Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Vente aux enchères de minéraux et cristaux.
▲  Vente aux enchères de minéraux le samedi 21 octobre  ▲

Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Bourse aux minéraux et fossiles de Lyon.
▲  Bourse aux minéraux et fossiles les 10, 11 & 12 novembre à l'Espace Tête d'Or près de Lyon  ▲

Vincent.T

Membre
  • Compteur de contenus

    119
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Vincent.T

  • Date de naissance 06/01/1987

Contact Methods

  • MSN
    vincenttrincal@gmail.com
  • Website URL
    http://assaphpl.free.fr
  • ICQ
    0

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    Lozère et Besançon
  • Intérêts
    Recherche et étude des fossiles et minéraux partout où j'ai l'occasion d'aller.

Visiteurs récents du profil

8 577 visualisations du profil
  1. Bonjour, Avec un peu de retard, voici mon expérience. Après un bac S, je voulais faire paléontologue (effet jurassic park probablement). J'ai fait une licence en pal à Poitiers, puis me suis réorienté sur le master de métallogénie de Toulouse afin de toucher aux minéraux. J'ai fait un stage de 6 mois au Kenya avec Cédric Simmonet, et ai donc touché à l'or et quelques pierres précieuses. Ensuite, il m'a fallut 1 an pour trouver une thèse orientée minéralogie (j'ai fait un master d'archéosciences en attendant), et mon sujet de thèse était sur les minéraux argileux dans les failles (si intéressé voir ici : https://sites.google.com/site/vincenttrincal/). A l'issu de cette thèse j'ai enchainé sur deux ans d'ATER (à l'ENSG Nancy et à la fac de Besançon), puis par un postdoc sur la minéralogie des sédiments/sols et des bétons à l'école des Mines de Douai. Le postdoc est orienté "valorisation de sites et sols pollués", et la minéralo est un outil pour tracer les pollutions ou chercher des méthodes de stabilisations (liants hydrauliques). Donc du coup, passionné de minéralogie j'ai commencé par une collection de fluorine du massif central, puis par des études poussées sur les argiles (chlorites principalement), et travaille maintenant sur l'ettringite et sur l'utilisation/développement de méthodes de quantifications des minéraux dans les sols et sédiments. La passion pour les minéraux et le fait de faire beaucoup de terrain ont été des gros avantages pour mon cursus universitaire, et mon permis également de participer à d'autres études scientifiques (par exemple couplage paléontologie et minéraux marqueurs de paléoenvironnements). Maintenant, je cherche à avoir un poste fixe lié à la minéralogie. Mais il faut savoir que chaque année on a 150-200 qualifiés au CNU pour les sections 35-36 (géologie), et seulement une quinzaine de postes de maitre de conférences en France... L'année suivante on a 150-200 personnes supplémentaires qualifiées mais toujours une quinzaine de nouveaux postes... Et au CNRS il n'y a que 3-5 postes en géologie par an. Courage... Vincent
  2. Conservation sturmanite-ettringite...

    Bonjour, Je fais remonter ce sujet avec un petit article sur l'ettringite et ses nombreuses solutions solides... A l'heure actuelle on a 13 pôles purs... Le cristal analysé dans cet article vient de la mine N’Chwaning en Afrique du Sud et présente des zonations. Thiéry, Trincal et Davy - 2017 - The elusive ettringite under the high-vaccum SEM.pdf Bonne lecture Vincent
  3. Chlorites pour étude scientifique

    Bonjour, J'ai commencé les observations microscopiques sur ces fameuses chlorites rouges de St Aubin , je vais préparer mes lames minces la semaine prochaine. J'ai également trouvé un article de Eric Gloaguen qui décrit très bien le site. Le voici en pièce jointe. A bientôt Vincent Gloaguen-MineraliumDeposita-2007.pdf
  4. Chlorites pour étude scientifique

    ça c'est extrêmement intéressant pour moi ! Les chlorites incorporent jusqu'à 1 atome de Fe3+ par formule structurale (=apfu). Toute les analyses existantes sur le Fe3+ ne dépassent jamais cette valeur, mais je présume qu'elles pourraient en contenir jusqu'à 2 (c'est un modèle que je n'ai pas encore pu confirmer). Si c'est réellement le Fe3+ qui donne la couleur (très probable), alors on devrait avoir des valeurs très élevés. ça pourrait être LE pôle pur que je cherche, mais faut pas que je m'enflamme trop vite :) Les analyses effectuées sont de quelle nature ? Ce serait super ! pouvez-vous me préciser les caractéristiques du/des gisements ou minéralisations ? Merci beaucoup
  5. Chlorites pour étude scientifique

    Bonjour à tous, De la chlorite rouge ??? là ça attise ma curiosité ! Et surtout en association avec la pyrite, ça sous entend des conditions redox intéressantes !! Comme je te disais dans un autre message, celles de Acqua Bianca Valley m'intéressent !! J'ai ai déjà de Bierghes, mais merci quand même. Pour l'Oisan si tu as quelques précisions, ça pourrait être intéressant. Merci en tout cas !!! C'est super beau !! Bon évidement pour faire mes lames minces il vaut mieux des échantillons non esthétiques... Je n'en ai pas de ce coin pour l'instant, donc oui je suis intéressé ! Surtout que l'assemblage minéralogique semble être très riche... Si tu as de la minéralisation sur gangue (que tu ne souhaites pas garder) alors oui ça m'intéresse. Pour la taille, je peux analyser des minéraux de 10 µm, donc si tu as des amas millimétriques ce serait parfait. La méthode consiste à analyser l'isotope de l'Oxygène qui a une signature différente en fonction de son origine. En pièce jointe voici un article sur les Pyrénées, où l'auteur a décrit 3 fluides : métamorphique, de formation et météoritique. Bien sur il faut que les quartz soient cogénétiques des chlorites, ce qui est souvent le cas dans les veines tardives mais faut-il encore avoir des évidences (interdigitations, inclusions de l'un dans l'autre). Pour l'instant je n'ai pas d'association chlorite-épidote, mais ça doit surement exister. Merci pour ces infos, j'avoue ne pas bien connaitre ce coin... :) Le faciès amphibolite contient parfois des chlorites, mais c'est moins fréquent que les faciès de plus faible métamorphisme... Donc ça m’intéresse d'autant plus, notamment si c'est associés à des sulfures ou graphites. Encore merci à tous pour votre solidarité !! Je pars ce matin pour quelques jours de vacances et ne suis pas sur d'avoir accès à internet, mais dès mon retour je n'y manquerai pas ! Merci encore à tous, je ne m'attendais vraiment pas à autant de retours positifs en seulement quelques heures. Lacroix_et_al._-_2014_-_Syntectonic_fluid-flow_along_thrust_faults-_Example_of_the_South-Pyrenean_fold-and-thrust_belt.pdf
  6. Chlorites pour étude scientifique

    ça c'est top !
  7. Chlorites pour étude scientifique

    Bonjour, Oui Mathieu, je passerai te voir :) 3frangin, merci pour la photo ! J'avoue que je cherche préférentiellement des échantillons consolidés en association avec la gangue ou un autre minéral ; mais de la poudre comme celle là ouvre d'autres opportunités qui peuvent être intéressantes pour le futur. merci
  8. Chlorites pour étude scientifique

    Bonjour, J'avoue ne pas avoir contacté le BRGM. Pour distinguer les processus, un "petit coup" d'isotopes de l'oxygène dans les quartz des veines devrait permettre de répondre à la question. Et oui dans les granites il y a de quoi faire... Je vais regarder de plus près tes messages. Merci
  9. Chlorites pour étude scientifique

    Bonjour, Effectivement, c'est un sujet passionnant ! En réalité il y a encore plus de chlorites que celles désignées dans mindat, par exemple la ferri-sudoite que je viens tout juste de publier (cf pièce jointe). Les chlorites étant des solutions solides entre de nombreux pôles purs, il y en a vraiment beaucoup. Beaucoup de noms sont toutefois à mettre en synonymie car dépendent du champs disciplinaire (minéralogie, thermodynamique, etc.). Mon projet se focalise sur l'état d'oxydation du fer (et du Mn) dans les chlorites. Je suis donc intéressé par toutes les chlorites en contenant. La plupart des clinochlores en contiennent un peu, des chlorites complètement magnésiennes étant très rares (et m'intéresseraient beaucoup). Sans analyse ce n'est pas possible de savoir quelle chlorite on a, on peut juste avoir une vague idée en fonction du contexte. J'ai déjà pas mal d'échantillons, mais comme j'ai pu obtenir un temps d'accès au Synchrotron plus important que j'espérais, j'aurai le temps pour davantage d'analyses. Du coup je me suis dit que ce serait bien d'ouvrir sur de nouveaux contextes géologiques, en focalisant si possible sur les environnement très oxydants et très réducteurs, ainsi que sur les différents domaines métamorphiques (et pas seulement schistes verts). Je souhaite toutefois rester dans le groupe des chlorites, ce qui fait déjà un vaste domaine, et ne pas m'étendre vers les autres phyllosilicates. Il y a beaucoup de chlorites, mais aussi beaucoup de paragénèses associées. C'est donc un vaste domaine que je souhaite explorer dans les années à venir. Vincent 04-09-16-trincal_1472214793524.pdf
  10. Chlorites pour étude scientifique

    Bonsoir, Pour le limousin, je ne connais pas d’occurrences particulières, mais sur Mindat on en voit pas mal. Je ne sais pas si dans les gîtes à graphite des environs de Tulles contiennent des chlorites ? Si oui, l'association chlorite-graphite serait extrêmement intéressante pour moi. Sinon dans des roches particulières telles les porcelanites, pegmatites, etc. Merci pour vos propositions Bretonnes. Effectivement, ça m'intéresse ! Il me faudra faire un peu de recherches biblio pour comprendre comment se sont mises en places ces minéralisations. Par contre je doute de pouvoir libérer beaucoup de temps pour venir vous voir... Je vais essayer. En attendant si vous avez une petite photo ce serait formidable. Merci
  11. Bonjour à tous, Actuellement en postdoc à l'Ecole des Mines de Douai, je travaille (entre autres) sur les chlorites. J'ai principalement étudié des chlorites dans les Pyrénées vers Gavarnie, notamment des zonées : Pour l'article scientifique c'est ici : https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnx2aW5jZW50dHJpbmNhbHxneDo2MDUyMmM0ZDdkMWEzOGNk. Je me permets ce message car j'ai un projet d'étude qui vient d'être accepté (et financé) ; il s'agit d'analyser les chlorites en µXANES au Synchrotron de Grenoble. Je vais donc pouvoir analyser l'état d'oxydation du fer dans ces minéraux au printemps l'année prochaine. Cela a pour but de lier la minéralogie des chlorites avec les conditions de Pression, Température, Chimie du fluide et de la roche, conditions redox du système, etc. Toutefois, pour que mon étude µXANES soit la plus robuste possible, je recherche des échantillons contenant des chlorites couvrant une large gamme de paragénèses et de domaines métamorphiques. J'en ai déjà pas mal, mais souhaite la compléter. Je n'ai pas besoin que les chlorites soient belles ou grosses (quelques microns suffisent). Une veine à quartz-chlorite sans cristaux automorphes est très bien par exemple, ou un amas chloriteux provenant du fond d'un four. L'idée est de faire des lames minces (peut être avez-vous déjà ces lames ?), ce qui implique de détruire l'échantillon... L'idéal pour moi serait des échantillons provenant de sites déjà publiés (afin d'avoir une référence dans la littérature scientifique), ou au moins de connaitre la provenance, la roche encaissante et la nature de la veine minéralisée (si c'est une veine). Si vous avez de tels échantillons et que vous acceptez de vous en séparer, n'hésitez pas à me contacter. Un grand merci par avance. Vincent
  12. Staurotides de Coray à l'échange

    Idem, je cherche une belle plaque pour une exposition annuelle.
  13. Echange revues de minéralogie anciennes

    Bonjour, Je reviens vers vous car il me reste des revues à échanger. J'ai pu en faire partir une bonne partie (merci à vous !), ce qui fait que j'ai pu conserver le reste lors de mon déménagement au lieu de les jeter. Il me reste donc une vingtaine de cartons (à ramettes de papier) La liste des revues se trouve ici https://www.dropbox....tHtqQl1ZAa?dl=0 (pas besoin d'avoir un compte ni de s'identifier). Je met cette liste à jour en permanence, donc tout ce qu'il y a est dispo. Voila, je ne suis pas exigeant pour les échanges, je cherche du "tape à l’œil" (pas forcément rare) en vue d'expositions (avec l'association APHPL), du Lozérien ou tout ce que je n'ai pas... Par exemple quelques pièces "classiques" qui me manquent : quartz+spessartine de chine, améthyste cactus, disthène brésilien, souffre cristallisé, barytine auvergne, quartz hématoide morvan, grenat tyrol, apophylite Inde, Stibine chine, Apatite, Autunite, Pyromorphite, Azurite (cristallisée), Prenite, Cavansite, crocoïte, Rhodocrosite, Amazonite, or, tanzanite, et bien sur les fluorines... A bientôt Vincent
  14. Staurotides de Coray à l'échange

    Bonjour, Quelles sont les dimensions des différentes pièces ? Merci
  15. Identification bélemnites de Lozère

    Bonjour, Je suis d'accord pour une étude scientifique de type "biostratigraphique" il faut connaitre la position précise de la récolte. Cela dit, les marnes Toarciennes sont bien documentées, il y a de nombreuses coupes de références. A moins d'entreprendre une étude scientifique sur l'extension latérale et/ou verticale d'un taxon, connaitre le banc ne présente que peu d'intérêt. Connaitre la biozone peut aider à l'identification c'est certain, mais peut aussi induire à des erreurs d'identifications. Si une espèce n'a jamais été décrite dans un banc ça ne veut pas forcément dire qu'elle n'existait pas à cette époque... de nombreuses espèces sont à mettre en synonymie. Bref, on peu aussi regrouper les ammonites par lots lors de la récolte et essayer de "cartographier" les différents étages. Pour les marnes de ce secteur dissocier le Toarcien sup, moy et inf est suffisant pour les identifications. Après la pluie les ammonites de surface ne sont pas toutes oxydées. Un coup de dremel permet d’enlever la couche oxydée et ensuite ça se conserve de nombreuses années. C'est une bactérie qui les détruit, dans un environnement sec elles se conservent très bien du moment qu'on retire les échantillons infectés. Bref, chacun est libre de creuser ou non, tout dépend de ses ambitions. Je suis plutôt de l'avis de jean francois06 et préfère creuser lorsque cela est vraiment nécessaire, dans les bancs calcaires par exemple.