polyplectus discoïdes. Ils admettent une petite marge individuelle dans le renflement de la coquille, dans la densité de costulation (qui reste toujours très nombreuse et très serrée). On peut observer à l'occasion une légère tendance à la fasciculation de la base des côtes autour de l'ombilic, une vague ondulation des flancs (1,2,3,et surtout 9 sur ta planche). Tous ceux trouvés dans le Toarcien supérieur sont groupés dans P. discoïdes, pour une fois c'est simple comme bonjour !

 

Mais...(évidemment il y a un "mais" !) de rarissimes formes ont été rencontrées dans le Toarcien moyen des Grands Causses. L'aspect de ces polyplectus de la z. à bifrons et variabilis est décrit dans le tome 2 du Club Millavois de Géologie: ils sont relativement plus épais, avec des côtes plus larges et moins nombreuses que le P. discoïde classique; la forme trouvée dans la z. à variabilis présente une tendance à la fasciculation des côtes/flancs légèrement ondulés. L'ennui, c'est que des formes correspondant exactement à ces critères se trouvent également dans le Toarcien supérieur. Comme le rappelle le Club Millavois de Géologie, tous les intermédiaires s'y trouvent aussi (en Lozère, on en trouve de la sous-zone et horizon à thouarsense (obs personnelle) jusqu'au sommet de la Z. à aalensis (d'après R. JATTIOT et V. TRINCAL (2015).

 

Dans les années 80, Jean GUEX avait mentionné l'existence de formes "T. moyen" de polyplectus dans la province méditerranéenne (Tyrol, Maroc, Portugal) rapportés à Polyplectus pluricostatus. Mais plus récemment, d'autres auteurs (JIMENEZ et RIVAS (1992) et KMENT (1998) considèrent que pluricostatus n'est qu'un variant de P. discoïdes, qui aurait donc connu une assez grande "longévité" (pour le Toarcien :gratte-tete:) En résumé,  ce sont des P. discoïdes aussi, facile pour la carte d'identité !:mortderire:

 

Donc, si les spécimens de polyplectus sont découverts dans un fond de ravine, tout en bas, dans un gisement couvrant tout le Toarcien, le doute sur leur niveau d'origine peut avoir un sens, à défaut de leur identité. Pour ma part, depuis 1986 et mes débuts dans les Terres Noires aveyronnaises, je n'en ai jamais trouvé en place dans le Toarcien moyen. Ce sont vraiment, on peut l'affirmer, des individus rares.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Simple ce doit être la raison qui m'a fait douter, j'ai pas l'habitude que ce soit simple :rigoler: !  Merci pour la confirmation.
Les 4 et 6 sont d'un endroit où il n'y a presque que du Toarcien sup. Les autres viennent d'un site ou il y a du moyen et du sup mais ce n'est pas du ramassage en place.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques unes des formes de Paroniceras.

 

D'après J. Monestier

94442654_Paroniceras0.jpg.6d02c44e84a8c31f9ea08c85fe5521aa.jpg

 

AMMONITES des Terres Noires des Grands Causses:

1597842190_Paroniceras00.jpg.3a045090e85175cc1daa6d13bc641287.jpg

 

Paroniceras sternale

1, 2, 3 avec carène

4, 5, 6 sans carène

Paroniceras undulosum

7, 8, 9, 10

1524804417_Paronicerassternale(3).jpg.2e6952279a7e1b625f58d5b0156350b4.jpg448992147_Paronicerassternale(4).jpg.02f12ae026aee4300d105e55cfd3b6eb.jpg163047247_Paronicerassternale(5).jpg.1a2c648f545a05abe42d94d849dbf99c.jpg

 

Lignes de sutures et cloisons.

1292019749_Paronicerassternale(7).jpg.9828f6847dbd8d2aeed3ced31c5f38cc.jpg

 

Reste de pseudotest ou couche de calcite ?

1726965051_Paronicerassternale(11).jpg.1b7cb53d0c4424ee1e4a1de4bae4a3e5.jpg1372654709_Paronicerassternale(9).jpg.6b14c61bc8b0557e451b5916ea98bf00.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On 1/11/2019 at 11:33 PM, jjnom said:

Pour paramattha:

test = coquille  avec sa matière originelle (par ex: aragonite)

pseudotest = matière originelle de la coquille remplacée par une autre matière pendant la fossilisation (par ex: aragonite remplacée par calcite).

Rem: la nacre extérieure, c'est dur à avaler quand même. Pas un exemple dans le monde vivant actuel, à ma connaissance. D'un autre côté, des irisations sur fossiles, je ne crois pas en avoir vu ailleurs que sur des ammonites. J'irais plutôt chercher des particularités au niveau des pseudo-tests qui interagissent avec la lumière. A creuser.

Merci !

A tous aussi, pour vos explications, d'ailleurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Gryph, super les paroniceras et oxyparoniceras. Ce qui m'impressionne chez ces deux genres, en plus de leur profil unique, c'est la régression observable de la suture.

 

J'aurais toutefois un petit doute sur les spécimens 7, 8, 9 et 10. Ils sont très juvéniles donc je peux me tromper, mais un exemplaire au moins possède sa chambre d'habitation: le 10, et pour moi, il appartient au genre voisin nain onychoceras (forme differens-tenue). Ces minuscules ammonites sont effectivement difficiles à distinguer des jeunes paroniceras (souvent déjà un peu plus renflés à ce stade de croissance) et elles se rencontrent dans les mêmes niveaux. A la différence des paroniceras, ils présentent souvent la chambre d'habitation et surtout possèdent des côtes plus ou moins émoussées.

Pour oxyparoniceras, deux espèces sont reconnues actuellement: O. telemachi à carène marquée, tranchante, et O. suevicum où elle est plus émoussée, contribuant à un aspect plus globuleux. 

Demain, je vais faire une planche illustrant les différences qui peuvent être rencontrées, visibles surtout sur la tranche.

 

Le pseudo-test est parfois présent sur certains individus de paroniceras et oxyparoniceras: on voit qu'il est couvert de fines stries serrées, qui rappellent un peu l'ornementation du test des phylloceras.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×