Jump to content

Votre contexte géologique


Kayou
 Share

Recommended Posts

Avant d'interpréter, commençons déjà par présenter des éléments d'observation, parce que l'observation est objective.

 

Le 09/08/2017 à 15:07, STR a dit :

En fait, dans tout le Campanien du Chaînon de Saint Chinian, il existe des dépôts d'argile, et pas simplement entre les bancs d'oncoïdes.

Et l'argile, ça gonfle quand c'est humide, et ça se rétracte quand ça sèche. Certaines oui, d'autres très peu ; mais sur cette photo, ce n'est pas plutôt un sol ? De quoi parle-t-on ? Des vieilles argiles contenues en proportions variables dans les sédiments mésozoïques ou des argiles récentes des formations superficielles ?

 

2.thumb.jpg.a06f249326ef14428c9f6da88366af53.jpg 

 

598b01fcc1cc5_4gypse_Trias_Montagne_Noire.thumb.jpg.1f67cdea20b636a218225a016ae5f824.jpg

 

Jolis petits plis isoclinaux, mais sans orientation, pas évident de leur faire dire quelque chose.

 

Le plus évident : quand une fissure ou faille séparant deux compartiments n'est pas minéralisée, c'est de l'actuel, c'est l'érosion qui démantèle tout ce qui se trouve à proximité de la surface.

Du moins, en principe ...

Quand une fracture/fissure/faille est minéralisée, c'est ancien.

Mais comment savoir de quand ça date ?

Si je peux me permettre, tu te bases sur tes observations dans un secteur spécifique, et tu généralises. La façon scientifique de raisonner est plutôt de partir d'une généralité, d'une règle, et de la confronter à des observations effectuées sur un secteur particulier.

Voilà deux généralités, qui, je pense, peuvent expliquer en partie ce que tu observes :

- s'il y a un remplissage minéral, c'est qu'il y a eu de la place, donc que les deux blocs se sont écartés.

- durant leur fonctionnement, les failles suivent le cycle sismique : de l'énergie (élastique) est accumulée dans les roches aux abords de la faille, à un moment donné elles cassent et la faille "joue", puis la surface se ressoude, et ça recommence. En fait, les surfaces de faille sont souvent minéralisées, avec des minéraux (ré)orientés dans le sens du glissement ; on peut parfois les dater et donc dater l'activité de la faille. Sinon, quand le rejet est suffisant, on peut les dater relativement comme tu l'as dit avec le jeu du "qui recoupe qui".

 

il de fait aucun doute pour moi que les précipitations exceptionnelles qui ont entraîné la formation de ces bancs de grès et de conglomérats se produisaient, en fait, assez fréquemment ; sans doute annuellement.  

Si mon point de vue est le bon, c'est un bon indice d'un taux de sédimentation élevé. Comment le prouver ? Que dit la biblio sur le sujet ?

 

Ma conviction est qu'une partie des évaporites du Trias a migré dans le Campanien, sans doute lors de la mise en place des écailles et de la structuration du Chaînon de Saint Chinian. Les évaporites ne s'échappent pas de la pile sédimentaire sous l'effet des contraintes pour aller se balader sur le Campanien, on est d'accord ? :content: Il peut exister des contacts anormaux dus à la tectonique, mais c'est pas réservé qu'au Trias ; les unités tectoniques qui contiennent le Trias et tout le reste bougent dans leur intégralité.

Par contre, cela a été bien suffisant pour faire migrer des sels comme le gypse, soit par fluage, soit par transport sous forme dissoute dans des fluides. Sous forme dissoute, oui.

 

Premier exemple : gypse ayant rempli les fentes de dessiccation d'une argile du Campanien. Des photos en place ?

Ne me demandez pas comment cela a bien pu être possible, car je ne le sais pas. Tu as dit que le gypse peut être transporté sous forme dissoute ? Ça a sûrement été le cas ici.

 

Ces derniers éléments sont bien plus intéressants, parce qu'ils montrent que du gypse (sous forme dissoute) à circulé dans les sédiments campaniens et qu'il est lié à la fracturation ; trois questions se posent alors, son origine (et là, dans l'état de nos connaissances, on tombe d'accord pour pointer du doigt le Trias), l'époque de la fracturation et l'époque de cette circulation de fluide (si contemporaine de la fracturation, alors d'âge pyrénéo-alpin ou diagénétique).

On retombe sur le problème de la différence fracturation diagénétique/tectonique.

Si ces objets "gypseux" sont une exception dans le Campanien, ce serait intéressant de les localiser sur une carte géol et structu du coin, histoire de mettre en évidence d'éventuelles zones de circulations préférentielles.

Link to comment
Share on other sites

Le 09/08/2017 à 15:07, STR a dit :

 

 

 

 

 

Deuxième image, toujours dans le secteur : les évaporites, sous pression, elles deviennent plastique.

 

 

 

598b01fcc1cc5_4gypse_Trias_Montagne_Noire.thumb.jpg.1f67cdea20b636a218225a016ae5f824.jpg

 

 

 

 

 

 

Salut, je ne pense pas que ce soit la pression qui ai provoqué ces plis.

 

Je vois ici une structure enterolithique commune des sols a gypse de Sabkha.

https://www.researchgate.net/publication/227504667_Deposition_and_early_alteration_of_evaporites

 

Link to comment
Share on other sites

Dans "votre contexte géologique", il y a le mot "contexte".

Pour la biblio (textes, coupes, cartes) du contexte du Chaînon de Saint Chinian" je pense que les références déjà citées doivent suffire.

Tectonique, décollement/charriage, trias (keuper) = "couche savon", etc...

Voici, toujours dans le même contexte, des photos prises dans les anciennes plâtrières de Creissan... 

http://www.geoforum.fr/topic/27395-le-patrimoine-geologique-du-languedoc-roussillon/?do=findComment&comment=612969

http://www.geoforum.fr/topic/25786-2-ou-3-choses-qui-ont-meuble-la-journeesans-compter-le-repas/?do=findComment&comment=613010

 

b4b.thumb.jpg.9b7be36d125232a375d57654675847e6.jpg

 

b4.thumb.jpg.246391dc201fde4550154c116ffdb2cc.jpg

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Chose promise, chose due ...

Je vous invite donc à une petite visite de la minéralogie du "pisolithe de musée" du Chaînon de Saint Chinian de mon message du 26 juillet.

La minéralogie n'est pas vraiment mon truc, donc, si ce que j'ai écrit vous contrarie, n'hésitez pas à me le faire savoir.

Je vais montrer des couples de deux images prises au microscope.

La première image de chaque couple à une largeur de 1.25 millimètres , et la seconde une largeur de 0.5 millimètres.

Ces images ne sont pas de très bonne qualité ; pour avoir mieux, il aurait fallu combiner plusieurs images avec un logiciel adéquat, mais cela demande du temps, et le temps, c'est ce que j'ai le moins ! 

 

Commençons donc par l'observation et l'interprétation de ce que l'on peut voir sur chacun des deux hémisphères de ce pisolithe.

 

>>>>> Premier couple d'images.

 

Première image ; donc largeur = 1.25 mm.

Au centre, trois cristaux limpide  de couleur jaune miel. 

En haut, à peu près au milieu, un groupe de cristaux brillants, noirs, et opaques.

En bas, une fissure dont on aperçois ce qui reste du matériau très blanc qui l'a comblé.

 

Deuxième image ; donc largeur = 0.5 mm.

Gros plan au centre de l'image précédente.

Des trois cristaux limpides de couleur jaune miel, celui en haut à droite est le plus visible sur cette mise au point.

On voit également mieux la surface générale où se mêlent des plages tirant vers le noir, opaques, sombres, mais parfois brillantes, et des plages tirant vers le rose orangé,  semblant translucides, avec quelques cristaux, comme à gauche, à mi hauteur.

Mais, le plus intéressant sur cette image, ce sont les cristaux noir, opaques et brillants.

Dans le quart supérieur gauche on voit briller la surface hexagonale de deux octaèdres tronqués.

Dans le quart inférieur  droit on voit briller la surface octogonale d'un cube tronqué. 

Pour moi il s'agit il s'agit de cristaux de pyrite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrite .

Mais ils sont maintenant pseudomorphosés en un composé ferrique.  

 

11a.thumb.JPG.91419c9472137e6f9f754f624a834f9a.JPG

 

 

11b.thumb.JPG.c99a45ea59c7d5882a7175d8ef3d9daf.JPG

 

 

>>>>> Deuxième couple d'images.

 

Ce sont des vues du composé translucide de couleur rose, dont on devine quelques cristaux non reconnaissables.

On se rend compte que ce matériau forme un  encroûtement de faible épaisseur.

Pour moi, il s'agit de rhodochrosite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rhodochrosite .

 

12a.thumb.JPG.66c5d22913bfcf9ab26fa25d1b00aa47.JPG

 

 

12b.thumb.JPG.1ab322e310e8c8871542d3fe489ac85d.JPG

 

 

>>>>> Troisième couple d'images.

 

On voit également, plaqués à la surface des hémisphères de minuscules cristaux à l'éclat adamantin.

Quelque soit la position de l'éclairage, quelque soit la position de l'échantillon, ces cristaux sont tellement brillants qu'ils apparaissent comme des trous blancs dont on ne voit que le contour.

C'est pour cela que je pensais à goethite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Goethite , ou lépidocrocite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lépidocrocite .

Mais sans certitude aucune.

 

13a.thumb.JPG.e9310fa94cbac33643fc9f1acf951d18.JPG

 

 

13b.thumb.JPG.8bb5c4b513555fdbcf84d985efa69494.JPG

 

 

>>>>> Quatrième couple d'images.

 

Comme sur la première image de ce message, on peut voir que des fissures situées sur les deux hémisphères de ce pisolithe ont été remplies par un minéral de couleur blanche, qui réfléchi beaucoup la lumière, et qui est suffisamment soluble pour qu'il n'en reste plus qu'au fond des fissures ( l'échantillon a été trouvé dégagé à la surface du sol ...).

D'ailleurs, sur la première image, un petit fragment qui est en train de s'échapper de la fissure présente un aspect caractéristique de ce phénomène de dissolution.

Pour moi, il s'agit donc de gypse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gypse .

 

14a.thumb.JPG.6b8ff44f8df0aa27eb143ba6c1cf1361.JPG

 

 

14b.thumb.JPG.5caf14cb6774a970c60580bff6fc753f.JPG

 

 

 

Poursuivons par l'observation et l'interprétation de ce que l'on peut voir entre les deux hémisphères.

 

>>>>> Cinquième couple d'images.

 

Les deux images suivantes montrent une surface approximativement perpendiculaire à la fissure.

Elles mettent en évidence l'alternance de la minéralisation qui s'est produite lors du remplissage de cette fissure.

Le dépôt de calcite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Calcite a alterné avec le dépôt d'un minéral sombre et opaque, composé du fer ou du manganèse.

Cette alternance n'a cessé qu'avec l'arrêt complet du jeu de la faille.

 

21a.thumb.JPG.24a2cbed60f23e482f016eb9d05e0e4d.JPG

 

 

21b.thumb.JPG.bc730b98e04ad820078efb0e70abc14c.JPG

 

 

>>>>> Sixième couple d'images.

 

Dans ce cas, la surface visible est approximativement parallèle à la fissure.

La plus grande partie de ce qui est visible est de la calcite.

Sur la première image on remarque surtout un élément parasite actuel imprévu ; oublions-le.

On devine également en grossissant cette première image la présence de petits cristaux colorés en rose : rhodochrosite, ou en jaune : un autre minéral.

Au centre des deux images se trouve un cristal prismatique dont l'extrémité est facettée.

Le minéral dont il est constitué est noir, opaque, et très brillant.

Il s'agit là encore d'un composé du fer ou du manganèse.

On a le choix entre hématite, manganite, pyrolusite :https://fr.wikipedia.org/wiki/Hématite ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrolusite ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Manganite

Je ne vois guère d'autre candidat possible.

 

22a.thumb.JPG.4cb96e21d15b977563634d6c201994a1.JPG

 

 

22b.thumb.JPG.3f9424fa7253e40c1078b5b6830f259e.JPG

 

 

>>>>> Septième couple d'images.

 

Toujours dans la calcite remplissant la faille.

Les deux images montrent en leur centre un groupe de cristaux, translucides, de couleur jaune miel, qui, bien que de morphologie différente, appartiennent bien au même minéral.

Et ce minéral, c'est de la sidérite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sidérite .

On remarquera également en surface de ces cristaux de sidérite une résille d'un composé noir opaque, sans doute ferrique.

Cette sidérite, on la retrouve sur tout l'échantillon, regardez le premier couple d'images.

 

23a.thumb.JPG.28c2365e535b18487c75c5c2263f4188.JPG

 

 

23b.thumb.JPG.6f6525217e22e211b7edeb2056d5b37b.JPG

 

 

 

>>>>> Huitième couple d'images.

 

Un autre groupe de cristaux de sidérite qui, là aussi, se présentent sous différents habitus. 

L'altération de la sidérite de l'extrémité des deux plus gros cristaux du groupe en un composé ferrique est particulièrement évidente.

 

24a.thumb.JPG.5752d066d3a724e4f892156550e832ce.JPG

 

 

24b.thumb.JPG.b12f8ee75e6bc70ddb4ecaae117c13e7.JPG

 

 

 

>>>>> Neuvième couple d'images.

 

Au milieu de la première image se succèdent verticalement plusieurs cristaux de sidérite.

Toujours au milieu de la première image, mais en haut, se trouve un cristal prismatique à extrémité facettée, noir, opaque, brillant, identique à celui montré dans le sixième couple d'images.

 

Le gros plan de la seconde image présente des aspects typiques des cristaux de sidérite.

 

25a.thumb.JPG.2940c9c61f3ac6e2218847bb86366650.JPG

 

 

25b.thumb.JPG.95b31c67d59955f9e6db0d93bf745e9b.JPG

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 10 heures, STR a dit :

 

>>>>> Cinquième couple d'images.

 

Les deux images suivantes montrent une surface approximativement perpendiculaire à la fissure.

Elles mettent en évidence l'alternance de la minéralisation qui s'est produite lors du remplissage de cette fissure.

Le dépôt de calcite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Calcite a alterné avec le dépôt d'un minéral sombre et opaque, composé du fer ou du manganèse.

Cette alternance n'a cessé qu'avec l'arrêt complet du jeu de la faille.

 

21a.thumb.JPG.24a2cbed60f23e482f016eb9d05e0e4d.JPG

 

 

21b.thumb.JPG.bc730b98e04ad820078efb0e70abc14c.JPG

 

 

>>>>> Sixième couple d'images.

 

Dans ce cas, la surface visible est approximativement parallèle à la fissure.

La plus grande partie de ce qui est visible est de la calcite.

 

22a.thumb.JPG.4cb96e21d15b977563634d6c201994a1.JPG

 

 

 

Tu es sur que c'est de la calcite?

Link to comment
Share on other sites

Les trois dernières images de Kayou présentent une version ancienne !

Je vous présente une version actuelle : la table de campinq écologique, durable, et même recyclable.

C'est bien sûr toujours de l'Hettangien du Chaînon de Saint Chinian.

 

DSCN6676.thumb.JPG.c3b0cc79190802370174f8ab2bb58484.JPG

 

 

DSCN6681.thumb.JPG.37257c8ab1dfafe3568dc1a7405a59f9.JPG

Link to comment
Share on other sites

Il y a 12 heures, jean francois06 a dit :

Tu es sur que c'est de la calcite?

 

Détection des carbonates : une micro-goutte de HCL à 7 ou 8 % déposée sous la loupe 10X dans la zone : effervescence +++

Je n'ai effectué ce test qu'une fois car vu la taille de l'échantillon je n'avais pas trop la place, mais le résultat ne m'a laissé aucun doute.

Comme le minéral est toujours là, il n'a pas été trop sensible à la dissolution par les eaux de pluie ( comparer avec le gypse).

C'est un carbonate en cristaux  incolores à blancs.

Du calcaire et de la calcite, à moins d'un mètre de distance, il y en a.

Bien sûr il existe des carbonates d'éléments plus exotiques qui ont les mêmes propriétés, mais ils sont plus rares.

Bien sûr il existe des carbonates mixtes contenant du calcium et un autres élément, par exemple un métal de transition, dans des proportions définies,

mais l'apparition de tels minéraux demande des conditions physico-chimique particulières, et ils sont donc moins fréquents.

Donc pour moi, il est à peu prés certain qu'il s'agit de calcite.

Link to comment
Share on other sites

 

Campanien_pisolithe_ferrugineux_3.thumb.jpg.bf1ac6c4725675cfc68af38ac0818ade.jpg

Sur cette photo, j'avais l'impression de voir du gypse dans la partie centrale, où l'on voit l'alternance "limonite" et cristaux blancs en fins feuillets. d'où ma question.

Test HCl +++, pas de doute.

Pour info, quand c'est tout petit, il existe un colorant l'alizarine, mélangé avec de l'HCl dilué qui permet de colorer les carbonates.

Link to comment
Share on other sites

  • 5 weeks later...

Quelques données supplémentaires afin de mieux comprendre le contexte du chaînon de Saint Chinian.

  

### A quelques kilomètres au nord de Cazouls, la bauxite a été exploitée.

Quand on se ballade dans le coin cela saute aux yeux,  idem lorsque l'on survole le coin avec Google Earth.

Mais sur la feuille de Saint Chinian, c'est un tel fouillis que l'on y voit rien ; j'en ai donc pris un cliché plus facile à regarder.

 

xDSCN71192.JPG.2a5017385f535d8de1f51f28f11101bc.JPG

 

xDSCN71193.JPG.b4a12bbbf266fe03d3fdf17cfb8d163a.JPG

 

Sur cette carte, la chose intéressante à voir, c'est le gros point noir situé au dessus de CAZ SL 1, c'est un sondage exploratoire réalisé par Péchiney pour la recherche de Bauxite.

Le 7-7 situé à la gauche de ce point représente sa référence sur la feuille de Saint Chinian , ( cette dernière ayant elle même comme référence le N°1014 ).

L'intérêt de tout ceci est que la notice de cette feuille donne, page 40, un résumé des couches géologiques recoupées par ce sondage. 

http://ficheinfoterre.brgm.fr/Notices/1014N.pdf

 

59c5907b8eef8_SondageCazoulsnoticefeuilleSaintchinianP40.thumb.JPG.bcc8a401a7504632039336f119e57231.JPG

 

Les chiffres donnent la profondeur, en mètres, à laquelle se situe la base de chaque couche.

Ce sondage à lui seul explique ce que l'on entend par " écailles du chaînon de Saint Chinian ".

Vous noterez que l'écaille située entre 596 et 857  mètres à été broyée ; on en a donc pas le détail.

Bref, avec un tel profil, on se retrouve avec du trias, et donc potentiellement de gypse, à tous les étages.

 

### A quelques kilomètres au Nord Ouest de Cazouls, nous sommes au dessus de Monmajou.

 

xDSCN71154.JPG.2e31ef85e12344907814b6d26fa9b0f0.JPG

 

xDSCN71155.JPG.97bf677927b27547f781e53b00786dcf.JPG

 

A la fin du du dix-neuvième siècle un forage pour l'eau a donné une eau très minéralisée.

Ce sondage est matérialisé sur la carte par un cercle contenant une croix, le tout de couleur bleu.

A sa droite se trouve noté 7-61, sa référence sur la feuille de Saint Chinian. 

La notice de cette feuille de Saint Chinian nous indique, page 33, une eau très riche en sulfates avec un résidu sec de 4 grammes par litres.

http://ficheinfoterre.brgm.fr/Notices/1014N.pdf

C'est énorme ! 

 

59c59118306fa_EauMonmajouCazoulsNoticeBRGMfeuilleSaintChinian.JPG.3a4236249ff41cb27e920fcc545bea02.JPG

 

Mais elle ne nous est rien dit des autres ions.  

Comme à cette époque un petit établissement thermal avait été créé, page 345 de l'ouvrage suivant : file:///C:/Users/Benoit/Downloads/S-379170_DELFAU_Hygiene_et_therapeutique_1896.pdf , j'ai trouvé ceci :

 

59c591be336cc_EauMonmajouCazoulsG.DelfauHyginethrapeutiquethermaleP345.JPG.46041bc7d7cd127fd8735bdedaf53d78.JPG

 

Donc, calcium et magnésium.

Et le gypse, c'est du sulfate de calcium ( CaSO4,2H2O ).

Je ne suis pas sur place, et je n'ai pas le temps, mais il est possible de connaitre en détail la composition de cette eau aux archives départementales de Montpellier : http://archives-pierresvives.herault.fr/ark:/37279O/vta6c67680bfb006dda .

Donc, si quelqu'un en à l'occasion, qu'il n'hésite surtout pas à partager ici cette information.

 

Link to comment
Share on other sites

Ah, là on est sur les terres qui m'ont vu grandir ! 

Les bauxites du "rougeas" ...

Le forage de Thézanel a été foncé dans un cadre de recherche pétrolière, si mes souvenirs sont encore bons (années 50?), et effectivement il montre bien la répétition de séries...

A montmajou il y avait la source recouverte par un toit en parapluie, site aménagé par le docteur Amédée Borrel  en établissement de cure ... la source est aujourd'hui tarie, et l'établissement n'est plus qu'une pauvre ruine.

Patrimoine autour de Cazouls ...

le rougeas

 

Le Rougeas et les anciennes Mines

Ce site bien connu des Cazoulins, doit son nom à sa couleur rougeâtre due à la présence d'oxyde de fer. Les mines de cette coline ont été creusées pour exploiter la Bauxite, (1906-1960) minerai que l'on trouve dans les Baux en Provence (d'où son nom). Le gisement exploité à ciel ouvert a profondément modifié le paysage, notamment par la formation d'un lac.

 

le parapluie

 

Le parapluie de Montmajou

il existait en 1889 des cures thermales à Montmajou, grâce aux eaux de source captées sur ce lieu. Ces eaux étaient bénéfiques pour la peau. Le grand bassin rond servait de réservoir d'eau, il y avait obligation de le couvrir, d'où ce toit en forme de parapluie et sa magnifique charpente.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
  • 3 weeks later...
  • 3 months later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

This site uses cookies, link to the general conditions and privacy policy page: Terms of Use.