Géoforum est un forum de géologie, minéralogie, paléontologie, volcanologie et, plus généralement, un site dédié aux Sciences de la Terre et au patrimoine géologique. Les discussions s'organisent dans des espaces spécifiques, il existe un forum géologie, un forum minéraux, un forum fossiles, un forum volcans, etc. Une galerie de photos de minéraux ou de roches, de photos de fossiles, ou encore de sites géologiques ou de volcans permet de partager des albums. Il est possible de publier des offres d'emploi de géologue, ou des demandes d'emploi ou stage de géologues. Venez poser vos questions, partager vos connaissances, vivre votre passion !

Pistolet nettoyeur haute pression pour minéraux et fossiles.

Livre sur les minéraux français
Livre sur les minéraux français.


mr42

Membre
  • Compteur de contenus

    705
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de mr42

  • Date de naissance

Profile Information

  • Genre
    Homme
  • Lieu
    42, 43, 63...
  • Intérêts
    Tous les cailloux qui ont quelque chose à raconter sur l'histoire de la terre, les lois de la nature...
    Montbrison et ses environs jusqu'au bout du monde...

Visiteurs récents du profil

5 533 visualisations du profil
  1. Tout à fait d'accord avec Steph. Avant de proposer une méthode, il faudrait quand même savoir de quel minerai on parle. Les minerais permettant l'extraction directe de l'argent sont rares. La plupart du temps, l'argent est est un sous-produit du cuivre, du plomb, du zinc... Selon le métal principal, le procédé ne sera pas le même. On commence par extraire le métal du minerai et on obtient du cuivre, du plomb, du zinc... avec une faible teneur en argent. Dans un deuxième temps, il faut extraire l'argent du métal. C'est là qu'interviennent des méthodes comme la coupellation. Cette dernière ne permet pas de traiter directement le minerai.
  2. Non, c'est déjà une forte concentration. 5 minutes, c'est beaucoup trop. Pour de l'acier, une solution à 5 % d'acide nitrique dans de l'alcool éthylique pendant une dizaine de secondes, ça doit suffire. Dès que la surface perd son brillant, il faut arrêter, pas besoin de regarder sa montre. Si on ne voit pas de joints de grains, c'est parce que les grains du métal sont le plus souvent microscopiques. Il faut vraiment être équipé avec un fort grossissement. Dans le cas des météorites, on peut avoir des grains visibles à l'oeil nu.
  3. L'existence de ce genre de rapport montre aussi que l'on a pris conscience du problème, ce qui n'était pas du tout évident il y a seulement 40 ans. Il faut surtout espérer que cette préoccupation sera partagée à l'échelle internationale. On peut aussi positiver : quand nos déchets de lithium, d'arséniure de gallium et de terres rares auront mijoté dans le sous-sol pendant quelques siècles, nos descendants découvriront des minéraux dont nous ne soupçonnons même pas l'existence.
  4. Morceau de fer ou d'alliage ferreux (fonte, acier...) Est-ce une météorite ? Je laisse d'autres se prononcer. Bons débuts dans la métallographie ! J'ai l'impression que le passage dans l'acide nitrique a été un peu trop long, combien de temps ? Il faudrait rincer à l'alcool dès que ça commence à changer d'aspect. Ensuite, pour voir les grains, il faudrait observer au microscope...
  5. Bonjour Cath Ce n'était pas plutôt Péchiney ou PUK ? De toute façon, c'est le pays de l'électrométallurgie : aluminium, acier inoxydable, ferro-alliages... Les déchets doivent être d'une remarquable diversité... http://basol.developpement-durable.gouv.fr/fiche.php?page=1&index_sp=74.0001
  6. La bonne idée, c'est la mesure de la résistance électrique, on devrait la faire systématiquement quand on a affaire à des déchets. Si c'est un métal ou un isolant, ça évite des questions inutiles mais quand ce n'est ni l'un ni l'autre comme ici, alors la conclusion peut être très rapide.
  7. Le silicium naturel, je ne crois pas que ça puisse exister. Certainement fabriqué par l'homme. Il y a une usine qui en fabrique à 6 km de Moûtiers, pas besoin de chercher plus loin, voir le lien dans mon deuxième message.
  8. Le silicium au chalumeau ? Je n'ai jamais essayé mais ce que notre ami Gibson Player a obtenu ne me surprend pas. Le silicium pur fond à 1414 degrés comme le Sablais l'a indiqué. Les 1750 degrés de la flamme doivent être une valeur plutôt optimale, pas étonnant que ça refuse de fondre. Les couleurs que l'on observe sur les aciers sont dues au fait que les oxydes de fer sont opaques en forte épaisseur mais créent des interférences avec la lumière à faible épaisseur. Avec le silicium, l'oxyde formé est tout simplement de la silice, du verre en quelque sorte incolore et transparent donc pas d'irisations. J'avais la même réticence que jjnom vis-a-vis du poids. Serait-il possible de vérifier la densité ?
  9. On peut faire beaucoup de choses avec du verre mais la résistance électrique ne colle pas. Ça ressemble quand même beaucoup à du silicium, aussi bien pour l'aspect, la dureté, la cassure que la résistance électrique... http://www.usinenouvelle.com/article/ferropem-renforce-son-usine-savoyarde-de-silicium.N149926 C'est à côté de Moûtiers
  10. Excellente idée, la résistance électrique. Trop forte pour un métal, pas assez pour un verre, plutôt un semi-conducteur. Un peu trop lourd pour du silicium. Est-il possible de faire une mesure de densité ? Il faudrait aussi s'assurer que ce n'est pas trop oxydé en surface. La mesure de résistance a-t-elle été faite sur une cassure fraîche ? Quelle distance entre les électrodes?
  11. En ce qui concerne la nature de l'objet c'est assez clair, certainement un métal ferreux. Fonte, fer, acier, tout est possible compte tenu de la précision de la mesure de densité et de l'épaisseur de la couche d'oxyde. Sur l'origine c'est plus vague. Difficile d'y voir une forme intentionnelle à part que c'est plat. Plutôt un truc cassé, un éclat d'obus (y a-t-il un terrain militaire dans les environs?) ou un rebut. Le volume doit faire 22 cm3 soit une épaisseur de 1 à 2 cm : de la tôle épaisse, une pièce de forge ou de fonderie... Les météorites, je n'y connais rien. Un résidu ? C'est toujours possible, il existe des tas de sortes de résidus et ils n'ont pas tous des trous. On peut au moins éliminer les résidus de bas-fourneaux qui sont habituels dans la rubrique météorites.
  12. Bonne année à tous
  13. C'est juste un réveil de mes vieux souvenirs de métallurgie.
  14. Les alliages cuivre-zinc (laitons) sont restés longtemps la seule application du zinc. Les alliages plomb-zinc n'ont pas d'intérêt pratique. Les usages du plomb remontent à l'antiquité, il a en plus pris une valeur stratégique avec l'invention des armes à feu. À l'époque de Brard, le plomb avait beaucoup plus de valeur marchande que le zinc. L'extraction du zinc ne peut se faire que par des procédés spécifiques à cause de sa forte volatilité. A l'époque de Brard, traiter les minerais de plomb et de zinc ensemble était une complication inutile et une perte de rendement.
  15. Merci Gael, voici un grand producteur de déchets et de simili-météorites localisé. La production de zinc me semble hors course pour le présent sujet. En revanche, l'usine de Tonnay-Charente a aussi produit de l'acide sulfurique. http://dossiers.inventaire.poitou-charentes.fr/le-patrimoine-industriel/notice.php?id=IA17000289 Ça pourrait bien être la solution pour un sujet plus ancien où nous avions évoqué la production d'acide sulfurique avec un beau résidu trouvé non loin de là sur la plage de Château d' Olonne... http://www.geoforum.fr/topic/32357-mineraux-ou-dechet-de-fonderie-lol/?do=findComment&comment=578194