Aller au contenu
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais.
Bourse aux minéraux et fossiles de Beauvais les 23 et 24 mars
olif

Les formes de vie au Protérozoïque inférieur

Messages recommandés

Ce que je vous montre ressemble à de une brèche ; des fragments anguleux, de tailles diverses, du vide, de l'argile, un ciment siliceux ou ferrugineux.

Pourrait-il s'agir d'une brèche de formation récente, du type brèche de pente (agglomérat de débris accumulés au pied d'un escarpement), ou d'une brèche intraformationnelle due à l'altération actuelle d'une couche superficielle par le climat équatorial (voir cliché du deuxième message du 29 mai 2015 de ce même sujet) ?

Non, je vous rassure, cette brèche - car il s'agit bien d'une brèche - s'est formée durant le Paléoprotérozoïque.

Alors quoi ?

Dans quelles conditions cette brèche a-t-elle bien pu se former ?

C'est la question à laquelle je vais tenter de répondre en observant cette zone A de l'échantillon N°6 dans le détail.

Et plus, encore ...

 

 

 

Proterozoic, Paleoproterozoic, breccia, fossils, microfossils, Gabon, 2.JPG

 

 

Vous remarquerez que les images que je suis en train de vous montrer ne ressemblent à aucune autre de celles que vous avez déjà pu voir dans ce sujet.

De la même manière elles ne ressemblent à aucune autre image publiée sur le Paléoprotérozoïque du Bassin de Franceville, du moins à ma connaissance. 

 

 

Proterozoic, Paleoproterozoic, breccia, fossils, microfossils, Gabon, 3.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Je comprends bien que les images que je montre dans le précédent message ne sont pas particulièrement réjouissantes, mais comme les choses sont complexes, il faut bien procéder avec méthode !

Je commencerai donc par ce que l'on voit à l'oeil nu, avant de passer à des images à la binoculaire, pour finir par des images au microscope.

A cette échelle, il est impossible d'en dire plus sur les fractions argileuses, et ferrugineuses.

Observons donc ce qui apparaît en blanc sur les photos et qui est de nature siliceuse.

 

Tout d'abord un agrandissement où l'on voit un morceau de brèche compacte centimétrique contenant des fragment siliceux millimétriques liés par ciment de même nature.

 

 

Proterozoic, Paleoproterozoic, breccia, fossils, microfossils, Gabon, 3.JPG

 

Paleoproterozoic, breccia, close-up, Gabon, 1.JPG

 

 

Ensuite, des fragments.

Il s'agit de morceaux de plaques. 

Chaque morceau présente deux faces approximativement parallèles et approximativement planes, et les bords sont cassés de manière irrégulière.

Leur épaisseur est comprise entre un demi millimètre et un demi centimètre.

Le premier agrandissement montre un fragment de plaque, isolé, et assez gros.

Le second agrandissement montre un empilement d'une dizaine de plaques d'épaisseur millimétrique.  

Le troisième agrandissement montre deux générations de piles de plaques.

 

 

Proterozoic, Paleoproterozoic, breccia, fossils, microfossils, Gabon, 2.JPG

 

Paleoproterozoic, breccia, close-up, Gabon, 2.JPG

 

Paleoproterozoic, breccia, close-up, Gabon, 3.JPG

 

Paleoproterozoic, breccia, close-up, Gabon, 4.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis le début de l'année je me posais beaucoup de questions sur la nature exacte de cette zone A de l'échantillon N°6.

Surtout après l'avoir observé au microscope et avoir observé ce qui me semblait bien être des microfossiles

Mais j'ai eu beaucoup de chance il y a quelques semaines : " Earliest signs of life on land preserved in ca. 3.5 Ga hot spring déposits " , a été publié le 09 mai 2017 par Tara Djokic et al. dans nature communications.

En effet, on retrouve des images exactement semblables dans la zone A de cet échantillon N°6, microfossiles compris.

Et des paragraphes entier de cette publication peuvent être utilisés ici sans en changer une virgule !

Je vous mets ici le lien permettant d'accéder directement à cet article, ainsi qu'une image de sa présentation.

 

https://www.nature.com/articles/ncomms15263

 

 

 

 

Earliest signs of life on land preserved in ca. 3.5 Ga hot spring deposit.JPG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je pense que ceux qui suivent ce sujet se joindront à moi pour remercier les auteurs de l'article suivant ainsi que l'Université de Lille.

Leur nouvelle publication sur les microfossiles des stromatolites du Francevillien est en effet disponible en libre accès.

Mais attention ; vous ne disposez que d'un mois ( jusqu'à fin octobre ) pour en télécharger gratuitement le PDF. 

L' article intitulé " Nanoscale analysis of preservation of ca.2.1 Ga old Francevillian microfossils " parait dans Precambrian Research de ce mois d'octobre.

Je vous mets ici le lien permettant de le télécharger :  http://m6fossils.univ-lille.fr/fr/publications .

NB : il faut cliquer sur " free download unti  nov 2017 ", en mauve et en bas, puis sur " Download PDF " , en bleu et en haut de la page de Precambrian Research qui apparaît.

 

59d2507c6e32b_nanoscaleanalysis1.thumb.JPG.7fad476d55d7dca4f7546602e3c7967c.JPG

59d250a11a552_nanoscaleanalysis2.thumb.JPG.108b6b7de639cf21819e248c78e4e558.JPG

 

Vous l'avez compris, cet article relate les résultats obtenus par l'utilisation des techniques les plus récentes, qui vont maintenant jusqu'à l' échelle du nanomètre, sur les microfossiles des stromatolites qui pullulaient sur les hauts fonds de la mer francevillienne.

Les échantillons utilisés dans cette étude proviennent du même lieu que les échantillons N°1 et N°2  du présent sujet de Géoforum. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une nouvelle suggestion de lecture.

Son titre :" The Paleoproterozoic fossil record : Implications for the evolution of the biosphere during Earth's middle-age".

Et le lien permettant d'accéder directement au PDF de cet article : https://ac.els-cdn.com/S0012825217304890/1-s2.0-S0012825217304890-main.pdf?_tid=b3abd700-bb1f-11e7-92ef-00000aab0f02&acdnat=1509113231_22a100e91f931e46cb845dd2e3910a8d .

NB : il suffit de cliquer sur "Download PDF", puis sur "Article".

Merci aux auteurs et à la revue Earth-Science Reviews pour le libre accès à cet article.

Ce gros travail de synthèse fait le point sur l'état actuel des connaissances dans le domaine cité.

Si vous êtes intéressés, prévoyez un peu de temps pour le lire ... cela en vaut la peine ...   

 

 

The-Paleoproterozoic-fossil-record-Emmanuelle-J.Javaux-Kevin-Lepot-Earth-Science-Reviews-2018-1.thumb.JPG.9c9900a340f73e7437d7b4209793eacc.JPG

The-Paleoproterozoic-fossil-record-Emmanuelle-J.Javaux-Kevin-Lepot-Earth-Science-Reviews-2018-2.thumb.JPG.725dc217c4fa140d5f0df24bd3c1ecc1.JPG

 

Bonne lecture .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Reprenons ... 

Les dernières images de l'échantillon N°6 que j'ai postées dans ce sujet vont bientôt remonter à plus de cinq mois.

Je montrais alors ce qu'il était possible de voir à l'oeil nu dans la zone A de cet échantillon N°6.

Et j'avais fait part des conclusions auxquelles j'en était arrivé.

Aujourd'hui, ces conclusions n'ont absolument pas varié.

Mais je me suis aperçu que ce que j'appelle la zone A s'étend en fait sur tout un côté de cet l'échantillon N°6.

Les même constituants, de même nature, présentent les mêmes images, mais, sur quelques centimètres carrés, les proportions varient.

Je mets donc ci-après un cliché avec échelle de ce qui constitue maintenant la zone A de l'échantillon N°6.

 

59f7411a3040c_Paleoproterozoic-francevillian-franceville-Gabon-N6.thumb.jpg.f7d9c6afe4dc0c2f6c167316b265692a.jpg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La zone A de cet échantillon N°6 est d'une complexité redoutable, et sa compréhension une tâche ardue.

Pour partager ici son observation, il faut procéder avec méthode : je vais donc passer en revue tous les types d'éléments constitutifs de cette brèche.

Nous commencerons par ce qu'il y a de plus simple et de plus facilement reconnaissable : les grains de sable.

Ensuite, nous observerons l'argile, ou plutôt les argiles.

Puis les éléments de nature ferrugineuse ; il y a des choses intéressantes.

Puis les éléments de nature siliceuse.

C'est au sein de ces derniers que se trouve ce qu'il y a de plus complexe, de plus intéressant : ce qui fait le titre de ce sujet.

Pour chaque type d'élément, je donnerai dans le mesure du possible plusieurs exemples.

Pour chaque exemple, la première image sera une vue de près sur laquelle se trouve une flèche en plastique bleu pointant vers lui.

Cette flèche mesure exactement vingt millimètres de longueur pour cinq millimètres de largeur.

Cela permet de situer l'emplacement de ce qui est observé en se rapportant au cliché de la zone A que j'ai posté le 30 octobre.

Cela permet également de se faire une idée de la taille de ce qui est observé.

Pour chaque exemple, le seconde image sera prise à la binoculaire et présentera des angles de couleur noire.

La diamètre du champ photographié est de dix millimètres, ce qui, sur l'échantillon, correspond, à la distance qui sépare, en diagonale,  deux coins noirs opposée.

Pour chaque exemple, les images suivantes seront des vues encore plus proches.

 

Les grains de sable.

 

Si je commence par les grains de sable, c'est que ce sont les seuls éléments constitutifs de cette brèche qui soient familiers à tout le monde.

Ils sont très peu nombreux ; depuis le début de mes observations, je n'ai pas pu en identifier formellement plus d'une dizaine.

Pas question de faire des statistiques avec un si petit nombre d'objets, mais les plus gros que j'ai vus mesurent environ un demi millimètre de diamètre.

Si je suis formel quant à leur identification, c'est que ceux que j'ai retenu présentent un aspect qui ne peut pas prêter à confusion ; ils sont très roulés.

Ils sont tous en quartz ; blanc, translucides, ou carrément incolores.

Ils sont tous emballés dans de l'argile, même si quelques uns sont bloqués par de l'hématite.

Aucun dans un élément de nature siliceuse ... Impossible à repérer.

Le matériau dont ils sont faits doit son origine à l'orogenèse eburnénne qui est responsable de l'érection de massif du Chaillu.

Durant le Paléoprotérozoïque l'érosion de ce massif a produit une quantité considérable de sédiments, dont du sable, qui se sont déposés, en proportions variables, dans toute la série du Francevillien.

Mais dans le cas présent, ces grains de sable sont des objets étrangers qui ont été importés tels quels dans le milieu où ils se sont déposés il y a deux milliards d'année et où nous les voyons maintenant.

Et ils se sont déposés là où c'était le plus calme, et où de l'argile s'est également déposée.

Si je dis qu'ils ont été importés, c'est que le milieu où s'est formée cette brèche était situé sur la terre ferme durant le Paléoprotérozoïque ; cette brèche est une formation de surface d'un champ hydrothermal.

Donc, rien à voir avec un dépôt sédimentaire "classique".

La présence de ces grains de sable dans la zone A de l'échantillon N°6 n'est due qu'aux soubresauts des fluides hydrothermaux dans le sous-sol ; ces derniers les ont empruntés à leur dépôts d'origine avant de les véhiculer vers la surface.

Place aux images ...

Premier exemple :

 

5a43dfab5ee8d_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-11.thumb.JPG.9dd17618ecd91f6d6b861e290f49cd33.JPG

 

 

5a43dffb730d3_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-12.thumb.jpg.62f11dddf1ecdb9c2bc78ebb6aefe056.jpg

 

 

5a43e04ab8a4c_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-13.thumb.jpg.f7670966c4bccca0085c60788891db0c.jpg

 

Deuxième exemple :

 

5a43e0e7b7886_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-21.thumb.JPG.a31b8751ba337e38a8d862e57bb5b046.JPG

 

 

5a43e11cd77fa_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-22.thumb.jpg.40d05f486ee3fe925aa92e08ef055cf4.jpg

 

 

5a43e14ad926d_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-23.thumb.jpg.781e4c1b74889a52e4ca756d7d23e74b.jpg

 

Troisième exemple :

 

5a43e1ebc48ba_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-31.thumb.JPG.21f3b35d91f0051fb387789c5e384bd0.JPG

 

 

5a43e22e0204b_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-32.thumb.jpg.e1c582515d37f454b5025394570da16d.jpg

 

 

5a43e26835e25_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-sand-grains-33.thumb.jpg.fdcee147687e49bf17a32f7fc8ba2fc5.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un grain de sable arrondi signifie qu’il a été transporté dans un milieu aquatique, pendant longtemps.

Qu’il soit une exception dans un milieu de dépôt non sableux traduit l’éloignement de la source.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'argile.

 

Elle se rencontre un peu partout dans cette zone A de l'échantillon N°6 ; d'ailleurs vous avez déjà pu en voir de près dans les photos précédentes.

Durant le Paléoprotérozoïque, son dépôt a comblé les interstices séparant les différents éléments de la brèche. 

Si actuellement elle est surtout visible au fond des cavités et des dépressions, c'est que j'ai nettoyé l'échantillon N°6 au moyen d'un jet d'eau froide avant de lui faire rejoindre la France.

Heureusement, la quantité d'argile qui n'a pas été éliminée est amplement suffisante pour son observation.

C'est une argile ferrugineuse, et, selon les endroits, sa couleur varie du rouge au jaune en passant par le orange.

Parfois même sa couleur s'éclaircit jusqu'au beige lorsque la teneur en composés ferriques diminue.

Après avoir observé cette argile quelques temps, on se rend compte qu'il en existe en fait deux types.

le premier type d'argile correspond à une argile qui n'a pas évolué depuis le Paléoprotérozoïque.

Durant cette période, elle s'est déposée, puis a subit une diagenèse qui l'a lithifiée.

On la reconnait au fait qu'ayant perdu ses propriétés de dilatation et de rétractation en fonction de sa teneur en eau, elle ne présente pas de craquelures récentes.

On la reconnait également au fait qu'elle peut être parcourue par des fissures anciennes qui ont été remplies de silice au cours de le diagenèse.

Le second type d'argile résulte de l'altération récente du premier type d'argile par le climat équatorial.

On la reconnait au fait qu'elle présente des craquelures récentes (elles ne sont pas minéralisées) : l'échantillon N°6 est maintenant au sec dans un carton depuis bientôt trente ans.

On la reconnait également également au fait que cette altération sur place a démantelé les fissures silicifiées qui s'y trouvaient.

Les débris de ces dernières donne l'impression que cette argile est mélangée à du verre pilé.

Quelle est l'origine de ces argiles ?

La présence de ces argiles est intimement liée au fonctionnement de ce système hydrothermal ; mais nous verrons cela plus tard.

Maintenant, les images pour illustrer ce que je viens de dire.

D'abord quatre exemples d'argile du premier type, suivis de deux exemples d'argile du second type.

 

Argile du premier type : premier exemple.

 

5a4615fd0e5da_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-11.thumb.JPG.b42e15e384837a955221ec80020086f7.JPG

 

 

5a4617720f331_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-12.thumb.jpg.d0eeba31b12c359eedf22b9cd3766da8.jpg

 

 

5a4617b3c2c18_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-13.thumb.jpg.2574fffde68c3b073d3970b2b9eeaaf4.jpg

 

Argile du premier type : deuxième exemple.

 

5a4618496bf69_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-21.thumb.JPG.8d277e514862a346e4e4dbfe8a5493a3.JPG

 

 

5a46188b6e156_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-22.thumb.jpg.4c240831e8248af2ebc4c7e85ee74168.jpg

 

 

5a4618b9186f3_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-23.thumb.jpg.bbff752173d57c6c56734b6a37c2e089.jpg

 

Argile du premier type : troisième exemple.

 

5a46193c4954e_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-31.thumb.JPG.126320347ed41631ce7796b3637bca81.JPG

  

 

5a4619bd83c20_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-32.thumb.jpg.7d854a271e7f28ba173a3badd8e4093a.jpg

 

 

5a4619ed224b3_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-33.thumb.jpg.eb88a420c1f66272df4ad90bac310800.jpg

 

Argile du premier type : quatrième exemple.

 

5a461a6900d82_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-41.thumb.JPG.0cb0c39ecf6d03f9c35f732c760e3f9b.JPG

 

 

5a461aa3e545b_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-42.thumb.jpg.dd09bcd534a5b40b5a874d0b855fa6d6.jpg

 

 

5a461ae555348_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-43.thumb.jpg.c7efbe23c7c545945e91026d6e597005.jpg

 

Argile du second type : premier exemple.

 

5a461b89140ae_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-51.thumb.JPG.0ed61e7f3325ae729552a3b349c76f83.JPG

 

 

5a461bc2aca87_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-52.thumb.jpg.545957a7cd45d20bd164204ff623bc94.jpg

 

 

5a461c1b70793_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-53.thumb.jpg.98e9e08bc35e140f74cb0999005c0628.jpg

 

Argile du second type : deuxième exemple.

 

5a461cd0cebea_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-61.thumb.JPG.90cae147753ec5039bea6fc92d3191da.JPG

 

 

5a461d121195a_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-62.thumb.jpg.8f6a241c4015c828c460483bf51fedd4.jpg

 

 

5a461d504b212_Paleoproterozoic-hot-spring-deposits-Gabon-N6-clay-63.thumb.jpg.2bfd67eb754617bb5ea401bb73a4dcb5.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Déjà un an que j'observe cet échantillon N°6 ; je commence à mieux le connaître !

De nouvelles convictions sont venues compléter celles dont je vous ai déjà fait part :

- à l'exception de l'argile et des grains de sable, tous les éléments de cet échantillon N°6 se sont formés en présence d'une intense activité microbienne.

- toujours à l'exception de l'argile et des grains de sable, la formation de la plus grande partie de cet échantillon N°6 s'est effectuée sous l'influence directe de cette intense activité microbienne.

Si je me permets d'affirmer cela, c'est que j'ai des arguments solides, dont des microfossiles,  mais pas seulement.

Il est possible de retrouver ces microfossiles un peu partout : dans les éléments de nature ferrugineuse, dans les éléments de nature siliceuse et dans l'argile, mais les surfaces où ils sont clairement reconnaissables ne mesurent à chaque fois que quelques fractions de millimètre carré. 

Heureusement, là ou ils sont bien conservés, ils sont nombreux !

Il semble même se dessiner le fait qu'il existe plusieurs microbiotes (au moins deux).

On pourra en discuter, mais cela se tient :

- micro milieux différents

- conditions physico-chimiques différentes

- diagenèse précoce, différentes

  

Pour vous faire patienter et égayer ce message, une petite photo que je n'espérait même plus ; un grain de sable incorporé dans une plaque siliceuse.

En haut, à droite, de l'hématite.

A gauche, un fragment de plaque siliceuse.

A droite, le fragment de plaque siliceuse dans lequel est inclus le grain de sable (au milieu).  

A noter.:

- les plaques possèdent une propriété optique particulière ; elles sont opalescentes.

  C'est normal ; il s'agit d'opale.

  Et cela est cohérent avec un dépôt de surface d'origine hydrothermale.

- Le grain de sable ne possède pas cette propriété optique, et c'est le contraste qui en résulte qui m'a permis de le repérer.

  Mais il possède un "poli miroir" comme celui du troisième exemple du message précédent.

 

 

5a7df2eca97d3_Paleoproterozoic-hot-springs-deposits-N6-sand-grain-siliceous-sinter-Gabon.thumb.JPG.5a1eb681bf81bc13dbc893bd146f938b.JPG

    

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les empilements de lamines.

 

Si je poursuis avec cet éléments de la brèche, qui est de nature siliceuse, c'est tout simplement que ce messages est prêt.

 

Ce fragment composant la brèche de la zone A de l'échantillon N°6 se remarque au premier coup d'oeil ; il est visible sur certaines images des messages précédents.

Sa surface est une cassure fraîche qui coupe perpendiculairement un empilement de lamines.

Ce détail, est un avantage certain pour son observation.

Mais deux autres détails constituent des inconvénients pour son observation :

- le fragment en question est localisé au fond d'un trou,

- sa surface visible est inclinée par rapport à la surface moyenne de la zone A.

Conséquence : plus l'observation se fait à petite échelle, plus c'est compliqué !

 

Dans les champs hydrothermaux, l'eau chaude qui jaillit, éclabousse, ruisselle, circule ou stagne, est très riche en minéraux dissous, et en particulier en silice.

En raison de la décroissance rapide de la température de l'eau au fur et à mesure que l'on s'éloigne du lieu de jaillissement, cette silice se dépose très rapidement sur toutes les surfaces rencontrées.

La prolifération microbienne sur tous les supports disponibles dans ce milieu entraîne, elle,  une augmentation de la surface disponible pour le dépôt de la silice.

La prolifération microbienne est sujette  à des cycles temporels.

Ainsi se forment ces lamines.  

 

5a9572f0a0c15_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-1.thumb.JPG.891821319e7d254655d5cf1b13fe910b.JPG

 

5a9573239aff5_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-2.thumb.jpg.21b1ea838ce3f7ca09bf3165e4446ba7.jpg

 

5a957351160b0_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-3.thumb.jpg.93d05d587557dbc9e1b3fa45e401356f.jpg

 

5a95737b45012_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-4.thumb.jpg.594d10d511442119c2e6fcb6774688cf.jpg

 

5a9573acb626a_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-5.thumb.jpg.e6caffa870626c4b6a276226c1a17dd7.jpg

 

Les biofilms et les microbes qu'ils contiennent peuvent rapidement être effacés lors de la pénétration de la silice et du remplacement de la matière organique.

L'intensité de ce phénomène est maximum au niveau de l'évent hydrothermal, là où le température et la concentration en silice sont maximum.

Comme la température et la concentration en silice, ce phénomène diminue rapidement au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'évent.

Dans le cas de cet empilement de lamines, il ne reste plus que les fantômes des microbes qui étaient présents.

Ces fantômes sont des ombres en trois dimensions qui dessinent plus ou moins fidèlement les contours des micro-organismes disparus.

Ces miro-organismes ont tout d'abord immédiatement servi de support pour le précipitation de la silice.

Puis la silice a tout recouvert, tout envahit, et a remplacé la matière organique dont ces micro-organismes étaient constitués.

Mais le nombre, la répartition, la forme de ces fantômes ne permettent aucun doute ; ces fantômes correspondent bien à des traces laissées par des micro-organismes !

 

5a9573f1be8be_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-11.thumb.jpg.ab688b46fc796a0841afb70fe7177c3d.jpg

 

Pour comparer.

la première image ci dessous a été obtenue en utilisant le logiciel de "focus stacking" "combine ZP".

Cette image permet d'avoir une vision nette sur toute la surface du cadrage et de repérer où se trouvent les fantômes.

les six photographies suivantes montrent le même cadrage avec des mises au point successives.

Seule cette succession d'images permet d'apprécier le forme en trois dimensions des fantômes.

Observer en particulier les fantômes situés à l'intérieur de la lamine sombre, au dessus de la barre d'échelle.

 

5a95752a56bc3_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-21.thumb.jpg.89e0393b7b5bf0b334ddf8df4d58f6d0.jpg

 

5a957567caacb_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-22.thumb.JPG.9567f2cdc6fe138040590b7ca6a3d785.JPG

 

5a95758dbd083_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-23.thumb.JPG.4d8fc1d1b78564ac5dca620f5dece35b.JPG

 

5a9575b40eb9e_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-24.thumb.JPG.bc3d6719edfcdbbc0a8264b746475ab0.JPG

 

5a9575e2a9a2a_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-25.thumb.JPG.15dc6b62bddf0f966874784b7c19a6b1.JPG

 

5a957627a9173_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-26.thumb.JPG.ed5f26a3cb96f78f60d8f44660cf7023.JPG

 

5a9576601e8ea_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-27.thumb.JPG.700e6d6798bbb0be90d5335825841295.JPG

 

Pour vous faire une idée plus précise.

Je vous mets ci dessous une dizaine de clichés dont l'ensemble est représentatif des fantômes que l'on peut voir dans cet empilement de lamines. 

NB : clic = plus grand.

 

5a9577643c2c6_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-31.thumb.JPG.c9e2e4e6349ae263b66ad7d8abaa18d6.JPG

 

5a95778048159_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-32.thumb.JPG.3c32e77f119ba267a9081f5958062957.JPG

 

5a95779d97688_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-33.thumb.JPG.497b9a64804b0a0e9796090ca01c445c.JPG

 

5a9577b683e81_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-34.thumb.JPG.8051e71f9b273fa369d3ad6d8ced9dba.JPG

 

5a9577f42c596_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-35.thumb.JPG.c976e2c8bd2a6a623c3565cbb4a5c3af.JPG

 

5a95781797014_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-36.thumb.JPG.15a199e8ffacc66646cef6e25f0704ce.JPG

 

5a95783c4d9d4_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-37.thumb.JPG.52e1b17fead2b13b274ca8d5cb6d9c4b.JPG

 

5a95785b1c8ce_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-38.thumb.JPG.5d36dc63dda99f52b2284e7ea3ce3608.JPG

 

5a9578779925d_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-39.thumb.JPG.4bf8c7f57d1d30af99c05d47d8b55d9e.JPG

 

5a957890f3580_Hot-spring-deposits-N6-siliceous-sinter-laminae-Franceville-basin-Gabon-40.thumb.JPG.9f64d52c5cb21f946f1d37deb58bd13d.JPG

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un an déjà depuis mon dernier message ...

Quoi de neuf ?

Eh bien, il y a cela https://www.pnas.org/content/early/2019/02/05/1815721116

Et c'est effectivement tout neuf.

Ce n'est pas en libre accès, mais vous pouvez en avoir un aperçu ici https://news.cnrs.fr/articles/life-was-already-moving-21-billion-years-ago

Ou encore ici http://www.cnrs.fr/en/discovery-oldest-evidence-mobility-earth-0

Des ichnofossiles de déplacement d'organismes dans les sédiments du Francevillien !!! 

Cela vous parait incroyable ?

Pourtant cela semble vrai.

Et même cela ne m'étonne pas du tout.

 

D'ailleurs, les petites bêtes de mon précédent message se déplaçaient bien, et en meute !

Je n'ai pas le temps de rentrer dans les détails, mais j'ai les ai identifié.

Et finalement, ces fantômes ne sont pas si mal conservés que ça (mais j'ai plus d'images).

Un indice pour ceux qui seraient intéressés ; sur la septième photo du message précédent, ainsi que sur la seizième, il y a une tâche de couleur vert fluo.

Cette tâche n'est pas un artéfact, elle représente un petit cristal de phosphate d'uranium et de calcium hydraté https://fr.wikipedia.org/wiki/Autunite 

Et sa cristallisation à cet endroit à partir des éléments présents dans le milieu s'est justement effectuée sous l'influence des petites bêtes en question.

Mais, comme d'habitude, cela n'est que mon opinion.

 

Comme un message sans image n'est pas très attrayant, je mets ci après une planche montrant des coupes transversales des filaments des microfossiles de l'échantillon N°'4

 

microfossils_Franceville_Basin_Gabon.thumb.jpg.cf9302a035474c5e7b5f666f5819c967.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dès à présent disponible en libre accès.

 

-> https://www.researchgate.net/publication/331035514_Organism_motility_in_an_oxygenated_shallow-marine_environment_21_billion_years_ago

 

Merci aux auteurs.    :sourire:   :sourire:   :sourire:

 

 

Toujours pour égayer ...

Une petite planche montrant des vues de plus en plus rapprochées de l'échantillon N°4

Les images de cette planche témoignent d'une succession d'événements.

A savoir

- dépôt d'une masse de matière organique

- formation de cristaux d'halite (chlorure de sodium)

- formation de cristaux de pyrite (sulfure de fer) par sulfatoréduction

- prolifération de micro organismes à la surface de certains cristaux de pyrite

- déshydratation du sédiment alentour et apparition de craquelures   

- comblement progressif de ces craquelures par du gypse fibreux (sulfate de calcium)

- pseudomorphose de l'halite en silice

- pseudomorphose du gypse en silice 

- épigénisation des micro organismes en silice

Question : quel est le bon enchaînement chronologique pour tous ces événements, avec quand même un raisonnement cohérent ?

Pour ma part, je n'ai trouvé aucune réponse entièrement satisfaisante ...

 

microfossils_halite_gypsum_pyrite_Francevillian_Gabon.thumb.jpg.4648879f25b16260c0a8796b003ceacb.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.



×
×
  • Créer...