Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Recommended Posts


L'horloge


Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,

Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !

Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi

Se planteront bientôt comme dans une cible,


Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon

Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;

Chaque instant te dévore un morceau du délice

A chaque homme accordé pour toute sa saison.


Trois mille six cents fois par heure, la Seconde

Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix

D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,

Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !


Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !

(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)

Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues

Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !


Souviens-toi que le Temps est un joueur avide

Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.

Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !

Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.


Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,

Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,

Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),

Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! "



Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857

Share this post


Link to post
Share on other sites

Au fin fond du désert d'Arabie gît la Cité sans Nom, délabrée et défigurée, ses remparts peu élevés enfouis sous le sable accumulé par les siècles. Telle était-elle sans doute, dès avant la fondation de Memphis, alors que les briques de Babylone n'étaient pas encore cuites. Il n'y a pas de légende assez ancienne pour révéler son nom, ou évoquer le temps de sa gloire, mais on en parle autour des feux de camp et sous la tente des cheikhs et les aïeules parfois y font allusion ; aussi toutes les tribus s'en écartent-elles, sans trop savoir pourquoi. C'est d'elle qu'avait rêvé une nuit Abdul Alhazred, le poète fou, avant de composer ces vers énigmatiques :


N'est pas mort ce qui à jamais dort

Et au long des siècles peut mourir même la mort


J'aurais dû savoir que les Arabes avaient de bonnes raisons pour se détourner de la Cité sans Nom, la cité connue par d'étranges récits, mais que nul mortel n'avait vue. Pourtant je les bravai, et m'en allai à dos de chameau dans le désert vierge. Moi seul y suis allé et c'est pourquoi aucun visage que le mien ne porte les stigmates d'une peur aussi hideuse ; c'est pourquoi je suis seul à frémir la nuit, quand le vent ébranle les fenêtres. Lorsque j'arrivai à la Cité sans Nom, au clair de lune, elle semblait me regarder, dans le calme de son sommeil éternel, froide dans la chaleur du désert.



Howard Philips Lovecraft, La Cité sans Nom (extrait), 1921

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.etudes-litteraires.com/forum/topic492-quel-est-le-poeme-le-plus-court-dans-la-litterature-francaise-p7.html

A propos de: Quel est le poème le plus court dans la littérature française ?

Citation ci-après d'un message extrait du forum littéraire sus-cité:

si certains se posent encore la question de la signification du poème Chantre d'Apollinaire, voici l'interprétation que je [Arthur Dylan] propose :

Chantre
Et l'unique cordeau des trompettes marines.

D'après notre ami Robert, la TROMPETTE MARINE (1670) est un ancien instrument à archet, composé d'une table d'harmonie sur laquelle est tendue une corde. C'est donc une sorte de violon avec une seule et unique corde.

Toujours d'après ce brave petit Robert, un CORDEAU est une petite corde qu'on tend entre deux points pour tracer une ligne droite, aligner.

Nous trouvons donc la notion de corde, et même de corde unique, dans les deux termes principaux du poème. Mais quelle est donc la clef de l'énigme ?

La réponse est dans le titre. Il faut lire ce poème avec son titre.

Chantre - Et l'unique cordeau des trompettes marines

Phonétiquement parlant, cela donne (le "e" de ChantrE étant élidé) :

Chantré l'unique cordeau des trompettes marines

En lisant le poème ainsi, le début du vers ressemble étrangement au mot Chanterelle. Apollinaire fait ici un calembour basé sur l'homonymie entre Chantre et l' et Chanterelle.

Et qu'est-ce qu'une chanterelle ? Demandons à Robert, qui nous répond simplement :
Chanterelle : corde la plus aiguë d'un instrument à corde et à manche.

La trompette marine n'ayant qu'une seule et unique corde, cette corde porte forcément le nom de Chanterelle.

Et voilà, le poème d'Apollinaire est en fait une définition

Chanterelle : unique cordeau des trompettes marines.

CQFD.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guest Blackbird
Est-ce ainsi que les hommes vivent

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
À quoi bon puisque c'est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays.
Coeur léger coeur changeant coeur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes nuits
Que faut-il faire de mes jours
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit.
C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent
Dans le quartier Hohenzollern
Entre La Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un coeur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.
Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.
Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faÏence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu.
Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton coeur
Un dragon plongea son couteau
Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent

Louis ARAGON

http://www.youtube.com/watch?v=743SLm7azKY

:France::masque: :Suisse:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guest Blackbird
131029104736842336.gif

Il Bacio


Baiser ! rose trémière au jardin des caresses !
Vif accompagnement sur le clavier des dents
Des doux refrains qu’Amour chante en les cœurs ardents
Avec sa voix d’archange aux langueurs charmeresses !

Sonore et gracieux Baiser, divin Baiser !
Volupté nonpareille, ivresse inénarrable !
Salut ! l’homme, penché sur ta coupe adorable,
S’y grise d’un bonheur qu’il ne sait épuiser.

Comme le vin du Rhin et comme la musique,
Tu consoles et tu berces, et le chagrin
Expire avec la moue en ton pli purpurin ...
Qu’un plus grand, Goethe ou Will, te dresse un vers classique.

Moi, je ne puis, chétif trouvère de Paris,
T’offrir que ce bouquet de strophes enfantines :
Sois bénin et, pour prix, sur les lèvres mutines
D’Une que je connais, Baiser, descends, et ris.

Paul VERLAINE

Poèmes saturniens

:France: :masque: :Suisse:


Share this post


Link to post
Share on other sites

Le dormeur du val

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Rimbaud , mon poète préféré , j'adore quasiment tout ce qu'il a fait .
Dans un style différent , j'aime aussi les livres des philosophes grecs et des Lumières.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Guest Blackbird

Excellent choix... C'est un très beau poème c'est aussi un de mes préféré...

http://www.youtube.com/watch?v=XB0syDqa2aY

En 1870 le soldats de l'Infanterie Française étaient vêtus d'une capote bleue et d'un pantalon garance... autant dire de très belles cibles pour l'ennemi... qui malheureusement n'avait que l'embarras du choix puisque les officiers eux, outre la veste bleue et le pantalon garance, portaient en bandoulière sur la poitrine, comme le règlement de l'époque l'exigeait, leur caban bleu doublé intérieurement de garance... la partie garance extérieure...

:France: :masque: :Suisse:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah ! C'est pas d'aujourd'hui...

Jean de LA FONTAINE
1621 - 1695

Les Animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu'il faut l'appeler par son nom)
Capable d'enrichir en un jour l'Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis sorti pour le pain et un peu de marche...dans un patelin désert, mais la boulangère était au rendez-vous, avec ses beaux gants bleus et son sourire radieux.

Pas de voitures, à peine vu passer un vélo chevauché par un sportif rebelle,... 

Des oiseaux surpris mais "serins", même les pies...les pies serinent.

Les cerisiers pétalent à fond...

Un air pur, mais les pins pollinisent l'atmosphère -qui s'aventure dans nos poumons...faudrait-il porter un masque?- alors qu'ils feraient mieux de cibler les pommes (pas osé écrire c^...).

Et je me suis pris à repenser à ce bouquin d'Alan Weisman: "Homo disparitus". [ "Regardez le monde actuel autour de vous.Votre maison, votre ville. Les terres alentour, le macadam et le sol qu'il recouvre. Ne touchez à rien, contentez-vous d'extraire les êtres humains. Et voyez ce qui reste."][Un reportage exceptionnel sur le souvenir que l'univers gardera de nous...]

Allez, bonne journée !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toujours à propos de virus... je relis du Barjavel: Le grand secret (édité en 1973 en Presses Pocket). Un virus qui donne une maladie contagieuse: L'Immortalité !

 

Et au passage un hommage à Luis Sepùlveda, mort aujourd'hui 16.04.2020 à Oviedo en Espagne, du coronavirus. Te echaremos de menos.

Ecrivain Chilien, connu par exemple pour son remarquable "Un viejo que leia novelas de amor" (Le Vieux qui lisait des romans d'amour).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  


×
×
  • Create New...