Aller au contenu
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Messages recommandés

Merci je sais maintenant que le metier de mineralogiste touche a tout et que voulant travailler dans la recherche scientifique, je vais donc pousser mes recherches sur les sciences citées plus haut.Merci de m'avoir aider et surtout que avant je pensais que mineralogiste avait de l'avenir mais en realité, le metier de minéralogiste ne parais pas avoir beaucoup de poste a pourvoir.

Cordialement qgermain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Bonjour,
Avec un peu de retard, voici mon expérience.
Après un bac S, je voulais faire paléontologue (effet jurassic park probablement). J'ai fait une licence en pal à Poitiers, puis me suis réorienté sur le master de métallogénie de Toulouse afin de toucher aux minéraux. J'ai fait un stage de 6 mois au Kenya avec Cédric Simmonet, et ai donc touché à l'or et quelques pierres précieuses.
Ensuite, il m'a fallut 1 an pour trouver une thèse orientée minéralogie (j'ai fait un master d'archéosciences en attendant), et mon sujet de thèse était sur les minéraux argileux dans les failles (si intéressé voir ici : https://sites.google.com/site/vincenttrincal/). A l'issu de cette thèse j'ai enchainé sur deux ans d'ATER (à l'ENSG Nancy et à la fac de Besançon), puis par un postdoc sur la minéralogie des sédiments/sols et des bétons à l'école des Mines de Douai. Le postdoc est orienté "valorisation de sites et sols pollués", et la minéralo est un outil pour tracer les pollutions ou chercher des méthodes de stabilisations (liants hydrauliques).

 

Donc du coup, passionné de minéralogie j'ai commencé par une collection de fluorine du massif central, puis par des études poussées sur les argiles (chlorites principalement), et travaille maintenant sur l'ettringite et sur l'utilisation/développement de méthodes de quantifications des minéraux dans les sols et sédiments.

La passion pour les minéraux et le fait de faire beaucoup de terrain ont été des gros avantages pour mon cursus universitaire, et mon permis également de participer à d'autres études scientifiques (par exemple couplage paléontologie et minéraux marqueurs de paléoenvironnements).

 

Maintenant, je cherche à avoir un poste fixe lié à la minéralogie. Mais il faut savoir que chaque année on a 150-200 qualifiés au CNU pour les sections 35-36 (géologie), et seulement une quinzaine de postes de maitre de conférences en France... L'année suivante on a 150-200 personnes supplémentaires qualifiées mais toujours une quinzaine de nouveaux postes... Et au CNRS il n'y a que 3-5 postes en géologie par an.

 

Courage...
Vincent

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une annonce passée aujourd'hui sur le site des appels d'offre du CNRS.

Si c'est une disparition pure et simple, c'est encore une fois la preuve que la minéralogie a son avenir bien loin derrière elle !

 

L'avis de publicite No 51461 : "Reamenagement du laboratoire de mineralogie en salle de reunion et bureau a la Maison des Suds a Pessac (33)" a ete publie ce jour.

Il concerne le theme BATIMENTS - INFRASTRUCTURES - TRAVAUX - ESPACES VERTS, le domaine TRAVAUX D'AMENAGEMENT ET DE MAINTENANCE DES BATIMENTS et la zone geographique Aquitaine.

La date limite de reception des offres/candidatures pour cet avis est le 13/11/2017

Vous pouvez le consulter et deposer votre offre jusqu'a cette date sur le site des achats du CNRS (https://nouba.dsi.cnrs.fr/fournisseur/pu_pck_ui_frn_details.ini_page?i_cpt=51461).

Si vous ne souhaitez plus recevoir de message vous alertant de la publication d'avis de publicite du CNRS, vous pouvez a tout moment modifier les informations vous concernant sur le site des achats du CNRS (https://nouba.dsi.cnrs.fr/fournisseur), en vous connectant avec votre identifiant et votre mot de passe.

Pour tout autre probleme, vous pouvez contacter l'assistance aux utilisateurs de la Direction des Systemes d'Information du CNRS par messagerie : assistance@dsi.cnrs.fr

Ce message etant genere automatiquement, il est inutile d'y repondre, votre reponse ne serait pas traitee.
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pardonnez moi à l'avance pour les âneries que je vais sortir : elles sont le fait d'un individu méconnaissant totalement votre passion et votre domaine de recherche...

Au risque de paraitre absurde, cynique, naïf, je me demande bêtement quelles possibilités s'offrent à vous, minéralogistes et paléontologues en tant qu'indépendants dans le secteur privé.

Ne pouvez-vous pas devenir chasseurs de trésors, prospecteurs de minéraux, négociants, vous faire comme on dit "des couilles en or" et revenir aux recherches qui vous passionnent avec vos moyens à vous sans avoir à rendre de compte à une université, un CNRS ou autre structure ?

Perso, j'adore par exemple les opales, alors pourquoi ne pas aller rejoindre les andouilles qui creusent comme des ânes à Coober Pedy en Australie ?

Je vois ça comme un enfer mais après tout pourquoi ne pas tenter une aventure ?

Je me pose parfois cette question...

Voila...je sais que je suis bien naïf et sais bien que l'on est loin de la science là...mais pourquoi ne pas exploiter directement vos connaissances pour faire prosaïquement fortune avant de vous retrouver libres de faire la science et les recherches qui vous passionnent ?

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, boc21 a dit :

prospecteurs de minéraux, négociants,

Mais il y en a!:yes3:

 

Il y a 10 heures, boc21 a dit :

vous faire comme on dit "des couilles en or"

il y en a beaucoup moins:beta:Quoi que11-pathologie-du-nucleaire.jpg

:siffler:

Il y a 10 heures, boc21 a dit :

sais bien que l'on est loin de la science là...mais pourquoi ne pas exploiter directement vos connaissances pour faire prosaïquement fortune avant de vous retrouver libres

Libre de faire du business, avoir le sens des affaires et rendre économiquement viable une activité de prélèvements parcimonieux de cailloux:mortderire:

Alors, pourquoi ne pas exploiter directement nos connaissances pour faire prosaïquement fortune en cherchant des sources d'énergie naturelle, fossile ou pas. des métaux ou des pierres précieuse, De nouveaux gisements de ressources naturelles. Et les exploité à mort

Ou bien. ont peu chercher de la flotte plus ou moins potable et charger en calories, trouver des applications aux propriétés physico-chimiques de banals argiles,,

 

Perso, La pratique en amateur de la collecte d'objets et d'indices géologique satisfait mes envies. Mon bilan dans le conteste émotionnel est positif si il ni a pas l'impérieuse nécessité de rentabilisé, pas de contrat d'objectif. Je sérendipite (je suis un branleur!)

images-1.jpegUnknown-1.jpegjeu-a-gratter-couilles-en-or-12057.jpg

çàimages.jpegC'est ballot! çà Des-couilles-en-OR.jpg c'est dégueulasse!

image.jpg

image.jpg

Lui, il est encore vivant. 1/7

image.jpg

image.jpgUn de vivant sur 8

image.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@boc21 La minéralogie en recherche c'est pas que les jolis cailloux brillants, en fait c'est même plus souvent l'étude de tout petits minéraux qui n'ont aucune valeur financière (sauf peut-être en métallo) mais qui sont, de par leurs propriétés physico-chimiques particulières, marqueurs ou initiateurs de tel ou tel phénomène géologique.

C'est souvent le plus petit objet qu'un géologue (pétrologue ou autre) peut-être amené à étudier et en comprenant ses caractéristiques, il essaie de comprendre des phénomènes plus globaux.

Puisque ce genre d'activité rapporte peu, généralement les personnes qui désirent luxe et richesse ne choisissent pas la recherche. :content:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui euh...merci pour vos précisions et pour le petit intermède récréatif de gael mais je ne parlais pas du tout de la recherche de la thune, la course à l'échalotte ou de prostituer subitement son savoir, ses projets à des perspectives exclusives d'enrichissement personnel qui verraient l'holocauste des hérissons et des écureuils sur l'autel de la cupidité.

Je parlais de "partir à l'aventure", devenir indépendant lorsque l'on se retrouve passionné par les minéraux et diplomés mais confrontés aux réalités du terrain...proffessionel.

Vous le dites vous-mêmes : l'avenir proffessionel semble bouché pour les géologues, lesquels n'obtiennent pas toujours les postes pour lesquels ils ont étudié.

Etonnement, pas plus tard qu'avant hier, alors que je me rendais au magasin nature et découvertes à Dijon où j'allais me renseigner pour trouver un microscope binoculaire, je suis tombé sur un vendeur très très sympa qui était...eh bien géologue de formation avec bac +4 ou +5 (désolé me rappelle plus :beta:).

Vendeur après un Bac +5, et il m'a dit que sa compagne, même profil, était vendeuse dans la boutique d'en face.

Si j'ose revenir sur ce sujet alors que j'y suis arrivé comme le dernier des imbéciles, c'est en raison de cette coincidence...je n'ai pas pu m'empêcher de penser à la question que je me posais bêtement...que j'ai littéralement posée bêtement sur ce forum : n'y-a-t-il pas moyen de penser sérieusement le fait de pouvoir, à son compte, importer, vendre, en gros, en petit, au détail, sur des marchés ou à des sociétés, des minéraux que l'on aura été chercher dans d'autres pays ?

Je ne parle pas de chercher la fortune, mais de vivre une vie moins posée mais plus  exaltante, sans doutes, que faire de la vente alors que l'on dispose d'une compétence comme la votre.

Elle est sans doutes considérablement sous utilisée cette compétence, j'entends bien, dans un cadre et des perspectives pareilles, mais est-ce vraiment un "débouché" impossible ou qui ne va pas de soi ?

Je sais bien que vous avez signé pour d'autres perspectives de recherche que celle du joli cailloux à revendre mais entre deux maux...entre le chomage/un travail de survie dans la vente ou la recherche des jolis cailloux sur le terrain...

Bon cela dit je vous prie de m'excuser si vous trouvez mon intervention trop naïve ou carrément déplacée.

Le fait est que vous avez des connaissances, un savoir, un savoir faire, dans un monde devenant de plus en plus...pragmatique...libéral...et globalement un peu crétin (pour rester poli)...en tous cas pas trop soucieux de recherche fondamentale, savoir, connaissance...

Perso j'ai choisi la philosophie, pas un domaine où on se fait "des couilles en or", il est clair que cette perspective n'a jamais été pour moi une priorité, en aucun cas.

J'aime étudier les courants de pensée, sonder les étages et strates de l'esprit humain, chercher les fondements des sociétés, en percevoir les aspirations,  les ressorts cachés ou exposés aux yeux de tous...

J'en rajoute peut-être un peu mais je pense sincèrement que nous sommes au mieux en train de déboucher vers des sociétés globalement de plus en plus crétines et au pire devant la possibilité d'un nouvel âge obscurantiste...qu'il soit high-tech ne changera rien à l'affaire.

Je ne parle pas ici de rejoindre le mouvement global de crétinisation mais de réussir à trouver les modes d'une vie possible et potentiellement agréable après des études de géologie.

Mais croyez moi, j'entends bien que vous tous préfereriez faire de la recherche et vous enrichir -intellectuellement-  en y trouvant l'usage plein et entier de vos connaissances.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok je vous ai un tantinet agacés en évoquant maladroitement un questionement dégradant au regard des vies auxquelles vous vous destinez tous...

Est-ce néanmoins une raison pour m'adresser deux insultes aussi cinglantes en une seule phrase ?

Vous m'auriez traité d'imbécile, d'abruti, d'insensible, de crevure, de littéraire idiot, de penseur de pacotille corrompu, franchement je l'aurais mieux pris :mortderire:

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, boc21 a dit :

Vous m'auriez traité d'imbécile, d'abruti, d'insensible, de crevure, de littéraire idiot, de penseur de pacotille corrompu, franchement je l'aurais mieux pris :mortderire:

:desole:boc21, mais Cedrick et

 

Le 22/08/2017 à 16:37, Vincent.T a dit :

J'ai fait un stage de 6 mois au Kenya avec Cédric Simmonet, et ai donc touché à l'or et quelques pierres précieuses.

:treve:

 

il y a 38 minutes, JLOUI a dit :

BHL compte double ?

:yes3:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 22/08/2017 à 16:37, Vincent.T a dit :

Bonjour,
Avec un peu de retard, voici mon expérience.
Après un bac S, je voulais faire paléontologue (effet jurassic park probablement). J'ai fait une licence en pal à Poitiers, puis me suis réorienté sur le master de métallogénie de Toulouse afin de toucher aux minéraux. J'ai fait un stage de 6 mois au Kenya avec Cédric Simmonet, et ai donc touché à l'or et quelques pierres précieuses.
Ensuite, il m'a fallut 1 an pour trouver une thèse orientée minéralogie (j'ai fait un master d'archéosciences en attendant), et mon sujet de thèse était sur les minéraux argileux dans les failles (si intéressé voir ici : https://sites.google.com/site/vincenttrincal/). A l'issu de cette thèse j'ai enchainé sur deux ans d'ATER (à l'ENSG Nancy et à la fac de Besançon), puis par un postdoc sur la minéralogie des sédiments/sols et des bétons à l'école des Mines de Douai. Le postdoc est orienté "valorisation de sites et sols pollués", et la minéralo est un outil pour tracer les pollutions ou chercher des méthodes de stabilisations (liants hydrauliques).

 

Donc du coup, passionné de minéralogie j'ai commencé par une collection de fluorine du massif central, puis par des études poussées sur les argiles (chlorites principalement), et travaille maintenant sur l'ettringite et sur l'utilisation/développement de méthodes de quantifications des minéraux dans les sols et sédiments.

La passion pour les minéraux et le fait de faire beaucoup de terrain ont été des gros avantages pour mon cursus universitaire, et mon permis également de participer à d'autres études scientifiques (par exemple couplage paléontologie et minéraux marqueurs de paléoenvironnements).

 

Maintenant, je cherche à avoir un poste fixe lié à la minéralogie. Mais il faut savoir que chaque année on a 150-200 qualifiés au CNU pour les sections 35-36 (géologie), et seulement une quinzaine de postes de maitre de conférences en France... L'année suivante on a 150-200 personnes supplémentaires qualifiées mais toujours une quinzaine de nouveaux postes... Et au CNRS il n'y a que 3-5 postes en géologie par an.

 

Courage...
Vincent

 

Beau palmares de communications

avec cette experience on espere que tu vas trouver un poste !

 

ce qui est étonnant c’est le revirement de la paléonto vers une spécialité sur l’ex « chlorite »

montrant ta capacité à changer de spécialité et s’adaptant aux besoins: un atout à mettre en avant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le 13/11/2017 à 09:06, Cedrick a dit :

Pour pondre une tartine de ce genre, je vois plutôt une carrière de philosophe ou politicien ou les deux à la fois, genre BHL.

On peut aussi être scientifique et philosophe, c'est même recommandé...

 

@boc21 Certains l'ont fait avec succès, donc c'est possible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui nous avons d'excellents scientifiques et philosophes...mais la plupart sont des épistémologues, à savoir et c'est bien logique, des philosophes des sciences avant tout.

Étienne Klein est le plus connu d'entre eux.

En ce qui me concerne, j'aime les sciences, j'étudie les sciences, mais comme un loisir.

Cela va vous paraitre étrange mais ce qui me passionne avant tout, c'est l'étude des modes de représentation du monde non scientifique, du pré-logos comme on dit chez nous à savoir le mythe : le langage qui prévaut avant une explication rationelle ou scientifique.

Et ce qu'il révèle non pas du monde dont il prétend donner une grille de lecture mais sur le psychisme de l'homme dont il est le miroir.

Mais bon on va arretter là le HS : je doute que la philosophie soit un débouché acceptable pour un minéralogiste ou un paléontologue...ce qui est le thème de ce topic à la base.

Quoique...

Je trouve que la paléontologie offre un vertige philosophique comme aucune science avant elle...

Si l'astronomie révèle notre futilité devant l'immensité infinie d'espaces (oui plusieurs espaces selon la théorie des cordes...un seul espace infini ne suffisait pas) silencieux (pour reprendre Pascal) la paléontologie révèle le vertige devant le temps...et la mort qui lui est liée.

Tous ces étages sédimentaires sur lesquels nous marchons, accumulés des centaines de millions d'années durant, on est bien d'accords, ce sont avant tout des cadavres comprimés, compressés par le poids littéral des ans ?

Le pétrole, cette énergie "fossile" dont on remplit les bagnoles est bien, tout aussi littéralement le jus de cadavres qui ont vécu avant nous il y a des millions d'années non ?

Le fait que ce soient principalement des résidus de végétaux qui composent ce liquide ne change rien à l'affaire : cette terre est plus qu'une tombe...elle est quasi exclusivement composée de cadavres.

à vous de me dire si je me trompe ou non...mais à priori si ma vision n'est pas fausse la paléontologie offre une prise de conscience philosophique et existentielle comme aucune autre.

La minéralogie nettement moins...ce serait même plutôt le contraire :

Tout vient du magma, tout y retournera, homme ou pas homme, quoique l'on fasse, pollue ou détruise, rien à cirer : cela n'aura aucune incidence sur la formation future de beaux cristaux, qu'il y ait ou non des andouilles pour les apprécier :beta:

Cela doit même être relativement apaisant pour le psychisme de considérer globalement le vivant comme un épiphénomène accidentel n'ayant aucune sorte d'incidence sur la formation ou non de l'éternelle beauté minérale toujours renouvelée :mortderire:

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant


×