Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


Principaux sujets de Géoforum. - Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.


Matériel de géologie et outils pour géologue.
▲  Magasin en ligne de matériel de géologie et minéralogie  ▲

mr42

Membre
  • Compteur de contenus

    860
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de mr42

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    42, 43, 63...
  • Intérêts
    Tous les cailloux qui ont quelque chose à raconter sur l'histoire de la terre, les lois de la nature...
    Montbrison et ses environs jusqu'au bout du monde...

Visiteurs récents du profil

5 987 visualisations du profil
  1. Bonjour et bienvenue sur le forum. Il faudrait attendre les experts en météorites mais ça ressemble beaucoup à une scorie de bas fourneau, un résidu ancien de la métallurgie du fer. Les photos sont bonnes mais ce serait plus net avec un petit nettoyage : eau savonneuse + brosse à dents...
  2. C’est du gros grain mais je pense quand même à un abrasif du type carbure de silicium.
  3. Si ça raye le quartz, ça limite les possibilités. Le corindon est possible mais ça ressemble plus à un carbure (de silicium par exemple) On dirait une pâte abrasive qui aurait séché. Quelle est la taille des grains ? Peux-tu refaire une photo avec une règle graduée à côté de l’objet? Essaie aussi de faire un test avec un détecteur de métaux si tu as ce genre d’instrument.
  4. Cette petite discussion m’a donné envie de faire un tour sur les anciens sites métallurgiques du pays d’Ouche. Voici la récolte d'hier, je ne m’attendais pas à une telle diversité. Des cailloux vitreux, pas vitreux, d’aspect métallique ou pierreux, avec ou sans bulles, toutes les nuances de gris, certains presque noirs, d’autres bien colorés… Tous ne sont pas des laitiers. Il y a peut-être de vraies roches dans le tas. Il y a aussi ces résidus bleu-vert qu’on appelle clines. La métallurgie est très ancienne dans la région, elle remonte au moins au moyen-âge, tous les procédés se sont succédé, des bas foyers aux hauts fourneaux, la métallurgie du cuivre a parfois remplacé celle du fer, plus quelques verriers… Difficile de savoir d’où vient chaque pièce. En tout cas, je n’ai rien vu de semblable au caillou d’Indiana27. Moches ou pas moches les déchets ? C’est une affaire de goût. Certains les ont utilisés pour décorer leurs maisons, comme ici à la Neuve-Lyre.
  5. Pourquoi dis-tu que c’est du corindon ? Comment as-tu testé la dureté ?
  6. Faut-il définitivement éliminer le silex ? Extrait de la notice de la carte géologique de Beaumont-le-Roger, page 12 :
  7. Le caillou 4 a déjà été présenté sur une autre discussion. Il y avait des informations qui n’ont pas été reprises ici : « Elle est attiré par l'aimant, sonne sous un détecteur, le test d'acide chlorhydrique est négatif, un lame d'acier la raye, elle raye le verre, son trait est d'un gris moyen, son poids est de 691 grammes et sa densité est de 2.87. » Est-ce qu’un basalte peut faire sonner un détecteur ? Il y a un test complémentaire à effectuer avec un ohmmètre : est-ce que ce caillou conduit l’électricité ? S’il conduit, c’est plutôt un résidu. S’il ne conduit pas, c’est le magnétisme qui fait réagir le détecteur : forte teneur en magnétite probable. Ou alors il contient des microparticules conductrices...
  8. Il existe des acides naturels : l’acide citrique contenu dans le jus de citron est naturel. Les acides forts (chlorhydrique, sulfurique, nitrique etc...) sont des produits de l’industrie chimique. L’acide acétique contenu dans le vinaigre est semi-naturel, il résulte de la fermentation de l’alcool éthylique provoquée par des bactéries.
  9. Laitier avec des doutes. Cette couleur noire n’est pas habituelle pour des laitiers. Les laitiers de haut fourneau sont généralement gris clair, le mot « laitier » n’a pas été choisi par hasard. Les laitiers d’aciérie sont plus foncés mais ils sont plus rares. Il y a eu beaucoup de hauts fourneaux dans l’Eure mais pas d’aciéries.
  10. Le calcium également pour les versions anciennes du procédé. Les produits commerciaux actuels que l'on trouve par exemple sur alibaba sont à 98 ou 99% de titane. Je suis quand même dubitatif à cause de l'absence de ductilité : le caractère métallique n'est pas flagrant. Je n’arrive pas à détecter le silicium, même sur du quartz. Je ne peux pas affirmer qu’il n’y en a pas. Pareil pour le soufre. Ces essais ne remplacent pas une véritable analyse chimique. C’est un beau morceau, ça ne sort pas de n’importe où... Quand jjnom parle de 10 à 30 mm, c’est la taille adoptée par un fournisseur particulier mais l’éponge de titane peut former des morceaux bien plus gros.
  11. Voici de nouveaux résultats à partir des deux échantillons qu’eric67 m’a envoyés. La composition chimique se précise : fer, titane, calcium et magnésium sont au rendez-vous mais je ne peux pas faire de quantitatif. Ça n’a probablement rien de naturel mais ce n’est pas pour autant un déchet banal. 1 PREPARATION Puisque le matériau est conducteur, j’ai commencé par tailler des électrodes au coeur des échantillons en vue de la spectroscopie. Le matériau est assez dur (plus que le verre, moins que le quartz) mais très friable et finalement, il se coupe assez facilement avec une lame au carbure. Il ne montre aucune ductilité. La grande porosité doit aider le découpage. La densité se situe entre 1 et 1,1, le plus léger arrive presque à flotter sur l’eau. 2 SPECTRO En faisant passer un arc électrique entre deux électrodes, j’obtiens le spectre suivant, il n’y a pas de différence notable entre les deux échantillons : Sur la deuxième vue, j’ai superposé le spectre d’un acier (en gros, le spectre du fer) obtenu par la même méthode. On voit que les deux spectres ont de nombreuses raies communes, ce qui indique la présence de fer dans l’échantillon. Même chose avec un alliage de titane, c’est moins net mais il y a un paquet de raies autour de 500 nm que je n’arrive pas à expliquer autrement. Même chose avec de la calcite (spectre du calcium) et du magnésium. Avec ces 4 éléments, j’arrive à retrouver presque toutes les raies de l’échantillon. Sur tous les spectres, on voit également la double raie du sodium vers 589 nm mais ce n’est pas significatif, le sodium réagit à la moindre trace. On peut exclure d’autres éléments comme le cuivre, le zinc, etc... dont les spectres sont facilement identifiables. S’il y en a, ce sont des traces. D’autres éléments comme le nickel ou le silicium qui ont des spectres très discrets pourraient éventuellement se cacher derrières les autres éléments présents. Je ne peux pas les exclure totalement. Enfin, les éléments non métalliques (oxygène, carbone…) ne réagissent pratiquement pas, il m’est très difficile de les détecter. Mais la faible résistance électrique fait penser qu’il y a surtout du métal ou alors une bonne dose de graphite... Je pense donc que les principaux constituants sont le fer, le titane, le calcium et le magnésium mais je ne peux pas dire dans quelles proportions. Le calcium et le magnésium, situés sur la gauche de la classification périodique réagissent plus facilement, ils ne sont pas forcément à des teneurs très élevées. La faible densité (mais ça dépend de la porosité) ainsi que l’absence d’effets magnétiques ne vont pas dans le sens d’une très grosse teneur en fer. En résumé, ça ne remplace pas une véritable analyse chimique. 3 INTERPRÉTATION Voici deux possibilités auxquelles je pense mais il peut y en avoir d’autres. Première possibilité, l’éponge de titane. C’est un produit intermédiaire dans l’extraction du titane par le procédé Kroll. Typiquement, c’est du titane avec un peu de magnésium. À l’origine du procédé on remplaçait le magnésium par du calcium. La présence de fer peut s’expliquer par le choix du minerai, c’est soit de l’oxyde de titane seul (rutile, anatase...) soit de l’ilménite (oxyde mixte de titane et de fer). Ce n’est qu’une hypothèse qui expliquerait assez bien la composition et les propriétés physiques mais laisserait entier le mystère de la localisation. L’éponge de titane n’est pas un matériau rare mais on n’en produit pas en France. On peut l’utiliser pour préparer d’autres alliages mais il n’y a pas d’usine métallurgique dans le secteur de découverte. La deuxième piste est celle des mousses métalliques, il en existe à base de divers métaux. Il y a ici un ensemble de propriétés (légèreté, résistance à la température, porosité qui doit bien absorber le bruit) qui en feraient un bon matériau anti-bruit pour les turboréacteurs d’avions. Pourquoi pas un bout de revêtement anti-bruit qui se serait détaché en plein vol ? Ça pourrait arriver n’importe où et ça expliquerait la dispersion sur plusieurs kilomètres... J’avais aussi pensé à un combustible poreux comme le coke : les éléments métalliques détectés seraient liés aux cendres et le carbone non détecté expliquerait la résistance électrique. Mais la dureté est un peu forte et ce type de combustible se serait enflammé après passage au chalumeau. Autre chose ? Appel à votre imagination...
  12. Ce n’est pas le secteur auquel je pensais mais ces déchets peuvent voyager, les laitiers sont de bons matériaux d’empierrement. Ce sera difficile à distinguer d’un silex.
  13. Un laitier sidérurgique est tout à fait possible. Les photos sont excellentes mais quelques tests ou informations supplémentaires permettraient d’avancer. Pourrait-on savoir, même approximativement, le lieu de découverte ? Si ça vient de l’Eure, il y a eu dans le passé une importante activité sidérurgique dans le sud du département...
  14. Les photos sont nettement meilleures, il suffit d’éviter la lumière artificielle. Ça ressemble déjà plus à un laitier de haut fourneau sidérurgique : couleur gris clair, porosité localisée...
  15. Bonsoir Molikusa et bienvenue, Si c’est du plomb, ça doit être assez malléable, tu dois pouvoir le couper avec un couteau en acier. Si c’est du zinc, ça fera des bulles dans l’acide chlorhydrique. Sinon, on verra... C’est quoi, la croûte beige-marron ? Est-ce qu’elle est collée sur le « métal » ou peut-elle être enlevée facilement ?