Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Quelques-uns des principaux sujets de Géoforum - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles

Bourse aux minéraux et fossiles de Lyon.
▲  Bourse aux minéraux et fossiles les 10, 11 & 12 novembre à l'Espace Tête d'Or près de Lyon  ▲

jjnom

Membre
  • Compteur de contenus

    1 183
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de jjnom

  • Date de naissance 14/09/1952

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    59 Nomain

Visiteurs récents du profil

5 212 visualisations du profil
  1. Deux gros os ?

    Appelés aussi localement "Calcaires à silex"! (cf carte géol La Ciotat)
  2. Coprolithe ? Et de quel animal ?

    Ouaip! Colonie de coraux bien roulée.
  3. Les scories métallurgiques

    Pour en revenir aux cristaux ci-dessus: tu viens d'écrire que ton spectro ne détecte pas Sb. Donc si on a affaire à un oxyde de Sb pas volatilisé (et donc quelque peu "contusionné"), on ne ressort que les composants des inclusions. Right? Autre question: y a t'il d'autres métaux qui pourraient avoir été extraits couramment par grillage-volatilisation?
  4. un fragment de météorite?

    A voir la texture de l'intérieur du spécimen, constitué très majoritairement de petits cristaux beiges en forme d'aiguilles et sans orientation particulière, je parierai pour un matériau issu d'une intervention humaine.
  5. du kimméridgien... corail ?

    C'est bien une colonie de coraux. Kimmeridgien supérieur. Formations exploitées du côté de St Germain de Joux et étudiées par Enay (1965) mais je n'ai pas trouvé grand chose sur le Web. Ce qu'en dit la carte géol:
  6. Les scories métallurgiques

    OK. J'avais mal compris le texte de l'USAC qui laissait entendre volatilisation du sulfure puis oxydation. Malgré tout: Ebullition Sb2S3: 1150°C selon Wikipédia. 650-917°C (en absence d'air) selon USAC. 857°C selon le dernier lien. Au choix? Ebullition SB2O3: 1425°C selon Wikipédia et 1365°C selon le dernier lien. Températures: 1000°C selon Anderson, 1000-1100°C selon le dernier lien et 1550°C ici: https://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol47/mono47-16.pdf Clairement, l'oxydation du sulfure est achevée vers 500°C. Reste à vaporiser l'oxyde et là, les températures avancées sont souvent inférieures à celle de la formation de la cristobalite. J'ai donc cherché à savoir si la cristobalite pouvait être compatible avec les températures de 1000 à 1100°C avancées par les papiers des métallurgistes, alors qu'on voit toujours apparaître le traditionnel 1470 °C. La réponse est oui. Elle peut même se former avant la tridymite...Le rôle des impuretés (Al, Na, ...) fait fortement bouger les lignes: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1151-2916.1935.tb19371.x/abstract et dès 900°C, elle peut apparaître. Conclusion: Cristobalite= mauvais thermomètre!
  7. Les scories métallurgiques

    Le magnétisme pourrait bien être à rattacher à la présence de troïlite, fortement magnétique. A parcourir les infos sur l'extraction de l'antimoine, on peut considérer qu'à l'époque on avait le choix entre la liquation de la stilbite et le grillage puis évaporation d'un oxyde de Sb. Les 2 méthodes ne demandent pas des températures très élevées: moins de 600°C. Pourtant l'étude environnementale mentionne de la cristobalite et de la tridymite (respectivement 1500°C et 900°C environ)... Maintenant, un tas de scories peut correspondre à un mélange de process et d'essais différents et ce n'est pas avec une étude environnementale qu'on arrivera à se faire une idée de l'appartenance d'un échantillon à un process ou à un autre. Pour la "mousse blanche": peut-être un silicate (pour la dureté) de Ca en majorité (pour la couleur). Voir larnite, rankinite, etc...
  8. Les scories métallurgiques

    Quelques interrogations par rapport à l'étude de Limoges qui est surtout axée sur l'antimoine. Dans le minerai comme les scories Ca et Mg restent minimes. Pas d'adjonction de fondant. Ca a du chauffer très fort. Quasiment 80% de Si, 8-9% de Al et 11% de Fe dans les scories. Avec un tel taux de Si, pas étonnant de voir apparaître SiO2 exprimé sous forme de quartz et variantes de HT. Pour Al, le seul minéral cité est l'albite mais avec 0.07 % de Na, elle ne doit pas être fréquente. Où est Al? Dans le verre? Les scories ont concentré le fer (normal) qui passe de 5 à 11%. Généralement, il est fixé dans les silicates. Or pas d'olivine ni de pyroxène mentionnés. Fe serait dans le verre quand il n'est pas sous forme de troïlite ou de pyrite? La photo montrant un aspect "fibreux" fait penser à une refroidissement rapide (quenching) développant des cristaux aciculaires accolés souvent disposés en entonnoir(fan-like). Des olivines ou des pyroxènes peuvent prendre cet aspect là mais comme on n'en parle pas dans la publi... En fait, la 2° série de photos avec quartz, verre, hématite colle bien avec l'étude. C'est plutôt la photo avec l'aspect "fibreux" qui m'interpelle. Pas évidente à expliquer avec les éléments de l'étude, d'autant plus qu'on n'a pas d'info sur la composition du verre.
  9. /!\ Une Météorite rocheuse de 12 Kg ?

    Au début, la démarche n'est pas mal: Fer, densité, dureté, présence de verre. Bien. C'est pas tous les jours qu'une pseudo météorite arrive avec autant d'infos sur le forum. Mais, pour chaque point, on cherche une ressemblance avec une possible météorite. Or, toutes les observations et mesures concordent aussi avec un déchet de sidérurgie et on oublie de relever les différences d'avec une météorite... Difficile de se débarrasser de ses à priori et de rester objectif.
  10. De l'avis de JF. Un encroutement algaire genre stromatolite ne serait pas pour me surprendre.
  11. 2 fossiles pour identification

    De Boulogne s/M au Cap Gris-nez, on ne touche que le Kimmeridgien et le Tithonien. A la Pointe aux Oies, c'est du Tithonien. 1° photo: bioturbation (terrier). Hyper fréquent dans ces niveaux dans ce secteur. 2° photo: On voit une partie de la charnière de ce bivalve sur la photo de gauche: c'est une Perna.
  12. Les scories métallurgiques

    Pas d'ac. https://fr.wikipedia.org/wiki/Magnétite Magnétisme À une température de 580 °C (point de Curie), le magnétisme disparaît pour réapparaître ensuite en refroidissant. La rémanence est de l'ordre de 480 Gauss. Ce minéral est un conducteur électrique. A température ambiante la magnétite a une conductivité électrique d'environ 2 10² S/cm. Moi de même, mais c'est juste un ressenti; les refroidissements brutaux sont tellement favorables à la formation de cristaux aciculaires. Une autre phase minérale que les particules d'aspect métallique?
  13. Les scories métallurgiques

    Tu as laissé entendre que le plomb ne pouvait assurer seul la continuité métallique. Ca reste à prouver. Le Zn en élément aurait réagi à HCl et les hydroxydes de Fe3 sont peu abondants en surface. Il y a probablement, dans l'échantillon, comme souvent dans les slags, de la magnétite. Peut-être en quantité suffisante pour participer à la conduction électrique... en association avec Pb? A voir. Combinaison Pb-Zn: autant que j'ai pu le voir sur plusieurs micrographies, les 2 éléments constituent toujours des plages individualisées. Bon, on aura de la peine à aller + loin avec les éléments en main et on ne saura élaborer que des hypothèses. C'était un cas intéressant car inhabituel. Au suivant.
  14. Les scories métallurgiques

    Dureté globale? Ca n'a pas de valeur. Si c'est du plomb, ça se raye à l'ongle. Ca doit bien être possible de visualiser. En passant par la macrophoto après... Densité globale? Ben, elle est intermédiaire entre une olivine et un métal xxx. Pourquoi le plomb ne saurait pas être responsable de la conductibilité électrique? Donc, la spectro dit qu'il y a du Fe, du Pb, du Zn mais les particules d'aspect métallique ne sont pas du plomb (sic), ne sont pas du Zn (pas d'effervescence) et pas du Fer (pas d'oxydes/hydroxydes couleur rouille). Alors? Une combinaison Fe-Zn existe sous forme d'oxyde qu'on rencontre dans les slags: la franklinite. Noir, soluble dans HCl à froid, dureté 5,5-6, densité 5,1, faiblement magnétique...et fusion à 1420°C! Pas 450... Cérusite: très faible réaction avec HCl à froid. Nettement mieux à chaud. Mais cérusite n'est qu'une possibilité parmi beaucoup d'autres. Et je vois bien 2 petites cavités dans le quart inférieur gauche de la photo ci-dessus et des prismes de microcristaux ne s'exprimer que là. Quant à microgrenu, la définition est uniquement descriptive: assemblage de cristaux tous en grains jointifs non ou peu visibles à l'œil nu. Il faudrait éliminer la possibilité de l'existence d'un verre et pour ça, la lame mince est ici assez incontournable.
  15. Les scories métallurgiques

    Vrai que c'est bizarre. Si le courant circule, c'est qu'on a du métal à l'état d'élément. Et les métaux natifs, ça n'est pas trop courant. Donc, il y a probablement eu une réduction par traitement métallurgique. Mais alors pourquoi autant de métal mis à la poubelle? Ce qui présente un éclat métallique sur les photos, qui ramollit à une température inférieure à 450°C, pourrait être du plomb ou son copain, le zinc. Mais comme il n'y a pas de dégagement gazeux avec HCl, fort à parier qu'il s'agit de Pb. On peut avoir une estimation de la dureté des parties à éclat métallique (plomb = 1.5)? En zoomant sur les macrophotos, on observe au moins 2 phases: les parties d'aspect métallique et une autre gris-clair pas bien identifiable à l'œil mais qui pourrait être de la kirchsteinite, une olivine Ca-Fe qui pourrait expliquer la densité globale de l'échantillon. Quelques petites cavités montrent des cristaux prismatiques: cérusite? ou autre? Remarque: il vaut mieux éviter d'utiliser le terme microgrenu au niveau de la texture. Au niveau géologique, cela suppose des pressions et temps de refroidissement qui ne se rencontrent pas en métallurgie.