Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum. - Bannières. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2018, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2018

Hanks

Coulées pyroclastiques et Nuée ardentes

Recommended Posts

J'ai vu un documentaire Samedi sur Artes "Volcans Assoupis- des géants sous haute surveillance"  Par la suite, quelques questions me restent en tête.

Pourriez vous me rappeler la différence entre une coulée Pyroclastique et  une Nuée ardente svp?

 

J'ai aussi vu que les capacité d'une nuée ardente à franchir une crête dépend de sa température. Dans le reportage,  ils disent que qu'une nuée ardent peut franchir une crête si elle est assez froide et qu'elle est arrêté lorsque trop chaude.  A partir de quel température une nuée ardente est elle considérée comme assez froide pour franchir une crête?

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites


Pour faire simple, il y a deux grands styles d'objets pyroclastiques, correspondant à des processus différents :

 

- retombées pyroclastiques ("- fall"), sorte de pluie (ça décante pépère) des cendres blocs etc. à travers les airs (et qui, si abondante, drape le terrain) ;

- courants/coulées/flux pyroclastiques ("- flow" et "- surge"), liés à des courants localisés de matière (mélange gaz+solides) plus ou moins chaude et plus ou moins dense, capables de se balader sur des distances conséquentes, le mouvement étant non seulement vertical mais aussi latéral, selon des directions précises, capables d'éroder le terrain, etc. ;

Les nuées ardentes s'inscrivent dans ce dernier style d'objets.

 

Les caractéristiques des coulées de gaz+solides au moment de leur émission (taille des éléments, chimisme, température, proportion de gaz... avec des conséquences sur l'énergie, la turbulence etc), et la façon dont ces caractéristiques varient en cours de trajet (frottements, pression en baisse, refroidissement, obstacles, décantation des gros éléments d'où enrichissement relatif en gaz...) déterminent un éventail de comportements pour des flux différents, ou durant l'évolution d'un même flux.

Classiquement on distingue des "flows" (~coulées) et des "surges" (~déferlantes). Les premiers denses et chauds et "coulants" sur le relief, tandis que les seconds sont plus riches en gaz et moins denses (et plus froids) et très mobiles voire capables de "franchir des reliefs". (Et tous sont capables d'éroder le terrain, et de donner diverses structures et roches sympathiques à observer, p.ex. en Corse :lunettessoleil:)

 

Je suppose que le docu insistait sur cette différence de comportement (coule bêtement vs. se balade comme ça veut) selon la densité/température d'un flux. Mais ce n'est pas tant la température (conséquente quoi qu'il en soit... 300, 500, 700, 900°C...) que la densité (ratio gaz/solides) qui permet tel ou tel comportement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok merci.  Un autre document que j'ai vu sur l'éruption de la montagne pelée en 1902 expliquaient que les gens sont décédé de plusieurs manière en fonction d'ou ils étaient placé sur la trajectoire de la nuée ardente.  Les victimes les plus au centre auraient été plus ou moins été désintégrés.  Alors que les personnes située en bordure dans les zones moins chaudes on été gravement brûlées dont le maire de l'époque. ( Qui s'est installé dans une maison en devant le volcan pour montrer qu'il n'y avait aucun danger). Et  y a le bagnard qui à survécu mais qui fut gravement brûlé et qui à fini ses jour dans un musé d'exposition de monstre.  

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est parce qu'une Nuée Ardente est un phénomène très court dans le temps et que les protections physiques entre la nuée et les personnes ont un rôle important à jouer.

Le Bagnard n'as eu la vie sauve que parce qu'il était dans une cellule semi enterrée dont la porte n'était pas dans l'axe de la nuée.

Par bien des cotés une nuée ardente est un peu comme une avalanche de neige poudreuse ( en bien plus chaud d'ou les carbonisations presque instantanées ).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi, c'est la même chose. On pourrait aussi dire que la nuée ardente est une des versions des coulées pyroclastiques. Coulée pyroclastique est beaucoup plus scientifique: ça s'écoule (on parle aussi d'écoulement pyroclastique) et c'est formé de clastes (fragments cassés) résultant d'une fragmentation par explosion.

 

Serge

 

Ben je l'avais pas envoyée celle là (réponse écrite le 28 Mai ! merci pour les descriptions, ça me fait une bonne remise à jour.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On 6/7/2018 at 8:28 PM, 1GM said:

C'est parce qu'une Nuée Ardente est un phénomène très court dans le temps et que les protections physiques entre la nuée et les personnes ont un rôle important à jouer.

Le Bagnard n'as eu la vie sauve que parce qu'il était dans une cellule semi enterrée dont la porte n'était pas dans l'axe de la nuée.

Par bien des cotés une nuée ardente est un peu comme une avalanche de neige poudreuse ( en bien plus chaud d'ou les carbonisations presque instantanées ).

 

 

Yep, l'image de l'avalanche permet un assez bon ressenti du problème. Etre pris dans une avalanche en un peu plus dense et un peu plus chaud et un peu plus dégueu, quoi.

 

Ce qui "fait mal" dans une coulée pyroclastique c'est (selon l'endroit et la distance) :

- la température entre 300 et 900°C (à la louche). Pas trop un souci s'il n'y avait que du gaz à cette t° (mauvais conducteur - on ne crame pas en baladant sa main dans un four !), le problème étant que c'est aussi chargé en cendre/grains/débris à cette même température, d'où bobo la peau, la viande cuit vite fait (poulet en croûte de sel, miam) ;

- la densité du flux et sa vitesse (100~300km/h au front de la coulée...). Pas catastrophique non plus si c'était juste un gros courant d'air chargé en neige ou en grains de sable, genre tempête à Chamonix ou Arcachon... oui mais, la nuée ardente est aussi riche en matière dure et lourde (c'est quand même des bouts de lave, quoi), son flux est capable de charrier ou traîner des blocs de quelques mètres cubes, donc ça reviendrait plutôt à se prendre un mur ;

- la présence de gaz pas très drôles à respirer (HCl, H2SO4, CO2 issu du dégazage du magma et/ou de la combustion du décor...) en plus de la poussière, talents d'apnéiste conseillés.

 

Je plains les Kraft qui se sont mangé ça sur le coin de la tronche, m'enfin ils ont pas dû souf(f)rir longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De 300 à 900° y a les vêtements qui crament.  

 

Au contact de l'eau elles ont tendance à gagner en vitesse. Quelles sont les distances maximales qui ont put être atteintes dans l'histoire avec un max de dégats. Car par exemple pendant l'éruption du Krakatoa ils ont eu le droit à la totale. (Si je me base sur le film) Raz de marée + Nuée ardente.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant