Jump to content
Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet.
▲  Vente et achat de minéraux français et cristaux du monde sur Internet  ▲

Alain ABREAL

Membre
  • Content Count

    291
  • Joined

  • Last visited

3 Followers

Recent Profile Visitors

3,259 profile views
  1. Nous sommes tous conscients de la difficulté de définir l'identité d'un grenat sans l'appui d'un laboratoire pour en définir la composition chimique. voici deux tableaux qui vous permettront, je l'espère, de mieux identifier les grenats à partir des conditions de formation et des roches mères grenats et roche mere.pdf LesGrenats mars2020.pdf
  2. Dsl mais le demantoide est une andradite et l uvarovite une uvarovite. Donc si la composition donne preferentiellement grossulaire, alors il ne s agit ni de demantoide ni d uvarovite
  3. Mbesoin de quelques informations concernant la détermination du nom d’un grenat. Pour moi, et apparemment ce n’est pas aussi simple, la présence d’un pôle majoritaire déterminait les noms d’almandin, spessartite(ne), grossulaire… Or En gemmologie, il n est pas rare d associer deux poles de grenat. Par exemple les grenats change couleur de bekily sont des pyrope spessartine. Ou bien encore il y a des dénominations particulieres comme rhodolite et mandarin. Donc ne vous cassez pas la tête, pour moi ce sont des almandins spessartines car trop lon d un pole grenat particulier Ce qui me gene cesont les gens qui ne lisent pas la moitié des choses comme les journalistes qui tronquent les interviews. J ai ecrit dur plusieurs messages qu il y avait la regle et la coutume . Cete personne du 66 n a retenu que le terme rhodolite. Quant a l ima. L esprit de la science ne consiste pas a fermer les portes. Bien au contraire. Ce que j ai appris au cours de mes lingues etudes est savoir dire je ne sais pas. On ouvre ainsi les portes au lieu des fermer. Beaucoup de theories ont été énoncées avant leur verification ... Alors dire que le sciagite n existe pas est un non sens. On doit dire qu il n a pas été identifié. Pour les macles des grenats. J en ai identifie il y a des années et on m a critiqué en me disant que ce n est pas posdible. Et pourtant l irisation des andradites est bien due a la maclz que j avaiq identifie. Bien que je n avais pas ecrit qu elle etait polysynthetique. Je ne sais pas tout, mais je progresse. 11 ans a travaillé sur les grenats a raison de 10h par jour sur 1/3 des jours . Ca fait 11*365/3*10 soit plus de 13 000 h a travailler sur les grenats. Et moi j ai l honnêteté de dire que j en suis loin d en avoir fait le tour et que j en apprends tous les mois. Et mon livre que je reedite aujourd hui est passé de 650 a 840 pages en 2019. ALORS STOP A CEUX QUI DISENT TOUT SAVOIR ET QUI NE MISE PAS LES TOPICS DANS LEUR ENSEMBLE
  4. Moi j'en aii rien a foutre de l'IMA et apprenez à lire, il y a des npms concrets et des coutumes comme d'une personne qui m'a critiqué alors que j'avais décrit une maille polysynthétiaue de grenat car soi -disanbt ca n'existe pas et POURTANT de ceux qui néglige la sciagite Quand vous aurez passé autant d'heures sur les grenats que moi
  5. oui j'en ai une boite de ces charnockites (ce sont les seuls grenats du 66que j'ai pu trouver), bien rose clair avec un peu de kélyphite autour. ce sont effectivement au sens de la gemmologie des rhodolites. d'ailleurs ce rose clair ne rappelle en rien le rouge brun des almandins.
  6. Je confirme : pression température, composition de la roche parent 1 (puisqu'on ne peut plus dire mère) et fugacité de l'oxygène, plus activité de l'eau/vapeur pour les gisement hydrothermaux, beaucoup de paramètres pouvant varier à l'infini. Pour en revenir aux hessonites piémontaises aux cristaux allongés, avec ou sans âmes? Pourquoi dans cette région trouve t on des cristaux aussi différents que partout ailleurs? Impossible à définir… De nombreux gisements ont leurs propres particularités. Mais c'est aussi grâce aux études des grenats, de leur compositions, de leur zonations, que la géothermobarométrie permet de définir les conditions subies par la roche parent 1 lors de la formation des grenats. Pour complément sur les domaines de stabilité : 1.1 Grenats Rhodolite Les grenats sont une solution solide de composition intermédiaire entre plusieurs pôles minéraux limites. Les rhodolites, sont des grenats intermédiaires entre almandin et pyrope, de composition générique (Fe,Mg)3Al2[SiO4]3. Compte tenu de la substitution quasi généralisée en minéralogie entre les cations Fe2+ et Mg2+, que l’on rencontre dans les pyroxènes ou dans les épidotes par exemples, et fréquemment exploitée en géothermobarométrie, il est commun que les grenats dénommés logiquement et minéralogiquement almandin ou pyrope, soient en fait des « rhodolites ». Plus la couleur des rhodolites tend vers le rouge-brun, plus la teneur en Fe, et donc en almandin, est élevée, alors qu’un surplus de teneur en Mg donne aux rhodolites, une couleur rose à pourpre, qui est à l’origine étymologique de leur nom (du grec rhodon = rose). ALMANDIN L’almandin est sans contexte le grenat le plus répandu, car formé à partir des éléments chimiques les plus fréquents dans la lithosphère (Fe, Al, SiO2). On peut le rencontrer depuis les roches magmatiques (en solution avec le spessartine), jusque dans des roches métamorphiques basiques telles les éclogites. Néanmoins, sa zone de prédilection est le métamorphisme régional de sédiments pélitiques, où il peut être très abondant dans les roches schisteuses (micaschistes ou gneiss). Son domaine d’existence recoupe donc la quasi-totalité du domaine PT de la zone de pression atmosphérique aux hautes pressions, des températures moyennes à l’anatexie. Seule la zone moyenne à haute température sous très basse pression dans les roches pélitiques, ne permet pas de former des grenats, mais des staurotides. Au cours du métamorphisme régional, l’almandin est un minéral fréquent, spécialement dans les micaschistes et les gneiss alumineux. Sous des conditions de métamorphismes correspondant à un intervalle de température donné, son développement est influencé par la pression, cette dernière tendant à stabiliser le minéral pour des compositions globales de roches de plus en plus étendues. Ainsi, dans les micaschistes mézonaux, le grenat almandin se forme en général par réaction entre les chlorites et la muscovite. Dans les gneiss alumineux catazonaux, l’almandin est un minéral fréquent associé au feldspath potassique et à la sillimanite. Bien que les pressions mises en jeu lors de collisions de plaques et d’orogenèses nous paraissent colossales, à nous, pauvres humains, elles ne sont en terme géologique que d’intensité moyenne. Les fractures, chevauchement et autres plissements absorbent en réalité, une quantité importante de l’énergie et finalement les pressions subies par les roches n’atteignent généralement pas le GPa (1 giga Pascal = 10 kbar). Ainsi, lors de métamorphisme régional de roches pélitiques, si la pression est suffisante pour que le silicate d’aluminium stable soit le disthène (ou cyanite), le grenat est très abondant dans les micaschistes qui semblent souvent tapissés de petits almandins à la couleur brune caractéristique. Dans le métamorphisme à andalousite, donc de plus basse pression, son développement dans les micaschistes est plus limité ; il peut même ne pas apparaître pour des pressions trop faibles. Cette influence de la pression explique la rareté de l’almandin dans les cornéennes alumineuses de l’auréole de contact des granitoïdes supercrustaux. PYROPE Le pyrope n’est guère stable qu’à très haute pression (P > 1,5 GPa en présence d’eau). Il se forme sous HT-HP dans les roches métamorphisées ultrabasiques (serpentinites et les péridotites). C’est donc un minéral rare qui n’existe guère que dans les péridotites à pyrope, les ariégites, certaines éclogites et roches incluses sous forme de xénolithes dans les kimberlites des pipes diamantifères. ALMANDIN et/ou PYROPE Dans les roches catazonales de haut degré, appartenant au faciès des granulites, l’almandin s’enrichit en constituant pyrope, dont la concentration atteint couramment 30%, principalement sous l’effet d’une augmentation de la température (650-750°C). Dans les éclogites, formées à des pressions élevées (P > 1 GPa), le grenat devient l’un des constituants principaux avec la jadéite et renferme aussi une forte concentration de pyrope. Une faible pression d’oxygène, condition généralement réalisée dans les micaschistes et les paragneiss, favorise l’almandin, qui peut s’enrichir en spessartine et en pyrope dans les conditions contraires. L’almandin plutôt rare dans les granites, n’est pas exceptionnel dans les roches volcaniques acides. 1.1.1. Spessartine A partir des études de différents gisements, Miashiro a montré que la spessartine et le grossulaire devaient avoir des domaines de stabilité très étendus. La spessartine se forme davantage dans les pegmatites. On en trouve également dans les roches métamorphisées par contact, associés à d’autres minéraux de manganèse
  7. La nature des roches, aussi, montre que les grenats du Limousin ont diverses origines et donc diverses compositions.
×
×
  • Create New...