Jump to content

Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans
Bourse aux minéraux et cristaux de Bourg d'Oisans du 1 au 3 mai

sissi48

Minéraux de la Lozère et cristaux lozériens

Recommended Posts


Bonjour Antakari, merci pour ces compliments !:donnerunerose:

La Lozère comporte de nombreuses mines anciennes (de l'époque pré-romaine, à 1961 pour la fermeture de la dernière mine de plomb-zinc, Ramponenche). Cette dernière a fermé quand je suis née: son état actuel est un bon repère pour moi :siffler:. Nous sommes loin des conditions arides du Chili, la nature et l'agriculture ont largement repris leur droits dans la plupart des sites anciens, certains ont complètement disparu. Sur les mines de plomb antique, la pauvreté de la végétation, en particulier en cas de reboisement, trahit la contamination du sous-sol. Seules des mines d'uranium ont été exploitées jusque vers la fin des années 1980, mais elles ont été volontairement complètement annihilées du paysage suite à leur cessation.

 

Comme j'ai une force de frappe bien limitée, je prospecte essentiellement les anciens déblais et les talus de route, pistes ou de chemin de fer. Je ne m'aventure jamais dans les quelques galeries encore accessibles.  Ce que j'arrive à dénicher sous le ciel suffit largement à mon bonheur ! La barytine est présente en d'innombrables occurrences et sous des aspects très variés (c'est le minéral-roi du Massif Central, avec la fluorine). Trouver une jolie pièce ici ou là est toujours possible. 

 

On a même un mini-Katanga (tout relatif et pour la micro, bien sûr !): malachite en aiguilles, pinceaux et oursins dans des micro-géodes de quartz, champ filonien PGCB d'Eygas-Le Beyrac (et champ des images 5 à 6 mm), récolte de cet été:

20190901_120023.jpg

20190901_120510.jpg

20190929_111516.jpg

20190929_115430.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui Chantal , bien sûr que c'est du domaine de la bino ;)

 

De l'Hettangien de la Cham des Bondons, mais d'aucun des gisements classiques (je tiens à le préciser) voici des pièces qui étaient prises dans d'épaisses concrétions karstiques. 

 

Au menu, après un certain temps de trempette dans HCL: quartz (le plus souvent biterminé) barytine en lames, sulfures divers bien oxydés (il s'agirait essentiellement d'ancienne chalcopyrite). L'intérêt de ces spécimens est que l'encroûtement calcaire a bien protégé des cristaux et structures très fragiles.

 

-Quartz à inclusions d'hématite (65 X 45 mm environ)

1a.thumb.JPG.b5afa10e7c93f1d5f0893eda62295aba.JPG

 

1b.thumb.jpg.f0307a1a3db11ded81acd528949f3ac5.jpg

 

 

-Association quartz-barytine en 3 phases: barytine, puis quartz en recouvrement quasi-complet, puis re-barytine (25 X 13 cm)

2a.thumb.JPG.c6bb4f890087a6741034926dcdb6721b.JPG

 

2c.thumb.jpg.0b25b462a456d413447dd3686fc26d75.jpg

 

-Barytine en lames-tabulaires (11 X 10 cm) 

3.thumb.jpg.7c4b244f3e9bf98c71bb5cd81959e52c.jpg

 

-Association quartz-barytine en 4 phases: barytine>quartz>barytine>quartz (16 X 9 cm) avec photo avant HCL et après... là j'ai pensé à la faire, la photo :maiscestbiensur:

a.thumb.jpg.b2f5606a8d115976f944afffc0c2e82e.jpg

 

b.thumb.jpg.2e51dfb2a327edc5f61f7e4ec333dca1.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme d'hab très intéressant. Il semblerait que l'hettangien soit très riche minéralogiquement dans le secteur du Mont Lozère. La galène aussi avait été explorée dans le secteur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cet été, je me suis donné pour but de retrouver tous les anciens indices de galène sur la bordure sédimentaire sud-ouest du Mont Lozère, soit au sens le plus large, le plateau des Bondons, de la vallée de Montmirat jusqu'à Colobrières. Toujours dans l'Hettangien, sous la forme de calcaire dolomitique brun-rouge.

 

Il y a une douzaine d'années, j'ai eu la chance de collaborer au Projet Commun de Recherches "Plomb Ancien du Mont Lozère" , une étude pluridisciplinaire, associant des universitaires et un groupe d'érudits locaux, le CERL. J'y participais en tant que minéralogiste de terrain, et j'y ai appris énormément de choses.

 

La plupart des indices, exploités généralement en tranchée (pas de galeries), ont dû être épuisés vers le XIIè siècle, qui a marqué un second pic dans cette activité. Le premier pic a été daté de La Tène (IIIè s. avant JC). Le minerai était fondu de façon saisonnière dans les hêtraies qui couvraient encore à cette époque le contrefort sud-ouest du Mont Lozère. Ces métallurgistes occasionnels devaient vendre les mattes à des marchands venus par la Regordane. La coupellation n'avait probablement pas lieu sur place. Une vaste zone parsemée de tas de scories plombeuses a été mise en évidence vers Barrandon, certaines enfouies dans des tourbières. Le choix site ne devait rien au hasard: du vent assez régulier et du charbon de bois produit à grande échelle dans des charbonnières. Il y a une grande similitude dans la nature des scories, ce qui montre un procédé artisanal constant, bien maîtrisé, encore un peu mystérieux (nos essais de reconstitution dudit procédé ont tous échoué). Les analyses isotopiques du plomb des scories ont montré que celui-ci provenait exclusivement du secteur sud-ouest du Mont Lozère, donc de la zone Montmirat-Les Bondons et jamais du secteur nord (Le Bleymard, Le Tournel, Causse Bourbon) .

 

Pour revenir de nos jours...Un après-midi à Ramponenche: un seul bloc intéressant trouvé dans les déblais, mais c'était un morceau de minerai, sans doute jeté par erreur ! Ce type de rejet est en effet extrêmement rare dans cette mine ! Le bloc pesait sans doute plus lourd que moi. Je l'ai débité, ayant remarqué qu'il était criblé de toutes petites géodes.C'est plutôt du domaine de la micro, mais très sympa. Cocktail de galène en cristaux octaédriques biseautés, non oxydés ! Pyrite et chalcopyrite, dolomite ankéritique, quartz, barytine.

 

Le plus gros fragment rapporté: 

2139476206_IMG_6954(2).thumb.jpg.feb039f561940b1f02fbd2cc5c30c078.jpg 

 

Quelques-unes des nombreuses cristallisations:1188879928_IMG_6956(2).thumb.jpg.0aaae542cf52a2a0f28130ba20b95824.jpg1281145924_IMG_6980(2).thumb.jpg.79c02b3086bef04d657b368196297d5b.jpg1650170886_IMG_6981(2).thumb.jpg.6c30a7620024d5b5c7022e521022fe8f.jpg208571561_IMG_6988(2).thumb.jpg.75127db07136495feb0788c26f9fdd9a.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

De la Cham des Bondons:

- Aspect fréquent de la galène que l'on trouve encore dans les nombreux indices exploités par les Anciens. Le minerai massif était recherché, et l'exploitation abandonnée quand il ne restait plus que ce genre de chose.

1548359131_IMG_7083(2).thumb.jpg.1895aefd72a9cfb9e0fba7a0e0b76358.jpg

 

- Encore des photos "avant-après" de pièces récupérées dans deux zones fortement karstifiées: deux mariages heureux de quartz bipyramidé et barytine lamellaire.

1371728459_1(2).thumb.jpg.29666341b9cfe953edce70a14ee43c24.jpg

 

2060153996_2(2).thumb.jpg.4b6b5de2c377160f3b78cfa9f09db84b.jpg

 

1619537511_3(2).thumb.jpg.e7c6b511c8fcc9a75f2d4b4ba9562e6f.jpg

 

Le second indice m'a donné six pièces seulement (dont deux "grandes") mais arachnéennes, difficiles à photographier avec cette sombre luminosité de Toussaint avant l'heure. La grande numéro 2:

1969410816_a(2).thumb.jpg.ecbdc2826876db68a6f1cae80e5db27b.jpg

 

711652749_b(2).thumb.jpg.b5d6ad70de616ce1aeda41314175ffb4.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

La "grande n°1" mesure 22 X 13 cm pour 5 cm d'épaisseur. ces pièces sont issues d'une poche disloquée, remplie d'un dépôt calcaire cimentant des éléments éboulés, d'un à 2 cm d'épaisseur, dans le calcaire dolomitique brun de l'Hettangien. J'ai commencé par trouver des fragments de minéralisation épars en éboulis avant de localiser la source.

Le quartz tardif est particulièrement bien exprimé, et la barytine montre quelques surcroissances tabulaires sur les lames.  

1894541103_IMG_7091(2).thumb.jpg.65ab6115aa8b798548b51aa42e71edd8.jpg61344731_IMG_7093(2).thumb.jpg.35feafa380716d10a97b12ddc7b20372.jpg782356608_IMG_7099(2).thumb.jpg.484afb260c89fbda364c61ab6998a85c.jpg

 

De l'aragonite en oursins dans une mini-cavité (3 cm) tapissée de dolomite en écailles grises et blanches. L'aragonite montre une très forte fluorescence blanche aux UV longs.

388476061_IMG_7120(2).thumb.jpg.e0046663595907a4baa39bebe7ca2c22.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci Philippe et Chantal :super:

Profitant d'un automne relativement clément (excepté l'épisode méditerranéen de la semaine dernière, hein Chantal:pluie:), je continue mes explorations . 

Les surprises sont toujours au rendez-vous.:surpris:

De la bordure sédimentaire nord du Goulet, toujours dans l'Hettangien moyen, donc exactement contemporain des minéralisations présentées ci-dessus, voici une petite géode de calcite qui contient des chapelets de petits cubes de fluorine mauve ! La fluorine est en effet présente, quoique diffuse, toujours en très petits cristaux, dans ce secteur. En lumière UV à longues ondes le spectacle est étonnant ! Bon il faut que je recharge les piles de ma lampe !

IMG_7141.JPG

IMG_7142.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a 8 heures, antakari a dit :

j'imagine la surprise que cela doit etre a chaque fois, d'attendre et de voir le resultat HCL

Ces bains d'acide n'ont pas été de tout repos :cryss:: des débris variés: morceaux de calcaire dolomitique, fragments de quartz et de baryte farcissaient la couche de dépôt calciteux karstique. Certains éclats calcaires étaient assez volumineux... Il fallait surveiller le moment où il était possible de les ôter sans dommage collatéral. Pour les deux plus grandes pièces, la taille de ces débris était parfois importante (3 à 5 cm);  j'étais inquiète pour l'état des cristaux en-dessous. Hé bien non, à chaque fois ils sont apparus intacts, mais pas tout de suite. Une seule explication possible: ils étaient déjà couverts et protégés par une couche calciteuse homogène d'au moins plusieurs millimètres quand les débris se sont déposés dessus.

 

Cette poche était disloquée mais il était encore possible d'établir que les pièces "4 générations" étaient situées au plancher de la poche. Celles du plafond sont très différentes, beaucoup moins complexes ! :surpris: Il s'agit d'un dépôt de barytine lamellaire compact, sur-cristallisée tabulaire comme celle du dessous, sur un lit de quartz continu, lui aussi complètement cristallisé. Juste un ou deux quartz tardifs égarés çà et là, et beaucoup moins de petits cristaux de sulfures. La gravité a-t-elle joué pour générer cette différence ? Voici un des morceaux du "plafond": le dégagement à l'acide de telles pièces a été aisé car bien sûr il n'y avait pas de débris inclus.

IMG_7161 (2).jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Phildefer34, après deux essais sur des petites pièces d'éboulis, j'ai procédé de la manière suivante:

d'abord nettoyage à la brosse et détergent, séchage complet, passage d'un film de colle cyanoacrylate sur le pourtour cristallisé des pièces (quand apparent), surtout à la base des cristaux de quartz, ceci afin d'éviter le "détricotage", systématique sinon, des cristaux de quartz et de barytine situés en bordure des échantillons. Puis bain HCL 23% dilué de moitié environ, à froid, de façon à ce que la dissolution ne soit pas trop rapide, échantillon posé sur l'envers (partie gangue vers le haut et hors de l'acide) sur une plaque de mousse dense PVC, avec surveillance régulière de la progression du dégagement et enlèvement des débris tombés sur la plaque de mousse. J'ai extrait des pièces les débris volumineux dès qu'il était possible de les décoller sans risque. Le bain (renouvelé toutes les 3 h) a duré en tout 12 et 14 h pour les 2 plus grandes pièces. 2 à 3 h ont suffi pour les 4 autres, bien plus petites.

 

Certains petits débris rebelles ou profondément incrustés ont été ôtés à l'aiguille et la pince à épiler, après HCL 23% appliqué au coton-tige pour les décoller. Le film de colle cyanoacrylate du pourtour finit par se décoller tout seul en fin de bain, mais il a protégé suffisamment longtemps la base des cristaux des bords pour éviter leur délitement. Puis neutralisation dans un bain de bicarbonate de soude et rinçage final.

 

J'avais d'abord essayé de protéger les cristaux de la tranche avec du Paraloid B72, mais cela ne s'est pas avéré assez résistant à l'action de l'acide à l'interface cristaux-gangue sur les bords. Une gangue de calcaire dolomitique, une minéralisation bréchique et un enduit karstique posent en effet certaines petites difficultés au nettoyage :suer:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voici les tout derniers spécimens présentant cette minéralisation à quartz et barytine enchevêtrés. Comme pour les précédents, l'épais recouvrement calcaire a parfaitement préservé les cristaux. Profitant des derniers après-midi de soleil, j'ai passé l'éboulis au peigne fin et cela m'a permis de trouver 4 autres pièces. Leur dimensions vont de 5 X 5 cm à 7,5 X 6 cm environ. Ce mardi 12 novembre fut mon dernier jour, juste avant la neige épaisse et le gel !

IMG_7306.JPG

IMG_7347 (2).jpg

IMG_7342 (2).jpg

IMG_7331 (2).jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben oui, j'imite mes tortues, j'entre en hibernation :P

De la mine du Buisson, un échantillon bien classique: galène patinée et barytine blonde en noyaux de pêche (47 X 31 mm)

 

IMG_7362.thumb.JPG.b14f69a1133e29138fa83b8fe9b2fc0b.JPG

 

Pour ceux d'entre vous qui s'intéressent aux problématiques des mines de plomb argentifère anciennes, antiques ou médiévales, voici un lien sur le compte-rendu rédigé en 2010 du Projet Commun de Recherches Plomb Ancien du Mont Lozère :  https://journals.openedition.org/archeosciences/2669

Et une photo prise lors d'une campagne de fouille sur une mine gabale de galène localisée sur le filon du Devois, dans l'Hettangien dolomitique à proximité du granite, plateau des Bondons, en 2012.

 

 

chantier2012 1.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci pour ce document très intéressant. Il y a eu un gros travail des archéologues sur ce secteur. je ne sais pas s'ils continuent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 20/11/2019 à 21:41, mr42 a dit :

Il y a eu un gros travail des archéologues sur ce secteur. je ne sais pas s'ils continuent.

Hélas non, plus de crédits pour ce genre de recherches... et l'un des initiateurs et infatigables promoteurs de cette étude au niveau local, Jean Peytavin, est décédé en 2016 (c'est lui qui m'avait "recrutée" pour prospecter les anciens indices miniers). 

Mais plusieurs doctorats ont été menés sur le sujet dans les différentes disciplines impliquées.

La mine gabale avait été repérée sur la base de photos aériennes montrant une zone "stérile" allongée sur environ 200 m dans un reboisement en pins sylvestres, avec déblais à l'affleurement en talus de piste à proximité et tessons dans la tourbière située en contrebas.

 

J'ai quelque part des échantillons de ces scories de plomb médiévales du Mont Lozère.

Quand j'aurai remis la main dessus, je les présenterai sur le très intéressant sujet des scories métallurgiques !

 

D'une des pegmatites du secteur du Buisson, au nord de Marvejols, voici un échantillon à quartz fumé récolté il y a une vingtaine d'années (22 X 16 cm) que j'ai enfin retrouvé :trinquer:. Les cristaux reposent sur une orthose massive. Le quartz est au stade morion à divers endroits, ailleurs ce sont surtout les arêtes des cristaux qui ont bien bronzé au contact d'une source radioactive disparue. Du moins, le test aux UV ne met pas en évidence de l'autunite...et pas de torbernite détectable en visuel non plus sur ce spécimen.

 

Son intérêt majeur à mes yeux est que le quartz est orienté, il a observé une croissance épitaxiale sur l'orthose: trois directions de croissance ont été privilégiées. Il y a aussi de grandes stries laissées par un minéral disparu ayant également influencé la croissance des cristaux de quartz: un mica en grandes lamelles ? 

 

 

IMG_7455.JPG

IMG_7450.JPG

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le 06/12/2019 à 11:48, icarealcyon a dit :

J'ai quelque part des échantillons de ces scories de plomb médiévales du Mont Lozère.

Quand j'aurai remis la main dessus, je les présenterai sur le très intéressant sujet des scories métallurgiques !

 

Je les attends avec impatience mais ça ne vaut pas tes quartz!

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.



×
×
  • Create New...