Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum. - Bannières. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Bourse minéraux Sainte Marie aux Mines 2017, avec fossiles et gemmes.
Bourse aux minéraux et fossiles de Sainte Marie aux Mines 2017

JexSavoie

Membre
  • Compteur de contenus

    1 590
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de JexSavoie

  • Date de naissance 26/10/1973

Contact Methods

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Annecy
  • Intérêts
    Sorties alpestres, tennis, échecs... Cailloux!
  1. Et à mon sens, cela ne peut pas être revendiqué. D'abord parce que le pourquoi de la gravitation reste une énigme scientifique, ensuite parce que l'énergie potentielle gravitationnelle est modélisée selon la distance qui sépare deux masses. Or, cette énergie potentielle entre un cailloux et un corps humain est clairement insignifiante vis à vis de l'énergie potentielle entre la terre et un corps humain, ce qui pose un sérieux problème vis à vis des compositions chimiques d'un minéral qui auraient toutes des vertus clairement définies. En clair, l'éventuelle interaction humain / cailloux est complètement phagocytée par toutes les masses qui entourent l'humain. Le jeu de la lithothérapie est de jouer sur la complexité de la science et sur le concept de la croyance : puisqu'il est impossible de prouver scientifiquement que la lithothérapie est une arnaque, c'est que cela n'en est pas une. Si entendre une telle vérité parait absurde, il faut bien se rendre compte que c'est le mécanisme principal de toutes croyances. Et si on doute de la force d'un tel mécanisme, Pavlov est la pour nous rappeler que le cerveau n'est pas capable de modéliser intégralement un signal perçu : il va au plus court tant que la causalité n'est pas remise en question par la connaissance. Entre la croyance que la lithothérapie est une arnaque, et la croyance que la lithothérapie est une vérité, il y a un débat qui ne peut avoir de gagnant. La connaissance est trop faible pour qu'un camp l'emporte sur l'autre. Néanmoins... Le piège est facile à tendre : pourquoi un verre de table n'aurait pas les propriétés d'une géode de quartz pour recharger un quartz? Et donc, par la même, puisque nous sommes entourés de compositions élémentaires similaires à tout ce qu'on peut trouver dans un minéral, comment justifier que le minéral puisse avoir une super force que n'ont pas tous les autres objets qui nous entourent? Il reste à la lithothérapie de défier la logique et de proposer une nouvelle science, chose qu'elle ne fera jamais : elle aurait bien trop à perdre. L'histoire des croyances religieuses face à la science nous rappelle inévitablement que ceux qui ne veulent pas transformer croyance en connaissance finissent toujours par être dans l'erreur.
  2. Il y a eu beaucoup de travaux dans les grands axes alpins, et cela au XIX et XXème siècle. Dans les années 30, la liste est très longue, dont les routes d'Huez, Oulles, Villard Notre Dame, St Christophe en Oisans, La Grave... Sans compter les voies ferrées (train et tramway) du côté de Vizille et Grenoble. Le tourisme alpin ayant débuté dès le XIXème siècle, on peut aussi imaginer que des guides ou touristes puissent avoir découvert cette pièce de quartz. Pour ne rien arranger, on a des mines actives, et des constructions de convoyeurs un peu partout. On notera la présence de quartz burins, et de faces "s" très déformées par l'habitus Dauphiné. Présence de limonite sans sidérite intéressante. Pas simple pour retrouver la localisation, surtout en l'absence d'une preuve formelle que cela vient de l'Oisans.
  3. Coucou! Pour la dernière photo, j'ai un doute sur le fait qu'il s'agisse d'un gwindel sur le sujet de face, celui qui est pris de biais mérite lui aussi un examen approfondi.. Lorsque le quartz est morion, il est difficile d'avoir des certitudes. On a le même cas de figure au musée de Cham dans la vitrine "exposition temporaire". La faute à ces superbes quartz à âme trapus qui brouillent les cartes. Belle présentation sinon :)
  4. Ce qu'il y a de bien avec le Lengenbach, c'est que les Suisses ont mis le paquet sur les identifications. Il existe plusieurs sources sur internet qui répertorient les différents minéraux trouvés la bas. Du coup, cela facilite grandement l'identification, même si nous ne sommes pas à l'abri d'un raté (en confondant les sulfosels, ou en tombant sur un sulfosel non répertorié). Même un amateur a donc des chances de pouvoir s'amuser à faire une petite collection bien étiquetée, sans oublier que l'ensemble appartient au mythique Binntal. Pour ce qui est de la rareté des échantillons... Je ne sais pas. Ce qui est certain, c'est que le moindre bout de machin blanc propose des choses microscopiques, ce qui est une vrai aubaine pour s'occuper les jours de pluie. Pour la petite histoire, pas impossible que mes derniers échantillons du site, trouvés à plusieurs kilomètres du lieu dans un endroit fort pratique pour passer la nuit, soient les restes du trimage de Jack Burton Cela n'est pas sans nous rappeler l'importance de participer à l'inventaire minéralogique d'un site, qui a lui tout seul augmente l'accessibilité à la minéralogie à tous les collectionneurs
  5. En fait, à partir du moment où un quartz a été majoritairement macromosaique, les subindividus ont tendance à beaucoup se développer, proposant alors des architectures spécifiques. Ces architectures sont notamment reconnaissables via les "marches d'escalier". C'est ce qui explique qu'il n'est pas toujours évident de faire la distinction entre un quartz à âme et un gwindel du même massif lorsque l'âme est peu marquée et que la vrille est faible. Pour ne rien arranger, nous avons aussi les individus à croissance presque parallèle (à mon avis, quartz cassé, tombé puis recristallisé) qui peuvent troubler encore plus notre vision des choses lorsque les éléments distinctifs classiques ne sont pas nets. Pour en revenir à la photo, le gwindel semble quand même de loin la meilleure possibilité, tant les décrochages sur la face principale sont nets et toujours dans la même direction en terme de rotation par rapport à l'axe a. En gros, c'est une très belle pièce de minéralogie :)
  6. On l'oublie souvent, mais la 3D basée sur le Goldschmidt est présente sur Mindat Pour l'exemple de la barytine
  7. Je serais plutôt du genre grincheux en ce qui me concerne, les copains confirmeront (surtout à cause de la pente en montagne, des branches qui trainent, des feuilles mortes qui glissent, des chaussures qui vont pas, du sac trop lourd, et des 549 autres choses dont je vais vous épargner la liste).
  8. Moui, mais j'aurais tendance à dire qu'il aurait été préférable de faire évoluer le terme plutôt que le concept. A ce compte la, il y a des fentes alpines un peu partout malgré le fait qu'elles ne se ressemblent que peu et qu'elles n'ont pas toujours les mêmes causes géologiques. Dans la minéralogie-géologie, on découvre encore de nombreuses choses, et je continue de penser qu'il faut absolument protéger certains termes très spécifiques lorsqu'ils correspondent à un fait précis. On est dans le même genre de débat avec le terme Gwindel qui est venu de force remplacer le terme peigne. Et ce n'est pas un mal, puisque de nombreux minéralogistes ne voient pas encore la différence entre un peigne (quartz à âme) et un gwindel (quartz vrillé) puisqu'ils se ressemblent parfois, qu'ils se sont développés autour d'un axe, et qu'après tout, c'est du quartz. Bon, je suis un peu casse pied avec tout ça, mais je serais bien du genre à défendre aussi la macle de La Gardette (deux individus clairement distincts) de la macle du Japon (deux individus presque réunis). Cela me parait important que la science soit faite de précisions plutôt que de globalités.
  9. Selon le HS du Règne Minéral sur la Lauzière, 10M d'années tout au plus. 11 à 5M d'années (N°101 et 96 RM). Dans le secteur de la photo, plutôt 11M d'années (selon datation des monazites, et sachant que ce minéral fait partie des derniers à débarquer). Après, en ce qui concerne l'éventuelle destruction des minéraux lors de la compression alpine, c'est à prendre avec des pincettes. Si la roche cassante ne redevient pas ductile, les cristallisations peuvent être plus ou moins protégées, surtout si une partie de la roche cassante est entourée d'une roche malléable.
  10. ça, à la rigueur, j'ai éventuellement une explication : toutes les fractures ne se sont pas produites au même moment. Je ne sais pas ce que cela pourrait donner à l'échelle géologique, mais ça ne me surprendrait pas qu'on puisse parler de centaines de milliers d'années. En fonction des évènements, les fluides diffèrent en terme de quantité, densité, température, etc... Ce qui fait que l'on peut parfaitement penser que la silice a voyagé (au contraire de l'ilménite par exemple). A partir de la, le moindre détail a son importance. Si les fluides chargés de silice n'avaient peut être pas la capacité de démobiliser le titane contenu dans la leptynite, on ne trouvera pas de minéraux du titane dans la fissure. Mais même s'ils ont les propriétés nécessaires pour y arriver, si la roche n'est pas microfracturée, nous n'aurons pas de phénomène de saturation de Fer et de Titane suffisant pour avoir nos chères ilménites. En revanche, une franche microfracturation offre peut être un volume suffisant de dissolution qui permet ensuite une sursaturation locale. Après, c'est sans doute encore plus compliqué, la Lauzière étant vraiment complexe.
  11. Je ne suis pas assez calé pour bien comprendre la géologie du coin qui me parait de plus en plus compliquée à mesure que je cherche à mieux l'appréhender. Pour les concentrations, anciennes aplites transformées en leptynites? (Je vais encore faire bondir Roger ).
  12. http://phdtree.org/pdf/31895529-la-mine-medievale-dargent-du-pontet-une-fente-alpine-contemporaine-de-la-surrection-des-massifs-cristallins/ Article complet
  13. Pas certain que cela soit aussi simple malheureusement, du moins sur le terrain. Pour autant, qu'il puisse y avoir des histoires de concentrations ne m'étonnerait pas. Ce sujet m'a fait ressortir toutes mes pièces, j'ai juste pu constater que plus les ilménites sont grosses, plus il y a de micro-fracturations dans la gangue (ce qui en soit n'est pas une surprise). A mon sens, il semblerait que la dissolution et remobilisation soient assez proches (centimétrique tout au plus). Du coup, je pense que "définir la zone de leptynite selon le nombre de micro-fractures" me parait plus juste? (pour les photos, je n'y arrive décidément pas)
  14. La pyrite "sansnom" devrait provenir selon toute vraisemblance de La Morte (38)
  15. Vérifier si les cristaux saumons rosés ne sont pas de la chabazite, ce qui limiterait les secteurs.