Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


eric67

Pierres noires qui sonnent au détecteur de métaux à identifier

Recommended Posts


Il faut un montage spécial pour produire l’arc électrique mais j’ai volontairement évité d’en parler sur le forum, ça peut vite devenir dangereux pour quelqu’un qui n’y connaît rien. Si tu as l’habitude des circuits électriques tu sauras ce qu’on peut faire ou ne pas faire.

 

Pour revenir au sujet, j’ai passé en revue tout ce que nous savons sur ces « cailloux ». Nous pouvons éliminer pas mal de pistes, comme déjà indiqué. Et j’arrive à une conclusion plutôt saugrenue.

 

De tout ce que j’ai pu envisager (mais je suis loin de tout connaître) il ne reste plus qu’un seul matériau qui réponde à tous les critères : l’éponge de titane, un produit intermédiaire dans le traitement du minerai de titane. C’est quand même dingue !

 

- même aspect massif et irrégulier, même couleur gris foncé, forte porosité,

- faible densité (4,5 pour le titane massif, entre 1 et 3 pour l’éponge, selon la porosité)

- dureté proche de l’acier, ne raye pas le verre,

- conduit l’électricité, sans effets magnétiques,

- température de fusion autour de 1600°C, difficilement oxydable, transition cristallographique vers 880 degrés qui expliquerait le changement d’aspect au chauffage...

 

Reste la question qui tue : qu’est-ce que ça viendrait faire à cet endroit ???

 

À partir de tes échantillons, je devrais pouvoir trancher.

http://www.japanmetalbulletin.com/?p=17804

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si le Ti est un bon candidat, on peut le vérifier par vois chimique avec de l'acide sulfurique et de l'eau oxygénée. Mais faut savoir manipuler correctement ce genre de produits hautement corrosifs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça, c’est le genre de mélange qu’il vaut mieux éviter.

En plus, je ne sais pas si c’est utile : il n’existe pas beaucoup de métaux qui résisteraient. Avec le titane, on devrait obtenir une coloration jaune du liquide, ce n’est pas très discriminant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, mr42 a dit :

Ça, c’est le genre de mélange qu’il vaut mieux éviter.

Ce n'est pas pour rien que j'ai écrit "savoir manipuler correctement". Avec les dilutions ad hoc...

Et si la coloration n'est pas jaune orangée, on saura que ce n'était pas la bonne piste.

Maintenant, ce que j'en dis, c'était juste pour faire avancer le s..........

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici de nouveaux résultats à partir des deux échantillons qu’eric67 m’a envoyés.

La composition chimique se précise : fer, titane, calcium et magnésium sont au rendez-vous mais je ne peux pas faire de quantitatif. Ça n’a probablement rien de naturel mais ce n’est pas pour autant un déchet banal.

 

1 PREPARATION

 

Puisque le matériau est conducteur, j’ai commencé par tailler des électrodes au coeur des échantillons en vue de la spectroscopie.

Le matériau est assez dur (plus que le verre, moins que le quartz) mais très friable et finalement, il se coupe assez facilement avec une lame au carbure. Il ne montre aucune ductilité.

La grande porosité doit aider le découpage. La densité se situe entre 1 et 1,1, le plus léger arrive presque à flotter sur l’eau.

 

2 SPECTRO

 

En faisant passer un arc électrique entre deux électrodes, j’obtiens le spectre suivant, il n’y a pas de différence notable entre les deux échantillons :

e1.thumb.jpg.a0fef25d1cceeec0736f60232fb6f19f.jpg

 

Sur la deuxième vue, j’ai superposé le spectre d’un acier (en gros, le spectre du fer) obtenu par la même méthode. On voit que les deux spectres ont de nombreuses raies communes, ce qui indique la présence de fer dans l’échantillon.

e2.thumb.jpg.e4c41ca77d315bcf07718537061c5d70.jpg

 

Même chose avec un alliage de titane, c’est moins net mais il y a un paquet de raies autour de 500 nm que je n’arrive pas à expliquer autrement.

e3.thumb.jpg.58af6663d8b2ca7914a62ddc0b5f2331.jpg

 

Même chose avec de la calcite (spectre du calcium) et du magnésium.

e4.thumb.jpg.e458b62454eb49db83ca0c5315f2ba43.jpg

 

e5.thumb.jpg.27c70b2af7741de03929be9ec41c35a9.jpg

 

Avec ces 4 éléments, j’arrive à retrouver presque toutes les raies de l’échantillon.

Sur tous les spectres, on voit également la double raie du sodium vers 589 nm mais ce n’est pas significatif, le sodium réagit à la moindre trace.

On peut exclure d’autres éléments comme le cuivre, le zinc, etc... dont les spectres sont facilement identifiables. S’il y en a, ce sont des traces.

D’autres éléments comme le nickel ou le silicium qui ont des spectres très discrets pourraient éventuellement se cacher derrières les autres éléments présents. Je ne peux pas les exclure totalement.

Enfin, les éléments non métalliques (oxygène, carbone…) ne réagissent pratiquement pas, il m’est très difficile de les détecter. Mais la faible résistance électrique fait penser qu’il y a surtout du métal ou alors une bonne dose de graphite...

 

Je pense donc que les principaux constituants sont le fer, le titane, le calcium et le magnésium mais je ne peux pas dire dans quelles proportions. Le calcium et le magnésium, situés sur la gauche de la classification périodique réagissent plus facilement, ils ne sont pas forcément à des teneurs très élevées.

La faible densité (mais ça dépend de la porosité) ainsi que l’absence d’effets magnétiques ne vont pas dans le sens d’une très grosse teneur en fer.

 

En résumé, ça ne remplace pas une véritable analyse chimique.

 

3 INTERPRÉTATION

 

Voici deux possibilités auxquelles je pense mais il peut y en avoir d’autres.

 

Première possibilité, l’éponge de titane. C’est un produit intermédiaire dans l’extraction du titane par le procédé Kroll. Typiquement, c’est du titane avec un peu de magnésium. À l’origine du procédé on remplaçait le magnésium par du calcium. La présence de fer peut s’expliquer par le choix du minerai, c’est soit de l’oxyde de titane seul (rutile, anatase...) soit de l’ilménite (oxyde mixte de titane et de fer).

Ce n’est qu’une hypothèse qui expliquerait assez bien la composition et les propriétés physiques mais laisserait entier le mystère de la localisation. L’éponge de titane n’est pas un matériau rare mais on n’en produit pas en France. On peut l’utiliser pour préparer d’autres alliages mais il n’y a pas d’usine métallurgique dans le secteur de découverte.

 

La deuxième piste est celle des mousses métalliques, il en existe à base de divers métaux.

Il y a ici un ensemble de propriétés (légèreté, résistance à la température, porosité qui doit bien absorber le bruit) qui en feraient un bon matériau anti-bruit pour les turboréacteurs d’avions. Pourquoi pas un bout de revêtement anti-bruit qui se serait détaché en plein vol ? Ça pourrait arriver n’importe où et ça expliquerait la dispersion sur plusieurs kilomètres...

 

J’avais aussi pensé à un combustible poreux comme le coke : les éléments métalliques détectés seraient liés aux cendres et le carbone non détecté expliquerait la résistance électrique. Mais la dureté est un peu forte et ce type de combustible se serait enflammé après passage au chalumeau.

 

Autre chose ? Appel à votre imagination...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A choisir entre les 2 solutions, j'opterai pour la première.

Ti-Fe-Mg sont classiques dans l'éponge de Titane.

Se vend en futs de 200l/250 kg donc densité 1,25 à la grosse. Morceaux de 10-30 mm: http://www.metimexco.com/fr/eponge-de-titane-p34.html

L'aspect général a l'air de cadrer.

 

La mousse de Titane semble avoir plutôt des applications médicales. M'étonnerait qu'on laisse passer autant de métaux accessoires.

La porosité de l'échantillon n'a pas l'air d'être liée à la présence de bulles.

 

Tant qu'on y est: pas de Si, de S?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 16 heures, jjnom a dit :

Morceaux de 10-30 mm

J'ai trouvé un morceau de forme cubique qui mesure environ 13-14 cm de coté.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a 20 heures, jjnom a dit :

Ti-Fe-Mg sont classiques dans l'éponge de Titane.

 

Le calcium également pour les versions anciennes du procédé. Les produits commerciaux actuels que l'on trouve par exemple sur alibaba sont à 98 ou 99% de titane. Je suis quand même dubitatif à cause de l'absence de ductilité : le caractère métallique n'est pas flagrant.

 

Il y a 20 heures, jjnom a dit :

Tant qu'on y est: pas de Si, de S?

Je n’arrive pas à détecter le silicium, même sur du quartz. Je ne peux pas affirmer qu’il n’y en a pas. Pareil pour le soufre. Ces essais ne remplacent pas une véritable analyse chimique.

 

Il y a 3 heures, eric67 a dit :

J'ai trouvé un morceau de forme cubique qui mesure environ 13-14 cm de coté.

 

C’est un beau morceau, ça ne sort pas de n’importe où...

Quand jjnom parle de 10 à 30 mm, c’est la taille adoptée par un fournisseur particulier mais l’éponge de titane peut former des morceaux bien plus gros.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je reviens sur ce sujet avec une information inattendue.

Les cailloux trouvés par eric67 ressemblent fortement à des supposées scories que j’ai trouvées sur le site de Babory en Haute-Loire.

 

http://www.geoforum.fr/topic/35726-les-scories-métallurgiques/?do=findComment&comment=619892

 

Les propriétés basiques (aspect, porosité, densité, dureté, propriétés électriques et magnétiques) sont très proches.

Du point de vue de la composition chimique, on retrouve la plupart des ingrédients. Le calcium et le titane sont plus nets sur le caillou d’eric67 mais quand même présents dans celui de Babory. Le fer est plus net à Babory. Le caillou de Babory contient en plus du baryum : j’ai regardé de plus près les spectres de l’échantillon d’eric67 et le baryum est bien là même s’il est plus timide qu’à Babory…

Une telle ressemblance entre deux objets aussi atypiques ne peut pas être fortuite.

L’objet d’eric67 trouvé dans la plaine d’Alsace n’a pas de contexte particulier alors que celui de Babory vient d’un important centre de traitement de minerai d’antimoine.

Y-avait-il une mine d’antimoine du côté de Sélestat ?

La réponse est oui : le site de la mine d’antimoine de Charbes (ou Honilgoutte) se situe à 30 km à vol d’oiseau du lieu de découverte. Elle a été exploitée brièvement entre 1899 et 1904.

Quelqu’un sait-il où et comment était traité le minerai ?

Il n’y a là aucune certitude, les deux objets pourraient aussi venir d’un même procédé qui ne serait utilisé que de façon annexe pour le traitement des minerais d’antimoine.

La piste mérite quand même d’être explorée.

 

e6.thumb.jpg.73f51d7a49078e2c83da98e66e042234.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant